Commentaires en ligne


5 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La révélation d'un cinéaste indépendant américain, enfin rendu disponible en dvd zone 2 français (édition Potemkine), 23 août 2013
Par 
LD (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shotgun Stories (DVD)
A n'en pas douter la révélation d'un cinéaste avec ce premier film de Jeff Nichols, Shotgun Stories. On sait à quel point le concept de "cinéma indépendant américain" est aujourd'hui devenu creux, ou plus exactement ne fait que recouvrir ce qui n'est qu'une annexe ou une antichambre du cinéma majoritaire. Ce qui ne signifie pas qu'il n'existe pas de personnalités intéressantes qui émergent et s'imposent tant bien que mal. Pour ne citer qu'un exemple de cinéaste véritablement indépendant, qui n'a pu réaliser trois films en 15 ans qu'avec le soutien ponctuel de divers producteurs américains (Steven Soderbergh) ou étrangers (Marin Karmitz): Lodge Kerrigan, avec ses formidables Clean, shaven, Claire Dolan (voir mon commentaire) et Keane. Jeff Nichols a quant à lui bénéficié du poids qu'a acquis ses producteurs David Gordon Green, également réalisateur des beaux George Washington et Undertow / L'autre rive, avec lesquels Shotgun Stories partage plus d'un trait, et Sarah Green, la productrice des derniers films de Terrence Malick.

Premier film d'une grande maîtrise, petit par le budget et véritablement indépendant (économiquement, mais aussi des modes), il donne une existence quasi immédiate à ses personnages et les regarde vivre, en les inscrivant dans les paysages d'un bout d'Amérique (l'Arkansas) avec un grand sens plastique. Le récit pouvait se prêter à une dramatisation très forte: les trois fils d'une famille décomposée apprennent la mort de leur père remarié, et se rendent à l'enterrement, lançant de fait la guerre entre les familles, entre les fratries. Il s'agit donc d'une histoire de conflits familiaux et de cycle de la vengeance. Qui est essentiellement une histoire douce: plus d'un spectateur risque d'être surpris par le décalage apparent entre le sujet, vraiment traité mais sans grosse explosion de violence, et l'ambiance du film. Mais ce décalage n'est qu'apparent car le sujet réel est la vie de ces êtres perdus, ces "white trash" quelque part entre les personnages des histoires de Russell Banks (comme ceux de Trailerpark ou d'Affliction) et le monde de Badlands / La Balade sauvage (Jeff Nichols se réclame d'ailleurs lui-même de la vérité émotionnelle et de l'univers du premier film de Terrence Malick).

Dès les premiers plans - un homme assis sur un lit, qui se lève lourdement, puis se met de dos (incarné par le toujours adéquat Michael Shannon) : il apparaît que son dos est criblé de marques de chevrotine - on sait que ce film va aller sa course sans se presser, va parler de conflits ancestraux sans pour autant les surjouer. Et l'on n'est pas déçu, car le regard juste et précis de ce cinéaste, qui sait admirablement inscrire ses personnages paumés dans leur environnement naturel et citadin, s'accommode très bien de la grande nonchalance avec laquelle il les regarde évoluer et avec laquelle la querelle en vient à s'exacerber, sans tensions démesurées. Un cinéma humain, qui a le goût des personnages, une assurance visuelle déjà certaine, et un souverain mépris des règles de dramatisation qui régissent le cinéma américain actuel. On ne conseillera donc pas ce film à ceux qui décrètent qu'il ne se passe rien s'il n'y a pas quinze rebondissements dans un film, celui-ci n'est assurément pas pour eux.

Trois ans après sa sortie en France, ce film rafraîchissant est enfin arrivé en dvd zone 2 français (Shotgun Stories) : un grand merci à Potemkine de l'avoir sorti de son purgatoire. Cela a eu beau être dû à la sortie en salles (janvier 2012) du formidable deuxième film de Nichols, Take shelter (dvd) / Take shelter (blu-ray), avec un Michael Shannon encore plus exceptionnel, ce film aurait pu rester inédit en vidéo et c'est une excellente nouvelle qu'il ait été rendu disponible. Le dvd américain zone 1 (épuisé) proposait une copie moyennement numérisée et aucun sous-titres, pas même en anglais. En supplément, un commentaire audio du réalisateur. Il existait un dvd anglais zone 2, qui n'avait pas plus de sous-titres et dans lequel le supplément avait disparu, mais dont la qualité d'image était nettement meilleure, ce qui fait qu'il était à privilégier.

Bonne nouvelle : l'édition française est de loin la meilleure des trois pour la qualité du master proposé. A noter que contrairement à ses deux films suivants sortis depuis en vidéo, Shotgun Stories n'a eu droit qu'à une édition dvd et pas à un blu-ray. On peut trouver que le master manque un peu de définition, mais les couleurs ne sont pas délavées et la numérisation n'a pas été sabotée comme c'était le cas dans l'édition américaine. VOSTF et VF, les pistes sonores 2.0 respectant un son travaillé mais dans l'ensemble naturel et pas bidouillé dans tous les sens. Hélas qu'un seul supplément (14') - il aurait été souhaitable d'avoir droit au commentaire du réalisateur - mais de qualité : la rencontre avec l'encore relativement jeune (voire juvénile) Jeff Nichols confirme ce qui est évident au vu de ses films : qu'il souhaite porter un regard précis sur un pays et ses habitants, et qu'il est aussi posé qu'il a des idées assez assurées de ce qu'il souhaite faire.

Une découverte à faire si, je le répète, on ne s'attend pas à un film ultra-dramatisé. Un vrai regard de metteur en scène aimant le lieu et les personnages qu'il a choisi de montrer. Ne surtout pas rater Take Shelter, qui affine les qualités de ce premier film et prend une dimension plus grande tout en restant proche de la source d'inspiration de son metteur en scène (voir mon commentaire). Depuis, Jeff Nichols a rencontré un plus grand succès encore avec Mud (dvd) / Mud (blu-ray), film lui aussi fort réussi qui montre qu'il a gagné en fluidité là où il a peut-être un peu perdu en ambiguïté. Il est sans doute parti pour une carrière assez importante et on lui souhaite vivement de ne pas se brûler les ailes au soleil californien.

4,5 étoiles pour le film et une édition globalement réussie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Les joies de la famille recomposée, 1 mai 2013
Par 
Zarak (Saintry-sur-Seine, Essonne, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shotgun Stories (DVD)
Premier film d'un jeune et néanmoins authentique et talentueux cinéaste. Pas d’esbroufe pour ce premier film : Nichols pose sa caméra sur ses terres natales, l'Arkansas, pour y filmer une histoire de haine familiale entre demi-frères. C'est une population éparse, rurale, peu diserte, où les fils délaissés de l'Amérique des vainqueurs n'y font germer que leur haine, faute de pouvoir ou de parvenir à cultiver d'autres graines. La nature sauvage, magnifiée, sublime, semble faire écho à la sauvagerie latente de l'homme. Qui parviendra à arrêter la spirale de la haine dans ces "histoires de fusil de chasse" ?

Assez étonnamment, Nichols semble accorder une seconde chance à ces personnages prisonniers de la nature et de leur nature. C'est peut-être déjà un signe de maturité, là où bien d'autres artistes auraient expédié tout ce beau monde en enfer. Le génial Michael Shannon est déjà de la partie, comme ce sera le cas quatre ans plus tard dans le désormais célèbre Take Shelter - qui, bien que superbement réalisé et interprété, m'a moins convaincu dans ses intentions. C'est peut-être là la raison de ma préférence pour ce premier film : pas d'intention, pas de discours, juste de la peinture. Et un tableau très réussi de cette Amérique délaissée aux frontières du Midwest.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Histoire de rancune et d'armes à feu, 16 décembre 2011
Par 
Finity's end "Forteresse des etoiles" (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shotgun Stories (DVD)
Un film indépendant américain à petit budget et de qualité ..

Ce film fait un drôle d'effet ..

D'abord il emmène le spectateur dans une Amérique assez pauvre ... rurale ... Le sud ( limite Midwest ) qui brille ici de ce qui fait le plus gros de son intensité monotone ...

Des zones urbaines petites ... des habitats dispersés et de petites communautés rurales distantes les unes des autres mais pas isolées à cause de l'essence et des kilomètres de voitures qui s'accomplissent avec une facilitée dérisoire ..

Avec un ciel fabuleux cristallin ... parcouru de nuages rapides .. aux couleurs changeantes mais toujours une immense voute suspendu et cela qu'il soit gai ... triste ... enjoué ou redoutable ...
Un ciel qui dit constament que l'on est peu de chose et que ailleurs est loin car le monde est vaste ...

Cette région des états unis est conservatrice .. Le consensus social est ressenti comme une seconde nature ..
C'est paradoxal finalement car si tout le monde est connu ... jugé .. pesé par tout le monde à 100 kms à la ronde il y a indéniablement un côté chacun chez soi et chacun s'occupe de ses oignons et s'en occupe bien ..

J'ai beaucoup apprécié dans ce film la présence de ces aspects quasiment ethniques et géographiques du sud -Midwest ...

C'est une région assez angoissante et magique du fait de cette monotonie intense et par ailleurs franchement difficile d'abord à cause des mentalités assez âpres et clivées ..
Si par exemple vous êtes sur la route et que vous avez une fuite d'huile vous pouvez être arrêté par un policier solitaire et vous subirez une fouille au corp par cette personne qui aura la main posée sur la poche de son arme et qui vous invitera à ne parler que si vous y êtes invité ..
La géographie tape un peu sur le système dans ces territoires où la confiance indispensable est recherchée mais elle est toujours précédée par de longues minutes .. heures .. jours de méfiance neutre ... posée un peu comme suspendue et persistante et souvent aussi implacable que palpable ...

Ce film à la qualité d'avoir planté ce cadre particulier en nous épargnant des clichés véhéments et rancuniers tout en étant insistant ... pas caricatural mais dur et lucide ...

Le métrage a pour sujet l'examen de la rancune ... de la colère .. du malentendu .. de la haine .. de la fatalité ...
Il est question d'une vendetta tragique très réaliste et très au quotidien qui est abordée avec concision et sans aménité ..

Un film entêtant mais réellement désespérant à cause d'un réalisme prégnant intense et implacable ...

Un bon film .. un de ceux qui colle le bourdon en posant des réalités qui vous dépassent et en vous donnant envie de quitter cet endroit au plus vite ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La révélation d'un cinéaste indépendant américain, enfin rendu disponible en dvd zone 2 français (édition Potemkine), 11 septembre 2010
Par 
LD (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shotgun Stories [Import USA Zone 1] (DVD)
A n'en pas douter la révélation d'un cinéaste avec ce premier film de Jeff Nichols, Shotgun Stories. On sait à quel point le concept de "cinéma indépendant américain" est aujourd'hui devenu creux, ou plus exactement ne fait que recouvrir ce qui n'est qu'une annexe ou une antichambre du cinéma majoritaire. Ce qui ne signifie pas qu'il n'existe pas de personnalités intéressantes qui émergent et s'imposent tant bien que mal. Pour ne citer qu'un exemple de cinéaste véritablement indépendant, qui n'a pu réaliser trois films en 15 ans qu'avec le soutien ponctuel de divers producteurs américains (Steven Soderbergh) ou étrangers (Marin Karmitz): Lodge Kerrigan, avec ses formidables Clean, shaven, Claire Dolan (voir mon commentaire) et Keane. Jeff Nichols a quant à lui bénéficié du poids qu'a acquis son producteur David Gordon Green, également réalisateur des beaux George Washington et Undertow / L'autre rive, avec lesquels Shotgun Stories partage plus d'un trait.

Premier film d'une grande maîtrise, petit par le budget et véritablement indépendant (économiquement, mais aussi des modes), il donne une existence quasi immédiate à ses personnages et les regarde vivre, en les inscrivant dans les paysages d'un bout d'Amérique (l'Arkansas) avec un grand sens plastique. Le récit pouvait se prêter à une dramatisation très forte: les trois fils d'une famille décomposée apprennent la mort de leur père remarié, et se rendent à l'enterrement, lançant de fait la guerre entre les familles, entre les fratries. Il s'agit donc d'une histoire de conflits familiaux et de cycle de la vengeance. Qui est essentiellement une histoire douce: plus d'un spectateur risque d'être surpris par le décalage apparent entre le sujet, vraiment traité mais sans grosse explosion de violence, et l'ambiance du film. Mais ce décalage n'est qu'apparent car le sujet réel est la vie de ces êtres perdus, ces "white trash" quelque part entre les personnages des histoires de Russell Banks (comme ceux de Trailerpark ou d'Affliction) et le monde de Badlands / La Balade sauvage (Jeff Nichols se réclame d'ailleurs lui-même de la vérité émotionnelle et de l'univers du premier film de Terrence Malick).

Dès les premiers plans - un homme assis sur un lit, qui se lève lourdement, puis se met de dos (incarné par le toujours adéquat Michael Shannon): il apparaît que son dos est criblé de marques de chevrotine - on sait que ce film va aller sa course sans se presser, va parler de conflits ancestraux sans pour autant les surjouer. Et l'on n'est pas déçu, car le regard juste et précis de ce cinéaste, qui sait admirablement inscrire ses personnages paumés dans leur environnement naturel et citadin, s'accommode très bien de la grande nonchalance avec laquelle il les regarde évoluer et avec laquelle la querelle en vient à s'exacerber, sans tensions démesurées. Un cinéma humain, qui a le goût des personnages, une assurance visuelle déjà certaine, et un souverain mépris des règles de dramatisation qui régissent le cinéma américain actuel. On ne conseillera donc pas ce film à ceux qui décrètent qu'il ne se passe rien s'il n'y a pas quinze rebondissements dans un film, celui-ci n'est assurément pas pour eux.

Trois ans après sa sortie en France, ce film rafraîchissant arrive enfin en dvd zone 2 français (Shotgun Stories) : un grand merci à Potemkine de l'avoir sorti de son purgatoire. Cela a beau être dû à la sortie prochaine en salles (janvier 2012) du formidable deuxième film de Nichols, Take Shelter, avec un Michael Shannon encore plus exceptionnel, ce film aurait pu rester inédit en vidéo et c'est une excellente nouvelle qu'il soit rendu disponible. Le dvd américain zone 1 proposait une copie moyennement numérisée et aucun sous-titres, pas même en anglais. En supplément, un commentaire audio du réalisateur. Il existait un dvd anglais zone 2, qui n'avait pas plus de sous-titres et dans lequel le supplément avait disparu, mais dont la qualité d'image était nettement meilleure, ce qui fait qu'il était à privilégier.

Bonne nouvelle : l'édition française est de loin la meilleure des trois pour la qualité du master proposé. On peut trouver qu'il manque un peu de définition, mais les couleurs ne sont pas délavées et la numérisation n'a pas été sabotée comme c'était le cas dans l'édition américaine. VOSTF et VF, les pistes sonores 2.0 respectant un son travaillé mais dans l'ensemble naturel et pas bidouillé dans tous les sens. Hélas qu'un seul supplément (14') - il aurait été souhaitable d'avoir droit au commentaire du réalisateur - mais de qualité : la rencontre avec l'encore relativement jeune (voire juvénile) Jeff Nichols confirme ce qui est évident au vu de ses films : qu'il souhaite porter un regard précis sur un pays et ses habitants, et qu'il est aussi posé qu'il a des idées assez assurées de ce qu'il souhaite faire.

Une découverte à faire si, je le répète, on ne s'attend pas à un film ultra-dramatisé. Un vrai regard de metteur en scène aimant le lieu et les personnages qu'il a choisi de montrer. Ne surtout pas rater Take Shelter, qui affine les qualités de ce premier film et prend une dimension plus grande tout en restant proche de la source d'inspiration de son metteur en scène (voir mon commentaire).

4,5 étoiles pour le film et une édition globalement réussie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Enfin !!!!, 6 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shotgun Stories (DVD)
Après l'avoir tant attendue le voila , édition simple avec le stricte minimum un commentaire du réalisateur , la version Française et en plus la très apprécie VOST . Un bon cadeau pour noël en attendant le très attendue Take Shelter .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Shotgun Stories
Shotgun Stories de Jeff Nichols (DVD - 2011)
EUR 22,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit