Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un superbe coffret de référence, 28 mars 2012
Par 
Savinien (Liège, Belgique) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Trios à cordes - Trios avec piano - Quintettes - Sextuors - Octuor... (CD)
Anner Bylsma se fait connaître en 1959 lorsqu'il remporte le Concours Pablo Casals, à l'âge de 25 ans; il sera ensuite premier violoncelle au Concertgebouw d'Amsterdam entre 1962 et 1968, en même temps qu'il développe ses activités de chambriste, s'intéressant à toutes les périodes musicales, du baroque au contemporain en passant par le répertoire romantique. En fonction des oeuvres qu'il interprête, il change d'instrument dans une démarche d'authenticité. Il participe activement à la vague baroquisante, aux côtés d'autres illustres musiciens néérlandais comme le regretté Gustav Leonhardt, ou Franz Brüggen, mais aussi des musiciens belges comme Sigiswald Kuijken (qui fut notamment cofondateur de La Petite Bande, aux côtés de Leonhardt) ou Jos van Immerseel (fondateur notamment du Collegium Musicum en 1964, et plus tard de l'ensemble Anima Eterna).

Avec la violoniste Vera Beths (par ailleurs son épouse) et l'alto complice de Jurgen Kussmaul, Anner Bylsma forme le noyau de l'ensemble Archibudelli, un nom évocateur tiré de l'italien : archi qui désigne les instruments à cordes en général (mais aussi spécifiquement les archets), et budelli qui désigne les boyaux, avec lesquels on faisait autrefois les cordes des instruments (aujourd'hui généralement faites en acier). Ce groupe de base est alors augmenté par d'autres compères (jusqu'à huit musiciens) selon les besoins, ce qui permet à cette formation à dimension variable d'aborder un répertoire considérable (du baroque aux limites du romantisme), avec toujours l'utilisation de cordes à l'ancienne, en boyaux, qui donnent aux instruments une coloration sonore particulière.

Le label Vivarte de Sony Classical regroupe ici 4 disques de l'Archibudelli consacrés à Beethoven :
CD1 (enr.11/1992) : Trio à cordes en mi bémol majeur op.3 -- Sérénade pour trio à cordes en ré majeur op.8
CD2 (enr.12/1999) : Trio avec piano n°7 en si bémol majeur op.97 "Archiduc" -- Trio avec piano n°5 en ré majeur op.70 n°1 "Les Esprits"
CD3 (enr.09/1991) : Trios à cordes op.9 n°1 en sol majeur, n°2 en ré majeur, n°3 en ut mineur
CD4 : (enr.06/1991) : Sextuor pour cors et cordes en mi bémol majeur op.81b -- Duo pour violon et violoncelle en mi bémol majeur WoO.32 -- Quintette à cordes en la majeur.

Les Trios à cordes sont des oeuvres du jeune Beethoven, à ce titre souvent considérées comme mineures, et d'ailleurs assez peu représentées au disque. Pourtant, s'ils n'atteignent peut-être pas les mêmes cîmes que les Trios avec piano, ils n'en demeurent pas moins des oeuvres remarquablement écrites, pleines d'inventions, et même déjà de génie beethovénien (culminant dans un op.9/3 en forme un véritable chef d'oeuvre du genre). Les Archibudelli rayonnent littéralement dans ces pages, avec une lecture articulée et d'une très grande cohérence, irradiée de timbres subtils et vivifiants que leur permettent de superbes instruments d'époque (et une prise de son très proche), le tout mis en place avec un sens rythmique irréprochable dans une lecture d'une rare spontanéité. Sur instruments modernes, on conseillera sans hésiter la version du Trio Grumiaux (chez Philips, malheureusement épuisé à ma connaissance), ou encore l'association Rostropovich/Mutter/Giuranna, ou pourquoi pas le Trio Italiano d'Archi (où l'on retrouve d'ailleurs Giuranna).

Les Trios avec piano "Archiduc" et "Les Esprits" bénéficient du clavier belge de Jos van Immerseel. Un musicien complet, qui fut l'élève notamment d'Eugène Traey et de Kenneth Gilbert, étudiant et s'illustrant au pianoforte, au clavecin, à l'orgue, au chant et à la direction d'orchestre (l'occasion de rappeler que Immerseel et Bylsma ont aussi enregistrer les Sonates pour violoncelle de Beethoven). Ces Trios célèbres et à l'abondante discographie trouvent ici une simplicité originale et vivifiante, sans la dramatisation éventuelle que leur autoriseraient des instruments modernes, la puissance moindre du clavier rééquilibrant en quelque sorte l'ensemble et rendant le discours plus intimiste. D'une certaine façon, ces Trios recouvrent ainsi leur beauté nue, dévoilant paradoxalement des contrastes et une clarté sonore insoupçonnés. Une interprétation intense (mais non totalement exempte de quelques limites techniques au clavier, par endroit), une relecture sans doute assez austère, mais aussi brillante, originale et rafraichissante, qui en fait une version à part dans la discographie.

Le quatrième cd permet de découvrir des oeuvres plus rares, dont le très réussi Quintette en la majeur d'après la Sonate "Kreutzer"; une transcription remarquable attribuée au compositeur lui-même, dans une configuration inhabituelle avec un alto et deux violoncelles (à la façon de Boccherini, contrairement à ses autres quintettes à cordes qui ont deux altos, à la façon de Michel Haydn). Le noyau de base des interprêtes est complété ici avec le violon de Lucy Van Dael et le violoncelle de Lidewy Scheifes. Le sextuor op.81b bénéficie quant à lui des couleurs magnifiques des 2 cors naturels de Knut Hasselmann et Ab Koster.

CD5 (enr.02/1992 & 02/1993) : En complément, un disque reprenant l'essentiel des oeuvres (peu jouées) pour instruments à vents : Octuor à vent en mi bémol majeur op.103 -- Sextuor en mi bémol majeur op.71 -- Rondino en mi bémol majeur WoO.25 -- Marche en si bémol majeur WoO.29 -- Duo en ut majeur pour clarinette et basson WoO.27/1.
L'Ensemble Mozzafiato, sous la conduite de Charles Neidich, joue également sur instruments anciens, avec des sonorités subtiles et raffinées, une fraîcheur de ton vivifiante, et un sens du texte très convaincant. Ils livrent donc un disque très réussi, également très bien enregistré, qui constitue un agréable complément à ce coffret des Archibudelli.

Avec des sonorités et des couleurs superbes et équilibrées, une grande clarté des lignes, rehaussées d'expressivité et d'éloquence, ces interprétations portées par un souffle revigorant se montrent globalement débordantes de vitalité et d'invention, dans une subtile alchimie faite de déférence au texte et de lecture libérée.
Un superbe coffret de référence donc, pour tous les amateurs beethovéniens, baroqueux ou non.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 MEME, 24 juin 2013
Par 
BAGRATION "MOLTO LENTE" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Trios à cordes - Trios avec piano - Quintettes - Sextuors - Octuor... (CD)
Quand il s'agit d'une musique de chambre plutôt "mesurée"...On sent cette énergie qui court le long des notes...Tout Beethoven se concentre dans ces moments d'insistance où l'emphase porte au devant telle ou telle partie...

En plus, un prix très acceptable et des interprètes formidables...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit