Commentaires en ligne


31 évaluations
5 étoiles:
 (16)
4 étoiles:
 (7)
3 étoiles:
 (4)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


22 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Quand deux valent mieux qu'un !
Rapide rappel sur la sortie de l'album initial. A cette époque Keith Richards est pris dans une tourmente judiciaire pour ses problèmes de drogues qui faillirent lui coûter très cher en 1977 à Toronto. Dans l'attente d'un jugement, le groupe enregistre à Paris ' aux studios Pathé Marconi de Boulogne-Billancourt ' à partir...
Publié le 2 décembre 2011 par Eminian

versus
2.0 étoiles sur 5 Jus de chaussettes
Vous commencez par virer le producteur (Jimmy Miller) et son pesant savoir faire. Vous enlevez Mick Taylor et sa guitare trop flamboyante, vous mettez aux rencarts, saxos, trompettes, pianos et autres instruments bien inutiles, et vous laissez de côté les invités de tout poils, des charmantes négresses aux voix un peu trop suaves aux joueurs de bongos...
Publié il y a 3 mois par Cémonavis


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

22 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Quand deux valent mieux qu'un !, 2 décembre 2011
Par 
Eminian - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Some Girls - Édition Deluxe Limitée (2 CD - 12 Titres Inédits) (CD)
Rapide rappel sur la sortie de l'album initial. A cette époque Keith Richards est pris dans une tourmente judiciaire pour ses problèmes de drogues qui faillirent lui coûter très cher en 1977 à Toronto. Dans l'attente d'un jugement, le groupe enregistre à Paris ' aux studios Pathé Marconi de Boulogne-Billancourt ' à partir d'octobre 1977, une quantité impressionnante de titres, au cas où Keith ne ressorte pas du tribunal. Finalement l'album paraît en juin 1978, précédé quelques semaines auparavant par le single Miss You.
A mon sens, ce single aura nuit à l'album, car typé « disco » et matraqué à longueurs de journées sur les radios ou en boîtes, il dessert l'image des Rolling Stones et même moi j'en avais réellement marre d'entendre ce titre. Comme l'album n'a pas une ligne musicale réellement claire, Miss You est disco, Just My Imagination est une reprise des Temptations, Far Away Eyes est country etc. on a peut-être pas su mesurer son potentiel à l'époque. Aujourd'hui, avec le recul et ce nouveau mastering, on peut le réévaluer, de belles parties de guitares, Jagger joue de tous les atouts de sa voix et les morceaux abordant de nombreux styles musicaux prouvent le talent des cinq intrépides, dans tous les genres abordés.
Mais l'intérêt de la réédition du CD n'est pas là bien entendu, elle tient tout entier dans ce CD de bonus qui est une magistrale réussite, mieux que les bonus d'Exile On Main Street de l'an passé. La caractéristique principale de ce disque, c'est qu'il se tient tout seul, ce ne sont pas des titres alignés les uns aux autres, ils forment réellement un tout qui aurait pu sortir ainsi à l'époque et osons une provocation, peut-être est-il meilleur que l'album officiel de 1978 !
Douze titres et 41'30 de bonheur absolu. Certains fans vont grincher car sur cet ensemble, personnellement j'en connaissais déjà huit qui circulaient sur des bootlegs de bonne qualité et un, So Young, qui était déjà paru en version officielle sur le single Love Is Strong/The Storm/So Young en 1994. Basta, les rouscailleurs professionnels ! Ici le son est parfait et l'instrumentation est riche en pedal steel guitare et piano, pour donner une unité de ton très agréable.
Rapide recensement. Ca débute par le mythique Claudine, un titre rapide au refrain aisément mémorisable, du Stones classique. Ensuite So Young, excellent titre avec de bonnes parties de guitares et le piano de Chuck Leavell pour cet emballement vitaminé comme savent le faire les Rolling Stones. Do You Think I Really Care, pedal steel de Ron Wood, piano sautillant de Ian Stewart, guitares acoustiques, un bon morceau. When You're Gone, juste les cinq Stones en version live in the studio, un blues avec harmonica, putain que c'est bon ! No Spare Parts qui vient de sortir en single, relents country avec la pedal steel de Ronnie et notons que Keith se cantonne au piano tandis que Jagger geint dans son micro. Don't Be A Stranger, un morceau mid-tempo qui m'évoque l'époque de Black & Blue ( ?) avec Sugar Blue à l'harmonica, Don Was à la basse et Bill aux marimbas. We Had It All, Jagger est parti pisser, Keith s'approprie le morceau (une reprise) en assurant le chant, le piano et la guitare acoustique, une splendide ballade comme les Stones savent nous régaler parfois. Tallahasee Lassie, le fameux rock basique avec John Fogerty qui frappe dans ses mains auquel succède I Love You Too Much, certainement le titre faible du disque, rien à en dire de particulier si ce n'est qu'il s'agit d'un rock rapide. Keep Up Blues, ne fait pas mentir son titre, il s'agit d'un blues mid-tempo avec les cinq gars en live in the studio, Ronnie à la slide et Jagger à l'harmonica, on se régale grave ! Sur You Win Again, on retrouve la pedal steel et les accents country qui sont le fil rouge de l'album. Enfin (hélas !) le CD se termine avec Petrol Blues, Mick Jagger est seul au piano et au chant, la sonorité est vieillotte comme un vieil enregistrement bluesy découvert au fond d'une malle dans un grenier, avant un arrêt abrupt.
D'autres plus calés que moi, évoquerons les instruments ou voix refaits ou rajoutés pour ce disque, certains compareront ces versions avec celles des pirates en circulation, tout cela n'est que verbiage pour spécialistes (dont je me repaîtrais néanmoins), l'important c'est qu'il s'agit d'un excellent disque qui a lui seul vaut l'achat de cette réédition sans hésitation aucune !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Cd bonus ! Mais quels bonus !, 24 février 2013
Par 
Jean Humbert "gloup" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Some Girls - Édition Deluxe Limitée (2 CD - 12 Titres Inédits) (CD)
Voici maintenant 3 ou 4 ans que les Stones nous gâtent. Et pas par leurs nouveautés, ah ça, non, pas du tout, mais par des ré-éditions, des ressorties, voire des officialisations de pirates. Le superbe Keith Richards avait clairement laissé entendre dans son excellente biographie : les Stones vont se mettre à publier des archives, des bijoux : des concerts ou des inédits.
Ils ont donc commencé avec les inédits de "Exile on Main St." (dont j'ai déjà par ailleurs parlé), puis avec ceux du fabuleux "Get yer ya'ya's out" (5 titres seulement). Et voici la suite.
Mais non la fin, j'espère.
Ce cd bonus du très bon « Some girls », qui est évidemment aussi ré-édité ici. C'était le dernier vraiment très bon cd studio des Stones (à mon humble, et discutable, goût, avec « Steeel wheels »). Le second cd est totalement constitué d'inédits, de « rebuts », ou de « chutes » (il est incroyable que ceci puisse être considéré comme des chutes !) de l'album sorti à l'époque ! Mais pourquoi ? Pourquoi n'ont-ils pas sorti un double album (un double vinyl, à l'époque) et c'était, de plus, la mode. Ces « suppléments » sont absolument formidables et, à eux-seuls, justifient l'achat du cd.
Tous ces nouveaux titres sont superbes. Je soulignerai "Claudine", "Tallahassee Lassie" ou "When you're gone" , l'étonnant "Petrol blues" (mais c'est chacun selon son propre goût !)
Seul point négatif, et qui n'a rien de musicologique : il n'est pas forcément très bon marché.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Some girls and some more girls...All Beautiful!, 29 août 2012
Par 
STEFAN (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Some Girls - Édition Deluxe Limitée (2 CD - 12 Titres Inédits) (CD)
Some Girls était déjà un très bon album, le dernier vrai bon album des Rolling Stones diraient certains, Some Girls Deluxe Edition est un grand album, une démonstration de la créativité parisienne des Rolling Stones de fin 1977, début 1978 et, enfin, une intégrale (ou vendue comme telle) de sessions particulièrement productives.

Déjà il y a ce diable d'album, un inespéré retour en forme pour une formation qui, si elle obtient toujours des succès avec ses singles (Angie et It's Only Rock'n'Roll en tête) déçoit sur la longueur d'albums inégaux où les espoirs de grandeur de Jagger, les addictions de Richards et le débarquement d'une nouvelle génération de rebelles (les punks, alors triomphants en la Prude Albion) sont autant de lourds handicaps qu'on a peine à imaginer contrebalancés par l'arrivée en tant que membre de plein droit du sympathique master-slider Ronnie Wood qui plus est déjà présent depuis les sessions de Black And Blue en 1974 pour palier à l'absence du démissionnaire Mick Taylor. Sans doute l'air parisien et la relative tranquillité qui l'accompagne, un Richards temporairement désintoxiqué ont-ils aidé et puis l'envie d'en découdre avec ces jeunes crêtés qui voudraient bien déloger ces vieux rockers trop riches, trop jet-setters...... Il y a aussi Mick qui, ayant appris la guitare, ne peut résister à mettre son grain de sel. De l'enthousiasme probablement, du temps aussi avec une session double de plus de 5 mois au total, un luxe auquel peu de formations peuvent alors prétendre. Reste qu'on cherche la faille et qu'il n'y a en définitive pas. De l'imparable et discoïde mais finalement si Jaggerien Miss You au Rock bluesy, cru et urbain qui clôt l'album (Shattered), c'est un groupe en grandissime forme, sûr de son fait et déroulant triomphalement son habituelle grammaire, qui se présente tant et si bien que même la tant redoutée intervention vocale de Keith (Before They Make Me Run, où il parle de ses... « problèmes ») passe comme une lettre à la poste. Epatant, on vous dit !

Et encore plus épatant maintenant que sont révélées quelques pépites supplémentaires. Parce que si les Rolling Stones eurent le temps, pendant ces longues sessions au Studio Pathé Marconi, ils y furent aussi admirablement productifs, couchant sur bande deux fois ce qu'il leur était nécessaire d'enregistrer s'offrant ainsi le choix parmi une certes trop large mais rassurante sélection de chansons. Et on imagine volontiers que le choix fut difficile vu la belle qualité de ce qu'il convient de considérer comme les « restes » et qui rivalise presque avec la face officielle de l'album ! Du country rock de qualité ? Il y en a (No Spare Parts). Du boogie agressif avec Père Tranquille Charlie au furieux shuffle ? Il y en a aussi (Claudine). Etc. De fait, le catalogue classique du Stones de la fin des années soixante et du début des années soixante-dix se voit décliné sur 12 pistes (dont certaines durent être finies pour la sortie du présent deluxe lors d'une session dirigée par Don Was) qui fonctionnent simplement parce que ce sont de bonnes, honnêtes chansons d'artisans appliqués et particulièrement inspirés. Ca parait simple comme ça mais, pour en arriver là, pfiou, ce coup de bol cosmique !

Allez, pour mégoter on dira que le remaster est presque trop beau, trop propre pour être vrai, un poil clinique contrairement à celui de Virgin (masterisé par Bob Ludwig) qui pérennisait la texture originelle de l'album mais à laquelle manquaient les excellents bonus présentement révélés. Bon, c'est vraiment pour trouver à redire parce que, sinon, c'est une fête à laquelle on conviera volontiers ses amis sachant que ni nous, ni eux ne regretteront le rock'n'rollesque voyage.

Personnel:

The Rolling Stones
- Mick Jagger: chant, choeurs, guitare, piano sur "Faraway Eyes", "Petrol Blues", "No Spare Parts", harmonica sur "When You're Gone", "Keep Up Blues", handclaps sur "Tallahasse Lassie"
- Keith Richards: guitare, choeurs, chant sur "Before They Make Me Run", "We Had It All", basse sur "Some Girls", "Before They Make Me Run", piano sur "Faraway Eyes", "No Spare Parts", "I Love You Too Much", "You Win Again"
- Ronnie Wood: guitare, choeurs, basse sur "Shattered"
- Charlie Watts: batterie
- Bill Wyman: basse, synthétiseur sur "Some Girls", marimba sur "Don't Be a Stranger"

Musiciens additionnels
- Sugar Blue: harmonica sur "Miss You", "Some Girls", "Don't Be a Stranger", "We Had It All"
- Ian McLagan: piano sur "Miss You", orgue sur "Just My Imagination"
- Mel Collins: saxophone sur "Miss You"
- Simon Kirke: congas sur "Shattered"
- Ian Stewart: piano sur "Claudine", "So Young", "Do You Think I Really Care?", "Tallahasse Lassie", "You Win Again", "Petrol Blues"
- Chuck Leavell: piano solo sur "So Young"
- Don Was: basse sur "Don't Be a Stranger", handclaps sur "Tallahasse Lassie"
- John Fogerty: handclaps sur "Tallahasse Lassie"
- Matt Clifford: percussion sur "Don't Be a Stranger"
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 Jus de chaussettes, 16 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Some Girls - Édition Deluxe Limitée (2 CD - 12 Titres Inédits) (CD)
Vous commencez par virer le producteur (Jimmy Miller) et son pesant savoir faire. Vous enlevez Mick Taylor et sa guitare trop flamboyante, vous mettez aux rencarts, saxos, trompettes, pianos et autres instruments bien inutiles, et vous laissez de côté les invités de tout poils, des charmantes négresses aux voix un peu trop suaves aux joueurs de bongos vraiment farfelus, pour enfin s'approcher de la pureté du moment, du pseudo-punk avec seulement trois emplis et une batterie... Sauf que les RS ne sont pas les Sex Pistols ! Résultat: une indigne galette vite exécutée et sans aucune inspiration. Porté par un infâme tchacapoum répétitif de Charlie Watts, voici les grognements bazique doublés et fondus dans la masse de Jagger, le tout soupoudré par les solos ridicules en forme de tirés de cordes au son strident et étriqué, distillé par un Ron Wood imitant un petit groupe de banlieue en répétition...Le son est brouillon, les morceaux se ressemblent trop, les arrangements inexistants et le feeling absent.
voilà donc la fade soupe de « Some Girls » venue mettre fin à deux décénies magiques jusque là pour nos seigneurs du rock. Reste le sympathique "Miss you", mais traitre à la cause Rock n'roll selon les dogmatiques que je ne suis pas...
Comptez pas sur moi les fans, pour m'esbaudir sur ce ratage qui allait en annoncer d'autre avec la séparation non officielle du groupe, bien fatigué en ce début des années 8O.
Mais le repos à du bon : allez écouter « Bigger bang »  enregistré à plus de 60 ans et qui percute bien plus !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 some girls :puissance 2 avec 12 nouvelles "pepites "pépées, 20 septembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Some Girls - Édition Deluxe Limitée (2 CD - 12 Titres Inédits) (CD)
que rajouter aux commentaires érudits de "stefan et "Jean Marie Lambert " si ce n'est que ce ne sont pas seulement 12 super bonus mais un vrai immense album qui nous est donné avec une construction toute stoniene :
2 rocks mid tempo "claudine " so young",avec riffs milimétrés et solo de piano de Chuck Leavell à l'appui de Ian Steward on ralenti ,séquence countrysante avec Ron Wood à la pedal steel (nospare parts ) on devient bluesy avec l'harmo sublime de Sugar Blue ( don't be à stranger) , traditionnelle "séquence Keith "réhaussé (heureusement ) par les 2 susnommés...jusqu'a "tallahassie Lassie " un rock qui tue... et pour finir "you win again" d'anthologie et Mick pour un" petrol blues "seul au piano .
Un gisement inattendu avec danger d'addiction quasi infaillible et permanent ..
on en oublie presque les 10 pepites remasterisés de "some girls" qui ont désormais près de 35 ans .
Who wants yesterdays girls ? Moi surtout avec les 12 petites nouvelles !.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le punk des discothèques, 24 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Some Girls (CD)
Une nouvelle fois depuis les débuts des Rolling Stones (il y a maintenant quinze ans, une éternité à cette époque !), la mode a changé. Le punk et le disco ont remis l’immédiateté au goût du jour, reléguant les errances marathon des grands groupes des années 70 au rayon de la ringardise. Il faut donc frapper vite et fort, ce qui n’était pas fait pour déplaire aux Stones, grands dépositaires de la méthode avec les rockers des 50’s. Suite à deux albums qui n’ont pas convaincu grand monde et à l’arrivée du jovial Ron Wood en remplacement de Mick Taylor, les Stones décident de resserrer les boulons et d’accélérer le rythme.
Le résultat ? Un album jouissif, dansant, énergique, dans lequel le rock le plus punk (WHEN THE WHIP COMES DOWN, RESPECTABLE) côtoie le disco (MISS YOU, superbe exercice de rock-dance inégalé depuis), la soul sous influence funk (JUST MY IMAGINATION, BEAST OF BURDEN), la ballade country (FAR AWAY EYES) et même le… (SHATTERED, c’est quoi cet ovni ?) ! Bref, une vraie réussite qui, sans atteindre le niveau de leurs chefs-d’œuvre (ce qu’ils ne feront plus jamais), ne souffre que du manque de fond et d’intensité pour prétendre faire partie des classiques. Mais en 1978, un groupe des 60’s qui sort un album pareil, c’est déjà miraculeux.
Tops : MISS YOU, BEAST OF BURDEN, FAR AWAY EYES, RESPECTABLE, SHATTERED, WHEN THE WHIP COMES DOWN
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Excellent, 20 janvier 2013
Par 
Alamelle - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Some Girls - Édition Deluxe Limitée (2 CD - 12 Titres Inédits) (CD)
Excellente réédition de Some Girls qui vaut pour le CD bonus avec 12 titres inédits excellents dans la lignée de Rocks Off. Ce qui en fait un double CD à part entière.C'est pour cela que je l'ai acheté.J'ai réécouté avec un plaisir nouveau le CD d'origine Some Girls qui n'était pourtant pas mon préféré; avec un faible pour Fare Away Eyes et Miss You.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 intemporels rolling stones, 3 décembre 2011
Par 
jean-marie lambert - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Some Girls - Édition Deluxe Limitée (2 CD - 12 Titres Inédits) (CD)
Il est de bon ton (cf le narcissique dictionnaire de De Caunes)de décréter que,après tout,les Stones après Exile ne sont plus ce qu'ils étaient..."Some Girls" est l'album qui a redonné espoir aux inconditionnels,après le consternant "black and blue":de "miss you" à "shattered",tout est bon dans ce disque,avec la légendaire capacité d'assimilation qui fait du disco au country en passant par le punk une variante de l'éternel style stonien.Que des standards,de "some girls" à "respectable",avec des paroles de grande qualité pour qui apprécie le cynisme jaggérien à son plus haut niveau.
L'on connaissait la richesse des sessions parisiennes Pathé-Marconi,qui ont alimenté "Emotional Rescue" et "Tattoo you",entre autres,sans parler de nombreux bootlegs dont les deux exceptionnels "through the vaults darkly".Mais les douze titres qui nous sont livrés sont pour la plupart d'une grande qualité ,à commencer par "Claudine" qui sur un rythme rock'n'roll nous conte la geste de l'actrice Claudine Longet ;"so young" est l'archétype du rock-blues stonien;"do you think I really care" est un country rock digne de la face 2 d'Exile;"when you're gone" est un blues crasseux comme on les aime;"tallahassee lassie" est un rock acharné à la Eddie Cochran;"no spare parts"est une balade enlevée ,dont les paroles sont d'un humour digne de "family";"keep up blues" est radical et authentique,tout comme "petrol blues";il y a même une chanson de Keith,qui n'est pas le meilleur moment du disque...
Le son est excellent,et même si les titres ont été retravaillés l'on ne peut que rester béat devant la qualité globale de l'ensemble:voix remarquble d'expression et de qualité,de vraies guitares qui se répondent,des claviers de haut niveau,et la base Watts-Wyman qui permet de tout faire.
Les vieux Stones nous offrent,avec ces douze titres,de quoi relativiser bien des jugements aigris.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Des bonus intéressants, 5 janvier 2012
Par 
gégé-blues (FRANCE-Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Some Girls - Édition Deluxe Limitée (2 CD - 12 Titres Inédits) (CD)
Cette réédition de l'album Somegirls des Stones n'a d'intérêt que le deuxième CD d'inédits. A l'époque, en 1978, le punk était à la mode, le disco essayait de prendre le dessus, Mick Jagger amena son groupe à prendre le courant et le titre « Miss You » devint un succès considérable qui retentissait en boite entre deux Boney M. L'âme du groupe allait-il perdre sa rock attitude ? non, les autres titres restent bien stoniens, blues, rock, country se retrouvent et des compositions comme « Some girls » « lies » respectable » ou « Shattered » nous rassurent, et puis Ron Wood est de la partie tout au long de l'album. Les bonus sont intéressants, à eux seuls, ils auraient pus constituer un album à part. Des morceaux structurés, comme « Claudine » au tempo rapide bien dans le style des Stones et puis « We had it all » une reprise chantée par Keith Richards qui s'en tire bien, 12 bonus tracks inespérés. Pour ma part je suis un inconditionnel du fabuleux Sticky Fingers et du non moins fameux Beggar's Banquet mais Somegirls est un album qui tient la route sans faire partie des meilleurs opus des Stones.
(2cd / l'album : 10 titres - 40mn20 / le CD bonus : 12 titres - 41mn30)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un exploit inesperé, 1 juillet 2011
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Some Girls (CD)
En 1978, les Stones sont dans un contexte catastrophique. Leurs albums précédents "Black and Blue" "Goats Head Soup" "It's only Rock n Roll" ont subi les critiques de la presse musicale et ont laissé les fans perplexes remettant en cause leur statut du "plus grand groupe de rock du monde". De plus, le phénomène disco et punk envahissent les disquaires et les boîtes de nuit rendant les dinosaures du rock ringards et désuets. Pourtant, contre toute attente, les Stones retournent en studio pour un 15ème album que le public n'attend pas grand chose et la flamme semble resurgir à nouveau entre Jagger et Richards. Résultat, le premier single "Miss you", super pied-de-nez disco, surprend tout le monde et occupe la 1ère place des classements. De puissants morceaux au rock bien calibré "when the whip comes down", " respectable", "lies", "shattered", mais aussi le country "faraway eyes" et le bluesy "some girls" défendent à merveille ce 15ème opus des pierres qui, désormais, rouleront encore et encore. Comment pourrait on rester insensible à "beast of burden", ballade idéale pour jeunes amoureux prêts à passer à l'acte et la performance de Keith Richards dans "before they make me run".
Bref, aucun morceau de Some Girls ne fait office de remplissage et, ainsi, permet aux Rolling Stones un come-back discographique réussi.
A noter aussi la fameuse pochette de l'album qui souleva de nombreuses controverses de la part de "certaines femmes", alimentant la réputation sulfureuse et provoquante des Rolling Stones, toujours à leurs côtés depuis leur début.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit