undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

17 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
"11/22/63" est la date où JFK se fait assassiner à Dallas. C'est en théorie le sujet principal du livre et en fait, d'après moi, plus un prétexte à raconter une histoire à la Benjamin Button.

Nous faisons connaissance, dans le verdoyant et paisible état du Maine cher à S. King, de Jake, un tranquille professeur d'anglais. Jake part s'acheter un burger dans sa sandwicherie préférée quand il s'aperçoit que son propriétaire, Al, semble avoir considérablement vieilli en une journée. Al, qui va bientôt mourir, lui confie son secret: son débarras mène dans le passé. A 11h58 du matin, un jour de 1958 très précis. Et Al aimerait bien que Jake mène son grand projet: aller dans le passé et y vivre jusqu'à neutraliser Lee Oswald, avant qu'il ne tue Kennedy.

Le premier voyage dans le passé se déroule dès la fin du premier chapitre et dès ce moment, j'étais complètement happée dans l'histoire. C'est à la fois ludique (à chaque fois qu'on repasse par le débarras, on remet l'histoire à zéro, et quand le personnage revient dans le passé, il doit rejouer les scènes comme dans Un Jour sans fin) et tragique (les personnages du passé oublient Jake et si celui-ci oublie quelque chose, cela peut avoir des conséquences catastrophiques).

Le fantastique est léger: le récit est essentiellement, comme souvent chez King, une histoire humaine, dans le cas présent une très belle histoire d'amour. Malgré cette légère touche de fantastique (mais insistante, car livrer un élément du futur dans le passé peut contribuer à dérégler le temps), je n'ai pas vu le temps passer. Comme Jake, on s'émerveille de ce retour au temps passé. On s'en désole aussi, en voyant la ségrégation raciale aux toilettes ou dans une bien moindre mesure le règne de la cigarette. Mais finalement il n'y a guère de différences avec 2011: "people pay more for gasoline and have more buttons to push. Otherwise, it's about the same".

On découvre aussi, comme d'habitude, des personnages haut en couleurs (les personnages féminins m'ont semblé particulièrement réussis et marquants). Et on retrouve les marottes habituelles de S. King: un personnage principal écrivain à ses heures, la bonne vieille ville de Derry (qui depuis tous ces livres en a vu des vertes et des pas mûres), le clown près des enfants comme dans Ça, le mari tabasseur, la folie, le Monstre...

Finalement, c'est l'histoire qui était censée être la plus importante, celle visant à stopper l'assassinat de JFK, qui m'a la moins intéressée (mais qui doit j'imagine beaucoup "parler" aux lecteurs américains et qui paraît monstrueusement documentée). Heureusement pour moi, elle n'arrive que tardivement et brièvement au premier plan. Ce livre reste surtout le voyage personnel d'un homme, le récit d'amours et de renoncements nécessaires. Cela faisait 15 ans que je n'avais pas lu un S. King, j'ai lu celui-ci aussi voracement que ses autres livres quand j'étais ado et j'ai de plus été très émue par la fin. Dans mes souvenirs ses livres étaient divertissants et imaginatifs, mais je ne me souvenais pas qu'ils parlaient aussi bien au coeur humain.

(lu en anglais)
99 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 juillet 2012
Etant un fan absolu de St King depuis mon adolescence, fascinée par les bouquins qui l'ont rendu célèbre, je suivais de près tous ses nouveaux livres écrits dans les 10 derniers années, et j'étais déçue par la plupart d'entre eux qui, à mon avis, bien qu'assez fascinants, n'étaient pas à la hauteur de It, ou The Shining, ou Carrie.
11/22/63 a complètement changé cet avis, en proposant le meilleur de son style unique de parler du paranormal et de l'inimaginable avec un ton normal, humain, qui parle au coeur et aux sentiments. Les pages tournent vite, les histoires se complètent et laissent des émotions différentes, mais surtout inoubliables. Le sujet historique de l'assassinat est certes intéressant et informatif pour ceux qui n'ont pas été nés en 63 (comme moi) et n'ont pas vraiment vécu les conséquences de cette tragédie mondiale; pourtant, il est, comme ça a été mentionné dans un commentaire précédent, juste le prétexte pour parler des choix difficiles de la vie, de la chance, du destin et des vrais changements d'histoire qui peuvent être causés par un évènement tout à fait simple et ordinaire.(cf. l'après-mot)
J'ai particulièrement apprécié la fin, le dernier choix fait par Jack/George, laissant un après-goût de tristesse et de mélancolie assez fort; mais aussi la noblesse de l'opinion proposée par l'auteur que parfois, être brave, c'est savoir s'arrêter juste devant le chemin qui semblait être le rêve ultime et le destin depuis longtemps.
Je suis ravie que mon auteur préféré de tout le temps n'a pas perdu de ce que le rend unique et lui-même avec le temps et l'âge, il en a, au contraire, largement gagné.
J'irai même plus loin; c'est son meilleur ouvrage depuis "It".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Sous sa plume légendaire, Stephen King développe des atmosphères absolument saisissantes pour nous plonger corps et âmes dans cet univers américain fin des années 50 et début des années 60. J'adore!
Le soin et la précision d'écriture nous immerge entièrement dans cette époque , les rues s'animent, l'air se rempli d'odeurs, de sons et de musique Oldies, on s'arrête dans un bar pour manger un délicieux hamburger, on prend le volant d'une vieille voiture américaine surdimensionnée, on entre totalement dans son univers. King est un véritable magicien. (J'ai écouté de la musique de l'époque pour renforcer encore ce sentiment d'être transporté.) Un sublime tour de force.

Un travail très soigné au développement des personnages principaux, originaux sans être caricaturaux et d'une profondeur psychologique très attachante.
L'histoire pourrait sembler à priori simpliste: Retour dans le passé, assassinat de JFK...Détrompez-vous!
Toute l'extraordinaire ingéniosité va se développer autour de questionnements sur la destinée, la possibilité de changer le cours des événements, nos libres choix et leurs conséquences...
Stephen King développe une idée extrêmement intéressante sur ces question (que je vous laisse découvrir...).
La construction de la narration est également magnifique et il n'est pas rares qu'il nous emmène sur des fausses pistes.

De la douzaine de romans de Stephen King que j'ai lu, 22/11/63 remporte clairement ma préférence.
J'ai été emporté pendant des heures de lecture délicieuse dans des ambiances puissantes de réalisme avec une intrigue très intelligement construite et palpitante.
Bien entendu ce livre plaira plus à tous ceux qui apprécient les auteurs qui nous emportent dans leur univers, dans des ambiances, nous faisant vivre des instants quasiment palpables de sensations et d'émotions plutôt que les auteurs qui privilégient le rythme et l'action. Si vous appréciez ces premiers: n'hésitez pas, vous allez vous régaler. Si vous n'aimez que les seconds vous risquez l'indigestion car le livre pèse un milier de pages.
BRAVO et MERCI Monsieur King.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 mars 2014
As the book is in English, I'm writing this in English...

I've rarely felt so cheated after reading a book. 11.22.63 is not about saving Kennedy's life - and even less about what happens afterwards! The book is about how wonderful life was in the U.S.A. around 1960 - at least if you were a white male. King describes small town life (not much is happening) over hundreds of pages, desperately trying to keep tension up by hinting at terrible things to come. Unfortunately the first person narrator got on my nerves so much that I didn't feel sorry for him when the terrible things finally happened. The book is 734 pages long. The real attempt to save JFK's life begins on page 627, and if you are still reading (if I had borrowed the book from the library I would have returned it long before, but, alas, I bought it) things do get quite interesting. For a little while - but then, when things should get REALLY interesting, the author runs out of space and can't develop the story - he would have needed several hundred pages more to make sense of the not-quite-end.

This is definitely the last of King's books that I've bought, possibly the last I've read.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 décembre 2013
Il ne s'agit pas tant d'une histoire sur le meurtre de Kennedy, mais du portait de l'Amérique modeste de cette époque, et d'une bouleversante histoire d'amour. Si vous commencez ce livre, vous n'en sortirez plus. Ça faisait longtemps que j'avais renoncé à lire King, me voilà réconcilié avec lui.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 24 juin 2013
Ce roman démontre parfaitement ce que j'essaye de faire comprendre autour de moi depuis des années : Stephen ing n'est pas un auteur de livres d'épouvante !! C'est un auteur au sommet de son art quand il parle des gens, des relations humaines, et qu'il décrit comme ici un cadre de vie une époque .... Même si il y a toujours une teinte de fantastique, ce roman est avant tout une grande et magnifique fresque sur les années 60, ses contradictions et sa beauté nostalgique.
A mon avis, les meilleurs Stephen KING sont les livres ou il parle des gens (Dolores Claiborne, Bag of bones, Rose Madder....) et celui ci est très réussi!
Un bon conseil, dépassez vos a priori sur KING et vous passerez des heures merveilleuses dans ses années 60.... Moi je n'ai pas pu le lacher !!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 12 août 2013
Je lis Stephen King depuis longtemps et cela faisait un moment que je ne m'y étais plus frottée. Quelle bonne idée d'avoir acheté cet ouvrage! Non seulement j'ai retrouvé avec plaisir la plume du King, ses galeries de personnages si vivants et ce côté fantastique qui ne verse jamais dans la science fiction délirante mais en plus j'ai découvert de nouveaux ingrédients: un véritable travail historique, avec le récit de l'Amerique des sixties et l'assassinat de JFK, dont je ne connaissais que les gros traits, et surtout une belle histoire d'amour, réaliste et pas mièvre. Une lecture que je recommanderai fortement autour de moi. Parfaite en ces temps estivaux pour s'évader sans quitter son transat.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 30 août 2014
Je n'avais plus lu Stephen King depuis 25 ans, et en étais restée aux livres tels que "Simetierre" ou"Misery". Cet ouvrage-là m'a donc prise complètement au dépourvu, tant au niveau du sujet que de la façon dont il est traité. C'est une merveille... J'ai été scotchée (et le terme est faible) dès les premières pages, et l'ai savouré du début à la fin. C'est à la fois un formidable moment d'Histoire, et une histoire singulière, envoutante, nostalgique... Stephen King écrit magnifiquement, et parvient à nous surprendre jusqu'à la dernière page. J'espère que la lecture de ce livre sera aussi jubilatoire pour vous qu'elle l'a été pour moi !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 5 mai 2013
Je n'ai jamais lu de S.King car pas du tout adepte des histoires d'épouvante et autres. C'est le thème du voyage dans le temps qui m'a fait sauter le pas mais jamais je n'aurais imaginer lire une histoire d'amour aussi belle. Car il s'agit bien de cela. L'assassinat de JFK est évidemment le fil conducteur de ce roman. C'est tres bien documenté et on apprend beaucoup de choses mais très vite c'est la "petite" histoire qui prend le dessus et nous tient en haleine jusqu'au bout. Un seul autre roman m'a autant émue il s'agit de TheTime Traveller's Wife.
Bref un roman à acheter les yeux fermés!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 3 avril 2013
Ce n'est pas pour rien que Stephen King est un écrivain si célèbre. Ce livre est encore très bon. Malgré ce que laisse penser le quatrième de couverture, le sauvetage de Kennedy n'arrive que très tard dans le livre, et ce n'est pas son intérêt majeur.
Quelques mots (ou expressions) américains sont parfois difficile à comprendre (et pas traduits par le Kindle), mais ça ne gêne pas la lecture. A noter, vu son épaisseur, c'est appréciable de pouvoir le lire sur le Kindle.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus