Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une bonne suite., 21 octobre 2011
Par 
Alastor78 (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Magician King: (Book 2) (Broché)
Les magiciens était un livre rare, qui tenait autant du divertissement que de la littérature et si on le comparait sans cesse à Harry Potter c'est plutôt vers les romans de Douglas Coupland que le livre penchait. On y retrouvait des ados, puis des jeunes adultes sarcastiques, perdus, se sentant déconnectés du monde, errant sans but et désireux de trouver une échappatoire plutôt que de s'adapter à leur univers, exactement comme les personnages de Generation X de l'écrivain que je citais.

Le livre, complet, n'en laissait pas moins la porte ouverte à une suite alors qu'on sentait que Quentin, le héros, n'avait pas complètement fini de mûrir et qu'il s'apprêtait à replonger avec ses anciens camarades et Julia, son amie d'enfance fraîchement intégré au groupe, dans l'univers féerique de Fillory. On retrouve donc nos personnages là où on les avait laissé, vivant comme des rois et des reines dans leur royaume magique mais tout n'est pas rose à Fillory, Quentin ressent toujours le besoin de partir en quête et Julia sorcière autodidacte semble de moins en moins humaine de jour en jour et de plus en plus...magique. S'ajoute à cela des perturbations incompréhensible à Fillory qui ne tardent pas à renvoyer les deux héros sur Terre où ils vont devoir comprendre ce qui arrive à leur monde pour pouvoir enfin y retourner. Magician King est donc bien plus rythmé et plus riche en péripétie que le précédent roman de Grossman mais l'intrigue m'a pourtant parut plus linéaire et moins surprenante, notamment parceque Magician King est avant tout le récit d'une quête, là où Magicians était un récit plus proche des personnages. Ce bouleversement n'est pourtant pas gratuit et ce qu'on perd en surprise durant le récit on le regagne dans un final terrible et épatant à la fois. On voit venir de très loin l'issue du voyage de Quentin mais la leçon qu'il retiendra de ce second livre n'en sera pas moins cruelle et sans appelle. C'est d'ailleurs le fait que Grossman est osé le choix d'une issue tragique (mais pas dans le sens où vous le pensez!) qui fait de Magician King un roman si puissant et dérangeant à la fois.

Deux extrêmes qu'on retrouve sous diverses forme tout au long du roman. L'oralité des dialogues et la modernité des références entrent ainsi fréquemment et violemment en collision avec la beauté et la richesse des lieux et personnages que Grossman décrit. La légerté presque enivrante de l'univers magique contraste avec des scènes parfois extrêmement glauque (au vu de l'avant dernier chapitre, on ne recommandera pas le livre à un public trop jeune) et enfin la naïveté du genre dont Grossman fait le pastiche se confronte ici à de mûre réflexion sur le passage à l'âge adulte (toujours), l'addiction et la religion.
Ainsi Magician King nous encourage à toujours lire entre les lignes. Dans les chapitres consacrés à Julia et dans lesquels on découvre son apprentissage de la magie ce sont des adolescents dépressifs et "drogués" de magie qu'on retrouve. Le portrait de Julia est pathétique et cruel ce qui n'en rend le personnage que plus profond et intéressant. Plus tard ce sont les chapitres sur les dieux qui mettent en avant un désir de spiritualité et une perte de foie quasi fatale pour les personnages de la génération que Grossman décrit à travers une multitude de personnages depuis deux tomes. Si sur certain thèmes Grossman se répète un peu par rapport à ce qu'il disait dans Les Magiciens, sur d'autre il étoffe son propos et continue de construire un pont entre le divertissement et la littérature à une époque où l'on tend à séparer les deux.

Pour finir, et comme son prédécesseur, Magician King appelle indéniablement à une suite mais, là encore comme son prédécesseur, le livre constitue un tout qui se suffit à lui même et qui laissera cette fois le lecteur choqué, troublé, frustré mais aussi émerveillé et songeur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Quentin est Roi, mais après ?, 16 février 2013
Par 
Kallisthène (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Magician King: (Book 2) (Broché)
Cette, désormais, série est la rencontre d'un écrivain « classique », journaliste et critique littéraire au Time, et d'un poncif habituellement traité par la Littérature dite de Genre que sont les années de formation d'un jeune Magicien.

Mais ici l'auteur y a apporté toute l’âpreté de notre réalité, car ces jeunes adolescents recrutés dans l'Université de Magie de Brakebills nous sont contemporains, ils nous sont semblables …

De plus, principe de réalité supplémentaire, les études de Magie sont extrêmement dures, plus que nos propres écoles préparatoires. Le Hacking de la réalité doit se mériter ! Et cet élitisme, couplé à quelques sorts d’oubli judicieusement placés, explique la faible trace que la Magie laisse dans notre quotidien.

Inutile donc de surprendre votre incrédulité : si la Magie existait vraiment, elle pourrait ressembler à ça ! Cette sensation de véracité est à rapprocher de celle magnifiquement obtenue par Susanna Clarke dans Jonathan Strange et Mr Norrell.

A la fin des « Magiciens », l’auteur nous avait laissé sur un retournement complet de situation : Quentin, notre anti-héros ballotté par les événements, convaincu que le merveilleux et la Magie sont les sources du bonheur venait de subir une terrifiante douche de réalité et se résignait à une vie sans lustre dans un luxueux bureau de costard-cravate où personne ne viendrait lui demander à quoi il sert !
Quand Janet, Elliot et Julia vinrent le chercher pour devenir le quatrième des Rois&Reines de Fillory !

Nous en sommes toujours là deux ans plus tard, mais la royauté en Fillory n'est guère exigeante, nulle guerre, nulle famine et nulle révolte ne menace ce Royaume enchanté débarrassé de son Tyran.

L'ennui pousse donc Quentin et Julia à s'aventurer aux confins du Royaume pour y chercher un peu d'Aventure sous prétexte de lever quelques impôts …
Cette Aventure se présentera sous la forme d'une vieille légende qui les expédiera … vers un lieu qui leur est insupportable ! Ils n'auront dès lors de cesse que de trouver le moyen de retourner dans ce qui est maintenant leur Royaume.

Pourtant, cette aventure improvisée et futile des débuts révélera de vrais enjeux : rien de moins que l'existence même de la Magie et ce faisant vraisemblablement l'existence même de Fillory. Concomitamment, l'auteur nous fera découvrir l'histoire parallèle de Julia et de son propre apprentissage de la Magie.

Car si Julia n'est jamais rentrée à l'Université de la Magie, la découverte de la faille que représente cette existence a fini par faire dérailler sa vie. Obsédée par une Magie qui lui échappe, dans laquelle elle a vu s’engouffrer Quentin, elle entre dans des noires dépressions jusqu'à ce qu'elle découvre enfin un Underground où échouent les insatisfaits de tout poil et où quelques miettes de cette Magie sont dispensées …

Pour utiliser un vocabulaire courant, Julia est devenue une vraie Nerd et une no-life. L’auteur ne nous cache pas non plus les dégâts sur sa propre famille incapable de comprendre le dilemme de leur fille sur-douée. D’ailleurs la Julia finale, dont nous faisons connaissance au début du livre est clairement passé par des épreuves épouvantables, elle est cryptique, triste, impossiblement douée, parle et comprend les animaux sans effort apparent. Elle est l’énigme du livre, au sens propre comme au sens figuré, d’ailleurs.

Remercions enfin l'auteur de nous faire considérablement progresser dans la compréhension de son univers, je n'en dirai pas plus !

Au dernier chapitre, traditionnellement des regrets, étant un stupide lecteur de genre, j'ai toujours du mal avec les personnages qui n'embarquent même pas une trace de « grandeur », que ce soit en bien, le Héros, ou en mal, le Méchant. Or il faut bien reconnaître que Quentin n'est pas du tout une figure héroïque !
Vous me direz que c'est l'intérêt même du roman, la condition même de ce bienvenu sentiment de "réalité" certes, certes …
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Une superbe suite, 7 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Magician King: A Novel (Poche)
J'ai adoré comme j'avais adoré le volume 1 (The Magicians), de nouvelles "aventures" pour ces anti-héros.
Le melange des mondes est toujours aussi bien fait.
Accrocheur jusqu'au bout.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

The Magician King: (Book 2)
EUR 6,42
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit