undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles413
4,3 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:7,45 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-10 sur 31 commentaires(1 étoile). Afficher tous les commentaires
500 PREMIERS RÉVISEURSle 6 septembre 2014
J'ai découvert sur le tard ce film au label "grand public" dont tout le monde faisait grand cas. Eh bien en toute honnêteté, ce n'est pas fameux, et particulièrement longuet. Il ne suffit pas d'avoir une idée (tirée d'ailleurs d'une "histoire vraie") à laquelle on ajoute une succession de saynètes qui se veulent drôles, pour faire un bon film.

Le résultat est un scénario faiblard et poussif et surtout une succession de clichés et de poncifs consternants : - le millionnaire handicapé aigri mais qui succombe (forcément) à la tchatche du jeune-black-de-banlieue - le millionnaire handicapé raffiné qui initie aux charmes de la poésie et de l'art le jeune-black-de-banlieue (qui n'y connaît rien, forcément) - le jeune-black-de-banlieue émoustillé par la jolie secrétaire bobo (elle lui apprend à la fin du film en se foutant de lui qu'elle est homosexuelle ; il n'avait vu que du feu, le pauvre bougre, et il se retrouve comme un con) - le jeune-black-de-banlieue redresseur de tort quand il apprend que l'insupportable et capricieuse fille (adoptive) du millionnaire handicapé a été insultée par son ex petit copain - le jeune-black-de-banlieue au grand coeur qui goupille un rendez-vous galant pour le millionnaire handicapé (scène finale) - séquence émotion avec le récit de l'adoption du jeune-black-de-banlieue, les-flics-racistes-qui-passent-pour-des-cons... J'en passe...

Que c'est long ! Que c'est lourd et dégoulinant de bons sentiments ! Les quelques "gags" à 2 balles sont téléphonés. C'est d'un conformisme absolu. Que les deux acteurs soient bons ne suffit pas à sauver ce film du désastre. Et le battage médiatico-hystérique n'y changera rien

Film caricatural et manipulateur, qui nous donne une fausse image de ces jeunes de banlieues. La réalité est beaucoup plus sinistre. Et la présenter sous couvert de comédie, afin de bien duper les gens (on fait tout passer par le rire), c'est insulter les millions de personnes qui souffrent quotidiennement de leurs violences, incivilités, délits et crimes..

A quand une comédie sur la pédophilie, qu'on rigole encore un bon coup ?
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juillet 2013
Un ténor déguisé en arbre et semblant atteint de constipation, des musiciens s'éreintant à massacrer Vivaldi, un riche amateur d'art achetant un barbouillage pour 11000 euros ... autant d'épisodes de dénigrement de domaines artistiques que je connais et que j'aime.

Les tocards postulants du début, le tétraplégique qui abandonne ses gouts intellectuels, l'assistant de couleur qui sait prendre les bonnes décisions et a l'art de décoincer tous ceux qu'il rencontre (tous les blancs dans ce film sont des coincés ou des lavettes !).

Une atmosphère factice, artificielle, décalée dans le milieu des personnages blancs, tous naïfs et tenant parfois des raisonnements d'enfants de 6 ans.

Des situations sérieuses, graves, réalistes, "vraies" dans le milieu des personnages noirs (tous étant des banlieues).

Je pourrais oublier le caractère propagandiste de ce film, l'assimiler à une farce et peut-être rire des pitreries d'Omar si, pour une raison qui m'échappe, le public Français ne l'avait autant plébiscité comme étant un film "humain", "drôle" et "touchant" à la fois !!

François Cluzet est le seul intérêt du film, qui arrive à afficher une grande variété d'émotions avec son seul visage.
11 commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 octobre 2014
Larmoyant tellement c'est sirupeux d'entendu et de clichés. Omar SY joue t-il ? N'est-il pas juste comme d'hab ? Mais ca plait au franchouillard à l'abri devant son canap et son JT ... POLITIQUEMENT CORRECT ... A fuir
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Contrairement à la majorité des téléspectateurs, je n'ai pas aimé ce film. Il ne m'a fait que peu rire, et j'ai surtout relevé la propagande, à peine dissimulée il me faut bien l'avouer. Laissez-moi donc vous présenter mon analyse de ce film avec mon regard et mes idées politiques, car c'est un film politique.

Certaines personnes, nos dirigeants, on décrété que "le nationalisme, [c'était] la guerre", et, pour supprimer le nationalisme, ils ont décidé de supprimer la Nation ; on a donc une création politique, l'Union européenne, qui va bientôt gommer les Nations en tant qu'entités politiques ; reste un problème, et de taille : les autochtones ! L'Etat européen une fois installé, il restera quand même des différences notables entre un Germanique, un Latin et un Slave, entre un blanc et un noir, entre le sud et en nord, bref : la diversité ! L'astuce consiste donc à faire venir tout le Tiers-Monde chez nous, en nombre, de façon à changer la composition raciale de la population, et donc à gommer toute idée de Nation, puisque le temps aidant, tout le monde aura quatre ou cinq origines différentes, tout le monde sera mélangé, ce ne sera plus la peine de parler de "Gaulois" ou autre "Français de souche"... Pour faire accepter la nouvelle société, on utilise la force (SOS Racisme, Licra, lois liberticides), ou alors la méthode douce : les films de propagande ; Intouchables est de ceux-là.

Intouchables, le film l'est, avec des réalisateurs intouchables (la véritééééé), une histoire intouchable, et surtout une morale intouchable. Déjà, il y a un problème : le titre est au pluriel, or, des intouchables dans le film, je n'en vois qu'un, le pauvre homme qui se retrouve handicapé suite à un accident de parapente ; le personnage campé par Omar Sy est quand à lui un branleur qui sort de taule pour avoir braqué une bijouterie (si ma mémoire est bonne). Où est l'intouchabilité ? L'intouchabilitude ? L'intouchabilisation ? Inch Allah on va quand même faire un film multi-subventionné !

Synopsis : un méchant blanc bourgeois parisien (catho ?) qui a des amis non moins bourgeois et méchants, pleins de préjugés (la scène du parc, ou Omar Sy joue avec la neige innocemment, pendant que l'"ami" de Philippe vient le voir, non pas pour s'enquérir de sa santé, mais seulement pour lui dire de faire attention au méchant noir, est à vomir), cherche quelqu’un pour l’aider dans sa vie de tous les jours, car il est paraplégique (bien fait pour ta gueule, sale bourgeois !). Un noir sympa arrive (l’incritiquable Omar Sy, qui a un rire communicatif et rit de ses propres vannes, comme Gad Elmaleh, est sûr d'emporter l'adhésion du public, la mienne comprise) ; il veut entuber les Assedic (c’est pas méchant ces petites bêtises-là, tout le monde fait ça). Le bourgeois l’embauche (sans doute est-il content que ce soit un colonial qui s’occupe de lui, ça doit le faire jouir, le sadique !) ; dès lors, commence une difficile cohabitation entre les deux hommes, hérauts de deux cultures opposées, cohabitation qui va se changer en amitié. Omar Sy apprend au méchant bourgeois à ne plus écouter de la musique classique chiante, mais plutôt à fumer des pétards tout en se faisant masser par deux négresses, à rouler à fond les manettes en centre-ville, à se foutre de la gueule des flics, à sortir le voisin de sa voiture et à jeter son téléphone au loin, parce qu’il est mal garé, au lieu de lui demander, fermement mais poliment, d’aller ailleurs, à ne plus se donner la peine de parler en bon français (ou de l’écrire), mais plutôt d’adopter un langage plus direct, vulgaire, imagé (le blanc est paralysé, nous dit-il lui même, « du bas du cou jusqu’aux orteils » ; quelle utilité y a-t-il donc à parler à une femme comme s’il avait envie de la baiser, il NE peut PLUS baiser ? C’est un homme prisonnier de son corps, et seules les activités intellectuelles — écriture, lecture, musique, art —, peuvent le sauver) ; le gentil Banania pousse même la rébellion jusqu’à faire danser les bourgeoises dans un salon parisien guindé, trop fort !

Intouchables, une belle métaphore de la France rancie (la gueule des employés du bourgeois, méchants, agressifs, incapables de sourire, de parler gentiment — sauf la rousse, mais c’est normal, elle est lesbienne, donc gentille —, et même, pour les deux tourterelles, incapables de sortir ensemble) et handicapée qui ne s’en sortirait pas sans l’immigration ! Mention spéciale aux figurants qui jouent le rôle des candidats au poste que décroche le personnage d’Omar Sy : fades, tocards, maladroits, incapables… Ils ont tous l’air mongolien, s’habillent comme s’ils avaient soixante ans, et ne sont pas très débrouillards, ni naturels, ni spontanés ; alors que l'on nous rebat les oreilles incessamment avec les "on ne voit pas assez de minorités à la télé", là pour le coup, tous les crétins sont plus blancs que blancs, quel hasard ! Le masseur moustachu de la fin mérite la palme d’or, c’est un bon Gaulois avec un bon gros visage, et on imagine la taille de ses paluches sans les voir ! Bref, les blancs, c’est des cons, faut la banlieue !

Intéressons-nous maintenant au traitement médiatique du cheffe-d'oeuvre ! Avant même sa sortie en salles, Intouchables était déjà encensé et intouchable ! "Le film du millénaire", "la réconciliation de toutes les France"... On pouvait donc se douter, à lire ces dithyrambes unanimes, qu'il y avait anguille sous roche, voire, pour le coup, baleine sous gravier ! Un seul journal a trouvé le film médiocre, il s'agit des Inrocks, le journal des maoïstes invétérés, qui, lui, trouve que le film ne va pas assez loin dans la critique sociale, dans le sens où le noir ne s'émancipe pas de la tutelle coloniale blanche (véridique !) : en effet, le noir intègre les codes culturels du blanc (belles bagnoles, jet privé, art-commerce, etc.) ; à aucun moment, il ne fait un rejet. Evidemment, la bande de puceaux des Inrocks aurait préféré la Révolution, et la destruction totale des richesses du blanc, au nom de la lutte contre l'exploitation... Tous les hommes politiques ont salué le film, et nos deux acteurs de recevoir la légion d'honneur ; les Grognards et les Résistants apprécieront, d'autant plus que le vrai handicapé, Monseigneur le prince Philippe Pozzo di Borgo, est le descendant d'un Pozzo di Borgo qui a servi le tsar Alexandre contre Napoléon Ier jusqu'à notre défaite finale...

Bref, vous avez compris ce que je pense de ce film qui n'est pas une comédie, mais un film politique, engagé !

A ceux qui éventuellement penseraient comme moi, je dis : accrochez-vous les Gaulois, parce que des films comme ça, il va y en avoir un par an désormais !

Vive la France !
1414 commentaires|44 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2012
Entre "Plus belle la vie" et "Foudre", puéril, politique, et mal mis en scène. Parfois, on rit de bon coeur, mais ça ne suffit pas à faire un film.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 septembre 2012
Un "jeune de banlieue" mal élevé, drogué, insolent, un peu raciste (mais là, c'est autorisé, car pour la mafia qui contrôle notre pays, c'est du bon racisme) Je voudrais signaler aux gens, que tous les habitants des quartiers ne sont pas aussi affligeants que cet individu, et non, nous ne parlons pas tous comme lui ! Mais voilà, ce que nous propose la propagande d'état qui a fonctionné à la manière Stalinienne, mais, il y a de quoi s'inquiéter quand on voit le nombre d'esprits faibles touchés ? Mais à quoi bon discuter ? car de toute façon, la France est morte et dans tous les sens du terme et le handicap n'est qu'un prétexte pour mieux faire passer la pilule nauséabonde, mais si l'avenir de la France c'est ça ? Alors oui, la situation est plus que dramatique !
22 commentaires|24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 octobre 2012
Le film est d'une naïveté sans égal. Si l'on relève les différentes scènes, il méprise l'opéra, la peinture contemporaine, la musique classique et le personnage se permet d'user de violence envers un type qui se gare devant l'hôtel particulier ou de faire la morale à l'ex-petit ami de la fille du personnage principal, sans oublier qu'il assène que "les femmes aiment la sécurité." Surtout, le truc pour tout faire passer est : "c'est fait pour faire rigoler." Je ne suis pas sûr qu'en mettant le rap, la techno et autres choses de cet acabit à la place que l'humour passerait de la même manière. Et surtout encore, aucun conflit de classe entre les deux hommes, le personnage joué par Omar Sy ne rêve que femmes faciles, voiture classieuses et grand standing, bref imiter les bourgeois, ce qu'il devient à la fin en étant chef d'entreprise. C'était donc cela le discours en arrière-plan. Tout est irréaliste comme si un bon bourgeois allait accueillir un type qui a fait 6 mois de taule pour braquage de banque. et que l'on ne dise pas que c'est tirer d'un fait divers, ce dernier a largement pu être romancée d'autant que dans le livre original, le personnage n'était pas noir et était beaucoup moins beau... Et bien sûr, tout finit bien et le personnage s'en va sur une petite musiquette, la larme à l'oeil sur la plage...
44 commentaires|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2012
Pour toutes les personnes qui écrive des commentaires élogieux sur le film "Intouchable", vous croyez vraiment que les tétraplégique on une vie comme ça !?
Vous rêvez, on ce retrouve sans rien sauf si on a une fortune et des relations comme M. Philippe Pozzo di Borgo sinon !
Ce n'ai malheureusement pas mon cas, c'est m'a mère qui m'a récupéré dans la maison familiale, a l'époque elle avait 60 ans (en 1996), ça fait 16 ans maintenant, j'ai bien une infirmière qui vient faire ma toilette mais c'est sur le lit, elle fait aussi tout les soins que j'ai besoins, certain sont humilient. Après c'est ma mère qui s'occupe de moi toute la journée, c'est elle qui fait mes sondages, qui me tourne la nuit, je ne sort presque jamais !
Il vaut mieux que j'arrête là, il y a bien trop à dire et je ne manie pas les mots aussi bien que M. Philippe Pozzo di Borgo !
Après l'accident que j'ai eu, j'aurais préféré mourir que de vivre ses dernières années et le temps qu'il me reste à vivre !
Maurice.
55 commentaires|54 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2012
Se regarde comme un téléfilm sympathique au mieux, non montrant symboliquement que l'immigration colorée (car d'origine le personnage d'Omar Sy est en réalité un arabe blanc (berbère il me semble), ce qui n'aurai pas assez contrasté à l'image, c'est triste mais c'est la vérité) est une nécessité absolue, sinon les français blancs d'origine tous antipathiques dans le film (dans la vie aussi pourquoi pas ?)n'arriverai pas en s'en sortir sans cette aide venu d'ailleurs.
Belle métaphore donc dans un film validé par toute la presse et quasiment tout les partis politique (la il faut commencer à se poser des questions!!!) probablement sponsorisé par SOS racisme et toute la clique, validé par le PS.
Intrinsèquement le film peut mériter plus qu'une étoile mais je voulais faire baisser la note et faire ouvrir les yeux aux gens car sur le fond ce n'est qu'un salmigondis de propagande gauchiste reflétant "l'unique et bonne " manière de penser; sur ce, je laisse aux commentateurs des 4 et 5 étoiles le temps pour retourner regarder TF1 et Canal plus, admirer le charisme d'Hollande, le brushing de BHL en croisade permanente pour son vrai pays (pas la France), la montre de Julien Dray (et Ses combats) et les conseils des très avisés en politique et grands penseurs indépendants que sont Debbouze et Denizot ainsi qu' Arthur et Cauet.
Réveillez-vous et constatez objectivment la surmédiatisation du film, qui le valide , dans quels intérêts etc...et plus simplement la baisse de qualité générale!
1111 commentaires|27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 décembre 2015
Le film était suppose être en anglais (au moins les sous titres!), mais était finalement en français + neerlandais... Donc inutile dans mon cas puisqu'il était destiné a quelqu'un qui ne parle pas français.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,19 €
9,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)