undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles5
4,2 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:19,25 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

50 PREMIERS REVISEURSle 14 décembre 2015
Même si j'ai toujours trouvé beaucoup de charme, de justesse et de profondeur aux versions des cantates et passions de BACH enregistrées par Philippe Herreweghe, dont je possède quelques albums, dont une cantate "Ich hatte viel Bekümmernis" qui m'avait particulièrement touché, je lui ai toujours trouvé un aspect réducteur, sinon aspetisé, du moins abstrait, manquant d'enracinement thuringien, de chair, d'impulsion, de "germanitude". On peut aussi parfois lui reprocher une expression compassionelle, un peu trop piétiste, proche d'un larmoiement sous jacent, certes retenu, mais qui peut aussi s'avérer lassant ou frustrant.

Même si le style d'Herreweghe n'a pas fondamentalement changé depuis ses débuts et sa première version de la messe en si, je n'ai aucune de ces réserves pour cette seconde version de la messe en si, que j'ai découverte il y a quelque jours et qui est peut-être enfin celle dont j'avais rêvée, même si je garde une grande admiration pour les performances de Gustav Leonhardt, Thomas Hengelbrock et Frans Brüggen.

Pourquoi?

Peut-être par ce que la messe en si mineur est l'oeuvre la plus pure, la moins charnelle, la plus céleste, la plus universelle de BACH, la dernière grande oeuvre de BACH (postérieure à l'art de la fugue) que ce dernier a patiemment polissé et pas n'importe comment, en prêtant attention à alléger au maximum la texture (en enlevant des notes) et en prenant garde à ce que la rhétorique ne porte pas atteinte à la fluidité des lignes. En ce sens, c'est la plus adaptée, sur le papier en tout cas, au parti pris abstrait traditionnel Herreweghien.

Peut-être aussi parce que, même si Herreweghe et son ensemble, n'ont pas changé de style, ils l'ont quand même affiné, avec un zeste de retenue en moins, un chouilla de vie en plus, et une lumière plus positive.

Peut-être enfin pour cette réalisation admirable, autant au niveau de:
- la prise de son chaleureuse mais définie, globalisante (pas une somme de détails) mais précise,
- la performance du choeur qui réussit le tour de force d'être intelligible de bout en bout et qui fournit en plus les solistes, ce qui renforce ce sentiment d'unité, de fraternité, de communion oecuménique,
- l'orchestre toujours en phase avec les voix, toujours au service, toujours souple, jamais une note plus haute que nécessaire, ni plus retenue qu'il le faut, sans jamais donner l'impression de se forcer
- de la direction qu'on a tendance à oublier tant tout parait naturel et incarné et non orienté ni récité
- la cohérence du début à la fin d'une oeuvre qui peut apparaitre comme disparate ou "baroque" à certains et dont certaines performances (je pense en particulier à la version de Jacobs au début prometteur) ont tendance à s'essoufler. C'est tellement cohérent que le débat à propos du curseur entre l'horizontalité et la verticalité, entre les options chorales et à une voix par partie semble devenu caduque.

Je m'arrêterai ici dans les compliments addressés à cette version qui ne semble pas avoir particulièrement ému la critique et qui ne convertira peut-être pas les amateurs de sensation forte tant elle est dans les nuances, les nuances de cette oeuvre immense qui lui donne tout son sens et sa splendeur.
99 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 avril 2012
Ici, rien de bien spectaculaire ni sans doute d'"innovant", mais seulement la perfection calme. Voix et instruments sont beaux et naturels sans affectation aucune, et le style est d'une justesse (historique, humaine) et simplicité dont résultent ce qu'il y a de plus précieux et de plus difficile à obtenir : la mesure profonde, et la sobriété jubilatoire.

Merveilleux Herreweghe, un des très grands (mais ça, on le savait déjà ;-))
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 août 2015
En écoutant cette interprétation de la si célèbre messe de Bach à Saintes cet été, j'étais émerveillé par la créativité de ces musiciens qui savent régénérer l'émotion d’œuvres pourtant si souvent jouées. Merci à eux et ne ratez pas ce moment d'écoute formidable !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 octobre 2013
Magnifique disque! Malgré les versions antérieures de cette oeuvre majeur de Bach, (dont celle de Philippe Herreweghe) il est indispensable de l'écouter!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 avril 2012
mon commentaire sera très bref...A qui Herreweghe a t'il voulu faire le plus plaisir ? Aux auditeurs ou à lui même....?
Rien de bien neuf la-dedans, j'y ai même trouvé un brin d'ennui.....pourtant, dans cette oeuvre....que de bonheur à ressentir !!!
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)