Commentaires en ligne 


15 évaluations
5 étoiles:
 (12)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


31 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un des plus grands films de l'histoire du cinéma !
Quand "Stalker" sort, en 1979 (en Russie), Tarkovski a 4 films derrière lui, 4 autres chefs-d'œuvre de styles différents où l'esthétique et la thématique du cinéaste s'affirment peu à peu. Stalker est à mon sens comme un aboutissement, malgré les conditions très difficiles de sa réalisation,...
Publié le 28 mars 2012 par EB

versus
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Très beau film, édition indigente
Inutile de redire ce que les autres commentateurs ont déjà dit : l'un des meilleurs films de l'auteur, dont la discographie ne compte que des chefs-d'oeuvre, l'un des meilleurs films du monde sans doute aussi. Cela étant, quel besoin avait MK2 de ne plus donner, en 2008, et sans changer du tout les indications figurant sur la pochette du DVD, qu'une...
Publié le 21 mars 2010 par Mr. Morel Jean-pierre


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

31 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un des plus grands films de l'histoire du cinéma !, 28 mars 2012
Par 
EB (Bretagne) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stalker (DVD)
Quand "Stalker" sort, en 1979 (en Russie), Tarkovski a 4 films derrière lui, 4 autres chefs-d'œuvre de styles différents où l'esthétique et la thématique du cinéaste s'affirment peu à peu. Stalker est à mon sens comme un aboutissement, malgré les conditions très difficiles de sa réalisation, et peut-être son plus grand chef-d'œuvre... Cest une œuvre totalement originale, au rythme très lent, qui reprend le fil d'une nouvelle des frères Strougatski, mais pour lui donner une ampleur métaphysique entre le mysticisme, le désenchantement du monde, la perte de la foi et la quête de dieu et du sens, ainsi que des rites superstitieux comme s'en créent les enfants (les interdits prononcés par le stalker)... Mais précisons pour clarifier.
L'"histoire" se résume à peu de choses : après une catastrophe non précisée, un vaste territoire est fermé au public, gardé par l'armée, une zone dangereuse où personne n'ose s'aventurer, sauf un homme, le "stalker", joué par Alexandre Kaïdanovski, qui franchit les barrages avec deux hommes revenus de tout, qui veulent atteindre, au cœur de cette zone interdite, la chambre des souhaits où, dit-on, leur vœu le plus cher sera exaucé. L'un de ces hommes est un écrivain désabusé, dégoûté du succès et de lui-même, joué par Anatoli Solonitsyne (qui était déjà dans "Andreï Rublev", "Solaris" et "Le miroir"), magnifique acteur au visage taillé pour les films de Tarkovski, qui cherche dans la zone un peu de sens. Le deuxième est un scientifique dont on ne connaît pas la motivation (elle apparaît à la fin), joué lui aussi par un acteur récurrent du cinéma de Tarkovski, Nikolaï Grinko ("L'enfance d'Ivan", "Andreï Rublev", "Solaris", "Le miroir"). Une fois dans la zone, et guidé par le stalker pour en déjouer les pièges, tous les trois vont progresser dans un paysage où se mêlent les grands éléments thématiques chers à Tarkovski : le végétal luxuriant, l'eau partout, flaques, cours d'eau, pluie, le feu, mais peu dans ce film, et ruines et objets qui sont les traces résiduelles d'une humanité déchue. Je n'en dirais guère plus, car il ne se passe pas grand chose d'autre, mais entre le départ pour l'expédition vers la zone, et ce qui se passe dans la chambre des souhaits, Tarkovski dessine un univers totalement original, où les hommes se mêlent à la matière, filmée comme personne n'a su le faire, se lovent à même le sol humide comme contre une mère, parlent et s'opposent, la caméra scrutant sans cesse leurs visages burinés taillés à la serpe, beaux comme des statues, exprimant le désarroi, et la profondeur de leur humanité. Les séquences les plus belles (ceux qui ont vu le film me comprendront) sont celles de la draisine (3 minutes sur les visages des trois hommes, tandis que le bruit du roulement sur les rails prend une ampleur irréelle), du "hachoir" (rassurez-vous, ça n'est pas un film d'horreur, et il s'agit d'une scène magnifique dans un tunnel), du long traveling au-dessus de l'eau où sont immergés un sol en carrelage et des objets symboliques, et aussi, hors de la zone, cette superbe scène finale où la fille muette du stalker fait bouger des verres en les regardant, tandis que résonne un train qui passe sur fond de l'hymne à la joie de la neuvième symphonie de Beethoven... Évidemment, évoquer quelque chose que je ne peux vous montrer n'a guère de sens, mais j'espère que ces mots réveilleront ces magnifiques images dans l'esprit de ceux qui ont vu le film...
Sachez encore que ce qui est filmé hors de la zone est en sépia, tandis que ce qui se passe dans la zone est en couleur, et que le son est particulièrement travaillé par Tarkovski qui, au grand dam d'Artémiev, a complètement trafiqué la musique que ce dernier avait composée pour le film... Il faudrait encore parler des lents mouvements de caméra, des passages oniriques, du statisme de nombreux plans longs, de la manière de filmer la pesanteur et le temps, des décors intérieurs révélant les qualités de plasticien de Tarkovski etc...

Quoi qu'il en soit, voilà un film et un cinéma d'exception, l'un des plus grands films de l'histoire, qui requiert un esprit ouvert, et une sensibilité contemplative, qui n'est pas réservé à des esprits religieux ou mystiques, car il s'agit bien ici d'art, au sens le plus fort du terme, et ce qui séduit principalement, c'est surtout cet extraordinaire rapport à la matière et à la temporalité qui caractérise le cinéma de Tarkovski...

Pour ceux que ça intéresse, et comme c'est expliqué dans l'un des bonus du DVD, le tournage a été une catastrophe : en effet, la pellicule utilisée pour faire le film était un modèle nouveau nécessitant un traitement particulier au développement. Or, le film devant initialement comporter deux parties, lorsque la première partie a été envoyée au labo, celui-ci, n'ayant pas les produits adéquats, n'a pas su développer le film, détruisant purement et simplement le travail fait par Tarkovski et son équipe ! Il a fallu tout refaire, de façon différente (on ne saura donc jamais à quoi ressemblait la première version)... Or, le plus terrible de l'histoire, c'est que, passant donc deux fois plus de temps que prévu sur le site du tournage, près d'une rivière en aval d'une usine chimique, une partie de l'équipe semble avoir été contaminée par les déchets toxiques présents dans l'eau de cette rivière, et Solonitsyne et Kaïdanovski sont morts de cancer, le premier dès 1982, le second en 1995, ainsi que Tarkovski lui-même, en 1986, après avoir fait "Nostalghia" et "Le sacrifice"...

Pour la petite histoire, j'ai connu l'époque héroïque de la sortie nationale de "Stalker" en France au début de l'année 1982 (pour la province, quelques mois après Paris, où elle avait eu lieu fin 1981), en hiver, dans une salle d'art et essai pas chauffée et aux trois quarts vide, et qui se vidait davantage au fur et à mesure de la projection, la plupart des spectateurs sortant furieux... Alors étudiant, ignorant tout de Tarkovski, je faisais partie de ceux qui restèrent, éberlué, ébahi, perplexe, n'y comprenant pas grand chose, mais heureux, et j'y retournai dès le lendemain soir... Depuis, je n'ai pas raté les très rares occasions d'aller voir tous les films de Tarkovski au cinéma, bien avant que ceux-ci ne soient publiés en VHS puis en DVD... Pourquoi ces précisions très personnelles qui n'intéressent personne ? Parce que ça rappellera des souvenirs à ceux qui ont vécu cela, et surtout parce que ça remet ce film dans un contexte qu'on a oublié, maintenant que Tarkovski est mondialement reconnu comme un des plus grands cinéastes de tous les temps... "Stalker" fut pour moi, comme pour beaucoup d'autres, un choc, et je trouve génial que l'outil formidable qu'est le DVD permette au plus grand nombre de pouvoir si facilement éprouver le même choc, le même bonheur, dans de bonnes conditions matérielles...

Un regret néanmoins : dans les suppléments, l'interview avec Alexandre Kniajinski (le chef de la photographie) est désynchronisée, alors qu'elle ne l'est pas sur la version Ruscico d'origine...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 attention, chef d'oeuvre!, 18 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stalker (DVD)
Ce très beau film mérite encore aujourd'hui tout notre intérêt. Au delà de la critique d'une société moribonde, comme l'était alors celle de l'URSS,il s'agit d'un conte sur la destinée humaine à vocation et à valeur universelles.Les différents thèmes abordés ici, comme les lieux et les personnages,sont porteurs de significations multiples et croisées, qu'il serait vain de tenter d'aborder en quelques lignes. Puis la leçon finale, le choix très net du réalisateur,sont admirables.
A voir et revoir...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Boulversant, 28 avril 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stalker (DVD)
Je viens de me le projeter pour la 1ère fois.
J'en suis tout chamboulé.
La dernière fois qu'un film m'a mis dans cet état c'était après avoir visionné 'Old Boy'.
Je suis un grand fan de ciné et de sf et je connaissais Stalker tout simplement de part les 3 jeux vidéo S.T.A.L.K.E.R, des FPS/RPG à l'ancienne avec une atmosphère unique et un niveau de difficulté absolument ahurissant (surtout les deux premiers) se passant dans la 'zone' autour de la centrale de Tchernobyl avec bien sûr la chambre des secrets et le monolithe au cœur du bâtiment où le réacteur à fondu.
Finalement par rapport au film originel, ces trois jeux s'inspirent profondément des racines du film (sauf que la catastrophe est arrivée (1986) bien après le film (1979)). Parallèle étrange d'ailleurs car Tarkovsky nous a quitté précisément l'année de la catastrophe nucléaire (créant la zone dans les jeux), voilà un parallèle qui a dû tilter bien fort dans la tête des réalisateurs du 1er jeux Stalker....

Bon passons au film maintenant :
Déroutant au premier abord puis surprenant, envoutant et bouleversant.
C'est comme ça que je qualifierais ce film et c'est bien la première fois que j'apprécie autant un film de SF sans effets spéciaux.
Le contexte historique y est pour beaucoup même si cela est transposable de tout temps et pour toute civilisation confrontée à l'oppression.
Au final on pourrait même se demander si c'est de la Sf ou si ce ne serait pas plutôt un film sur le genre humain, sur l'homme, ses pensées, son esprit, ses peurs et sa ligne de vie.

Pour résumer c'est du tout bon et ça fait réfléchir sur soit, et ça c'est trop rare et c'est seulement l'apanage des Chefs-d'œuvre les plus mythiques du cinéma !!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une claque !, 30 mars 2012
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stalker (DVD)
Grandiose, magnifique, déroutant, poétique, philosophique, métaphysique.
Cela faisait longtemps que je n'avais pas pris une claque sensible et intellectuelle en regardant un film, voilà qui est fait, et quel pied !
L'un des plus beaux films qu'il m'ait été donné de voir dans ma vie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un film initiatique, 18 septembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stalker (DVD)
C'est un poème. Un poème indescriptible et beau, étrange et triste. L'impression qu'il laisse en l'âme ne vous quittera plus.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Très beau film, édition indigente, 21 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stalker (DVD)
Inutile de redire ce que les autres commentateurs ont déjà dit : l'un des meilleurs films de l'auteur, dont la discographie ne compte que des chefs-d'oeuvre, l'un des meilleurs films du monde sans doute aussi. Cela étant, quel besoin avait MK2 de ne plus donner, en 2008, et sans changer du tout les indications figurant sur la pochette du DVD, qu'une version russe en stéréo, une en mono (originale) et une en français (voix off et non dialogues) et des sous-titres uniquement en français ? Ceux qui voudraient les sous-titres soit en russe soit dans l'une des autres langues qui figuraient sur l'édition MK2 précédente (2005), seront obligés de racheter cette dernière ou l'édition Artificial Eye. La seule nouveauté ici est que le film en entier figure sur le DVD 1 au lieu d'être partagée entre les deux DVD (encore le minutage reste-t-il celui de deux disques séparés). Elle ne compense malheureusement pas la suppression des sous-titres en d'autres langues que le français. Voilà une façon bien inattendue et bien décevante de servir un aussi grand film.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La quête de l'absolu et du dialogue, 11 décembre 2013
Par 
Veilleur - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stalker (DVD)
Je ne connaissais de "Stalker" que le nom, vu au hasard de blog, étant cité comme un film marquant, ne laissant pas indifférent. Je me suis procuré cette version en deux DVD et j'avoue avoir reçu une grande leçon de cinéma et de vie. De cinéma car avec le Stalker, nous allons au-delà de la simple narration faite sur la base d'un scénario découpé en scènes dans un format réduit de une heure trente ou deux heures. Le cinéaste a pris son temps pour aménager toutes ses scènes de manière à ce que le spectaeur intègre le cheminement méditatif des trois protagonistes, de manière à ce qu'il intègre lui aussi le fait qu'il devra, un jour ou l'autre, passer par la chambre pour voir se réaliser ses voeux. Le réalisateur prend son temps et nous prend par la main pour entrer dans ce temps long. Par ailleurs, au-delà de l'apparent désordre et facilité du décor, on se rend compte, et plus encore lorsque l'on voit les bonus, combien le réalisateur était soucieux du moindre détail, du positionnement des acteurs au millimètre près, de la juste lumière et même des brins d'herbe. Dans les bonus est raconté l'histoire d'une scène qui devait se passer dans le champ avec les tanks et dans laquelle n'apparaît pas de fleurs, juste de l'herbe? Durant la nuit avant le tournage, des pissenlits ont fleuri. Le réalisateur les a fait cueillir un à un et quand vint le moment de tourner, il était gêné car il sentait leur présence !

Par son cheminement méditatif et ses dialogues profonds sur cette quête d'absolu qui mène les visiteurs de la Zone, le cinéaste emmène le spectateur sur un chemin de transcendance. Rappelons que le film a été tourné en URSS et qu'il était loin d'être facile d'évoquer cela. Le cinéaste le fait avec beaucoup de tact, laissant la liberté au spectateur de ce que pourrait être cette forme de transcendance. Cheminement qui reste pour les protagonistes inachevée, le périple de la Zone mettant à l'air libre les lâchetés, les renoncements, les brisures, tout ce qui s'attache à l'humanité et tout ce qui fait également le propre de l'Homme.

Comme pour toutes les grandes œuvres, il est difficile de rendre un avis, tant les entrées thématiques sont nombreuses. Que le Stalker soit exigeant est un fait mais pour ceux qui ont tenu jusqu'au bout de ce film, il reste une profonde impression d'avoir vu un grand film qui marque et auprès de qui tous les autres films semblent avoir une couleur plus pâle.

Science-fiction, peut-être ; fantastique, peut-être aussi ; humain, assurément.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Extra-ordinaire!, 15 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stalker (DVD)
Je viens de regarder ce film que j'ai eu un peu de mal à me procurer. Je l'ai acheté pour plusieurs raisons: je suis cinéphile, passionnée de cinéma depuis toujours puis j'ai découvert récemment le nom de "Stalker" en me plongeant dans l'ambiance cataclysmique du jeu video "Shadow of Chernobyl". J'ai voulu en savoir plus, et j'ai d'abord lu le livre des frères Strougatski "Stalker: pique nique au bord du chemin", qui m'a un peu déconcertée. (je ne suis pas une habituée des ouvrages de science-fiction), ensuite j'ai lu vos appréciations en recherchant le film sur Amazon. Je ne connaissais pas Tarkovski, je découvre en lui l'âme russe, un auteur exigeant, torturé, sans concession. Le film m'a littéralement emportée, et je ne l'ai pas trouvé long malgré ses presque 3 heures. Angoisse et fascination, voilà ce que j'ai éprouvé en le regardant. Il est difficile, et je pense qu'il faut le voir plusieurs fois. L'image et le son sont très corrects, mais on a à peine le temps de lire les sous-titres. Pour une fois, j'aurais aimé une version française. Il est en 2 parties, sur 2 DVD. Pas gênant pour moi. Les bonus sont très intéressants pour découvrir toutes les personnes qui ont participé à sa création. Et on découvre dans quelles circonstances très difficiles Tarkovski a du travailler. La musique d'Artemiev, belle et lancinante, qui accompagne les images, participe aussi à la magie du film. En filigrane se dessine l'univers noir et totalitaire du monde soviétique, c'est comme cela aussi que je l'ai ressenti.
Vous avez raison: inoubliable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Edition très correcte, 21 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stalker (DVD)
L'un des films les plus accessibles de Tarkovski, la compression est ok et le rendu vraiment intéressant (notamment pour toute la première partie en noir et blanc hardcore).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le destin tragique du "passeur"., 24 décembre 2012
Par 
Georges Duquin (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stalker (DVD)
Andrei Tarkovski nous introduit, nous autres pauvres normaux, dans un mystère du monde et de l'histoire humaine : celui du "passeur", un homme indéchiffrable qui conduit d'autres hommes, avides et médiocres, vers l'inconcevable. Pour ceux-ci, l'inconcevable merveilleux qu'ils désirent à tout prix est de parvenir à un "lieu" qui satisfasse leurs désirs et qui, du moins, leur permette de déchiffrer leurs destins.

Nous sommes nous-mêmes menés dans un voyage où l'ombre et la lumière se combattent dans une sorte de métaphore insoutenable de notre propre condition, et où apparaît la nature christique du "passeur". Le message nous est laissé selon notre nature. Si nous pouvons accepter l'énigme de la foi, nous sommes sauvés.

Avec ce film, Tarkovski, avec son génie de l'obscur et de l'évidence, nous plonge successivement dans le désarroi et l'amour de notre condition d'hommes faillibles mais capables de sacrifices, de compassion et d'acceptation.

Georges Duquin
Villeneuve-sur-Lot
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Stalker
Stalker de Andreï Tarkovski (DVD - 2011)
EUR 19,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit