Commentaires en ligne


15 évaluations
5 étoiles:
 (12)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (3)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


47 internautes sur 53 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 bonheur ....
Comment ajouter un commentaire à une critique déjà superlative ? cette magie du son sur ce bel instrument (attention: c'est un violon baroque qui a environ ... quinze ans d'âge !), cette fluidité sans métal apparent, ce jeu, avec ses discrètes rythmiques dansantes, parfois, où on ne les attend pas, quelques ornementations...
Publié le 10 octobre 2011 par Farioli Fernand

versus
4 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Pas copiable
Inacceptable comportement de l'éditeur qui ne permet pas que le CD soit lu sur un ordinateur. Et ceci sans qu'aucun logo ne soit présent sur l'emballage. Dommage car c'est une belle version
Publié le 3 septembre 2012 par radcliffe


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

47 internautes sur 53 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 bonheur ...., 10 octobre 2011
Par 
Farioli Fernand "fergus" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Sonates et partitas pour violon seul (CD)
Comment ajouter un commentaire à une critique déjà superlative ? cette magie du son sur ce bel instrument (attention: c'est un violon baroque qui a environ ... quinze ans d'âge !), cette fluidité sans métal apparent, ce jeu, avec ses discrètes rythmiques dansantes, parfois, où on ne les attend pas, quelques ornementations de fluidité, et voilà mon Jean Sébastien restitué (rétabli ?) avec un rien de ludique, de chaleureux que les versions parfaites glacées respectueuses ne laissent pas entrevoir; On écoute, et ça et là nous vient un sourire, une petite surprise (ah, elle le voit comme ça ?) et ce son, ce son ! cet archer volontiers en arpèges, ces doubles cordes fruitées, savoureuses !
Amandine Beyer a une intelligence, une subtilité d'interprétation qui fait d'elle autre chose qu'une "baroqueuse" standard. ce n'est pas la première fois que j'apprécie son travail, mais là, respect, admiration... et sympathie: elle arrive à nous faire croire que, si on en avait eu le talent, c'est comme ça qu'on l'aurait joué !
Alors, merci, Amandine, et rendez vous... aux sonates du rosaire, de Biber ? (suggestion gratuite !)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


26 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 intelligence et perfection, 27 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Sonates et partitas pour violon seul (CD)
un Jean Sébastien Bach comme on voudrait le voir joué plus souvent , pas joué froidement mais interprété avec passion , finesse et tact , de la grande musique , du rêve et de l'émotion , je pense qu'en entendant Amandine Beyer jouer sa musique ,Bach doit être au firmament , il doit lui jeter une petite pluie d'étoiles , c'est pour cela que ses yeux brillent et que son violon s'envole . fais nous encore réver Amandine , nous en redemandons ......
Je recommande ce disque à tous les passionnés de Baroque qui aiment la musique vivante , pas la musique figée encore bravo pour ce chef d'oeuvre
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 le rêve (ou : la grâce et le rebond), 19 août 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Sonates et partitas pour violon seul (CD)
Aller dans le sens de la dernière promo dithyrambique à la mode savonnetto-branchée n'a jamais été mon genre (lisez mes autres commentaires). Or, je possède toutes les versions possibles et imaginables - donc des dizaines, dont toutes celles des réputés cadors de l'intrument qui nous font du bien là où notamment ça gratouillait déjà avant le microsillon... - de ce vaste et prodigieux opus, et je m'incline bien bas : cette interprétation est absolument remarquable, 5 étoiles (nouvelles normes, hihi) sans hésiter. Ne joignant donc ma voix ici que dans le sens de pratiquement toutes les autres opinions, je m'abstiendrai de blablater davantage : la cause est entendue (et dans un pur délice sans chemin, comme dirait l'autre, celui qui ne s'offre pas aux sandales trop zélées).

Sinon pour ajouter que, pour une fois, le texte lui-même du livret est intelligent. Quand on y remarque, par exemple, que la complexité harmonique (et contrapointique) de pareil opus nous fait un peu l'effet de jouer contre les limites inévitables de ce "simple" instrument à quatre cordes qu'est le violon (oui mais : Une lyre extrêmement tendue vibre éternellement et tremble de certitude (Malherbe. Evidemment repris par Ponge). Et que donc, il est toujours instructif pour l'interprète d'entendre de ces mêmes oeuvres une bonne version transcrite avec davantage de complétude pour piano à deux mains, comme la prodigieuse Chaconne de Busoni (que j'ai également en multiples versions, mais connaissez-vous celle passablement oubliée de Yuri Boukoff, dont je crois savoir que le sale caractère a hélas! desservi la carrière...). Chaconne que cependant, Brahms a peut-être eu l'intelligence supérieure de maintenir dans une transcription pour seule main gauche (Kempff aimait la jouer), précisément pour davantage de fidélité dans l'effet de contrainte, pour ne pas dire de gageure.

(Sans rapport mais j'en profite pour une petite leçon de français, tant cette faute m'exaspère d'être omniprésente dans les médias sonores : gageure se prononce gajure, pas gajeure! Et je suis prêt à vous expliquer en quoi et pourquoi, mes honoraires sont de 45 euros de l'heure)

((Très intéressant pareillement de nous avoir joint aussi une belle sonate du grand violoniste contemporain, Pisendel (je crois que je n'en avais jamais rien entendu, mais alors on voit aussi sans rien enlever au génie propre de Bach qu'il y avait, comment dire? quand même un bain de l'époque, et c'est assez surprenant). Même si sans doute une question de minutage à rentrer au chaussepied en a bouleversé l'ordre "normal" des sonates et partitas dans leur répartition sur les deux CD...))

Bref, plus que jamais, courons à Bach (le petit cours d'eau...) en rejaillir vivant. Et même pétri d'humanité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le meilleur enregistrement ?, 13 novembre 2011
Par 
T. vincent "obdach" (paris, france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Sonates et partitas pour violon seul (CD)
Si on devait résumer en quelques grandes idées la prestation d'Amandine Beyer :

- de la légèreté (son archet vole !!),
- un jeu d'archet intelligent avec un immense respect des points d'appui faisant ressortir tous les accords "cachés" dans les notes basses,
- un rappel constant que ce sont des danses au violon et pas des oeuvres tragiques pour orgue,
- des tonnes de contrastes,
- des voix bien mises en relief,
- des fins de phrase presque murmurées,
- une chaconne qui a la beauté de la version de Gidon Kremer, avec mille respirations bien venues dans un morceau si dense et profond émotionnellement,
- un andante (BWV 1003) ultra bien maitrisé,
- des fugues sublimes,
- une fluidité bluffante (presto BWV 1001, allegro BWV 1003),

On regrettera juste le léger manque de brio sur le prelude BWV 1006 (archet trop étriqué), mais c'est un avis très personnel : soit y'a du brio et on distingue moins les voix, soit on fait moins de brio comme A. Beyer et on entend mieux les points d'appui.

Moi qui étais un grand fan de la version un peu trop lourde et trop lacrymale et trop pontifiante de Perlman, me voila content.
Sortirait-on de la gravité donnée aux oeuvres de Bach pour se rapprocher d'une forme de frivolité nécessaire ?

J'ai l'impression, enfin, d'entendre un violon jouer, et non un violon qui tente désespérément d'imiter un orgue.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Légèreté et envoutement, 29 octobre 2012
Par 
Nicolas - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Sonates et partitas pour violon seul (CD)
Plusieurs choses frappent dans cette magnifique version d'Amandine Beyer:
- le son plat, plein et réverbéré qui est très proche de celui de l'intégrale pionnière de Sisgiswald Kuijken avec laquelle elle partage une atmosphère de recueillement et une ferveur similaires
- la facon d'articuler qui n'est pas sans rappeler celle de Nathan Milstein dans sa seconde version et qui partage aussi avec lui cette volonté de varier les angles d'attaques et la pression sur les cordes voire de distordre légèrement le tempo (heureusement moins que le maître) pour appuyer, alléger ou ornementer le propos mais sans perdre de la légereté ou de la fluidité requises
- le style très francais de suggérer la danse et d'ornementer le discours sur des rythmes pointés
- la rhétorique: on sent que le violon parle et ne joue pas seulement de la musique
- le ton presque vivaldien qu'elle a dans certains passages rapides (par exemple dans le double de la première partita et certaines parties de la chaconne)
- certains accents insaissables et fulgurances furtives qui rappellent Reinhard Goebel et notamment ses interprétations de Biber (la passacaille de Biber a probablement inspiré la chaconne de Bach)
- le fait de commencer par la première Partita (et non la première Sonate) ce qui n'est probablement pas un hasard car c'est ce qu'elle joue à mon avis le mieux
- la charge émotionelle qui se dégage de son jeu sans qu'elle en fasse trop et surtout sans qu'elle donne l'impression d'être vulgaire ou pesante
- la faculté de se mettre en danger dans ses phrasés et ses retards et la facilité déconcertante qu'elle a de retomber sur ses pieds laquelle crée une sorte une empathie et un effet magique auprès de l'auditeur qui réduit sa capacité critique à relever certains aspects contestables comme une tenue incertaine des passages fugués ou un sentiment de vacuité qui peut guetter furtivement ici ou là...

Bref, il s'agit d'une grande version aboutie et éminemment personnelle par une interprète qui a su s'approprier cette oeuvre et reprendre certaines idées des violonistes modernes pour les fondre dans une version éminemment baroque.

Je la range aux cotés de mes autres versions baroques préférées: celles de Sigiswald Kuijken et Rachel Podger sans oublier celle de Jaap Schröder largement sous estimée car apparemment plus académique alors qu'elle est probablement la plus radicalement baroque de toute.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


20 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un disque pour Audiophile Mélomane, 15 novembre 2011
Par 
HERVÉ Thierry "Audiophile Mélomane" (France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Sonates et partitas pour violon seul (CD)
Alors que les instruments modernes développent une puissance sonore assez considérable, de nos jours, on ne compte plus les musiciens qui cherchent à redécouvrir les plaisirs des sonorités anciennes. Séduits par la clarté et la sobriété de leurs expressions ou impressionnés par le mordant de leurs rythmes, ils nous transmettent, à leur manière, la substance d'un message baroque de plus en plus présent. Ainsi, qu'ils soient identifiés comme « authentiques » ou « copies », les instruments anciens participent grandement au succès de bien des enregistrements. Pour ce qui est de celui-ci, c'est un violon baroque Pierre Jaquier de 1996 (archet d'Eduardo Gorr, 2000) qui rafle la mise. Il faut dire que celle qui l'anime est une technicienne hors pair. Imposer son nom d'une manière aussi radicale au sommet de la littérature violonistique n'est pourtant pas une mince affaire. Malgré l'ampleur de la tâche - les Sonates et Partitas pour violon seul de Bach se présentent à l'interprète comme une accumulation de difficultés -, Amandine Beyer signe là son disque le plus impressionnant, et cela, avec une facilité déconcertante. Très abouti, c'est celui qui restera collé à son image, un peu comme une auréole musicale. Élégante et racée, son écoute a eu sur moi l'effet d'une véritable gifle. Souple dans le geste comme dans la démarche (les pièces ne sont pas jouées dans l'ordre habituel), avec elle les émotions s'accompagnent de respect. Tout à la fois éclairé et rayonnant, son jeu met en lumière tout ce qui fait de la musique de Bach ce qu'elle est, à savoir : son articulation, sa forme, sa polyphonie, son contrepoint, sa progression harmonique et j'en passe. Bouleversé par son écoute, je l'ai immédiatement comparé aux versions d'artistes au moins tout aussi prestigieux. C'est à ce moment que le revers de la première gifle a atteint mon autre joue, car cette expérience m'a démontré à quel point Amandine Beyer se démarque de ses concurrents. Elle captive notre attention là où d'autres ne font que l'attirer. Reste à chacun à en juger selon ses propres références, mais, personnellement, cet enregistrement m'a littéralement sidéré. Mon compte-rendu ne serait pas complet si je ne mentionnais pas l'excellente captation de Markus Heiland. Le timbre du violon est extrêmement défini et très propre, sans dureté ni froideur. Une réalisation totalement exemplaire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 magnifique, 13 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Sonates et partitas pour violon seul (CD)
remarquable enregistrement, interprétation exceptionnelle.
Un tout petit reproche: pourquoi vouloir ranger ces pièces dans un ordre différent de celui dans lequel elles nous sont parvenues?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le compromis idéal...à ce jour, 8 novembre 2011
Par 
R. Jean-Pierre (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Sonates et partitas pour violon seul (CD)
Cette version des sonates et partitas m'apparaît comme étant un compromis extrêmement agréable à écouter, compromis qui consiste en une interprétation sur violon copié et "monté" baroque, avec un son et un tempo baroque...mais avec un geste ample et épuré de l'interprête maniant l'archer.
Cette version introduit donc un micro-poil d'interprétation classique en donnant plus d'incarnation à l'oeuvre, en donnant l'impression d'un tempo plus lent. Mais il ne s'agit là que d'une impression.

Les baroqueux purs se tourneront vers Grimal, vers Ehnes....les tenant de plus de " classicisme" demeureront des inconditionnels du geste et de l'intériorité de Milstein.

Les amateurs de J-S Bach feront l'acquisition des quatre versions citées...pour le moins. Car, outre la complexité de l'oeuvre, derrière l'intense prière, ou derrière cette profonde méditation (chacun choisira), on trouve en outre, dans toutes ces interprétations, la pure poésie, sans "baroquismes" du Grand Bach.

J-P R
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un Bach sur violon ancien à la hauteur de l'enjeu, enfin !, 6 avril 2012
Par 
M. Girardin (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Sonates et partitas pour violon seul (CD)
Les Sonates et Partitas pour violon seul de Bach comptent parmi les plus hauts sommets de la musique occidentale. Les violonistes considèrent le cahier comme leur Bible. Les compositeurs s'inclinent devant le tour de force, en particulier la superlative Chaconne, à propos de laquelle Brahms déclarait qu'avoir ne serait-ce que l'idée d'une telle œuvre l'aurait rendu fou.
Seulement, pour construire sa cathédrale à la gloire de la musique, Bach a perpétuellement lutté contre l'essence du violon. Et voilà un instrument essentiellement monodique et sans basses qui dit jouer une fugue à trois voix. L'exploit compositionnel est presque inconcevable. Mais y rendre justice en l'interprétant est (presque) tout aussi ardu.
Il faut être un grand violoniste et, surtout, un très grand musicien, capable de construire à la seule force de l'archet des architectures immenses pour s'en sortir indemne.
Jusqu'à présent, aucun violoniste baroque, quelles que soient leur qualités par ailleurs, ne s'était montré (à ma connaissance du moins), à la hauteur.
Enfin est arrivée Amandine Beyer. La grâce de l'archet, l'intelligence du jeu et la technique de main gauche exemplaires lui permettent de relever pleinement ce défi. Si l'on peut encore trouver, ça et là, à redire, et juger cette version inférieure à la magistrale intégrale de Milstein (Jean-Sébastien Bach : Sonates & Partitas pour violon seul), on ne peut que saluer la performance.
Survivre à la Bible violonistique est difficile. En sortir la tête haute est rarissime, et bien des grands s'y sont - à mon sens en tout cas - cassé les dents (Hahn et Szeryng par exemple).
Chapeau bas, madame !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 violon seul, 10 novembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Sonates et partitas pour violon seul (CD)
Il faut l'entendre plusieurs fois pour bien mesurer la qualité de l'instrument et de l'artiste. Difficile de bien entendre tous les "morceaux" en peu de temps et de comparer à une version de Menuhin par exemple
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit