Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vous croyiez que la trompette se limitait à Haydn et Hummel ? Pauvres de vous !
Alison Balsom est une figure à part du monde de la trompette : une femme taille mannequin, comme égarée au milieu de petits hommes rondouillards (André, Touvron, Soustrot, Leleu,...) Et l'on pourrait craindre le coup marketing. Mais non, car Alison Balsom est plus qu'une belle blonde, elle est une extraordinaire trompettiste et l'avait...
Publié le 14 avril 2012 par M. Girardin

versus
3.0 étoiles sur 5 Seraph
Un album beaucoup moins classique mais de toute beauté également. Des sons veloutés et une toncité quand c'est nécessaire, font d'Alisom Balsom une grande artiste qui devrait faire partie de la collection de tous les trompettistes et de tous les amoureux de la belle musique.
Publié il y a 18 mois par clevy sylvia


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vous croyiez que la trompette se limitait à Haydn et Hummel ? Pauvres de vous !, 14 avril 2012
Par 
M. Girardin (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seraph : Trumpet Concertos (CD)
Alison Balsom est une figure à part du monde de la trompette : une femme taille mannequin, comme égarée au milieu de petits hommes rondouillards (André, Touvron, Soustrot, Leleu,...) Et l'on pourrait craindre le coup marketing. Mais non, car Alison Balsom est plus qu'une belle blonde, elle est une extraordinaire trompettiste et l'avait montré à qui voulait bien l'entendre en enregistrant les grands classiques dans une version qui s'inscrivait d'emblée au sommet de la discographie (Concertos Pour Trompette).
Mais Alison Balsom n'est pas seulement une virtuose, c'est aussi une musicienne hors pair et courageuse, s'aventurant avec succès hors des sentiers battus : la preuve avec ce disque consacré à de confidentiels concertos contemporains.

Le disque s'ouvre par le concerto de MacMillan, dédié à Alison Balsom. Sans être désagréable, le concerto est un curieux mélange des genres, empruntant à Chostakovitch (accompagnement motoristes), Haydn (partie soliste) et Messiaen (accords saturés du finale) sans développer de personnalité propre. Seul l'adagio semble s'échapper des influences externes (bien que l'on soit proche des concertos français, le Nocturne de Tomasi en tête) pour développer un touchant duo entre trompette et violon solo.

Les deux autres concertos sont d'un tout autre niveau. Arutiunian, d'abord, seule pièce connue du programme, que Balsom interprète magistralement et de façon très personnelle : la sonnerie tragique initiale étonnamment lourée, des déhanchements rythmiques généralement assagis, un mouvement lent d'une douceur incroyable. Dans ce concerto soviétique que l'on croyait connaître, Alison Balsom nous prend à contrepied de la plus belle façon qui soit. Hélas, l'orchestre souffre d'une mauvaise prise de son dans ce concerto qui le place trop en retrait.

Le concerto de Zimmermann est, quant à lui, un véritable chef d'oeuvre, mélangeant de la plus belle façon la musique jazz (et le thème spiritual dont il s'inspire) avec la musique contemporaine d'obédience sérielle, dont quelques hurlements sonores préfigurent l'intimidant opéra Die Soldaten. Alison Balsom et l'orchestre de la BBC écossaise (augmenté de saxophones et d'un orgue Hammond pour l'occasion) livrent une interprétation exemplaire de la pièce qui, on l'espère, sortira de son anonymat prochainement.

Pour faire le lien entre les concertos, Alison Balsom propose deux "pauses fraîcheur" : l'interprétation à fleur de peau de Nodody Knows (élégamment accompagnée de quelques touches d'Orgue Hammond et de piano) et le très beau Paths de Takemitsu, où la trompette dialogue avec son double muni d'une sourdine. On en reprend volontiers !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Honneur aux cuivres (I): vive Alison Balsom, 3 mars 2012
Par 
Denis Urval (France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seraph : Trumpet Concertos (CD)
La trompettiste britannique Alison Balsom est blonde, photogénique, et elle enregistre pour une « major » du disque qui a contribué à la rendre célèbreWorks for Trumpet. Eh bien, avant de dénoncer superficialité et ravages du marketing, il serait bon d'écouter les concerts et les disques, et de donner une chance aux interprètes. Non seulement cette musicienne peut convaincre toute personne de bonne volonté que la trompette est un instrument bien plus fin, à la palette sonore bien plus diverse qu'on ne pourrait le soupçonner (enfin, l'instrument en soliste dans le registre du classique, car le jazz l'a bien sûr révélé depuis longtemps), mais elle a signé un programme original et ambitieux, alors qu'elle pourrait se contenter d'enregistrer « Favorite baroque pieces » et « Light music for trumpet », des disques qui partiraient comme des petits pains sur Oxford Street et qu'on retrouverait dans les aéroports du monde entier coincés entre une compile de flûte Inca et un best of de Céline Dion.

Honnêtement, la dernière chose que je me serais risqué à attendre de sa part, c'était bien qu'elle enregistre le concerto de Bernd-Aloïs Zimmermann : vous savez bien, Zimmermann, celui qui a écrit les SoldatsZimmermann : Die Soldaten (opéra), à côté desquels Wozzeck est une opérette viennoise ...

Donc, au programme :

James MacMillan (né en 1959) : Seraph, pour trompette et orchestre, dédié à Alison Balsom. Pas révolutionnaire, mais agréable à écouter : premier mouvement au style post-Chostakovitch, post-Hindemith, très joli duo entre le violon et la trompette dans le second mouvement.

Takemitsu (1930-1996) : Paths, pour trompette solo. Etonnant comme la trompette solo se suffit à elle-même.

Alexander Arutiunian (né en 1920) : Concerto. L'oeuvre de ce compositeur arménien date de 1950. C'est de la musique soviétique typique, avec, tout de même, un peu de saveur à la Borodine, et la soliste est constamment épatante.

Nobody knows (spiritual), dans un arrangement original.

Zimmermann (1918-1970), concerto « Nobody knows the trouble I see », fondé sur le morceau précédent, créé en 1955 sous la direction d'Ernest Bour. Evidemment il fallait qu'un plumitif se déchaîne sur un site de « critique spécialisée » (sur internet, que de spécialistes) au sujet de ce concerto pour dire en substance que « ces oeuvres intellectuelles et abstraites des années cinquante appartiennent à une époque révolue ». Révolu toi-même ! Redisons que la musique de ce concerto n'a rien de robotique ni de désséchée, et qu'il s'agit d'une oeuvre importante, forte et émouvante, une oeuvre qui en outre réussit la fusion entre l'univers de la musique classique et celui du jazz (oui, du jazz) comme peu y sont parvenues. Discrètement mais efficacement accompagnée, Alison Balsom enthousiasme.

Comme d'autres solistes de valeurFlute Concertos (Flötenkonzerte), la trompettiste a décidé de mettre sa notoriété au service des répertoires moins évidents.

On se plaît à imaginer un message bien dans l'esprit de l'entente cordiale, envoyé par Maurice André à Alison Balsom, et posté du Paradis où il vient de se retrouver : « Bien reçu. Excellent. La trompette est en de bonnes mains ».
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Magnifique Cd, 28 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seraph : Trumpet Concertos (CD)
Ma fille trompettiste a adoré cet enregistrement, offert à Noël.
Les pièces contemporaines sont magnifiquement interprétées ; beau son, belle musicalité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 LA trompettiste actuelle, 10 novembre 2013
Par 
calade (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seraph : Trumpet Concertos (CD)
Tous les disques d'Alison Balsom sont excellents. Bien sûr, cette jolie jeune femme peut donner l'image d'un produit marketing d'EMI mais il y a derrière les photos une sacrée artiste. A près tout, ce n'est pas de sa faute si elle est très jolie ! Le programme choisi suffit à montrer son exigence. Elle a un son de trompette exceptionnel. Ce n'est jamais agressif, débraillé, ou trop "vibrato". Les oeuvres sont modernes mais n'ont rien de rebutant car elles portent beaucoup d'émotion. Mention spéciale pour Zimmermann (le fameux auteur des Soldats), où on tient là l'enregistrement de référence.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Seraph, 3 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seraph : Trumpet Concertos (CD)
Un album beaucoup moins classique mais de toute beauté également. Des sons veloutés et une toncité quand c'est nécessaire, font d'Alisom Balsom une grande artiste qui devrait faire partie de la collection de tous les trompettistes et de tous les amoureux de la belle musique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 well done, 22 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seraph (Téléchargement MP3)
Well done Alison on this album focused on the 'new generation of concerto'.
Maybe strange to listen at first but pleasure after analyzing the fundamentals of the trumpet.
A must have
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Vive la trompette contemporaine !, 20 avril 2012
Par 
Cetalir "Cetalir" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seraph : Trumpet Concertos (CD)
La très photogénique Alison Balsom avait frappé un grand coup dans le petit monde des trompettistes solistes, très masculin, avec son disque des grands concertos classiques (voir Concertos Pour Trompette) récompensé par un Diapason d'Or il y a quelque temps maintenant. Depuis, sa carrière avait décollé et sa maîtrise technique, la qualité de son souffle et sa musicalité, combinées à un look ravageur, en avaient vite fait une nouvelle star des salles de concert du monde entier.

Retour au disque avec un courageux assortiment de pièces du vingtième siècle, pour la plupart, totalement et injustement inconnues.

Le concerto pour trompette et orchestre du musicien écossais MacMillian a été écrit pour la belle Alison. Ce n'est pas l'oeuvre la plus excitante du CD car elle manque un peu d'originalité et de densité, mais la musique se laisse écouter d'autant que l'interprétation de la dédicataire est éblouissante.

L'opus pour trompette solo de Takemitsu est d'une toute autre envergure et démontre brilamment, dans une pièce courte, en quoi la trompette se suffit à elle-même quand on est capable d'en tirer la quintessence ce qui est évidemment le cas de Miss Balsom.

Le concerto de Arutiunian, musicien russe d'origine arménienne, date de 1950 bien que sa conception remonte en fait à 1943 puisqu'il avait été entrepris au départ pour la trompette solo de l'ochestre national arménien, puis arrêté en cours d'écriture du fait de la mort de l'instrumentiste pendant la seconde guerre mondiale. C'est le concerto le plus connu du disque et aussi la seule oeuvre connue d'Arutiunian, musicien typique de l'ère soviétique et couvert de récompenses par le régime. La musique fait immédiatement penser à Katchuturian qui l'inspira beaucoup d'ailleurs mâtiné d'un brin de Chostakovich. Une musique très colorée, enjouée avec une superbe cadence finale.

La séquence de jazz sur "Nobody knows" qui s'en suit introduit le bouquet du CD qu'est le sublime et inconnu concerto pour trompette de Zimmerman, vous savez le compositeur du très rude Requiem (voir mon post Requiem Pour Un Jeune Poète) et du non moins aride opéra Die Soldaten. Ici, une oeuvre parfaitement abordable, étonnamment musicale dans laquelle le thème du "Nobody knows" revient de façon obsédante tant à la trompette qu'à l'orchestre, voire fugacement sur le premier instrumentiste de divers pupitres. Avec l'adjonction d'un orgue électronique, la musique semble sans cesse flotter et hésiter à mourir dans d'infinis pianissimo avant que de repartir sur une nouvelle variation étonnante. En soi, cette oeuvre et son interprétation de tout premier plan justifie l'acquisition du disque !

Un regret: la prise de son avec un équilibre pas toujours bon entre l'orchestre et la soliste et une tendance à saturer les cordes aigües.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Seraph : Trumpet Concertos
Seraph : Trumpet Concertos de Alison Balsom (CD - 2012)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit