Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 pourpre profond, 2 janvier 2012
Par 
ERIC HALLIENNE - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : BBC Sessions 1968-1970 - Édition Spéciale (2 CD) (CD)
Très bon 2CD dans sa version la plus simple de ce groupe qui a marqué le début des seventies de son hard rock lourd et reconnaissable entre tous gràce à la virtuosité du guitariste Ritchie Blackmore, de l'organiste Jon Lord et la voix de Ian Gillian. C'est donc la fameuse formation dite Mark 2 qui a remporté le plus de succès. Mais le groupe formé en 1968 a bien tenté d'abord avec Rod Evans et Nick Simper une version plus dans la veine de formation comme Vanilla Fudge, c'est à dire avec des reprises allongées et très enrichies musicalement de hits célèbres comme le "Hush" de Billie Joe Royal , "Help" des Beatles ou "Hey Joe" rendu célèbre par Jimi Hendrix. Le 1er CD est consacré entièrement à cette période. Ils avaient déjà leurs propres compositions dans la même veine comme "Wring that neck". Et puis tout changea fin 1969, la nouvelle formation modifia sa vision musicale et ce fut le succès. Le 2e CD lui est entièrement consacré. "Ricochet" qui l'ouvre est une première mouture de ce qui deviendra "Speed king" le titre qui ouvre le super album de hard "Deep Purple in rock". On retrouve d'ailleurs dans ces sessions presque tous les titres de ce 33tours et le hit single "black night". Le tout se terminant par l'anthologique long "child in time" qui donne la part belle à la fois au chant très particulier par sa puissance et ses vocalises de Gillian et aussi le jeu délirant de Lord à l'orgue et Blackmore tout en distorsion et vibrato fuzz à la guitare. Le tout soutenu par une rythmique infaillible de Glover à la basse et Paice à la batterie. Les enregistrements sont très bons, la BBC a décidemment de nombreux trésors en réserve. Le livret de 12 pages donne de nombreux renseignements. Rien de tel pour mieux saisir l'évolution du groupe de sa création et son phénoménale succès. Achat très recommandé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pour aficionados, 4 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : BBC Sessions 1968-1970 - Édition Spéciale (2 CD) (CD)
Excellents enregistrements tant au niveau de la qualité de la performance que de la qualité du mixage. J'ai presque pris plus de plaisir à écouter le 1er CD car ces versions sont plus rares et plus fines. Le 2ème CD offre des versions plus 'brutes'.
Dans l'ensemble cet album ravira les fans invétérés en recherche de nouvelles versions et de nouveaux sons. Pour les autres il est préférable de commencer par le In Concert 70-72 dans lequel le groupe délivre des performances plus abouties.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Archives, 9 juillet 2014
Par 
Cousin Hub "Cousin Hub" - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : BBC Sessions 1968-1970 - Édition Spéciale (2 CD) (CD)
44 ans après sa création, Deep Purple continue à sortir des disques d’archive… Comme la plupart des grands groupes anglais de cette époque, il a eu un rapport privilégié avec la BBC, participant à plusieurs programmes de ses animateurs les plus prestigieux. Au début des années 80, EMI exhumait trois concerts enregistrés par la Beeb et sortait les fameux « In concert 70-72 » (tournée « In rock » et « Machine head ») et « Live in London » (tournée « Burn »). Pourtant, les fans du groupe réclamaient en plus la parution d’un album compilant toutes les sessions que le groupe avaient enregistrées pour la station de radio. Au fil des années, on en retrouvait certaines en bonus des remasters des albums de la MKI (« Shades of Deep Purple », « Book of taliesyn » et « Deep purple ») et sur le coffret 6 CDs + livre « Listen, learn, read on » (épuisé depuis des lustres). Alors qu’on ne l’espérait plus, voilà que paraît l’objet tant attendu des amateurs du pourpre profond… Dommage qu’il paraisse aussi tard alors que les jours du CD sont comptés, car ce double-album est la caverne d’Ali Baba, le lien qu’il manque entre les albums « Deep Purple » (1969) et « In rock » (1970) ! Comment cette petite formation si ancrée dans les sixties (avec le crooner Rod Evans) a-t-il pu devenir l’archétype du groupe de hard-rock des seventies (avec le hurleur Ian Gillan) ?
Je ne suis pas particulièrement collectionneur, mais je ne pouvais faire autrement de commander le coffret 2 vinyles + 2CD + livret grand format en édition limitée : en effet, Amazon.fr le proposait en pré-commande à 16 euros seulement (une grossière erreur de leur part puisque son prix devait être rapidement réévalué à… 82 euros !).
Il est amusant de constater qu’EMI a repris pour Deep Purple le code couleur des Beatles : l’album consacré à la MkI (1968-68) est glissé dans un écrin rouge, et celui de la MkII (1969-70) dans une pochette bleue. C’est de bon augure !
Vous aimez les trois albums enregistrés par la mouture avec Rod Evans et Nick Simper ? Les versions BBC sont encore plus intenses et profondes que les enregistrements studio. On sent que le groupe maîtrise parfaitement ses compositions et qu’il peut devenir un très grand groupe. Au fur et à mesure des sessions, le son s’épaissit, les musiciens se lâchent, la rythmique se débride, Rod Evans se libère. Il suffit d’écouter l’évolution du morceau « The painter » (extrait « du troisième album) proposé en trois versions différentes pour se rendre compte vers où se dirige le groupe. Blackmore veut devenir le nouvel Hendrix, c’est évident ! Et c’est le fougueux Ian Paice qui le suit le mieux dans ce déferlement de décibels, frappant comme un malade des rythmes de fou que ne renieraient pas Ginger Baker ou Mitch Mitchell (c’est évident sur « emeretta » qui se termine par un super solo de batterie). D’un autre côté, Jon Lord garantit les influences jazz et rhythm & blues au travers de son orgue chaleureux, renforcé par la voix soul de Rod Evans et la basse syncopée de Nick Simper. « hush », le tube de cette période, introduit et clôt ce CD...
Le second CD ravira quant à lui l’amateur du Deep Purple « classique », la fameuse Mark II avec Gillan au chant et Roger Glover à la basse. Ce CD fait la part belle à « In rock » dont 6 morceaux sur 7 sont ici réinterprétés (seul le complexe « flight of the rat » manque à l’appel). Les versions, forcément différentes (moins agressives), sont taillées pour la radio avec speech du présentateur et raccourcissement en « fade » (« hard lovin’ man », « living wreck »). On découvre par ailleurs une version ancestrale (très sixties) de « speed king », titrée « ricochet », enregistrée quelques jours à peine après les dernières sessions de la Mark I. Il faut signaler que Blackmore, Lord et Paice répétaient la journée avec Gillan et Glover, alors que le soir ils se produisaient live avec Evans et Simper, sans que ces deux derniers ne soient au courant. Un seul titre de la Mark I est repris ici par la Mk II : « the bird has flown » dans une version plus typiquement heavy. Autres surprises : le boogie « jam stew » et l’instrumental Grabsplatter (qui deviendra un an plus tard « I’m alone », face B de « strange kind of woman »). Bien entendu, « black night » est également présent dans une version assez similaire au single, tout comme l’épique « child in time » dans l’une des meilleures versions que j’ai entendue.
Vous l’aurez compris, ce double album s’avère indispensable au fan du groupe. Il peut également servir d’introduction à ceux qui voudraient mieux comprendre l’évolution de ce groupe emblématique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Dès qu'on lit BBC, on sait que la qualité sera au rendez-vous, 11 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : BBC Sessions 1968-1970 - Édition Spéciale (2 CD) (CD)
Et la qualité est au rendez-vous. J'avoue que je suis un fan de Deep Purple des 70's, avec un préférence pour les périodes mark II et III.

J'avoue que je n'ai jamais été attiré par la première période, car elle me semblait un peu trop "bizarre" en comparaison de l'explosif Mark II et plus "rond" Mark III.

On m'a offert le coffret pour mon anniversaire, et j'avoue que les pistes de l'époque Mark I, même si elles ne sont pas au niveau de ce qui sera l'époque magique du groupe, permettent de voir que le groupe naissant en avait en sous la pédale, et ne demandait qu'à s'exprimer. Comme le très bon "Wring That Neck" qui est aussi disponible dans la version deluxe du "Concerto For Group and Orchestra".

C'est plus un coffret pour les amateurs du groupe, que pour les personnes voulant s'initier, cependant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit