undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 janvier 2015
Le lecteur qui connaît déjà "Les Fondements de la métaphysique des mœurs" peut utiliser cette version comme dépannage: elle satisfait un besoin de vérification générale, de relecture pour le cas où on n'a pas sa bibliothèque sous la main, comme un kit dentaire de voyage nous assure une hygiène convenable pour une situation bien déterminée (faute de mieux), mais qu'on s'empresse de remiser une fois rentré chez soi.

Je ne comprends toujours pas pourquoi les éditeurs des versions gratuites mettent à leur travail un soin qui vaudrait une évaluation lamentable à n'importe quel étudiant débutant. Pourquoi conseillerait-on à ces mêmes étudiants la lecture de versions qui négligent les règles les plus élémentaires de la ponctuation, lâchent un mot pour un autre, en omettent d'autres qu'il faut deviner?

La mère de Coco Chanel avait raison: le bon marché est toujours trop cher...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2012
Ce livres présente des idées fondateurs de la philosophie contemporaine mais aussi une réflexion poussé sur la structure même de la conscience.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Selon Kant, la philosophie se divise en trois domaines: l'étude du monde physique, l'étude de la morale, ou éthique, et celle de la logique. Ces études peuvent être soit «empirique», soit «pur» (conceptuel).
La morale, selon lui, désigne la partie pure et rationnelle de l'éthique, qu'il divise en deux branches : d'une part, le droit, ensemble de règles qui s'appliquent aux relations entre les hommes, d'autre part, la vertu, qui s'impose au sujet dans son intimité, et fait du devoir une fin, en ce sens que la moralité d'une action n'est pas jugée selon ses résultats, ou selon les conventions sociales, mais selon son motif, qui, pour être valable, doit revêtir une valeur universelle et être énoncé comme « impératif catégorique », en ce sens qu'il peut s'appliquer en toutes circonstances. La base en est le concept de la liberté, la capacité de définir sa propre loi, sans être soumis aux exigences d'autrui.
Tout en reconnaissant qu'il qu'il est impossible de citer un exemple d'une action purement morale, Kant estime que l'homme, dès lors qu'il relève autant du « phénomène », monde empirique des contingences, que du « noumène », monde de l'Absolu, il lui est possible de rendre le réel conforme à la morale, et non l'inverse.
Belle théorie, mais qui présume trop du pouvoir de cette « volonté bonne» qu'elle propose, et est à mon avis impraticable, à moins de se faire moine.Nous sommes à la fois matière et esprit, et il faut qu'on se retire du premier pour rejoindre le second si on veut appliquer ses principes. Il n'y a pas de compromission possible. D'ailleurs, je trouve son « amour universel de la nature » trop restrictif et trop anthropomorphique quand il demande de traiter les autres êtres rationnels comme des fins, et non des moyens. Quid des êtres doués de sensibilité mais non de la raison, comme les primitifs, les fous; et des animaux dont il se nourrit ?Il font aussi partie de la nature, non ?
Bel exemple donc de ces spéculations philosophiques de salon qui ne mènent à aucune action valable.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus