undrgrnd Cliquez ici Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles6
4,0 sur 5 étoiles
Format: DVDModifier
Prix:11,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 février 2010
Splendide. Un grand classique. Corman mélange deux nouvelles de Poe (le masque de la mort rouge et hop frog).
Vincent Price est monstrueux de suavité et de perversité. Quant à la mise en scène c'est une symphonie de couleurs (voir la traversée des pièces de différentes couleurs, les scènes de rèves,...). La scène finale du dialogue sous l'arbre mort entre les différentes morts nous renvoie à I. Bergman (le 7ème sceau).
Probablement le meilleur film de Corman. Un des tout meilleurs du cinéma fantastique : bref un must à ne pas manquer !
0Commentaire12 sur 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 avril 2013
Au Moyen-âge, alors que la peste fait des ravages, le sinistre prince Prospero organise d'étranges orgies sataniques dans son château et sème la terreur dans le pays. Un jour qu'il traverse un village, il remarque une jeune femme qui le supplie de faire preuve de compassion. Il décide alors de l'emmener avec lui afin de l'initier aux plaisirs défendus du monde des ténèbres...

"Le Masque De La Mort Rouge" fait partie de la série des adaptations d'Edgar Alan Poe par le réalisateur Roger Corman, qui occupèrent l'essentiel de ses activités dans la première moitié des années 60. Réalisé en 1964, c'est l'un des derniers de la série (après La Chute de la maison Usher en 1960, La chambre des tortures en 1961, L'Enterré vivant et L'Empire de la terreur en 1962, Le Corbeau et La Malédiction d'Arkham en 1963, et avant La Tombe de Ligeia en 1965. A noter que L'Horrible Cas du Dr X et le très étrange The Terror, sans être des adaptations de Poe, sont également très inspirées du même univers).
"Le Masque De La Mort Rouge" est largement mon préféré entre tous, et cet avis est partagé par de nombreux admirateurs confondus, qu'ils le soient d'Edgar Alan Poe, de Roger Corman ou encore du grand Vincent Price, qui interprète le premier rôle sur quasiment tous les films relevés plus haut.

Revoir aujourd'hui un tel film nous fait prendre conscience à quel point Roger Corman, plus tard connu pour être un assez mauvais producteur de séries Z, était un très grand réalisateur et un étonnant créateur d'univers fantastiques cinématographiques. Alors que tout le monde s'accorde sur le fait que les écrits de Poe ne sont pas une mince affaire en termes d'adaptation, le point de vue du réalisateur sur la manière de les porter à l'écran était à chaque fois d'une remarquable intelligence. Et tandis qu'il mettait en scène chaque film avec une économie de moyens aussi bluffante que le budget était serré, le résultat était toujours aussi somptueux, de surcroît rehaussé par la participation d'un casting chaque fois dominé par les meilleurs pointures du genre (Vincent Price et Hazel Court dans "Le Masque De La Mort Rouge", mais également d'autres vedettes de premier plan dans les autres adaptations, tels Boris Karloff, Peter Lorre, Basil Rathbone, Barbara Steele, Jack Nicholson, ou encore Debra Paget, Lon Chaney Jr. et Ray Milland !).
Corman était d'ailleurs réputé entant que dénicheur de talents exceptionnel puisqu'il fit débuter rien moins que Francis Ford Coppola et Jack Nicholson ! Après avoir utilisé le savoir faire de Floyd Crosby, Corman nomme d'ailleurs ici Nicholas Roeg au poste de chef opérateur, futur cinéaste très intéressant dans le registre du fantastique, a qui l'on doit notamment le célèbre "Performance" avec Mick Jagger, le très beau "L'Homme qui venait d'ailleurs" avec David Bowie, ainsi que le magnifique et ténébreux "Ne vous retournez pas", dans lequel il transformait la ville de Venise en véritable cauchemar viscéral !

"Le Masque De La Mort Rouge" est envoûtant dès la première image. Corman opte pour une saturation des couleurs vives qui éclaboussent l'œil du spectateur et profitent du format "technicolor" pour composer de véritables tableaux impressionnistes. Afin de masquer le côté factice de nombreux décors de studio, il noie également ses images d’une brume épaisse, qui confère au récit une atmosphère gothique du plus bel effet. Les éclairages de Nicholas Roeg sont splendides et le décor du château médiéval est majestueux. Toutes les pièces du château, qui occupent les trois-quarts de l'intrigue, sont conceptuelles, chacune savamment décorée en fonction du thème de la séquence et des couleurs qui s'y harmonisent (Ah ! la chambre jaune de torture psychologique !).
Comme dans ses autres adaptations littéraires, Corman privilégie l'esprit à la lettre. Le script réduit l'intrigue principale à son architecture la plus minimale et se focalise sur l'aspect psychologique des personnages. A ce jeu, évidemment, Vincent Price mange l'écran et les haut-parleurs en composant une figure démoniaque tout en ambivalence, tantôt sensiblement ému par l'innocence de sa protégée, ou à l'inverse livré à son impitoyable sadisme. Le reste n'est occupé que par une poignée de séquences symboliques et oniriques, teintées de sadisme et de décadence (relatives, car nous sommes dans le cinéma grand-public des années 60). La "Mort rouge" se substitue ainsi à une sorte de fléau divin, qui, tel celui de "Sodome et Gomorrhe", ne laissera la vie, après un bain de sang chromatique, qu'à une toute petite partie des protagonistes.
C'est donc dans cette alchimie d'une justesse artistique étonnante, qui allie un savoir-faire extrême, une économie de moyens parfaitement dispensée, une vision conceptuelle de la mise en scène, une approche psychologique, symbolique et onirique envoûtante, une poésie macabre hautement gothique, une interprétation principale et une équipe technique de premier ordre, que le cinéma de Roger Corman dans sa série des adaptations des écrit d'Edgar Poe s'inscrit dans l'histoire du cinéma fantastique comme une des références du genre.
22 commentaires3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
A voir pour Vincent Price. A voir pour les couleurs magnifiques. A voir pour la mise en scène impeccable. A voir pour la vision de Poe (après tout, le cinéma ne doit pas et ne peut pas être une copie fidèle d'un livre). A voir surtout finalement parce que c'est tout simplement du cinéma, et c'est déjà beaucoup par les temps qui courent.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2014
Je ne m'attendais pas tellement à ça niveau décor du film, photographie etc mais au final c'est sympa. Je suis une jeune fille qui découvre toute la filmographie de Vincent Price et de tout ceux que j'ai visionnés aujourd'hui, celui ci et L'homme au masque de cire demeurent mes favoris :)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 janvier 2016
J'ai adoré ce film excellent dans lequel le magnifique Vincent Price nous montre toutes les facettes de son immense talent ! A posséder absolument pour tous les fan de fantastique
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mars 2010
Malheureusement, dans ce cas Poe s'écrit "Poor"!
Superficiel, naïf, faux, en bref: très décevant! Les critiques sont en général plutôt positives sur Amazon et imdb et même Leonard Maltin et Morandini -juste pour faire des exemples - ont fort apprecié ce film de Roger Corman: à leur avis à moitié chemin entre Poe et Bergman!!! Mon opinion est que nous sommes très très loin de la magie et du génie de Poe et franchement comparer ce Corman ci à Bergman est pure folie. Ma déception est liée aussi au fait que j'aime bien les film d'horreur, Corman et Price, et je ne m'attendais pas... un "horreur" comme ça!
Par contre je dois reconnaître que le dvd est effectivement de très bonne qualité, surtout côté image. Donc, si vous aimez le film (chacun ses goûts!) achetez le tranquillement, l'edition est superbe et les bonus passables. Si non, lisez le conte de Poe et oubliez ce film.
0Commentaire5 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,00 €