undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles20
4,3 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:13,89 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 janvier 2012
J'avais vu ce film à sa sortie dans les années 50. La lecture du livre qui en a été à l'origine m'a donnée envie de le revoir. Il traduit bien l'esprit de la "mutinerie" à l'origine de la mise à l'écart du Cdt Queeg (H. Bogart), mais il me semble que le conseil de guerre qui suivit l'incident est mieux rendu dans le livre que dans le film. Des événements récents (l'odyssée du Costa Concordia) aurait pu, me semble-t-il, justifier une attitude similaire de l'équipage devant l'inconscience du commandant.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 août 2015
A l'origine, cette histoire qui conte le procès fictif d'un officier de la Navy était un roman d'Herman Wouk porté ensuite au théâtre. Le film mixe un peu les deux. Le second du Caine a relevé le commandant Queeg considéré comme dément par l'équipage. La première partie du film relate les conditions pour et dans lesquelles cela s'est déroulé. La seconde a trait au procès de Maryk, l'officier qui a relevé Queeg. Le seul regret que j'ai a exprimer concerne la vitesse à laquelle il se déroule. Pour avoir vu la pièce, même si Edward Dmytrick respecte l'essentiel, il me semble que l'œuvre a perdu un eu de sa consistance. Ceci dit, il faut le voir rien que pour l'extraordinaire interprétation de Bogaert, véritable caméléon capable d'accepter des rôles de personnages antipathiques, cyniques, peureux auxquels il arrivent de faire transparaître de l'humanité. Très bonne interprétation également de Fred MacMurray qui campe un intellectuel manipulateur. Seul hiatus, une histoire d'amour sans intérêt vient se greffer sur ce drame. On peut zapper ces courts passages sans regrets.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'action se déroule durant la seconde Guerre mondiale, sur le Caine, un dragueur de mines.

Son Capitaine Queeg, montre d'alarmants signes de nervosité et commet erreur sur erreur, sans jamais en accepter la responsabilité. Alors qu'un terrible typhon menace son navire, tétanisé, il ne parvient plus à prendre de décision. Pour sauver la situation, un des officiers, Maryk, destitue Queeg et prend les commandes.

Cet acte de mutinerie conduit Maryk et un autre officier, l'enseigne Willie Keith, devant le Conseil de guerre.

C'est dans cette enceinte que l'état du Capitaine va se révéler, mais aussi la manipulation ou la lâcheté des uns et des autres.

Ce film d'Edward Dmytrick vaut surtout pour moi, par l'incroyable performance d'Humphrey Bogart en capitaine Queeg, autoritaire, paranoïaque, et possédé.

A lui seul, il rend presque indispensable un film auquel Dmytrick apporte peu. Les scènes s'enchaînent sans grand génie, traînent parfois en longueur (2 heures), la romance sentimentale est superflue sans doute, les arrière plans sont peu discrets et les inserts documentaires sont une facilité discutable.

Mais les mains de Bogart sont inoubliables.

Je revois toujours ce film avec une nostalgie particulière. J'y ai vu Bogart pour la première fois et son interprétation magistrale -qui culmine durant les scènes de tribunal- m'avait tellement marqué que j'avais par la suite, écumé les salles Art et essai pour voir la plupart de ses films.

On peut aussi s'interroger sur le dénouement final et sa signification. Car ce film est également une réflexion sur le devoir, l'autorité, la responsabilité et la compromission.

Or, ces notions prennent un relief particulier quand on considère les cicatrices laissées par le McCarthysme sur certains des protagonistes :
- Dmytrick qui a allégé sa peine de prison en témoignant devant la Commission après avoir figuré sur la liste des fameux "10 d'Hollywood",
- Bogart qui lui, a publiquement affiché son soutien à ces fameux "Hollywood Ten"
- et enfin, le producteur Stanley Kramer, qui n'a pas hésité à faire appel à des acteurs et scénaristes suspectés de communisme (comme Nedrick Young alias Nathan E. Douglas pour "La chaîne" avec Sidney Poitier et Tony Curtis).

Ces éléments éclairent alors le film sous un angle un peu différent. Les lieutenants de Queeg sont pétris de valeurs militaires et pourtant, ils iront jusqu'à la mutinerie pour accomplir leur sens du devoir. Parabole ?

Queeg lui, est tyrannique, instable et paranoïaque (comme le montre l'enquête absurde qu'il diligente à propos de la disparition de quelques fraises). Parabole encore ?

A part ça, le Blu-Ray ne s'avère pas un support indispensable. Les images sont très acceptables la plupart du temps, voire excellentes lors de certains passages et les couleurs sont justes et très agréables.
Au niveau des bonus, le commentaire audio est intéressant.
44 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2013
Ouragan sur le Caine a été étudié lorsque j'étais au lycée. (il y a 46 ans).
Notre proviseur avait créé un ciné club et après la projection du film, et nous avons pu nous exprimer sur le procés et la personnalité des personnages.
J'en gardé un excellent souvenir et c'est la raison pour laquelle j'ai acheté le DVD.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Seconde guerre mondiale.
Le Caine, vieux dragueur de mines de l’US Navy, croise dans le Pacifique.
Le commandant De Vriess, vieil officier extrêmement débonnaire et adoré par ses hommes, est remplacé par le capitaine Queeg (Humphrey Bogart), tout aussi aguerri mais bien plus à cheval sur la discipline.
Divers incidents vont fragiliser l’autorité de Queeg, qui se révèle à l’usage caractériel, paranoïaque, psycho rigide et nerveusement à bout.
Keefer, l'officier radio, écrivain dans le civil, alerte le commandant en second Maryk sur le comportement déséquilibré du capitaine. Lors d’un ouragan, alors que le Caine risque de sombrer, Maryk destitue Queeg puis change de cap pour sauver le navire.
Maryk passe en cour martiale et risque la pendaison. Est-il un mutin ou un héros ?

Ouragan sur le Caine, est tiré d’un roman d’Herman Wouk, prix Pulitzer 1952. Le film, sorti en 1954, est un des derniers grands rôles d’Humphrey Bogart, qui y est magistral.
Le traitement psychologique des personnages est très intéressant : il n’y a pas de héros, mais que des hommes dont les faiblesses se révèlent dans l’adversité. L’autoritarisme maniaque, la rancœur, la manipulation, la peur, la naïveté, la lâcheté constituent un cocktail où se fourvoie cette bande d’officiers de marine.

Le contexte historique est aussi important.
Tout d’abord parce que ce film, tourné en pleine guerre froide, a bien failli ne pas exister car la Navy tenait absolument à préserver son image. D’où des rappels comme quoi il s’agit d’une œuvre de fiction, qu’il n’y a jamais eu de mutinerie dans la marine américaine etc…
Il est aussi à noter que le réalisateur, Edward Dmytrik, fut condamné en 1947 pour ses opinions communistes par la commission des activités anti-américaines (affaire des 10 d’Hollywood). Après s’être enfui en Europe, il revint en 1950 et dénonça bon nombre de ses congénères en pleine période de chasse aux sorcières du Maccarthysme, ce qui lui permit de retravailler…
Keefer, l’officier radio écrivain, est l'intellectuel manipulateur qui dé-crédibilise Queeg aux yeux de Maryk, puis fait preuve d'une extraordinaire lâcheté devant les juges. Son personnage est-il une façon pour Dmytrik de justifier ses "errances rouges" au public de l’époque ?

Ce film a aussi des longueurs. Une partie du film, les amours de l’enseigne de vaisseau Keith, est totalement inintéressante. Elle met cependant en valeur Robert Francis, jeune premier prometteur, qui se tuera en avion quelques mois après le tournage.

En tout cas, le talent des acteurs, la qualité du scénario et sa dimension psychologique font d’Ouragan sur le Caine une œuvre majeure.
A voir impérativement si vous êtes un amateur de bon vieux cinéma américain.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2013
Quelques infos avant et après le film, sur le fait qu'il n'y a jamais vraiment de mutinerie dans la marine américaine et sur le côté "gloire à cette marine"...
Passé ce cap, on se trouve plongé dans une belle étude comportementale. Et pas seulement celle du commandant Queeg. Bogart maîtrise le rôle sans pour autant écraser les -nombreux- seconds rôles qui interprètent les officiers. Et on se rend compte que, navire ou terre ferme, les esprits et les caractères restent les mêmes: la nature humaine est ainsi faite...
Bon rendu de la haute définition.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juillet 2013
Vous êtes marin? Vous devez regarder ce film! Nous avons tous connu ce genre de commandant. Film loin d'être simpliste et qui pousse à la réflexion rétrospective.
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 avril 2010
Le film est très fidèle au livre qui est vraiment à lire. Humphfrey Bogart est extraordinaire dans ce film
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 28 février 2012
Aux Etats-Unis, lors la seconde guerre mondiale, le bienveillant commandant du dragueur de mine "Le Caine" est remplacé sur ordre de l'amirauté. Son successeur, le lieutenant-commandant Queeg (Humphrey Bogart) décrète comme priorité le rétablissement d'une stricte discipline. Rapidement, il va se révéler incompétent, borné, menteur et mesquin. Alors qu'un ouragan fait rage, le commandant, incapable de faire face à la situation, voit son équipage se mutiner...
Ce film offre une réflexion lucide sur le pouvoir et la soumission à l'autorité. Il pose aussi un regard juste sur la panoplie nos attitudes et comportements face à des situations de crise ou conflictuelles. A ce titre, cette oeuvre pourrait servir de support de réflexion dans les écoles de management.
Une fois de plus, l'interprétation d'Humphrey Bogart est fantastique. Il incarne à la perfection ce commandant psychopathe, détesté de tous, mais légitime.
Deux petits bémols cependant, un patriotisme sous-jacent et une ode sans finesse à la marine de guerre américaine, distillés tout au long de ce film (d'ailleurs dédié à la marine américaine).
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2015
Ceci ne concerne pas le film que j'aime beaucoup.
Par contre la qualité des images est décevante. On a l'impression que ce n'est pas un master HD qui a été utilisé mais un master standard avec upscaling. Heureusement le format est lui respecté.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)