Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Etonnant !, 28 septembre 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Fou, Auguste Comte le serait, à en croire les commentaire de ce petit ouvrage. Fou, en tout cas, on peut le soupçonner face au style abrupt, délirant, en strates complexes et ininterrompues comme si la pensée de Comte se déversait dans l'écume d'une mer perplexe face aux rochers sur lesquels elle s'écrasait.

L'idée de ce court essai est pourtant simple : la Religion est la base naturelle qui assure la cohésion de l'Humanité. Mais, dorénavant que l'on sait que le Ciel est vide, il consiste à refonder la religion sur un principe sociologique et biologisant.

C'est une idée folle, démente et traversée de fulgurances. Car Comte a compris énormément de choses : il reprend l'idée que l'Amour, la Foi et le Dogme sont intrinsèquement liés. Il comprend que le Culte assure l'harmonie des trois, il perçoit l'idée d'immuabilité du Monde en même temps qu'une perpétuelle novation de la Chose. Il détermine l'existence d'un grand ordonnateur à la façon des Maçons mais il mélange au final tout cela pour mettre l'Homme au centre de son dispositif, persuadé qu'il est que l'être humain peut devenir le but et les moyens de l'Amour et de la Cohésion.

C'était le temps du Positivisme. C'était le XIXe siècle de Napoléon III, d'une fécondité magistrale à tous les niveaux. C'est l'époque où l'on croit que la Science va conduire l'Homme au pinacle du monde, abolir les différences, rassembler les Hommes et faire de l'Humanité l'Un. C'est l'époque de la Mort de Dieu, du scientisme, du racisme biologique, de la Haine de l'Autre, du complexe de supériorité de l'Europe et des dégâts irréversibles que causeront le colonialisme.

Autant de raisons donnant raison à celui qui fera l'effort de lire la prose d'un homme fou. Fou comme son projet et son siècle.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit