undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

En relisant Robinson Crusoé, je me suis aperçu que, de sa lecture dans ma lointaine enfance, je n’en ai retenu que l’image subliminale qui se dégage de son récit, n’ayant cure de l’idéologie sous-jacente de Defoe.
Les convictions de Defoe étaient celles d’un protestant du XVIIe siècle, dans la pure tradition du piétisme puritain. Mais c’était un non conformiste, en ce sens que, comme Robinson, il dialoguait avec Dieu en lisant la Bible sans avoir besoin de la médiation d’une institution cléricale quelconque, et il croyait fermement que, comme son héros, tout homme guidé par la Providence pouvait suivre un itinéraire spirituel - repentance de ses pêchés, conversion, jusqu’à la renaissance marquant le début d’une vie exemplaire. Il était convaincu de la supériorité de la race blanche, et la colonisation et le trafic des esclaves étaient donc pour lui chose naturelle. Ces croyances étaient conformes à l’époque et si elles ne sont plus au gout du jour, on gagerait bien qu’il existe de nos jours des gens qui y croient encore.
Ce genre de réflexions désuètes est explicite dans la seconde et la troisième partie du roman, et c’est sans doute la raison pour laquelle elles m’ont paru ennuyeuses par rapport à la première. Car il ne faut pas oublier que l’œuvre intégrale comporte trois parties. La première partie est le roman qui, en 1719, eut un tel succès qu’il fut aussitôt traduit dans d’autres langues, dont « Vie et aventures de Robinson Crusoé » la première traduction française qui date de 1720. La même année, Defoe exploita ce filon avec une « Suite des aventures de Robinson Crusoé », et l’année d’après avec des « Réflexions sérieuses pendant la vie et les aventures de Robinson Crusoé ». Cette version Kindle correspond à l’édition de 1719 et de 1720, traduite par Petrus Borel en 1836, mais ne comprend pas la troisième partie qu’on peut trouver dans l’édition de La Pléiade.
Ma mémoire a passé à la trappe tout le discours élaboré de l’auteur, et de tout l’œuvre, n’en a retenu que la vision vivace de Robinson coiffé de son bonnet, avec son perroquet, arpentant l’île en faisant l’inventaire de ses possessions et réfléchissant à ses moyens de survie.
Depuis l’âge des cavernes, l’homme a sacrifié sa liberté pour vivre au sein du groupe afin d’assurer sa sécurité. La frustration qui en résulte, longtemps enfouie dans son subconscient, s’accumulant de générations en générations dans la conscience collective, ressort de temps à autres à travers des fantasmes d’une émancipation totale. Abstraction totale du temps et de l’espace, pour se retrouver seul avec soi-même et avec la nature, vivre en ne comptant que sur soi, et puis quand la solitude et les obligations deviennent trop pesantes, voilà un compagnon (et aussi un esclave pour faire la vaisselle) qui tombe à point nommé. N’est-ce pas à quoi tout le monde aspire ? Cette aspiration contient en soi sa part d’utopie, et c’est pourquoi Robinson ne restera pas longtemps sur son île. Il retournera à la civilisation.
33 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 septembre 2014
Comparé au tome 1, le tome 2 a selon moi beaucoup plus mal vieilli.
Notamment les longs passages où le narrateur expose son mépris des peuples rencontrés sur son chemins, selon lui inférieurs (Chinois, paysans de Russie, etc), qui en deviennent pénibles à lire, particulièrement parce qu'on ne comprend pas ce que cette violence gratuite apporte au récit.
Ces passages étaient sans doute moins choquants à l'époque de l'écriture de l'ouvrage, mais si ce n'est pour servir de témoin de l'omniprésence du racisme à l'époque, le tome 2 ne présente à mes yeux que peu d'intérêt, et je pense que l'on peut s'arrêter à la fin du tome 1.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mai 2013
très bien! très content de cette achat! un très bon livre, un vrai plaisir a lire ce livre avec une bonne histoire.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2015
Le Robinson Crusoe de Daniel Defoe a eu de multiples aventures en dehors de son long "séjour" dans l'ile. Je ne m'en souvenais pas .
J'ai retrouvé avec plaisir toutes ses péripéties. Bon moment de distractions.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus