undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles5
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 octobre 2011
Peu importe sa position sur la question climatique, ce livre est un incontournable. Voilà plus de 20 ans que le GIEC se penche sur la science du climat, produit des rapports scientifiques (lesquels servent de toile de fond pour une refonte de notre système économique et politique), mais n'est lui-même soumis à aucun audit...

On accepte les conclusions du groupe PARCE QU'elles proviennent (apparemment) des meilleurs experts de la planète et font l'objet d'un examen rigoureux et objectif de la littérature scientifique. La crème de la crème, nous dit-on!

Or, Donna Laframboise n'est pas de ceux et celles qui acceptent une hypothèse comme un fait simplement parce que celle-ci provient de l'autorité.

L'auteure fut d'abord piquée de curiosité par un billet de l'économiste Richard Tol (auteur du GIEC), dans lequel celui-ci indiquait que l'organisme aurait ignoré la littérature révisée par les pairs au détriment d'articles de «littérature grise» (sans peer-review) afin de supporter ses conclusions, lesquelles ne vont pas dans le sens des experts. Elle entreprit donc de vérifier si l'événement était un cas isolé ou non.

La surprise fut de taille. Et la suite se trouve dans son livre...

Donna Laframboise n'hésite pas à se mouiller avec cette enquête sur les rouages du GIEC et ses collaborateurs. Elle soulève de nombreux faits embarrassants, qui remettent en doute la crédibilité scientifique du groupe et de ses rapports.

Le tout est supporté par de nombreuses références, incluant le rapport accablant d'une enquête menée en 2010 par l'IAC (conseil interacadémique) et un questionnaire anonyme mené par ce dernier auprès de certains membres du GIEC.

Puisse cet ouvrage attirer suffisamment l'attention pour que d'autres suivent les traces de Donna, et que le GIEC soit complètement réformé ou démantelé, car il est présentement bien trop politisé pour avoir la crédibilité qu'on lui accorde.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 19 avril 2014
Much discussion of climate change is based on appeals to authority. For many, there can be no greater authority than the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC). After all, its work is performed by thousands of the world's top scientists, reviewing the peer reviewed literature and producing a synthesis of what we know about climate change. Donna Laframboise is a Canadian journalist and she has done some investigation to verify if all this is true. And what she discovered was a surprise to her, and I must say, also to me when I read her book.
- The IPCC does not rely only on peer reviewed literature as it claims. Laframboise looked at the many references in the more than 3000 pages of the IPCC reports. There were thousands of references to non-peer reviewed literature - even to newspaper and magazine articles, reports from bodies such as the WWF and so on. In some places, over 40% of the references were to so-called "grey literature" (non-peer reviewed reports).
- Deadlines were repeatedly stretched so that references that supported IPCC positions could be included. In some cases these additional references were added months after the chapters of the report were supposed to have finished.
- In many cases relevant literature was ignored, and IPCC chapter authors were able to high-light their own work at the expense of other work.
- The IPCC does not involve thousands of the world's top scientists as it claims. Many of them were young, inexperienced and in some cases not even qualified. It is a shock to find out that some of the lead authors were in their mid-20s, and some had not even started their PhDs. What many of these young people had, though, was a commitment to the cause.
- Part of the cadres has come from organisations like Greenpeace, WWF and other environmental campaign groups. For a body that seeks to be impartial and objective, the IPCC is recruiting people who have an ideological axe to grind.
- The IPCC has never been subjected to serious auditing. It has gotten away with things because the media have looked all the time aside. No matter appalling the behaviour, the IPCC is still treated as the impartial scientific body it pretends to be. In the same way, the scientific journals and academies are also responsible for not asking questions.
- The IPCC is a political body first and foremost. Delegates are often chosen to represent the different UN nations, not for their competence.
This book really is worthwhile reading, particularly for those who still have some illusions about the IPCC.

The book has also been translated into German: Von einem Jugendstraftäter, der mit dem besten Klimaexperten der Welt verwechselt wurde: Ein IPCC-Exposé.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2011
Je lis depuis de nombreux mois ce que Donna Laframboise écrit dans son site.
Elle y a donné des références mais la vue totale de son travail est dans ce livre.

Ce livre est le résultat d'une investigation de vraie journaliste et enquêtrice.
C'est pourquoi mon choix personnel est la version Kindle pour utiliser au mieux les innombrables liens qu'elle fournit.

Elle traite essentiellement du rapport n°2 (WG2) du Giec paru en 2007 et de ce qui se passe plus globalement dans les superstructures du même Giec.

On y apprend que le contenu échappe en grande partie aux scientifiques indépendants de multiples manières : par les choix faits par les auteurs principaux, par la censure des éditeurs, par la dépendance des rédacteurs des résumés.

S'il fallait résumer en une phrase le contenu du livre, je dirais qu'il apporte la preuve de l'entrisme des ONG et particulièrement du WWF qui a perverti le fonctionnement de cet organisme onusien à tous les niveaux.

Le démontage est fait dans tous ses détails.

Un régal et une leçon de journalisme.

Bonne lecture.
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2013
Ce livre met en perspective avec force et vigueur et surtout des arguments la validité du concept écologiste du pannel. Ce qui est particulièrement marquant est l'abus de la "peer review" qui est plutôt pire review retenu "urbi et orbi" par l'IPCC; il est évident que cette technique ne permet pas des avancées scientifiques majeures, car elle bloque toute initiative non conforme.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 janvier 2014
Not only an outstandingly important, in-depth expose of a 20-year scandal. I ask myself "where will we go from here? Will the farce be extended to AR6, AR7, AR8....until the next Ice Age?

More important still: will the mis-use of science continue to drive our society, steered by charlatans pushing their agenda?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)