undrgrnd Cliquez ici Toys Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici Jeux Vidéo cliquez_ici soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles9
4,3 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:12,94 €+ 2,79 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Au début des années 60, Corman réalisa une poignée de films inspirés de l'univers de Poe. Ici, c'est Lovecraft qui sert d'inspiration, mais Corman réalise un magnifique film gothique, avec une excellente interprétation de Vincent Price. La photo notamment y est remarquable, ainsi que la musique. Un chef d'oeuvre du cinéma fantastique et un des meilleurs films de Corman, à placer avec LA CHUTE DE LA MAISON USHER ou LE MASQUE DE LA MORT ROUGE. En Vf et VOST, avec une introduction de P. Brion. Magnifique restauration.
0Commentaire|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 6 juillet 2014
"La Malédiction d'Arkham/The Haunted Palace" est un film fantastique de 1963 de "Roger Corman"(inspiré du court roman "L'Affaire Charles Dexter Ward/The Case of Charles Dexter Ward" de "H. P. Lovecraft" (1890-1937), écrit en 1927 mais publié en 1941 par son grand admirateur "August Derleth" qui fit connaitre son ami (en correspondance seulement) et son inspirateur par des éditions posthumes) avec "Vincent Price" ("La Mouche Noire" 1958, "La Chute de la maison Usher" 1960, "Le Club des monstres" 1980, "Edward aux mains d'argent" 1990) "Debra Paget" ("La Dernière chasse" 1956, "Les Dix Commandements" 1956, "Le Tigre du Bengale" et "Le Tombeau hindou" 1959), "Frank Maxwell", "Lon Chaney Jr." ("Le Loup-garou" 1941, "La Tombe de la Momie" 1942, "Le train sifflera trois fois" 1952), "Leo Gordon" ("Les Rois du soleil" 1963, "Mon nom est Personne" 1973), "Elisha Cook Jr." ("Le Faucon maltais" 1941, "L'Ultime Razzia" 1956, "Rosemary's Baby" 1968) et "John Dierkes".

Le sujet : En 1765, à Arkham, le nécromancien "Joseph Curwen" (Vincent Price) est brûlé vif pour sorcellerie devant son château en prononçant une malédiction sur ses tortionnaires, "Ezra Weeden" (Leo Gordon), "Micah Smith" (Elisha Cook Jr.), "Benjamin West" (John Dierkes), "Ian Willet" (Frank Maxwell) et "Gideon Leach" (Guy Wilkerson). 110 ans plus tard, son arrière-arrière-petit fils, "Charles Dexter Ward" (Vincent Price), et sa femme "Ann" (Debra Paget) se rendent à Arkham mais sont accueillis d'une façon glaciale par une population hostile et méfiante sauf par le Dr Willet (Frank Maxwell). Malgré la présence dans la ville de créatures humaines malformées, Charles et Ann décident malgré tout de se rendre au château de l'ancêtre maudit où les attend un inquiétant gardien "Simon Orne" (Lon Chaney Jr.). Pendant son séjour, Charles devient de plus en plus obsédé par le tableau de "Joseph Curwen" et un étrange changement de personnalité commence à l'affecter...

Le succès des films précédents de "Roger Corman" basés sur les oeuvres de "Edgar Poe", "La Chute de la maison Usher" en 1960, "La Chambre des Tortures" en 1961, "L'Enterré Vivant", "L'Empire de la terreur" en 1962 et "Le Corbeau" en 1963, incitèrent la production à donner à ce petit chef-d'oeuvre le titre d'un poème de cet auteur "The Haunted Palace" cité au début et à la fin de ce film qui est en fait une adaptation du court roman de "H. P. Lovecraft", peu connu à l'époque : "L'Affaire Charles Dexter Ward", dont il reprend les grandes lignes. Dans le roman, l'action se passe à Providence (ici à Arkham, ville imaginaire du Massachusetts, inventée et souvent utilisée dans de nombreuses nouvelles ayant trait au "Mythe de Cthulhu" par "Lovecraft") et "Joseph Corwin" est ramené à la vie par son descendant (donc pas de dédoublement de personnalité). Cependant, plus que dans le roman, l'influence du livre "Le Portrait de Dorian Gray" de "Oscar Wilde" n'en est que plus renforcé. Par ailleurs les mentions des "Grands Anciens" tel que "Yog-Sothoth" et du "Necronomicon", indissociables de l'univers Lovecraftien, sont présents dans les deux oeuvres. Quant au château médiéval ramené pierre par pierre de l'Ancien Monde, il est plus d'inspiration de Poe qui n'a jamais situé ses histoires en Amérique mais toujours en Europe, Lovecraft ne mentionnant lui qu'une propriété ancestrale, mais apporte au film un élément important dans l'ambiance inquiétante et lugubre qui s'en dégage avec ses portes dérobées menant à une cave abritant une monstruosité. La ville d'Arkham, parcourue par des mutants difformes hybrides, et son cimetière enveloppés de brumes, l'atmosphère particulièrement angoissante et glauque, la résurrection de la maitresse de Curwen, "Hester Tillinghast" (Cathie Merchant), par des incantations latines, la présence dérangeante des serviteurs livides "Simon Orne" et "Jabez Hutchinson" (Milton Parsons) qui ont survécu par magie noire, la vengeance posthume implacable de "Joseph Curwen" par le feu sur les descendants de ses bourreaux, la fascination devant le tableau et le dédoublement de personnalité progressif de "Charles Dexter Ward" admirablement interprété par "Vincent Price" parfait dans son élément, la mise-en-scène soignée et artistique d'un "Roger Corman" visiblement inspiré par le roman, le casting irréprochable, tout fait de ce film une réussite totale qui manquera par la suite aux adaptations postérieures de "H. P. Lovecraft".
Un chef-d'oeuvre à voir ou à revoir dans une édition de qualité.

PS: Pour la petite histoire, August Derleth signa aussi des romans posthumes sous le nom de H. P. Lovecraft et du sien, mais il semble cependant que le génial écrivain Lovecraft fut bien moins inspiré mort que vivant.

DVD Sidonis de 2010 : VOST seulement et VF mono restaurées (impossibilité de changer de langue sans passer par le menu et de supprimer les sous-titres de la VO) - Durée 83 min - Format 2.35 - Bonus : présentation par Patrick Brion et Bande Annonce en VO sans sous-titres.
22 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 octobre 2014
Bien que ce film de Roger Corman soit plutôt atypique (cette fois c'est une adaptation de Lovecraft au lieu de Poe), c'est probablement l'un de ses meilleurs films.
Tout est bon, les décors, la mise en scène, l'atmosphère, les acteurs dont Vincent Price qui se paie le luxe de jouer un double rôle.
Au moins aussi bon que "le masque de la mort rouge".

Un DVD à ne pas rater.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"La Malédiction d'Arkham" est un film de Roger Corman sorti en 1963 et inspiré des nouvelles d'Edgar Allan Poe et H.P. Lovecraft. On y retrouve Vincent Price : "Charles Dexter Ward - Joseph Curwen" et Debra Paget : "Anne Ward".
Début de l'histoire: Curwen est un sorcier et livre les femmes à des créatures de l'autre monde. Les habitants de la petite ville (Arkham) le brûle sur un bûcher lui et sa compagne.
Un siècle plus tard, un nommé Charles Dexter Ward et sa femme Anne débarquent d'un navire et se rendent à Arkham. Les villageois en voyant la ressemblance avec Curwen sont terrorisés.
L'horreur commence pour la petite ville.
Le mélange entre la nouvelle d'Edgar Allan Poe et celle de Lovecraft est une merveille. Corman avec son acteur fétiche (Vincent Price) qui joue un double rôle est magnifique.
Pour tous les amateurs de Corman et du cinéma Fantastique du début des années 1960, vous serez comblé. Je ne vais pas tout dévoiler mais certaines scènes resteront dans les annales du cinéma Fantastique Américain de ce début des sixties.
Pour moi Edgar Allan Poe et H.P Lovecraft sont les premiers écrivains d'horreur. Vous allez me parler de Robert Louis Stevenson (Dr Jekyll and Mr Hyde), Bram Stocker (Dracula), Mary Shelley (Frankenstein) ou encore Shéridan Le Fanu (Carmilla). C'était excellent. Des pionners de la terreur mais rien à voir avec Poe et Lovecraft.
Je vous le conseille vivement comme "La chute de la maison Usher" du même metteur en scène.
Le CD est excellent aussi bien que l'image et le son. Rien de spécial à dire. Quant un DVD est de mauvaise qualité, je vous le dit.
Adanson Marco.
55 commentaires|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2015
Vincent Price est un acteur de génie !
L'homme n'a pas son pareil pour habiter des personnages tourmentés à qui il donne une dimension plus qu'inquiétante.
Tout est réuni dans ce film pour satisfaire l'amateur de film gothique : un château inquiétant, des personnages secondaires comme on les aime un Vincent Price hanté et machiavélique et un scénario bien ficelé.
Le tout servi par une photographie somptueuse et une très belle musique.
A voir !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juillet 2014
Synopsis : Au XVIII° siècle, dans la bourgade d'Arkham, le sorcier "Joseph Curwen" a établi une relation avec les démons d'une réalité parallèle. Il accouple les monstrueuses créatures avec les femmes du coin, qui mettent au monde des êtres difformes !
Brûlé vif par les habitants du village, il jure de se venger et porte sa malédiction sur tous leurs descendants.
Un siècle plus tard, Charles Dexter Ward, son héritier, arrive à Arkham...

Dans les années 60, le réalisateur Roger Corman se lance dans une série de films basés sur les adaptations des écrits et poèmes d'Edgar Alan Poe, auxquels il va se consacrer durant toute la première moitié de la décennie (avec par exemple, La Chute de la maison Usher,La chambre des tortures et Le Masque de la mort rouge).
Cependant, avec "La Malédiction d'Arkham", Corman décide de s'éloigner de l'univers du poète gothique américain pour approcher celui de l'écrivain horrifique H. P. Lovecraft. Les producteurs du studio "American International Pictures" (Samuel Z. Arkoff & James H. Nicholson) lui imposeront tout de même de mêler cette nouvelle influence à celle de Poe. Mais le film deviendra, envers et contre tous, la première adaptation cinématographique de l'univers de Lovecraft.
Ainsi naquit le mariage entre les poèmes de Poe et les nouvelles de Lovecraft, qui allait, l'air de rien, devenir une constante en ce qui concerne la transposition sur grand écran de l'écrivain de Providence ! En 1965, le réalisateur Daniel Haller (directeur artistique de Corman) mettait en chantier, pour le même studio, Die, Monster, Die !, une adaptation de la nouvelle La Couleur tombée du ciel, du même Lovecraft, avec une atmosphère au diapason de la série cinématographique inspirée des poèmes de Poe. Bien plus tard, le premier sketch du film Necronomicon renouvellera le mariage entre les univers conjoints des deux écrivains, qui se retrouveront une fois encore dans Le Territoire des Ombres...

Si "La Malédiction d'Arkham" porte en version originale le titre "The Haunted Palace", un poème d'Edgar Poe, il s'agit en réalité d'une adaptation plus ou moins officielle de L'affaire Charles Dexter Ward, une nouvelle de H. P. Lovecraft. Le poème de Poe est cité par écrit à deux reprises (comme souvent dans la série des films de Corman). Mais pour le reste, le film est une adaptation de l'œuvre de Lovecraft...
Le scénario va d'ailleurs plus loin en intégrant plusieurs éléments liés à la mythologie de l'écrivain horrifique, tel le "Necronomicon" et les "Grands Anciens" "Cthulhu" et "Yog-Sothoth"...

Une fois encore, Corman décide de préserver davantage l'esprit à la lettre et opère une synthèse conceptuelle des éléments issus de son matériel littéraire. Et ce concept deviendra également une autre constante pour toutes les adaptations futures dédiées aux écrits de Lovecraft...
A travers la caméra du réalisateur, les éléments gothiques et horrifiques deviennent d'envoûtantes enluminures faites de brumes colorées et de manoirs menaçants se découpant sous la pleine lune. La photographie, somptueuse, fait naitre l'épouvante dans un écrin cobalt, qui suggère l'horreur des événements plus qu'il ne la montre.
Le réalisateur bénéficie en outre de la présence de son acteur fétiche, Vincent Price, qui apporte son charisme old-school à cette fable démoniaque...

Il y aurait encore beaucoup à dire de cette œuvre fédératrice, qui n'est d'ailleurs pas exempte de défauts. Et il apparait aujourd'hui bien naïf de voir tous les ancêtres du village d'Arkham, remplacés, un siècle plus tard, par leurs descendants incarnés par les mêmes acteurs !
Pour autant, l'importance du film dans l'histoire du cinéma est telle qu'il ne faut pas la prendre à la légère. Outre le fait qu'il s'agisse de la première adaptation des écrits de Lovecraft et un cas d'école dans le mariage entre son influence et celle d'Edgar Poe, il est également important de noter que "La Malédiction d'Arkham" est un film précurseur sur le thème de la "possession" (thème repris deux ans plus tard dans le très beau La Tombe de Ligeia)...
Aujourd'hui naïve et surannée, parfois surjouée mais toujours splendide d'un point de vue plastique, cette œuvre classique du cinéma fantastique ne fera aujourd'hui plus peur à personne. Mais elle n'en demeure pas moins une pierre à l'édifice du genre qui nous intéresse à tous, ici.
A noter la présence de Lon Chaney Jr, autre grand acteur spécialisé dans les films d'horreur, dont ce fut l'un des derniers rôles...
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une des meilleures associations Corman-Price, à mon avis. Oubliez Lovecraft et plongez dans ce film divertissant, aux couleurs somptueuses et à la mise en scène impeccable. Un excellent divertissement et du bon cinoche.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2014
SUPERBE FILM DECORS ET TECHNICOLOR SOMPTUEUX.ROGER CORMAN EN GRANDE FORME L ECIVAIN N EST PAS TRAHI...POUR UNE FOIS...A CHOISIR SI ON AIME LE FANTASTIQUE.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 décembre 2010
Non vraiment malgré la tres belle jaquette ce vieux Corman qui se veut une adaptation de Poe mais est en fait l'adaptation de l'affaire Charles Dexter Ward de Lovecratf(l'une des ses plus belles nouvelles soit dit en passant) est ratée.
Malgré Vincent Price toujours impressioannt mais qui ,içi, qui en rajoute question effet de sourcils froncés Roger Corman marabout de ficelle n'arrive pas à restituer l'horreur lovecraftienne et la possession démoniaque du petit fils par son grand père nécromant On s'ennuie ferme on ne frissonne pas un instant les maquillages sont désolants
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles