undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles19
4,2 sur 5 étoiles
Format: Blu-rayModifier
Prix:7,98 €+ 2,79 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Tant de commentaires parlent de ce film "Rio Lobo", sorti en 1970, qu'il me semble difficile d'en faire encore un nouveau. Pourtant, comme j'y trouve des aspects intéressants, et que j'aime ce long métrage, je vais donc m'y risquer. En effet, il s'agit bien du dernier film d'Howard HAWKS, puisqu'il est avéré qu'il prit sa retraite peu de temps après afin de se consacrer, dans son ranch, entièrement à l'élevage de chevaux, en Californie. Comme chacun le sait, ce film est donc le dernier volet de sa "trilogie westernienne", entamée avec son célèbre Rio Bravo (1959) et poursuivie avec "El Dorado" (1967) où d'ailleurs, il réalise une nouvelle version de son "Rio Bravo" et revendiqua, à l'instar d'Hemingway, "le droit de mettre en scène la même histoire".

En comparant les trois westerns-là de ce grand cinéaste, on constate que les rapports entre eux sont évidents ainsi que les similitudes (tel l'échange de prisonniers et le règlement de comptes final). Sur un plan plus anecdotique, on notera que John Wayne dont c'était ici sa 5e collaboration avec ce réalisateur, accepta le rôle principal du colonel Cord McNally sans même lire le scénario, assez classique signé Burton Whol et Leigh Brackett, tant il faisait confiance à Edward Hawks, maître incontesté dans tous les genres du 7e art (comédie, film d'aventures, fantastique, film noir et également western).

Si pour certains, "Rio Lobo" n'est pas totalement à la hauteur de ses autres grandes oeuvres cinématographiques qui ont marqué l'histoire du western américain: La Rivière rouge (1948), La Captive aux yeux clairs (1952) ou de son "Rio Bravo", ce film toutefois, renferme aussi de nombreux ingrédients du genre qui nous captivent aussi et nous procurent de bons moments de divertissement. L'interprétation est évidemment entièrement dominée, comme à son habitude, par sa principale star qu'était John Wayne. Mais les autres acteurs sont tous aussi vrais et crédibles et tirent tous parfaitement leur épingle du jeu : Jorge Rivero(Pierre Cordona), l'inusable Jack Elam(Phillips), Victor French(Ketcham le traitre), Chris Mitchum(Tuscarora l'intrépide), Mike Henry (le shérif Hendricks), sans oublier la très charmante et séduisante Jennifer O'Neil qui, l'année après ce tournage, fit parlée d'elle dans "Un Eté 42" de Robert Mulligan. Et enfin, toujours côté féminin les non moins belles : Susanna Dosamantes(Maria Carmen) et Sherry Lansing(Amélita). Les thèmes privilégiés, chers à Edward Hawks, sont présents pour la plupart: l'amitié virile, les rapports intergénérationnels, entre l'homme et la femme, ces sujets récurrents sont traités chez lui le plus souvent avec ironie et légèreté.

C'est très surprenant que la description présentant ce film soit en espagnol, alors que ce site est sensé s'adresser majoritairement à un public français. Quant à l'évocation de l'histoire, on peut pas dire que le synopsis soit clairement énoncé, on cherche le début de cette histoire ( pour ceux qui ne sont pas encore en possession de ce DVD). Pour conclure, ce film est dans la lignée des grands classiques du western, il a du rythme ce qui le rend assez captivant (notamment dès le début de l'histoire avec l'attaque du train fort bien rendue) et possède aussi quelques autres beaux atouts dont le règlement de comptes final. Ce DVD (110 min.) ne comporte aucun supplément, l'audio est en DD 5.1 seulement en anglais et en Mono en français et sous-titré. A voir et à revoir.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mars 2013
Assez déçu de cette restauration,
On pourrait parler plus d'un transfert de bonne qualité que d'une restauration.
dommage de vouloir promouvoir un monstre sacré du cinéma (John Wayne) avec si peu d'argument technique.
Pour faire vite,
Côté IMAGE: 6/10 même si l'image est assez bien, on constate encore du grain, des craquelures et autres griffes sur la pellicule.Les noirs reste flou - Le reste est assez net et c'est ce qui le tire de ce fâcheux pétrin. Conseil sur un grand écran mettre en mode 1080p permettra une plus grande stabilité de l'image.

Côté SON: 7,5/10 elle tire son épingle du jeux. Avec un Master DTS HD 5.1 pour la VO et Master DTS HD 2.1 pour une VF.
Côté BONUS: Passez votre chemin :-(
En définitif, Je l'ai acheté quand même, car quand on aime le DUKE on prends sur soi (lol) - Ce film se laisse tout de même regardé !
Jusqu'a 12 € Frais de port compris on fait une bonne affaire, au delà c'est dur !!
0Commentaire6 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 février 2013
bonjour voila un tres bon western rèaliser par howard hawks avec john Wayne une belle histoire sur fond de guerre de sècession malgres que le film ne parle pas de cette guerre
un tres bon scènario de tres bons acteurs et tres bien rèalisè en bref un tres bon film a posseder dans sa vidèothèque a voir et a revoir !!
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 octobre 2014
Blu-ray fidèle dans ses images et son très correct, un western bien réalisé et bien joué.

A acheter sans risque pour les vrais cinéphiles.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2012
du grand John Wayne comme ont l'aimais , un western à la hauteur des espèrances qui n'a pas pris de rides avec l'âge , génial .
0Commentaire6 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
RIO LOBO est le dernier film tourné par Howard Hawks, un des metteurs en scène américain les plus honorés par la cinéphilie mondiale. Notre homme s'est illustré avec le même talent, et avec une même réussite, dans des genres très variés : SCARFACE, LE PORT DE L'ANGOISSE, LE GRAND SOMMEIL, mais aussi LA RIVIERE ROUGE, LA CAPTIVE AUX YEUX CLAIRS, RIO BRAVO, mais encore L'IMPOSSIBLE MONSIEUR BEBE, LA DAME DU VENDREDI, LES HOMMES PREFERENT LES BLONDES, CHERIE JE ME SENS RAJEUNIR... Rajoutez à cela un péplum, de la SF, des films de guerre... Cela vous donnera une idée du savoir faire de ce réalisateur-producteur, méticuleux, académique. Les films de Hawks ont en commun un certain réalisme, une retenue dans les sentiments (point de lyrisme chez lui), un humour omniprésent même dans ces drames, et un point d'honneur à mettre en avant les personnages féminins, déterminants sur l'action.

Pourtant, le film qui nous intéresse ici, n'est pas franchement sa plus belle réussite. Je m'y attarde car il fait partie d'un triptyque : RIO BRAVO (1959) EL DORADO (1966) EL LOBO (1970). Les deux derniers étant des déclinaisons du premier, chef d'oeuvre impérissable. Les trois films ont en commun la présence de John Wayne, ainsi qu'une multitude de scènes. Les personnages se ressemblent (l'homme mûr, le vieillard, le jeune chiot et la belle intrépide), les intrigues, bien que différentes au départ, convergent vers une même conclusion : prison assiégée, enlèvement, échange, fusillade finale. Le médecin remplace le patron de l'hôtel à la fin... Scènes ou personnages interchangeables, variations sur un même canevas. Le tout sur fond de notables corrompus, veulerie, amitié, code d'honneur. Certaines répliques se retrouvent aussi, comme celle du vieillard qui tient en joug le méchant, les pouces sur les chiens relevés de sa carabine, et qui prévient : « à mon âge, j'ai de l'arthrose dans les doigts, faites pas le mariole, le coup pourrait partir par accident » ! (je cite de mémoire). Lorsque que Walter Brennan (RIO BRAVO) agace le prisonnier dans sa cellule en jouant de l'harmonica, ici, c'est French qui refait la même chose mais avec une guimbarde.

RIO LOBO se distingue cependant de son illustre modèle, en parlant plus ouvertement de la Guerre de Sécession, des retrouvailles difficiles Nordistes/Sudistes, d'hommes marqués par un conflit fratricide, qui a laissé des séquelles profondes. C'est, comme toujours avec Hawks, l'occasion de confronter des caractères, dans un récit riche en action et rebondissements. Les années 70 pointent à l'horizon, cela se voit dans le physique des actrices, comme sorties d'une communauté hippie (la très belle Jennifer O'Neil), ou dans le rôle du jeune premier Pierre Cordona, dents blanches et le torse velu sous sa chemise de cuir bien moulée (Jorge Rivero, proche du ridicule). Des aspects qui vieillissent le film, aujourd'hui.

Des caractères moins trempés, des redondances dans les figures imposées du western, une certaine mollesse dans la mise en scène, font de RIO LOBO un film divertissant, mais mineur, dans la carrière exceptionnelle d'Howard Hawks.
0Commentaire12 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 janvier 2016
Bonne restauration blu ray image et son, car le film date de 1970.
Les acteurs sont bons (John Wayne, John Mitchum et Jorge Rivero).
L'histoire se déroule vers la fin de la guerre de sécession, John Wayne fera tout pour retrouver l'infâme traitre qui a dénoncé aux sudistes l'envoi d'un train appartenant à l'union (les nordistes) chargé d'or.
Le film est parfois pittoresque, les scènes d'action sont rondement menées. On peut même dire que ce dernier western d'Howard Hawks est parfois emprunt de nostalgie. A recommander à tous les amateurs de Western, en particulier de John Wayne.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 avril 2013
film classique, qualité de la copie satisfaisante,vo très bonne, un plaisir digne de la dernière séance du bon Eddie Mitchell.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1970. Howard Hawks, l'un des grands réalisateurs mythiques du western américain réalise son dernier film. John Wayne vieillissant ne donne pas toute la mesure dynamique à laquelle il nous avait habitué. Cela sent "le sapin". L'âme même du western américain, qui aime à visiter, installer ou critiquer les mythes fondateurs de la nation américaine (le grand Ouest, la conquête, la civilisation apportée par la disparition des indiens, la démocratie, la violence impétueuse qui souvent fait office de justice, en fait bien des thèmes chers à l'idéologie libérale) s'en va... De la violence non "nécessaire" est ajoutée comme celle du visage de la jolie femme balafrée au couteau. Hawks s'est risqué à emprunter la débauche du western italien, se cherchant un fil conducteur.

Déclinaison de "Rio Bravo" sous fond de guerre de Sécession (mais ici, la violence n'existe pas, la nation américaine étant présentée comme une et indivisible ... pieux rêve bien différent de ce que nous apprend l'Histoire) ce western se laisse regarder, sans plus.

Prenez votre élan, inspirez un bon coup, et regardez-le.
0Commentaire2 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mai 2014
Fait partie de la grande anthologie du western. A voir et à revoir de temps en temps avec le monument John Wayne. Ce film s'inscrit dans la suite de Rio Bravo ... Envoi rapide groupé avec d'autres commandes dans un temps de réception très rapide. Parfait
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles