undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles41
4,1 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 août 2005
...et ben voilà ,le syndrome métallica disparu , nos grands musiciens reviennent à ce qui a fait leur notoriété.
Cet album n'est probablement pas le meileur mais il a le mérite de revenir sur le terrain de prédilection du groupe : le métal progressif (et non le gros metal ultra technique) chère aux fans de toujours.Attention , ceux qui pensent retrouver un "Awake" ou un "Scenes from.."ne seront pas comblés , il s'agit là plutôt de la suite logique de "6 degrees...".
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2005
Certains craignent l'orientation très "metal" que prend Dream Theater depuis quelques albums. Personnellement je n'avais pas apprécié Train Of Tought plus que ça : les arrangements étaient un peu trop denses à mon gout...
C'est donc avec une certaine impatience que j'attendais Octavarium pour voir quelle direction prendrais le groupe pour se renouveller.
Globalement, j'ai été assez surpris (en bien!) :
alors que Train Of Tought mettait beaucoup en avant la guitare et la batterie, Octavarium est mieux dosé : les claviers ont une place plus importante, la chant plus mélodique...
DT semble vouloir, selon les morceaux, métamorphoser leur musique : jouer tantôt à la manière de Muse (Never Enough), de U2 (I walk beside you), de jean-michel jarre (octavarium) ou pink floyd (octavarium encore...).
James prend même des intonations façon "M" à un moment!
On retrouve bien évidement quelques duos guitares-claviers (le solo de The Root Of All Evil par exemple).
Les fans de progressif ne seront pas déçus : les morceaux, à quelques exceptions près, sont assez longs et complexes. "Octavarium", le bouquet final, est d'ailleurs la pépite de l'album : ce morceau démarre par une intro façon Jean-Michel Jarre, puis Pink Floyd, pour enchainer avec la suite (24 minutes de bonheur au total).
Les huit pistes remplissent largement la galette (75 minutes en tout).
Cet album, qui recelle un grand nombre de subtilités (tout semble être axé autour du chiffre huit - 8 morceaux, 8ème album...-), ne se révèlera pas si facilement, et il faudra plusieurs écoutes avant de commencer à en percer les mystères.
Seule déception, "The Answer Lies Within", la seule balade de l'album, est franchement decevante et fade...
Mais sinon c'est du tout bon!
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 août 2006
J'avais été très déçu par le dernier album "Train of thoughts" et, dans une moindre mesure par l'avant dernier "6 Degrees of inner turbulence". Aussi, je ne m'attendais pas à un retour aussi fracassant de Dream Theater sur le devant de la scène.
Moi qui est un fan inconditionnel de Scenes from a memory, j'ai retrouvé ce qui en faisait le charme avec Octavarium.
On navigue entre prog, heavy metal et même pop et le tout est marié avec brio, comme avant !
Que dire du morceau éponyme, épique, qui ferme l'album, et dont l'intro n'est pas sans rappeller les Pink Floyd.
Il y aurait tant de choses à dire sur Octavarium mais le mieux est encore d'y préter une oreille attentive et de savourer !
Superbe !
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 octobre 2006
Pour son 8e album, Dream Theater sait être encore original. Certains morceaux sont indéniablement très « pop » alors que d'autres comme la chanson éponyme restera un des meilleurs morceaux prog du groupe. Le concept de l'octave est poussé jusqu'à ses retranchements, que ce soit dans la musique ou sur les dessins de la pochette et du livret. C'est un album original qui plaira autant au fan quà l'amateur de Rock.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 janvier 2006
C'est un album puissant et melodique que les virtuoses de la scene du metal progressif ont sortis. Bien qu'il pourrait paraitre bien moins furieusement devastateur que leur precedent album, Train of Thought. Cet album est compose de huit morceaux. Le premier, qui plaira aux amateurs de gros son, ouvre en puissance l'album. Le second est une sorte de balade, le troisieme un splendide morceau, qui sera neanmoins critique par les vrais amateurs de progressif. Le quatrieme fait etrangement penser a un U2 bouster, alors que les trois morceaux suivants sont trois de bons titres, qui ne refletera cependant pas le meilleur du groupe. Le huitieme etant le veritable clou du spectacle. C'est dans ce dernier morceau de 24 minutes, que l'on pourrait considerer comme un hommage aux premiers groupes de la scene du rock, tel pink floyd et Genesis, que tout l'art du groupe ce revele, a travers une montee en puissance qui aboutira a un final grandiose.
En bref, c'est un album plus que commercial que dream theater nous revele, et seul Octavarium, ce morceau epique de 24 minutes pourra sauver l'album de la critique des fans du metal progressif...
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2007
Vieux coucou des 70's et donc très gourmand de rock prog de qualité, j'observe sur cet album une touche plus prog et moins hardeuse que sur certains albums précédents du Dream Theater. On pourrait trouver le tout un peu mou, ou pas assez heavy metal... c'est à voir. ça reste du bon boulot, et du Dream Theater
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juin 2005
Comment décrire cet album ? Bien que la moitié des morceaux ne me passionne pas, j'ai du mal à dire que c'est un mauvais album. Peut-être parce que les 2 derniers morceaux (qui prennent à eux-seuls près de 36 minutes sur les 74 que dure l'album) sont quasiment au sommet de ce que Dream Theater a su faire depuis toutes ces années, un sommet de sonorités, de mélodies, de "délires" musicaux. Reste ensuite un morceau puissant type "couplets/refrain", "These Walls", qui n'a rien de progressif malgré ses 7 minutes, mais qui pourrait assurer la vie commerciale du groupe (sous-entendu : plaire à plus de gens). Ensuite, "Panic Attack", "The Root of all evil", "Never enough", rien de bien nouveau dans un style assez violent qui peut faire penser à ce qu'ils ont déjà fait avec "Beyond This Life" et "Home". Les 2 morceaux non cités sont meilleurs, sans pour autant transcender le reste. "Octavarium", c'est bel et bien ce morceau qui a retenu mon attention, et qui fait de cet album, un indispensable malgré ses défauts. Personne n'est parfait.
0Commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2005
Fan de la première heure , j'avais hate de découvrir leur nouvel album après la semi-déception que constituait pour moi leur dernier opus "Train Of Thoughts" . Et bien je n'ai qu'une seule chose à dire : courez l'achetez ! James Labrie est au sommet de son art au meme titre que les autres musiciens beaucoup moins démonstratifs que sur les autres albums mais beaucoup plus inspirés niveau composition. Un must pour tout fan de prog métal et à conseiller à tous ceux qui ne connaissent pas encore ce groupe exceptionnel .
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2005
Acheter un disque de Dream Theater, c'est comme aller les voir en concert: on ne sait jamais à quoi s'attendre, et quand on croit savoir on se trompe!
Exit les mesures complexes et la polyrythmie! Cette fois, les compos sont beaucoup plus "conventionnelles" que ce à quoi le groupe nous avait habitués... Certains seront déçus, pour ma part j'avoue que je préfère ce qu'ils ont fait auparavant, mais cela reste un très bon album quand même ;-)
A part "I walk Beside You" qui est assez banale, et que je trouve un peu racolleuse, le reste vaut le detour : "Panick Attack" est LE morceau métal de l'album, "Octavarium" est vraiment le titre phare (d'ailleurs la galette porte le même nom), avec son intro de 2mn directement inspirée de "Shine On You Crazy Diamond" et de "Echoes" de Pink Floyd...
J'aime bien "Never Enough", même si l'influence de Muse est énorme : utilisation du vocoder, sonorité de la guitare, jeu sur le clavier, même la partition de batterie est tirée d'un titre dont j'ai oublié le nom sur l'album "Absolution"... mais bon, ceux qui connaissent bien DT sont habitués, le groupe sait très bien piocher chez les autres ce qu'il trouve bon pour lui...
Pour conclure, un très bon album, mais attention, ceux qui recherchent la technique qu'on peut trouver dans les précédents albums risquent d'être déçus, là, c'est vraiment différent!
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juin 2005
Bon, DT nous a malheureusement habitué à produire 1 album "moyen" sur 2, mais Octavarium est plutôt réussi pour un album "intermédiaire". le gros point fort de cet album, pour ma part est l'aspect mélodique et la présence de plus en plus prégnante des influences passées et présentes et du vécu du groupe : on retrouve pèle-mèle Pink Floyd, Muse, Megadeth (Labrie imite à la perfection l'accent gouailleur de Mustaine), Led Zep, mais aussi la passion de Portnoy pour le cinema (les passages orchestrés sont dignes d'une B.O.), le traumatisme du 09/11 tjs présent ds le coeur de nos NYorkais (Sacrificied Sons qui prend la suite de In the name of God sur ToTh), les méandres de la folie qui semblent passionner et inspirer régulièrement Portnoy & Petrucci. Bref, la "rage" de ToTh est passée, et Octavarium offre un éventail de mélodies et de sons plus étendu que son précédent: Petrucci -a mon goût- retrouve sa précision et son sens mélodique, La basse de J.Myung est plus présente et James Labrie est vraiment à l'honneur. Alors, un album plus "commercial"? Certainement pas! Sa richesse et sa complexité mélodique sont à déguster lentement, au fil de nombreuses écoutes attentives, enjoy!
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,99 €
11,99 €