undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

76 sur 83 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 22 février 2012
Attirée par les affiches de cinéma que je voyais partout, j'ai décidé d'acheter ce premier tome dont on m'a longuement parlé comme un très bon livre. Mes premières peurs étaient de me retrouver avec un roman pour adolescent, une amourette hollywoodienne et un sentimentalisme à l'eau de rose. Et j'ai été surprise. Dans le bon sens du terme, ce premier roman semble être le premier volume d'une trilogie à lire absolument (je viens d'acheter le deuxième) et qui j'espère tiendra toutes ses promesses.

Le thème d'une société autoritaire qui règne par la terreur en imposant un jeu de réalité atroce apporte des réflexions importantes sur la citoyenneté et la censure. Mais aussi sur des valeurs morales et identitaires. Katniss découvre ces éléments importants au fur et à mesure de notre lecture. Elle doit se battre contre les autres "joueurs" mais aussi pour faire bonne impression et récolter des sponsors et l'amour des spectateurs. L'oeuvre de Suzanne Collins est profondément anthropophage, elle vous accroche et ne vous lâche pas tant que vous n'êtes pas aux dernières lignes du roman qui vous laisse sur votre faim (si je puis me permettre ce jeu de mots).

Cet univers, qu'on suppose post apocalyptique, est passionnant et bien moins violent que le manga Battle Royale (dessiné par Masayuki Taguchi et scénarisé par Koushun Takami) auquel l'histoire fondamentale peut faire penser. L'écriture est fluide et le style de l'auteur est parfaitement adapté à tous les lecteurs.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 juin 2013
Au premier abord, je me suis dit "enfin un livre sur un autre thème" (et oui, je commençais à me lasser sérieusement des vampires...)!! Je m'y suis donc plongé avec beaucoup de plaisir et n'ai pas réussi à le lâcher avant la fin!!!!
Katniss est un personnage très attachant! elle fait tout ce qu'elle peut pour sa famille et notamment pour sa petite soeur, qu'elle n'hésite pas à remplacer aux hunger games qui promettent une mort certaine!!! De plus, elle est très indépendante et a parfois mauvais caractère mais elle a un sacré charisme et une beauté dont elle ne se doute même pas!! Bref on arrive très bien à se mettre dans sa peau!!
Ce livre est riche en rebondissements et l'intrigue est vraiment originale!!!
à lire sans aucune modération!!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
44 sur 50 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 mars 2012
HG est un diamant brut. Ne passez pas à côté de cette oeuvre majeure parce qu'elle est classée dans les romans jeunesse, ou que c'est un best seller, ce qui dissuade souvent les gens, à la fois réalistes et snobs, en quête d'expérience différentes. Ici, on tient un trait fulgurant d'intelligence, qui nous transperce de la première à la dernière ligne de la trilogie. Ce n'est pas seulement une critique de la société comme on en a tous déjà lu, mais un bijou de sensibilité, si juste, si vibrant d'humanité, que même ceux qui n'ont jamais aimé ni lire, ni la littérature, en ont été touché. L'écriture est magnifique, et ce n'est pas grâce à des figures poétiques - absentes - mais à la qualité évocatrice, la puissance et la retenue : un langage vrai, qui dit ce qui est important. Ca a beau être une oeuvre de fiction, il y a là quelque chose qui relève assurément de la vie vécue, un combat intemporel que tous ceux qui ont déjà lutté peuvent comprendre. Vous serez aussi surpris de découvrir HG que de rencontrer un nouvel ami, dont vous avez la conviction que vous l'admirerez toujours ! (ce n'est pas quelque chose que j'ai déjà dit d'un livre, et j'en ai lu pas mal, de toutes les époques)
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
48 sur 56 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 novembre 2009
Cet excellent roman me rappelle par bien des qualités Uglies de Scott Westerfeld. Je pourrais d'ailleurs lui appliquer la première phrase que j'avais écrite pour le chroniquer : " Premier volume d'une trilogie plus que prometteuse relevant du récit d'anticipation, celui-ci est aussi intelligent que passionnant, aussi riche en thèmes qu'en aventures ": des thèmes de réflexion contemporains, poussés à leurs extrêmes dans une société futuriste, tels que la télé-réalité, l'esprit de compétition pour devenir riche et célèbre, le prix à payer pour s'adapter à une société qui exige des "survivants", la puissance et les enjeux du regard des autres, la perte d'identité, de repères culturels, de valeurs morales au profit d'une image, d'un rôle...toujours plus, plus loin, plus fort, pour stimuler l'attention, l'audimat.

Les sujets mêlés de ce roman, développés dans un univers fantastique si cher au lectorat adolescent, interrogent, à travers ses jeunes héros, sur la responsabilité citoyenne, la liberté de penser, ses conséquences, ses engagements.

Si la thématique de la télé-réalité n'est pas nouvelle pour les romans adolescents, Suzanne Collins leur en propose une vision pessimiste et dérangeante bien sentie, propre à aiguiser le sens critique. La critique est directe et explicite.

Sur le principe antique " Du pain et des jeux ", l'auteur décrit un monde totalitaire doublement cruel : les maîtres en asservissent la population en leur imposant chaque année le sacrifice de deux de ses enfants envoyés dans " l'arène " ( l'auteur s'est inspirée du mythe du Minotaure ), et en mettant en scène ces meutres institutionnels par le biais d'une retransmission télévisée obligatoire : on y retrouve l'exact fonctionnement de ce type d'émissions qui se nourrit du voyeurisme et des sentiments primaires de ses spectateurs : manipulation de la personnalité physique et psychique des candidats à grand renfort d'un conseiller technique, d'un styliste, d'une " responsable des relations publiques " - qui se préoccupe principalement de son plan de carrière - pour les préparer aux parades et interviews, le but étant de susciter l'intérêt, la sympathie de ce public - et des parieurs - et de décrocher ainsi des sponsors prêts à investir de l'argent qui se matérialisera en don - de nourriture, outils, armes, médicaments - lors du " jeu " augmentant ainsi les chances de survie.

Par cet aspect, Hunger Games est plus haletant, plus agressif que Uglies. Le contexte est à la violence, même si celle-ci est parfaitement gérée : pas de gore gratuit et malsain - c'est le système qui est pervers -, pas de scènes trop sanguilolentes, des combats, des blessures, évidemment, mais aussi des alliances, des ruses, des questions, des angoisses, de la peur. La violence de ce roman me paraît bien plus psychologique tant on se sent révolté à cette lecture. C'est effrayant, le lecteur devient un voyeur forcené à son tour, puisqu'il faut bien avouer que le scénario plus qu'efficace empêche d'abandonner ce livre avant son épilogue ( qui, s'il conclut l'histoire, n'en termine pas avec la confrontation des héros à la dictature )

Le récit est captivant, mené avec brio : le rythme est soutenu, la tension et l'émotion omniprésentes, les personnages ont une réelle épaisseur, ils évoluent, il doutent, se découvrent - au lecteur autant qu'à eux-même -, l'univers fantastique suffisamment approfondi pour dépasser son rôle de toile de fond.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 juillet 2015
L'univers de ce roman n'est pas crédible. Une civilisation à haute technologie nécessite beaucoup plus de matières premières que ne peuvent lui en fournir douze villages à production unique : du pétrole pour la chimie, du nickel, du chrome, du vanadium, du molybdène pour la sidérurgie, de l'aluminium, du magnésium, etc. pour les alliages légers, du cuivre, des terres rares pour les aimants et les puces électroniques... sans parler de la bouffe !
Et les "hovercrafts qui se matérialisent soudainement" sont peu compatibles avec un transport par train à travers des terres vraisemblablement radioactives... L'auteure a inventé une civilisation aux pieds d'argile.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 octobre 2013
Au début j'était réticente a lire ce livre, car il me paresser vraiment très sanglant et dur à lire...
Mais une fois plonger dedans on ne peut plus en sortir car même quand on le lâche on ne peut pas s’empêcher de penser a ce qui va arriver après ... et cela jusqu’à la fin du tome 3.
Mais ça en vau la peine !!! Une super série l'auteur a vraiment énormément de talent
je conseille cette trilogie aux ados et aux adultes !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 novembre 2012
Bonjour à tous! Je vais pas vous mentir sur mon age: j'ai 11 ans.
Fan incontesté d'Harry Potter(j'ai lu les 2 premiers à l'age de 6ans), je ne pouvais pas croire que ce livre était mieux qu' Harry Potter! J'avais tort, dès les premières pages, on rentre dans ce monde,district,capitole...Que Katniss raconte l'histoire elle-même, rends les choses BEAUCOUP mieux☺(ça aurai été Gale...bof) C'est une histoire palpitante, je ne regrette pas de l'avoir lu! La suite est aussi géniale que le premier! Les personnages sont tous impréssionants... Les Hunger Games sont tous simplement FABULEUX!!!Je suis la nouvelle fan...♥♥♥♥! J'éspère voir le film bientôt!! Joyeux Hunger Games...♥☺

cécé'♫
PS: mon identifiant était cécé2001...amazon la changé horriblement!!
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 30 octobre 2014
Depuis le temps que j’entends parler de cette saga, je me suis dit qu’il fallait que je me lance dans la lecture et je ne suis pas déçue.
Le déroulement m’a tenue en haleine (même si on se doute que Katniss va survivre). L’histoire est haletante, mais en même temps assez complexe, car elle possède une dimension politique non négligeable. Les Hunger Games sont un moyen pour le pouvoir central de réaffirmer son autorité, mais c’est également un grand spectacle où l’image des candidats importe autant que leurs capacités. Il s’agit de gagner, mais également de séduire le public et de possibles sponsors.
Par les yeux de Katniss, qui va être forcée de jouer ce jeu de la séduction et de la manipulation si elle veut survivre, le livre déconstruit les mécanismes du spectacle assez habilement. La manière dont les personnages utilisent les règles de la télégénie m’a beaucoup plu, un bon retour de bâton pour le Capitole qui fait son beurre du spectacle de la mise à mort d’adolescents (même si Katniss et Peeta vont à mon avis avoir de gros ennuis dans le tome 2).

Je craignais un peu l’aspect de violence de l’histoire, j’avais peur que ce soit où trop sanglant et complaisant dans la violence, ou trop fleur bleue. Au final, c’est plutôt bien dosé, la violence est sèche, brutale, pas d’effet d’hémoglobine, mais pas de voile pudique non plus. Je trouve du coup que c’est assez percutant.

La narration est assurée par Katniss elle-même. C’est un personnage très fort et assez dur, une vraie survivante. Je pense que Katniss aurait pu être froide et désincarnée, sans son amour pour sa petite sœur et ses souvenirs qui émaillent le texte. Par ses yeux, nous voyons la vie quotidienne d’une famille pauvre, l’injustice, les différences avec la vie au Capitole. Ces souvenirs et ces détails donnent de la réalité à l’univers, et de l’épaisseur à Katniss. Petit regret du coup, les autres personnages sont moins développés, Peeta le premier.

La fin est ingénieuse et ouvre de belles perspectives. Oui Katniss et Peeta ont gagné, mais ils ne sont pas tirés d’affaire pour autant. Vivement le tome 2

En conclusion
Pour moi, une réputation qui n’est pas usurpée, c’est un bon roman qui joue à la fois sur l’action, l’émotion et les manipulations politiques. C’est une histoire assez dure pour du jeunesse, sans concession pour ses héros, mais terriblement addictive. La suite !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Deux choses avant de commencer.

1. La plus grosse difficulté que j'ai rencontré était d'oublier complètement le film, pour me concentrer uniquement sur le roman. Ce qui s'est révélé être un franc échec étant donné qu'à chaque fois, je pouvais revoir dans ma tête la scène exacte du film.

2. J'ai vraiment une sacrée pression en écrivant cette chronique, parce que VOUS LES FANS me faites peur.

Je vais partir du principe que vous avez tous une idée de ce dont je parle, parce que si vous n'avez pas lu le roman, vous avez au moins vu le film, pas vrai? :D

Les personnages

Katniss - héroïne, narratrice, et chieuse - n'est pas un personnage que j'ai réussi à apprécié, même une fois le roman terminé. Je l'ai trouvée froide, lunatique, et parfois même plutôt garce. Admirez plutôt:

Couché sur les genoux de Prim, protecteur, se tient le chat le plus laid du monde. Il a le nez aplati, il lui manque la moitié d'une oreille et ses yeux sont couleur de vieille courge. Prim a insisté pour le baptiser Bouton-d’or, sous prétexte que son poil jaunâtre lui rappelait cette fleur. Il me déteste. En tout cas, il ne me fait pas confiance. Même si ça remonte à plusieurs années, je crois qu'il n'a pas oublié que j'ai tenté de le noyer quand Prim l'a rapporté à la maison.

ELLE A TENTÉ DE NOYER UN CHAT! Ça m'a donné envie d'essayer de la noyer.
Mais après vous allez me dire: Oui, mais aussi, elle a vécu dans la misère, puis faut la comprendre, et comprendre sa situation. C'est vrai, et c'est bien pour ça que je ne la déteste pas. Mais vraiment, j'espère qu'elle me convaincra qu'elle a des sentiments, et pas seulement un coeur de pierre dans les tomes suivants.

Peeta. Je suis sûre qu'il s'appelle Peeta en l'honneur du Pain Pita, puisqu'il est fils de boulanger. Hormis à la toute fin, ou j'ai pris pitié de lui, je n'ai pas non plus beaucoup apprécié Peeta. Hormis le fait qu'il soit super cheesy, il n'est pas très remarquable. Il est même plutôt mou. Mais après réflexion, je me dis que c'est peut-être pas plus mal. Je veux dire, ça change un peu du badass / intello / type parfait qu'on rencontre en permanence. J'ai hâte de voir ce qu'il peut devenir par la suite.

Cependant. TEAM GALE comme on dit. Ne m'achevez pas, merci bien :)

Rue est le personnage qui m'a le plus touchée: par la légèreté de sa personnalité, son intelligence bien dissimulée sous son innocence apparente.

J'ai beaucoup aimé Effie, qui a rajouté de la fraîcheur et de la couleur à l'intrigue.

La Société

Comme à chaque début de dystopie - sauf pour Divergent, où j'ai rapidement assimilé, j'ai eu besoin d'un looooong moment pour comprendre comment la société fonctionnait. Évidemment, il s'agit d'une dystopie, et non pas d'une utopie, j'ai rapidement pu comparer leur dictature à celle de Promise d'Ally Condie, ou celle de Delirium de Lauren Oliver. Avec les couleurs en plus.
La différence entre ces sociétés et celle de Hunger Games est qu'ici, l'État ne cherche pas à dissimuler leur dictature, et leurs raisons. Enfin, j'en ai eu l'impression, du moins.
Parce que si c'est le cas, je ne l'ai pas remarqué, et Katniss est beaucoup plus perspicace que d'autres héroïnes.

Cependant, si on se concentre sur l'événement des Hunger Games, et l'effet qu'il produit sur les habitants, il est très peu question de la société en elle-même. La politique n'est pas approfondie, et j'étais plutôt curieuse sur ce point là. Peut-être que ce point sera éclaircit par la suite. Wait and see.

Le roman en lui-même

J'ai eu beaucoup de mal à accrocher au début. Pourtant, les bases sont rapidement mises en place, et la sélection pour les Hunger Games se fait supra rapidement. Du coup, je pense que c'est de la faute de Katniss! Elle n'avait qu'à pas être aussi chiante! Alors j'ai pas mal pataugé dans la semoule, jusqu'à l'entrée dans l'arène. Et là, les gars, j'ai kiffé.

Suzanne Collins ne laisse que très peu de temps pour se remettre de nos émotions, il y a constamment de l'action - avec quelques baisses de régimes, quand même. Même si je savais ce qu'il se passerait, j'étais prise dans l'action et le suspense des Hunger Games, dans une arène truffée de pièges, où Katniss ne peut se fier à rien ni personne, où la "nature" est aussi contrôlée par la société. Le côté stratégique m'a beaucoup plu: chaque tribut ayant sa propre stratégie, j'ai trouvé intéressant d'avoir un aperçu de l'évolution et de la survie de quelques uns.

Si j'ai mis deux jours pour lire le premier quart du roman, j'en ai mis qu'un pour les trois derniers quarts. Et même si une petite pause s'impose dans la trilogie, j'ai hâte d'en savoir plus sur la suite des événements, parce que je n'ai aucune idée de ce qu'il va suivre, et que, bon j'admets, j'ai beaucoup aimé :D
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 octobre 2012
Un roman passionnant et intelligent qui nous amène à nous questionner sur l’évolution de notre société et différentes thématiques contemporaines : télé-réalité, célébrité, richesse VS pauvreté, le culte de la beauté…

Deux mondes s’entrechoquent pour nous laisser outrés ! D’un côté, un monde gris où l’homme est esclave de l’homme, d’un autre côté, un monde où l’homme est prisonnier du culte des apparences. Et pour faire oublier l’absurdité de la vie au riche, le jeu est omniprésent ! On s’amuse et on rit même si on sait que des enfants sont condamnés à mort.

En effet, dans chaque district, deux enfants tirés au sort vont se battre dans un combat à mort devant les yeux de tous. Un seul survivant sortira de l’arène dans lequel ils sont pris au piège ! Un récit tragique et sanglant… sous la forme d’une émission de télé-réalité où l’on y voit comment les participants sont condamnés à perdre leur identité au profit de l’audimat, à se vendre pour survivre, à jouer un rôle pour séduire (relooking), à capter l’attention pour briller, à se faire aimer, etc. Nos téléspectateurs raffolent de voyeurisme et cautionnent le meurtre d’autrui au nom du jeu.

Un monde pessimiste où l’espoir semble ramené à sa plus simple expression. Un système pernicieux que les pauvres (travailleurs) sont condamnés à accepter et que les riches nourrissent par le pouvoir d’achat ! Après tout, les pauvres ne sont que des travailleurs !

J’ai beaucoup aimé le jeu des acteurs et leur profondeur. Katness déteste Peeta tandis que Peeta fait miner d’aimer Katness devant le public. Et si tout n’était pas qu’un jeu ? Peuvent-ils se faire confiance dans un univers où la ruse est une qualité fondamentale pour s’en sortir.

Avant de lire ce bouquin, je vous conseille de regarder le film, car je n’aurais pas imaginé le décor de cette façon.

A lire sans aucune hésitation !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Divergente 1
Divergente 1 de Veronica Roth
EUR 12,99