undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 avril 2011
Sans hésitation, si votre désir est de bien manger, lisez ce livre, en toute connaissance de cause vous saurez ce que vous mangez.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les deux auteurs de ce livre sont des journalistes travaillant pour une obscure revue masculine que vous avez peut-être entr'aperçue chez votre coiffeur, une revue qui n'est guère qu'un nombre impressionnant de publicités parsemé de quelques articles. Nous sommes donc face à un livre très mauvais avant tout parce qu'il est peu étayé et qu'il est mal écrit.

Tout d'abord, en intitulant leur ouvrage « livre noir », ils usurpent une dénomination qui a commencé avec le « Livre noir du communisme » qui était, lui, un véritable travail de recherche. Dans le cas de ce livre-ci, nous sommes simplement face à des opinions de comptoir écrites en gros caractères sur 300 pages, brodées sur le suicide du chef Bernard Loiseau : comme ces messieurs sont des journalistes et qu'ils ont donc des appuis, leurs opinions sont publiées. Malheureusement elles ne sont ni originales ni intéressantes. Pire encore, elles sont d'un conformisme affligeant (les grands chefs, le guide Michelin et les critiques gatronomiques sont pour eux des escroqueries) : nous sommes en plein dans l'idéologie petite-bourgeoise qui n'a de cesse de détruire ce qui est établi car trop « bourgeois ». Bien sûr, ce livre a été publié de nos jours (2011) ce qui fait que son conformisme se doit d'avancer sous le masque de l'anti-conformisme au nom de la modernité. En effet tout défenseur de la cuisine est un lepéniste : Jean-Luc Pettrenaud « grand représentant de cette France cadenassée du saucisson et de la nappe à carreaux » (sic) fait du poujadisme par exemple. Maurras et Barrès sont bien sûr conviés pour appuyer tout cela, alors que l'on peut être sûr que les auteurs n'ont lu ni l'un ni l'autre. Dans cette logique tout ce qui serait perçu comme trop français est alors suspect de tous les crimes. C'est pour cela que l'on a donc Anglais ou Danois portés au pinacle (quand on sait ce que signifie essayer de trouver un bonne table dans ces deux pays, cela laisse rêveur). Ce n'est cependant pas très étonnant : ce genre de personnes roule toujours pour l'Empire du nord, ces pays où la vie est systématiquement érigée en modèle par la petite bourgeoisie française intellectuellement prolétarisée.

Le fait qu'ils pensent informer le lecteur en devient presque touchant : par exemple, le premier chapitre est une longue critique de TF1. Mon Dieu, que c'est original, j'en reste pantois ; comme si dire du mal de cette chaîne n'était pas, justement, le cliché par excellence. Par ailleurs, et cela montre leur déontologie, les auteurs ne reculent pas devant le mensonge en disant que Curnonsky se serait suicidé (ce qui est faux) parce que son époque l'avait ringardisé (ce qui est aussi faux). Et comme les auteurs sont des journalistes incapables de sortir de leur petit monde, on a le droit dans les derniers chapitres aux bons points decernés aux journalistes grastronomiques mais aussi à de la publicité pour un groupe obscur de gastronomes (un des auteurs en est le cofondateur, tiens donc) dont le nom est systématiquement suivi du petit R signifiant « marque commerciale enregistrée ». Délicieux, surtout de la part de gens ayant pourfendu l'orgeuil et la pusillanimité des autres tout au long des pages ayant précédé.

Enfin, ce qui décribilise encore plus ce qu'ils écrivent est comment ils l'écrivent ; en voici un exemple à propos de la troisième étoile d'un chef : « Laquelle lui permettra de retrouver fissa des partenaires industriels pour créer bistrot, complexe de loisirs, golf et hôtel de luxe. Spirale de la réussite que viendra immédiatement enrayée une nouvelle gamelle en janvier 2007 ». Si la faute « enrayée » vaut son pesant d'or tout comme la structure des deux phrases sans proposition principale, le niveau de langue familier, qui est celui du livre dans son entier, montre sans détour ce à quoi il se réduit : des propos de café du commerce.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 janvier 2013
Pour moi ,beaucoup de generalités ,peu de choses nouvelles dans ce livre sans doute parce que tout est dit:ON MANGE DE LA NOURRITURE INDUSTRIELLE PARTOUT!mais pour d'autres il peut aider à demasquer la supercherie de la soi-diant gastronomie française vendue un peu partout .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 octobre 2012
J'ai entendu parlé de ce livre lors d'un documentaire sur la gastronomie française diffusé sur France5.Ce n'était qu'un sujet parmi d'autres,mais le constat était alarmant pour dire que 70% des restaurants français étaient approvisionnés par des groupes industriels.Adieu le "fait maison".Je n'ai pas de commentaire à faire sur le livre lui-même,mais sur les personnes qui le critiquent.Elles dénoncent un parti pris et un amateurisme des auteurs,mais de quoi font-elles preuve en tirant à vue sur les auteurs ? C'est du parti pris pro-restaurateurs.Ont elles vu l'émission ? Je pense que tout un chacun peut se faire son propre avis sans verser dans une quelconque exagération.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
je suis un peu décu car si le livre dénonce en effet des travers de la gastronomie française, on a quand même du mal à ne pas percevoir derrièe certaines attaques, des luttes de chapelles. ce livre ne me semble pas complètement neutre, même si je ne m'y connais pas assez pour pointer certaines approximations autre que celle ci ui laisse pantois: le parrain n'est pas un film de martin scorcese!!!!
quelle coquille!!! un peu léger quand on veut soi même donner des leçons.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
De la gastronomie française
De la gastronomie française de Raymond Dumay
EUR 7,99