undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ceux qui étaient tombés sur l'excellent premier album des progressive thrashers arizoniens de Vektor se sont probablement jeté sur cette seconde levée, ce billet s'adresse donc aux autres, parce que - crénonvindiou ! - quel album !

Il faut dire, en ces temps où le thrash est de nouveau « in » dans la scène metal et où on ne peut que constater que la majorité des nouvelles formations ne fait qu'emprunter les chemins précédemment balisés par les créateurs du genre, l'apparition d'une telle formation fait figure de salutaire bouffée d'oxygène, de vent nouveau nettoyant les scories inutilement accumulées. En effet, rares sont les groupes qui dévient de la trajectoire classique et encore plus rares sont ceux qui en ressortent avec une formule originale et efficace. C'est le cas de Vektor qui, sans le moindre complexe, fait du neuf avec du vieux pour créer sa propre recette. En l'occurrence, ils ne font rien de bien différent que ce qui avait attiré l'attention dans leur album inaugural, le toujours très recommandé Black Future. Sans surprise, on retrouve donc un thrash barbare, technique et puissant où changements de tempo, soli supersoniques, riffs « différents » et structures éclatées sont légion.

Evidemment, la voix de David DiSanto ne sera pas du goût de tous, quelque part entre un Tom Arraya jeune et un cancéreux en phase terminale, elle est l'expression d'un groupe refusant tout compromis et déroulant avec l'arrogance et l'assurance de sa jeunesse une musique viscérale tout en restant profondément réfléchie. Bien sûr, les influences ne sont pas tout à fait absentes de ce cocktail tout en étant moins envahissantes que sur leur album inaugural. Ainsi, il est évident que ces jeunes gens ont écouté Slayer, Possessed, Death, Coroner ou Voivod et en ont retiré quelque chose. Ce dernier ressortait d'ailleurs particulièrement sur Black Future, il est ici plus effacé même si, au détour d'un riff, d'un solo ou d'un pattern rythmique inattendu, on se dit que, oui, quand même ces si sous-estimés québécois ont trouvé ici ce qui se rapprochera le plus de l'idée qu'on se fait d'un successeur (c'est particulièrement évident sur Fast Paced Society). Bien entendu, l'important demeure que ces influences s'imbriquent pour former un tout cohérent et personnel et c'est le cas de ces 8 compositions globalement plus courtes que leurs devancières et qui y gagnent d'autant en efficacité. Et comme, en plus, le problème de production jadis perçu a été quasi-intégralement gommé (ce n'est pas encore le bolide que l'on souhaiterait mais déjà plus le tacot ahanant) il n'y a plus qu'à saluer le retour d'une formation dont on attendra désormais les développements avec impatience.

En résumé, ceux qui aiment le thrash « pas comme les autres », mélodique et sanglant à la fois, surprenant et prospectif, ne pourront que se ruer sur l'excellent Outer Isolation. Et ils auront bien raison !

Tracklist:
1. Cosmic Cortex 10:22
2. Echoless Chamber 5:17
3. Dying World 5:18
4. Tetrastructural Minds 5:21
5. Venus Project 6:47
6. Dark Creations, Dead Creators 3:25
7. Fast Paced Society 6:45
8. Outer Isolation 8:27

Personnel:
- David DiSanto: chant, guitare
- Erik Nelson: guitare
- Blake Anderson: batterie
- Frank Chin: basse
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 février 2012
Pour qui aime le Thrash innovant mais respectant à la lettre l'essence même de ce style musical, VEKTOR est un must dans le domaine. Cet album distille une musique qui s'insinuera lentement mais sûrement dans vos esgourdes et vous n'aurez qu'une envie, après la fin du dernier titre : vous repasser l'album une nouvelle fois.

Magique.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,99 €
15,99 €
15,86 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)