undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Cliquez ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles366
4,6 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:9,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 octobre 2011
J'avais acheté ce roman début avril pour le lire lors de mon hospitalisation en octobre. J'ai eu bien du mal à ne pas l'ouvrir avant.
Mais, ça y est, j'ai donc enfin lu ce roman presque d'une seule traite et détestant avoir à le terminer tellement je me suis attachée aux personnages.
Ceux-ci sont tour à tour émouvants, drôles... J'avais envie de me blottir contre la poitrine d'une de ces belles nounous qui me rappellent ma grand-mère.
Je conseille ce livre à toutes mes amies qui, je le sais, vibreront comme moi.
Merci à Kathryn Stockett pour ce beau, très beau livre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Etes-vous prêts à suivre le parcours difficile et chaotique d'héroines plus émouvantes les unes que les autres:si la réponse est "oui!!",alors ce livre vous enchantera;c'est ce qui m'est arrivé.
Il s'en dégage beaucoup d'émotion:mais,attention,gardez à l'esprit que les "méchants"ou "méchantes" en l'occurence font aussi la force du récit.C'est souvent de la difficulté et de la souffrance que naissent les grands bonheurs:là réside sûrement la "couleur" des sentiments.Faîtes-vous plaisir,cela en vaut vraiment le coup.Bonne lecture à tous et toutes!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2011
La couleur des sentiments est une histoire bouleversante très bien traitée dans ce roman. L'alternance de narration est plaisant à lire car il est ainsi possible de s'identifier aux individus différents et d'en saisir leurs nuances de caractère. C'est un livre facile à lire et même qui se dévore pour les adeptes de l'histoire ségrégationniste et même des jolies récits sur l'amitié, l'humanité. D'autant que ceux ayant vu le film récemment sorti en salle, n'en seront que plus ravis tout au long des pages pour leur qualité complète.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2011
un super bouquin, la segregation raciale aux us et en fait pas si loin que ça derrière nous !!!

Je connaissais cette epoque, mais cela fait beaucoup de bien de se replonger dans cette separation forcée des races !!! decidement la guerre, 39/40 et les camps, n'avaient pas suffi....on continuait avec les gens de couleur noire aux etats unis plus de 20ans après !!!! donc à lire, et relire....car certains evenements mondiaux sont à garder dans nos memoires.....
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 décembre 2010
un délice à lire, je n'arrivais pas à le lâcher... les relations entre bonnes noires et patronnes blanches dans le Mississippi... l'auteur nous fait vraiment vivre le quotidien d'alors, on s'y croirait.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mars 2016
En 1962, à Jackson, Mississippi, il est de bon ton d'avoir, à domicile, une domestique noire, pour faire le ménage, la cuisine et s'occuper des enfants. Toute famille blanche et bourgeoise qui se respecte se doit d'employer une de ces perles rares et aussi de posséder, à l'extérieur de la maison de préférence, les toilettes qui lui sont destinées. Parce que les bonnes noires ont beau savoir cuisiner comme personne, connaitre les secrets de la pâtisserie, faire briller l'argenterie et calmer les enfants turbulents, il n'empêche qu'elles transportent avec elles nombre de microbes et bactéries qu'elles pourraient transmettre à leurs patrons blancs en utilisant leurs toilettes, leurs couverts, leurs verres ou leurs assiettes.
Les maîtresses de maison de la bonne société n'ont aucune vergogne à utiliser et exploiter ses bonnes formées dès l'enfance à servir les blancs.
Pourtant, au milieu de tant d'intolérance, de mépris et d'injustices, une petite voix essaie de se faire entendre; c'est celle de Miss Skeeter. Tout juste de retour de l'université, la jeune femme se lasse très vite des tournois de bridge et des parties de tennis. Elle postule donc au journal local et se voit confier la rubrique des arts ménagers. N'y connaissant rien, elle se rapproche d'Abileen, la bonne des Leefolt qui va lui confier tous ses trucs et astuces de bonne ménagère. Mais Miss Skeeter en veut, plus! Son rêve, c'est d'être écrivain et c'est d'une maison d'édition new-yorkaise que va lui venir l'idée d'écrire sur les conditions de vie des bonnes noires à Jackson. Mais ces dernières, méfiantes et apeurées, ne souhaitent pas parler et Miss Skeeter va devoir se montrer persévérante et patiente pour finalement se rallier Abileen, son amie Minny et enfin de nombreuses autres. Ensemble, elles vont secrètement braver les interdits pour écrire un livre-témoignage qui va chambouler la bonne société de Jackson.

Roman à trois voix, La couleur des sentiments porte l'histoire de deux bonnes noires, Aibileen et Minny et d'une jeune fille blanche, Skeeter Phelan.
Aibileen est une femme ronde et douce qui élève des petits blancs depuis bien des années. Elle essaie de leur inculquer le respect de soi et des autres et elle s'empresse de changer de maison dès qu'elle sent que l'école, les parents, la société ont raison de ses enseignements. Elle veut éviter à tout prix de lire le mépris dans les yeux d'un enfant qu'elle a élevé comme le sien. Sa vie, ses bonheurs, ses drames, ses chagrins, elle les laisse sur le pas de la porte de ses employeurs pour n'être plus qu'une bonne obéissante qui subit en silence toutes les humiliations.
Minny est bien différente d'Aibileen! Malgré les soucis que cela lui cause, elle a bien du mal à se taire et à rester à sa place. Réputée pour être difficile, elle trouve de plus en plus difficilement un travail, surtout quand ces dames se passent le mot pour ne pas l'employer. C'est finalement chez Miss Célia, rejetée elle aussi par la bonne société, qu'elle trouvera un engagement.
Miss Skeeter, fille d'une riche famille de planteurs, est différente de ses amies. Elle a choisi de faire des études et de travailler avant même de songer au mariage. Plus libre, plus moderne, plus ouverte d'esprit, elle était très attachée à Constantine, la nounou noire qui l'a élevée pendant 22 ans pour finalement partir sans lui donner la moindre explication. Skeeter cherche la vérité et à travers ce cas personnel, c'est toute la vérité sur la vie des bonnes noires qu'elle va connaitre. Et si lever le voile sur la discrimination et le racisme doit lui coûter un fiancé ou des amies, et bien tant pis! Skeeter veut défendre ce qui est juste.
Armées de leur seul courage, ces trois là vont nous entraîner dans une histoire tendre et émouvante mais non dénué de suspense. Avec elles, on tremble, on rit, on pleure, on se révolte, on se réjouit. Et surtout, on réfléchit...à l'injustice, à la bêtise humaine. 50 ans nous séparent de cette histoire, les choses ont changé, mais pas tant que ça...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2013
Dans mon entourage, on en parlait. Les critiques ne tarissaient pas d'éloges. Et les commentaires d’amazon m’encourageaient. Alors, ce fut comme un déclic. J’ai acheté le livre et…ne l’ai plus « lâché ». C’était comme un rendez-vous quotidien….attendu avec impatience comme on attend le prochain épisode de son feuilleton favori. C’était comme un dessert, un goût sucré dans la bouche…

J’ai adoré ce livre, aimé cette histoire. C’est passionnant ! Emouvant ! Cruel et… Humain. D’accord, on se perd au début avec tous les personnages et puis, d’un seul coup, d’un seul, on suit le fil…jusqu’au coup de théâtre. On est happé et on veut aller jusqu’au bout pour connaître l’intrigue.
D’accord, on peut critiquer le style, la syntaxe… Mais, la structure du roman, la description des scènes, de l’histoire, la psychologie des personnages effacent tout le reste.

C’est beau. C’est un formidable hymne à la vie, à l’amour, au changement, et ... au courage ! Lisez-le et vous aurez tout compris.

Je viens de voir le film qui y est tiré « The helps » et j’ai moins aimé. Je trouve qu’il est décousu et ne rend pas hommage au livre et à ce qu’il dégage. C’est un peu mièvre et on tombe dans le pathos. Préférez le texte à l’image !
Plongez dans l'univers ségrégationniste de l'Amérique des années 60 à travers le destin de 3 femmes, hors du commun !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juillet 2013
J’avais beaucoup entendu parler de ce livre. Beaucoup de commentaires positifs qui évoquaient l’émotion. Alors je tenais à le lire.

Cette histoire est celle de plusieurs femmes, noires, après la guerre de Sécession, des bonnes de femmes blanches. L’esclavage est aboli mais la ségrégation existe toujours. On commence par découvrir Aibileen qui reste le personnage central. On découvre aussi Minnie, une autre bonne noire qui n’a pas la langue dans sa poche ; et enfin Skeeter qui est une blanche un peu différente.

L’histoire raconte le quotidien des noires à l’époque ; les difficultés qu’ils avaient à trouver un travail ou le garder, le salaire misérable, les conditions de vie, la séparation des écoles, des bars et cafés, de la ville mais surtout la peur. Un noir à cette époque n’est pas en sécurité. Parce que même si l’esclavage a été aboli par Lincoln, le racisme est toujours bien présent.

Cette histoire prouve à quel point c’était difficile à l’époque de parler à un blanc quand on est noir et vice versa. Abileen est une femme gentille qui s’occupe merveilleusement bien des enfants et on s’attache à elle. Minnie m’a plu avec son caractère aussi bien chez les Blancs que chez elle. Les blanches de l’histoire m’ont surprises plus d’une fois.

C’est bien écrit, l’histoire est bien faite mais ayant lu des commentaires, je m’attendais à une grosse chute. Je l’ai attendu et elle n’est pas vraiment arrivée. Alors oui c’est une belle histoire et il faut raconter pour savoir comment ça s’est passé et comment ça se passe encore aujourd’hui. Il ne faut pas oublier parce qu’il y aura toujours des hommes qui se croiront meilleurs et plus forts que d’autres. Lisez-le parce que c’est un beau témoignage.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 27 novembre 2012
Ce n’est pas Autant en emporte le vent, ce n’est plus la période de l’esclavage, c’est un siècle après la guerre des Sécession, dans l’Amérique de la ségrégation, alors que s’élève la voie de Martin Luther King. C’est à Jackson, Mississippi où vivent dans deux mondes séparés mais partageant le même quotidien les bonnes noires et leurs patronnes blanches.
Selon une structure classique à plusieurs voix, le roman raconte en alternant les points de vue de deux bonnes (Aibileen, Minny) et une jeune blanche qui rêve de devenir écrivain (Miss Skeeter) quelques années dans cette communauté. Poussée par une éditrice de New York et aidée par ses deux complices dont elle gagne lentement la confiance, Skeeter décide d'écrire un livre sur la vie des bonnes noires et le regard qu’elles portent sur la société.

Les personnages sont fortement typés, à la limite de la caricature (Minny la forte tête qui cache un coeur tendre, la méchante et raciste Hilly, Miss Skeeter l'intello blanche justicière masquée…) et les descriptions du Mississipi et de ses coutumes assez conventionnelle. Malgré tout, K Stockett évite le manichéisme total : les sentiments entre bonnes et patronnes sont ambivalentes et elle travaille remarquablement les relations qui se tissent : crainte, méfiance, amitié, haine, amour… c’est bien tout une palette d’émotions qui est à l’œuvre.
Une fois passé un démarrage un peu laborieux dans les premiers chapitres (il faut rentrer dans le bain et dans le style des différentes protagonistes, chacune ayant une voie propre), la lecture est aisée, portée par un style facile et des techniques narratives bien éprouvées. L’intrigue est un peu prévisible, le scénario un peu facile, mais K Stockett s’est arrêtée juste à temps pour que les bons sentiments et le mélo ne dégoulinent pas trop.
Résultat, un livre qui se dévore.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2012
Début des années 60 à Jackson dans l'état du Mississippi.
D'un côté, la population blanche aisée et pour la grande majorité de ses membres ségrégationniste.
D'un autre côté, la population noire, pauvre et victime constante de discriminations.
Le livre se concentre sur les bonnes au service des familles blanches. C'est elles qui préparent les repas, font le ménage et élèvent les enfants de ces familles comme s'ils étaient les leurs.
Elles sont payées une misère, doivent subir les brimades de leurs patrons et se taire. Si l'une d'elles se permettait de se révolter elle serait immédiatement renvoyée et devrait quitter Jackson pour avoir une chance de trouver du travail ailleurs et continuer à couvrir les besoins essentiels de sa famille.
Parmi les patronnes, presque toutes ont été élevées elles-même par des bonnes noires et l'une d'elle Miss Skeeter, a une tendresse particulière pour cette femme qui l'a élevé étant petite: Constantine qui a quitté brutalement la famille sans qu'elle n'en connaisse les raisons.
Miss Skeeter a trouvé un poste de journaliste, où elle doit donner des conseils ménagers aux lectrices, un domaine pour lequel elle est totalement ignorante. Miss Skeeter a alors l'idée de faire appel à la bonne d'une de ses amies: Aibileen, afin qu'elle l'aide dans sa tâche. Elle en profite pour tenter de savoir ce qui a amené Constantine à quitter Jackson.
Elle va peu à peu se rapprocher d'Aibileen. Leur relation va prendre un tour amical et conduire les deux femmes à s'unir autour d'un même projet: l'écriture d'un livre-témoignage sur ce qu'est le métier de bonne noire pour les blancs.
En filigrane, le récit est ponctué de références historiques: l'affaire Rosa Parks, les actions de Martin Luther King...

J'ai beaucoup aimé ce roman riche et touchant. Les personnages ont chacun leur personnalité et qu'on les aime ou non ils ont vraiment leur personnalité propre, donc les personnages ont vraiment été travaillés. Le récit se déroule parfaitement, la relation entre Miss Skeeter et Aibileen évolue lentement car la crainte et la méfiance envers les persécuteurs blancs est toujours présente.
Un gros livre qui se lit vite où se mêle amour, haine, amitié... L'atmosphère de l'époque y est bien retranscrite, la vie côté blanc et côté noir plonge le lecteur au coeur du livre et l'intrigue bien menée prolonge le suspens jusqu'à la fin.
Bref un livre difficile à refermer...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)