Commentaires en ligne


31 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (10)
3 étoiles:
 (4)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (7)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur de Beigbeder ?
Sans préméditation, j'ai lu ce bouquin pour le 10ème anniversaire des attentats du 11 septembre. Est-ce pour ça que j'ai aimé le livre, je l'ignore. Mais en tout cas, c'est ce que j'ai lu de meilleur de cet écrivain. Agréable à lire.
Publié le 23 septembre 2011 par Ghislain Martin

versus
1.0 étoiles sur 5 Windows on the world
Je n'aimais dejà pas cet auteur mais j'ai fait un dernier essai....qui me confirme les premiéres impressions. Mr Beigbeder pourrait avoir une certaine compétence en écriture si il ne se complaisait pas dans la facilité et la paresse. Remplir des pages avec les noms des auteurs américains qu"il apprécie , puis plus loin...
Publié il y a 1 mois par Le Dantec


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1.0 étoiles sur 5 Windows on the world, 10 novembre 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Windows on the World - Prix Interallié 2003 (Poche)
Je n'aimais dejà pas cet auteur mais j'ai fait un dernier essai....qui me confirme les premiéres impressions. Mr Beigbeder pourrait avoir une certaine compétence en écriture si il ne se complaisait pas dans la facilité et la paresse. Remplir des pages avec les noms des auteurs américains qu"il apprécie , puis plus loin de ses acteurs préférés ou recopier des poemes en anglais...donne l'impression qu'il est payé a la page écrite et qu'il ne sait pas quoi y mettre. Pourtant il y avait un sujet exploitable ( les derniéres heures d'un homme dans l'une des twins tower le 11 septembre) mais ...encore aurait il fallu travailler un peu. Frere de Ardisson, elevé dnas les beaux quartiers avec une cuillère en argent dans la bouche Mr Beigheber n'a sans doute jamais vraiment fait d'effort sur rien, si on exclu ceux nécessaires a draguer un mannequin dans une boite de nuit narrations qui remplissent un bon tiers du livre. C'est creux et l'auteur déprimé est déprimant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


42 internautes sur 53 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Déçu, 7 septembre 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Windows on the World - Prix Interallié 2003 (Broché)
Tout le monde sait que ce livre est construit sous forme de courts chapitres racontant, minute par minute, de 8h30 à 10h29 (heure de l'effondrement de la tour nord du WTC), le calvaire d'un père avec ses deux fils qui ont choisi ce 11 septembre 2001 pour aller prendre leur petit déjeuner dans le restaurant "Windows on the world" au sommet du World Trade Center.
Tout le monde sait aussi que Beigbeder alterne ce récit, avec une sorte d'auto-hagiographie avortée, où il nous parle de son enfance "bordée de cuillers d'argent", de son adolescence difficile, et de sa célébrité intervenue à l'âge adulte.
Ben moi, j'ai pas aimé.
Dans la partie World Trade Center, Beigbeder noie son incontestable talent dans un récit convenu qu'il n'arrive pas à finir... Aucune trace de l'originalité de la langue, de la vision du monde et de la société qui ont fait son succès. Une histoire morne et mal racontée. A sa décharge, comme il se plait à le répéter, l'horreur de l'événement n'est pas à la portée du premier écrivain venu...
Dans la partie sur lui, un peu plus intéressante, Beigbeder reste néanmoins dans la superficialité. Il ne va pas au bout des choses. Il lance quelques phrases bien ciselées - il reste un grand publicitaire - et s'arrête là. Sa vision du monde et ses souvenirs, sont traitées à la va-vite, en quelques bons mots. Un comique troupier de clown triste en quelque sorte.
Reste les passages sur New York qui m'ont rappelé de très bons souvenirs, mais c'est TRES personnel.
Moi jusqu'ici Beigbeder, j'avais tout lu et tout aimé.
Windows on the world, non.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 Une porte fermée sur le toit du monde, 21 mai 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Windows on the World - Prix Interallié 2003 (Broché)
J'aime la capacité de l'auteur à jongler ainsi avec les mots et le monde contemporain.
J'aime beaucoup moins lorsqu'il exhibe ainsi sa vie au milieu de ses histoire, un mélange d'auto portrait et d'une histoire romancée, celle d'un homme et ses deux fils pris au piège dans le restaurant du World Trade center. L'homme en question n'est pas un grand intellectuel, juste un américain type de la classe moyenne.
Je n'ai pas compris au juste ce que l'auteur à voulu abordé dans ce livre, la peur de l'occident face à sa mort? Notre solitude devant le vide? Où tout simplement un mauvais pas de l'auteur dans sa vie? je n'ai pas aimé ce livre.
A mon avis, l'auteur gagnerait à moins s'exhiber dans ses livres, à regarder plus le monde autour de lui. Comme pour ses premiers romans, il serait alors prodigieusement bon et créatif.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur de Beigbeder ?, 23 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Windows on the World - Prix Interallié 2003 (Poche)
Sans préméditation, j'ai lu ce bouquin pour le 10ème anniversaire des attentats du 11 septembre. Est-ce pour ça que j'ai aimé le livre, je l'ignore. Mais en tout cas, c'est ce que j'ai lu de meilleur de cet écrivain. Agréable à lire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'imaginition de Beigbeder prend son envol, 24 janvier 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Windows on the World - Prix Interallié 2003 (Poche)
Un roman qui permet de retracer l'événement avec détail et de se replonger dans le drame qu'ont vécu les victimes du World Trade Center. L'histoire d'un père et ses deux garçons aux moeurs typiquement américains coincés au dernier et qui tentent en vain de s'en sortir. En parallèle, nous retrouvons notre dandy parisien qui dans sa noirceur et ses remises en questions nous rappellent le Beigbeder que nous connaissons si bien. Un bon roman, de la cohérence, des références détaillées où l'on sent un véritable travail de recherche. A lire absolument pour ceux qui veulent outrepasser l'image habituellement cynique que nous donne notre cher Beigbeder.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 De l'émotion, 31 octobre 2006
Par 
A. Rello (Pays de la Loire, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Windows on the World - Prix Interallié 2003 (Poche)
Malgré mes à priori négatifs sur l'auteur, j'ai lu ce livre avec plaisir ; de l'émotion un mélange réalité-fiction ; une étude sur les effets du 11 septembre sur la conscience de l'écrivain ; un bon livre
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Window on his world, still intéressant, 11 janvier 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Windows on the World - Prix Interallié 2003 (Broché)
Frédéric Beigbeder est l'auteur de « Nouvelles sous ecstasy » que j'ai eu le plaisir de lire l'année passée. Un cadeau reçu à Noël. Un présent au titre subversif puisqu'il ne fait pas bonne impression de recevoir cette « anthologie de la défonce » entouré de toute sa petite famille. Il n'empêche, j'y ai tout de suite reconnu ce qui avait motivé ce choix : un style familier, cocasse, cynique et pourtant tellement sensible. C'est exactement ce que j'ai retrouvé avec bonheur dans ce « Windows on the World ».

En cette matinée ensoleillée du 11 septembre 2001, Carthew Yorston, divorcé, emmène ses deux kids en virée au 107 ème étage du World Trade Center : le restaurant Windows on the World. Leur journée ne sera pas bien longue, et pourtant, Beigbeder nous livre un véritable témoignage fictionnel de l'horreur, s'étalant de 8 h 30 à 10 h 29, soit 119 chapitres.

Pour l'auteur, ce roman est avant tout un prétexte à la provocation. Un sujet racoleur pour se faire du pognon -l'auteur ne s'en défend pas-. La triste destinée d'un quidam et de ses deux enfants pour un effet compassionnel garanti, mais surtout pour mieux se raconter soi-même. Du sexe sans pudeur et de la drogue parce que ça marche et ça lui va bien. En somme, ce livre aurait pu n'être qu'un pâle reflet de son auteur : narcissique et vénal.

Heureusement, le lecteur y trouve son compte, lui aussi, c'est un « win-win deal ». Malgré cette légèreté et ce style impertinents, Beigbeder parvient à émouvoir, et pas seulement là où on l'attend. Ces histoires parallèles d'une victime de l'attentat du « 9/11 » et d'un auteur parisien -nommé Beigbeder dans le texte- sont l'occasion de dépeindre une Amérique vue d'Europe, des États-Unis vus de France, une New York vue de Paris, une tour Nord vue de la Tour Montparnasse et vice-versa, mais surtout vice. Non, les deux protagonistes ne sont pas des enfants de choeur, mais ils ont l'intelligence de le reconnaître, et un certain Boeing 737 n'est sans doute pas étranger à cet aveu... Parce que la richesse du roman se trouve dans la faiblesse de cet auteur français. Faiblesse de l'homme devant ses responsabilités, faiblesse avouée de l'arrogant franchouillard aussi, impuissance devant les télévisions qui diffusent la catastrophe en direct.
Et puis, à l'inverse, faiblesse du colosse américain qui s'écroule comme un château de cartes -de crédit-. Faiblesse du père qui apprend l'amour pour ses enfants dans leurs morts à venir... Chaque minute est précisément décrite, c'est d'ailleurs cette contrainte temporelle qui donne lieu à de sympathiques chapitres de pur remplissage, et le pire, c'est que ça se tient.

Comme il l'annonce dans son quatrième de couverture, la meilleure façon de décrire l'indescriptible, c'est de l'inventer. En cela, Beigbeder se rapproche de ces journalistes du non-évènement qui racontent une réalité avec le recul de la fiction. Il saisit l'occasion de cet évènement pour balayer la situation de notre planète occidentale avec pléthore de formules efficaces. Ce n'est pas de la grande analyse, ça tiendrait davantage du discours de bistrot, mais c'est une opinion. On adore ou on déteste. Quoi qu'il en soit, ce roman est une véritable fenêtre sur le monde comme il en existe bien d'autres, et c'est déjà beaucoup.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 L'un des meilleurs romans, 6 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Windows on the World - Prix Interallié 2003 (Poche)
L'un des meilleurs romans, sur ce sujet et même indépendamment de cela.
Beigbeder livre un objet vivant, vibrant, poignant. On passe du rire aux larmes en une tournure de phrase, et c'est prodigieux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1.0 étoiles sur 5 Je l'ai même pas fini, 4 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Windows on the World - Prix Interallié 2003 (Poche)
Je crois que c'est une des premières fois que je lis pas un livre entamé, que dire, il m'a vraiment pas emballé.

Pour avoir lu plusieurs livres de cet auteur, j'ai l'impression qu'il ressasse toujours les mêmes types de phrases qui pour moi, se veulent cool et libérées mais que je trouve plutôt pathétique. Le ton du premier livre que j'ai lu (99 F) m'a fait sourire, puis la répétition de ce même ton m'a lassé.

Bref pour moi à oublier, je pense que c'est le dernier livre de lui que je lis.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Un hommage emouvant., 2 août 2012
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Windows on the World - Prix Interallié 2003 (Poche)
Fallait il ecrire un livre sur le 11 septembre si tot, et de cette facon ? En tout cas Beigbeder l a fait, et a mon avis l a bien fait.
Face a la censure des medias americains, l auteur a rendu hommage aux victimes a sa maniere, c est a dire en imaginant un veritablement cauchemar. Beigbeder essaie d imaginer les derniers instants des victimes du 2 septembre, modestement, et en s identifiant a elle.

Lecture deconseillee aux ames trop sensibles...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Windows on the world (Littérature Française)
EUR 7,99
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit