undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite Jeux Vidéo cliquez_ici

Commentaires client

7
3,4 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 janvier 2013
Conseillé par une amie, j'ai trouvé cet essai écrit de manière prétentieuse, une espèce d'intellectualisme parisien bon marché. Simplement l'art de compliquer des choses simples par des théories d'un auteur tellement sûr de ce qu'il écrit qu'aucune autre façon de voir les choses n'est pour lui vraisemblable. A oublier...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
15 sur 20 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
A tous ceux qui aiment les voyages et qui s'interrogent parfois sur la raison de ce virus, cet essai propose la formulation brillante d'un "art du voyage" à la manière Onfray, c'est à dire déclinant sa philosophie hédoniste
en parcourant "l'avant", le "pendant" et "l'après" d'un voyage selon son goût... Pas de recettes ni d'affirmations trop péremptoires, mais un point de vue passionnant sur ce que le philosophe appelle ici une "Poétique de la géographie" (sous-titre de l'ouvrage). Poétique, art de vivre et de voyager dans lesquels chaque lecteur retrouvera peut-être ses propres expériences et ses propres sensations, comprenant un peu mieux, in fine, pourquoi l'ailleurs l'appelle et se composant ainsi à travers cet essai qui se lit presque comme un carnet de voyage une sorte "d'autoportrait en voyageur". Indispensable à tous ceux qui ne vont pas, dans ces ailleurs désirés, plus ou moins étranges et étrangers, chercher des lieux, mais des moments...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 octobre 2009
Un style chatoyant pour une approche du voyage comme un alcool fort. Le voyage comme un anti-dépresseur..., une compulsion presque.

S'y adonner sans modération, à deux si possible mais avec un ami élu et non avec une amoureuse qui serait un frein aux rencontres... Loin, on ne s'économise pas. On vit les lieux avec intensité sinon rien.
Des photos ? pas trop car on chasse alors de belles images à immortaliser et on ne voit plus rien...
Il décrit avec justesse le sentiment décalé que l'on éprouve quand on est en partance, à l'aéroport ou ailleurs. L'exotisme enivrant de l'immersion dans une autre culture, l'appétit plutôt la "gourmandise" qui s'empare du voyageur qui se laisse pénétrer par l'ailleurs.

M. Onfray est souvent parti sur les traces de "ses" philosophes de prédilection comme but à ses envies nomades, à sa frénésie du partir...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 janvier 2011
Adepte mais pas inconditionnelle de Michel Onfray, j'ai lu
cet ouvrage après avoir "dégusté" "La raison gourmande" et je me suis interrogée: quelle sensation retirais - je de cette lecture? Et bien une faim inassouvie, une légère amertume. J'espérais autre chose.
Toutefois, un livre à lire malgré tout car si l'on n'a pas les moyens de partir à la découverte d'autres pays, cultures, civilisations; il permet de voyager en restant chez soi.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 août 2011
Notre vaillant Michel ici se fourvoie. Il voudrait qu'il suffise à philosophe d'assaisonner les lieux communs de plates métaphores pour se décréter poète du voyage et chantre du vagabondage intelligent. Ce n'est qu"en vacance de pensée qu'il tente de nous entraîner en nous servant un jus bien clair, une soupe insipide parsemée de quelques grumeaux (« consubstantiel » et « quintessencie » dont il se gargarise), introduction d'un catalogue de voyagiste délayée à grand peine sur 123 pages, saupoudrées de pincées d'hédonisme, d'envolées déplumées, se brûlant les ailes à un ton qui ne lui convient pas. Ne démontrant rien, son intelligence ici anesthésiée, il lève une paupière pour proférer quelques profondes et définitives sentences ; ainsi « (L'avion) permet dans les meilleurs délais de fuir l'hiver rigoureux quand on désire la chaleur des tropiques » (ah, bon ?) et cent âneries du même tonneau, enfonçant à qui-mieux-mieux la porte grande ouverte de l'étable. Puis il s'éveille un instant et pour honorer son beau personnage d'éternel et systématique pourfendeur, nous assène un couplet à la gloire de la globalisation et de l'uniformisation du monde et des cultures : celui qui la critique n'est selon lui qu'un ci-devant colonisateur réactionnaire, insensible de surcroît; et puis il se rendort sur son assiette... Non, tout cela n'est pas sérieux : au boulot, Michou !
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 octobre 2013
Dans une période d intolérance comme celle que nous traversons actuellement, j ai trouvé que ce livre pouvait occuper une place essentielle car c est un éloge au nomadisme. Remarquablement bien écrit, il nous repositionne face à notre essence animale, humaine et sociétale. Partir, emboîter le pas des bergers, c est expérimenter un genre de panthéisme extrêmement païen et retrouver la trace des dieux anciens(...). Le ton est donné. Vous êtes prêts? Je vous laisse entiers au voyage. Bonne lecture...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 novembre 2009
Du grand Michel ONFRAY, de la belle philosophie, claire et pourtant pas simpliste : "ce qui ce conçoit bien s'énonce clairement" et se comprend clairement également.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé