undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
40
4,0 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:7,88 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 mars 2012
Il y a déjà eu des films sur le pouvoir et ses ressorts, ses turpitudes, ses côtés obscurs ou cachés (Les marches du pouvoir, Jeux de pouvoir, et les séries tv Les hommes de l'ombre et surtout l'excellente "Borgen"). "L'exercice de l'État" est différent parce qu'il nous montre un ministre et son cabinet dans leur réalité QUOTIDIENNE, ce qui est nouveau.
On voit un ministre des transports (impeccable Olivier Gourmet) réveillé en pleine nuit et obligé de se rendre immédiatement sur les lieux d'un terrible accident de la route. Un ministre qui ne maîtrise pas son emploi du temps, qui ne sait pas que sa fille est partie en vacances depuis 2 jours, qui parle aux médias sous la dictée de son directeur de cabinet (superbe Michel Blanc) et de sa chargée de com' (excellente Zabou Breitman). On voit le maelström incontrôlable et sans fin dans lequel sont entraînés tous ceux qui exercent ce niveau de responsabilités.
C'est là l'intérêt de ce film : nous faire vivre en direct la réalité quotidienne d'un cabinet ministériel et sa « mécanique » de fonctionnement, où l'on réalise que le vrai travail est fait par le directeur de cabinet et la haute administration, et que le ministre sert avant tout à la représentation médiatique, tout en œuvrant à son ambition. On parle en façade d'intérêt général, de décisions fortes, de transparence, et en coulisse on voit le cynisme, l'égoïsme, les calculs, les manœuvres, les reniements, les trahisons des uns et des autres pour obtenir ou garder la seule chose qui les intéresse : le pouvoir et tous ses attributs gratifiants. (En prime, un son particulièrement soigné, récompensé aux César 2012).
22 commentaires| 35 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Meme si certaines scènes peuvent surprendre par leur volonté symboliste, le film, dans son ensemble, montre précisément ce qu'est l'exercice de l'Etat: entre coup bas, trahison, pression médiatique, enjeux électoraux, etc... tout y passe donc et tout se révèle passionnant. Surtout, les acteurs sont sublimes: michel blanc bien sur d'une sobriété impeccable; et olivier gourmet en ministre des transport stressé est magistral. Alors oui, on peut toujours trouver quelques défauts au film... mais je pense qu'il aide à saisir ce qu'est le monde de l'action politique... un des meilleurs films de 2011
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'exercice de l'Etat est un film qui s'attaque à un thème fort et très difficile: la représentation de l'exercice de la politique en vrai, pas en version idéale ou idéalisée, mais au jour le jour, dans la vie concrète, ici celle d'un ministre des transports issu de la société civile et de son directeur de cabinet, énarque et préfet: vie publique surtout et un peu de vie privée. Ce thème semble particulièrement en vogue un peu partout dans le monde en ce moment, à travers des films comme Les marches du pouvoir de George Clooney ou des séries américaines et européennes sur la prise du pouvoir et son exercice.

L'exercice est en partie réussi, pas totalement, faute de disposer d'un scénario révolutionnaire et faute sans doute de vouloir ou de pouvoir aller plus loin dans la vérité de l'exercice du pouvoir, mais c'est là un exercice qui nécessite sans doute d'être au centre du pouvoir. En tout cas, l'on a la confirmation que la politique est d'une dureté extrême. A côté de cette dureté, la vie des affaires a parfois l'air de querelles d'enfants de coeur. Pourquoi: le film laisse deviner qu'en fait, il s'agit toujours d'une course vers le pouvoir suprême. Des caractéristiques de la vie politique dans la France contemporaine sont clairement mises en évidence: l'attention portée à la politique compassionnelle, l'omniprésence de la communication (le Ministre est en communication permanente et sa conseillère la plus proche est sa conseillère en communication), l'importance des grands corps, la cohabitation de deux élites issues l'une de la haute administration et l'autre de la société civile, la lutte entre le Budget et les ministères fonctionnels, l'élimination des obstacles politiques à travers la nomination à d'autres fonctions, le fonctionnement des cabinets, l'imposition au Ministre des membres de son cabinet par le Président, etc
11 commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2012
Voilà un excellent film, justement récompensé par plusieurs "César" dont celui du meilleur scénario attribué à Pierre Schoeller, qui en est aussi le metteur en scène, et celui du meilleur acteur dans un second rôle à Michel Blanc, remarquable.
Cette oeuvre "de fiction" pose un regard acéré et sans complaisance sur ceux qui osent s'aventurer sur les chemins du pouvoir, et souvent s'y perdent.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2015
Ce film est un film politique, mais au sens où il nous explique les ressorts profonds de l'action politique, et cela bien au delà des clivages traditionnels droite-gauche. Bourré de scènes étonnantes, voire "casse gueule", il est, de surcroît interprété de manière magistrale, notamment par Olivier Gourmet et Michel Blanc. Un très grand film.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mars 2013
Très bien interprété, un film qui donne à réfléchir et à voir. Sans doute me faudra-t-il le visionner plusieurs fois encore pour en tirer toute l'intelligence. Je mettrai une cinquième étoile quand j'en serai mieux imprégné.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mars 2016
Solide, original, bien écrit et bien joué.
J'ai rarement vu un film comme celui-là, à la fois critique et fascinant, sans que le second aspect prenne le dessus sur le premier.
Du coup, j'ai regardé VERSAILLES, le premier film du réalisateur: je n'ai pas aimé.
Mais j'attends le film suivant avec curiosité et impatience.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2012
Il est suffisamment rare de voir un film sur le thème de la politique aussi juste et complètement dans son élément que cet "Exercice de l'État" pour l'encenser.

Les pérégrinations d'un ministre des transports qui va en arriver à des concessions (je n'en dévoile pas plus) pour simplement exister. Et c'est très bien vu parce que les hommes politiques cherchent avant tout cela : exister (parmi les autres hommes politiques) afin de "finir" parmi les 5% d'élus influents dans le pays.

Olivier Gourmet en Ministre est stupéfiant, à tel point qu'on dirait qu'il a exercé cette fonction. Michel Blanc en Directeur de cabinet "à l'ancienne", est d'une justesse émouvante. Zabou Breitmann, en conseillère politique aux dents qui rayent la parquet, est parfaite . . jusqu'au chauffeur, superbe et dramatique.

Oui, le début est un peu déroutant, mettant presque mal à l'aise, avec cette femme nue qui rentre dans la gueule d'un crocodile, comme on pénètre le pouvoir : le symbole sexuel du Pouvoir par excellence, puis le néant, car le film a quelque chose d'une tragédie grecque, une atmosphère d'un réalisme glacial.

Un peu à la manière des frères Coen nous montrant dans "No Country fot old men" des hommes prêts à tout massacrer, détruire, anéantir pour une valise de dollars, Pierre Schöller montre bien l'engrenage dans lequel on peut être pris dès que l'on rentre dans des jeux de pouvoir où toute faiblesse (humanité) se paye au centuple.

Brillante démonstration.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"L'exercice de l'Etat" n'est pas un film facile. Le réalisateur Pierre Schoeller aurait voulu dissuader les spectateurs de rester jusqu'à la fin du film ne s'y serait pas pris autrement : succession violente de scènes, souvent gueulées, télescopées, histoire sans queue ni tête, prise de plans sur quelques journées de la vie d'un ministre (des transports, Olivier Gourmet), de son directeur de cabinet (Michel Blanc) et de son attachée de presse (Zabou Breitman) puis brièvement de son chauffeur, un ancien chômeur longue durée.

Ce que le réalisateur démontre avec brio, c'est la vacuité de l'exercice du pouvoir dès lors qu'aucun projet politique de le dirige. Les affaires sont laissées aux seuls bons soins des affairistes, sous couvert d'une idéologie néo-libérale dont l'inanité est démontrée régulièrement depuis Jacques Delors, Jacques Chirac, Lionel Jospin, Raffarin, Sarkozy et consorts : il faut privatiser les gares pour diminuer la dette publique ... Vaste fumisterie qui est pourtant proposée, manigancée avec le parachutage d'un proche à la direction internationale de Vinci, groupe qui se portera ensuite acquéreur de ces gares (investisseur majoritaire), pour rendre service non pas à l'Etat, vieille chimère, mais au clan politique, aux féodaux qui le conduisent. Les reniements sont nombreux, les valeurs humaines, passées à la trappe de la candeur, l'orgueil triomphe jusques dans les toilettes (remarquable scène de l'appel du Secrétaire Général de la Présidence au ministre des Transports lui annonçant une promotion par changement de crèmerie ministérielle).

Le défaut de projet politique pour la France assèche notre Peuple. Ce film rend un brillant témoignage de cette césure et laisse espérer qu'un jour, un projet puisse se bâtir.

Ce film se médite. Il se repasse en mémoire. Il se savoure morceau par morceau. Bravo.
22 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2013
Une vue assez froide des coulisses de l'état. Les égo, les prostitutions répétitives, les choix heureux ou malheureux... la coupure avec la réalité du quotidien. La cour du roi en quelques sortes. Rien n'a changé. L'usure du pouvoir, le dégoût, les veuleries, le détachement nécessaire et délétère...un bon film, qui aurait peut être bénéficié de quelques prises de positions plus nettes, mais ça n'est pas certain. Et puis de beaux décors, dont j'aime à profiter puisque je les paie en partie... :)!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

14,99 €
11,78 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)