undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Cloud Drive Photos cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

  • Shame
  • Commentaires client

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles42
3,7 sur 5 étoiles
Format: DVDModifier
Prix:8,45 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 janvier 2012
Je ne suis pas totalement d'accord avec le commentaire précédent. Les plans séquences ,et la mise en scène en général sont magistraux (et qui mérite d'être vu au moins une fois pour tout cinéphile qui se respecte), la musique est géniale, filmée (il me semble) tout en lumière naturelle d'où cette atmosphère sombre du début à la fin.
Pour en revenir sur ce que les gens n'ont pas aimé en général (cf:le fait de ne pas avoir creusé les personnages) : pour ma part c'est plus que finement joué. Le fait de ne pas savoir grand chose sur l'histoire du mec nous oblige à poser un avis objectif sur sa vie. "Creuser" un personnage sert à créer de l'empathie pour celui-ci. Hors là, Mc Queen ne veut pas que l'on comprenne son personnage mais plutot qu'on le juge (ce qu'on fait de mieux nous autres humains quand on ne connait pas ;)). Cela donne un effet tragique à sa vie puisqu'on ne veut pas forcément que ça s'améliore mais plutôt qu'on soit un simple spectateur.
Je le redis : pour moi c'est une perle à voir absolument. Je vais suivre Steve McQueen de très... très près...
22 commentaires41 sur 46 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2012
Avec un sujet pareil, on s'attendait à du "trash", mais pas du tout. Le film aborde la question avec émotion et psychologie. C'est avant tout le portrait d'un être humain, ici un homme, confronté au désir et à l'angoisse, à la peur et au silence. Nimbée dans une poésie trouble, cette histoire nous questionne en profondeur, et ne laisse pas indifférent.

Un bel exercice artistique, qui, fait plutôt rare, n'ennuie pas le spectateur! Un grand film.

Bravo au réalisateur Steve McQueen.
11 commentaire27 sur 30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le film aborde de manière très frontale la question d'une addiction sexuelle, celle de Brandon, trentenaire new-yorkais, vivant seul et travaillant beaucoup. Quand sa sœur Sissy arrive sans prévenir à New York et s'installe dans son appartement, Brandon aura de plus en plus de mal à dissimuler sa vraie vie...
Un film mesuré, calibré, travaillé. ce n'est certes pas un film facile ni typique. Il est un coup de poing il nous fais vivre l'addiction avec lui, nous frustre. On peux lui reprocher de ne pas développer, de ne pas expliquer pourquoi ou d'apporter des solutions aux problème soulevé, mais ce n'est pas l'objectif. C'est un témoignage, une vision, un brin de vie qui témoigne de l'addiction est de la frustration et du mal que cela crée. Un film maîtrisé qui est puissant de son témoignage et renvoie à ses propres addictions. Un film dure a accepter car il n'est pas prémaché, à l'instar des productions hollywoodiennes qui veulent imposer une morale final résumant le film.
11 commentaire13 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Shame décrit une addiction au sexe, filmée crûment mais sans complaisance, et qui donne froid dans le dos. Rarement un film sur le sexe aura été aussi peu excitant. Michael Fassbender confirme son statut d'excellent acteur, et Carey Mulligan y trouve une nouvelle occasion de nous impressionner (bien plus qu'avec son rôle pâlot de Drive). J'avais détesté le précédent film de Steve McQueen (aucun rapport avec feu l'acteur), Hunger, mais celui-ci est très maîtrisé, dans le rythme, dans la photographie, et dans la direction d'acteurs. La lenteur de l'intrigue n'est, ici, pas un handicap, car elle permet justement de nous donner de comprendre les tourments intérieurs des personnages à partir de petits détails dans le jeu des acteurs.

Cela dit, cela reste du pur cinéma d'auteur, et au sujet délicat. Pas pour tout le monde, donc, mais très gratifiant pour le public sensible à ce type de films et que le thème ne rebute pas.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2012
nous suivons la vie de Brandon (Michael fassbender CENTURION HUNGER et j'en passe )qui as une addiction au sexe qui gére à la perfection jusqu'à l'arrivée de sa soeur.
Là il essaye d'avoir une relation "normale " avec une collegue de boulot en vain et pour lui la descente aux enfer commence jusqu'au final .
Un film à ne pas mettre entre toutes les mains les scénes sexuelles sont criantes de vérité langage fleuri nudité de brandon etc .
Un bluray exeptionnel un piqué d'image impécable un son DTS irréprochable .
Une musique envoutante surtout la reprise de new york new york .
Une perfomence de michael fassbender exeptionelle un travail colossal voir les intewieux de steeve mc queen et de l'acteur .
Un film qui met mal à l'aise certe mais totalement hypnotique on commence et on ne peut stopper ce film .
Rarement vu un film de cette qualité du bonheur à voir et revoir à volonté sans modération
Amicalement
0Commentaire6 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2013
Après le très bon "Hunger", Steve McQueen (décidément un réalisateur à suivre) propose ici une variation mélancolique et dérangeante autour du thème du sex-addict.
Michael Fassbender incarne cet être déchiré de l'intérieur avec un magnétisme et un talent extraordinaires, aux côtés d'une Carey Mulligan bouleversante en chanteuse un peu borderline (et dotée d'une voix magnifique, qui plus est). Mention spéciale aussi aux seconds rôles, tels Nicole Beharie, qui illumine le film.
Du côté de la mise en scène, rien à redire: beaucoup de plans entremêlés qui font ressortir le trouble de Michael Fassbender, et une lumière et un bande-son incroyables!
Un film certes un peu long, mais à voir absolument.
0Commentaire6 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 septembre 2015
Choquant, provocant, incisif, à la fois glacé mais au final terriblement humain… autant savoir à quoi s’attendre avant d’aller voir Shame. Dès l’entame, le film prend à la gorge en adoptant un ton volontairement cru et dépenaillé qui, à l’évidence, ne plaira pas à tous les publics. Brandon est un jeune trentenaire célibataire comme Big Apple en abrite sans doute des milliers : cadre efficace le jour, solitaire désœuvré le soir dans un appartement évidé de toute présence humaine, et où les appels de la sœur unique en mal d’affection fraternelle, résonnent comme le dernier écho indigent d’une vie sociale et familiale qu’une obsession pathologique pour le sexe a réduit à un néant déserté de tout sentiment. L’arrivée à son appartement de cette sœur, qui croit encore à la valeur des relations humaines et familiales, va inévitablement peser sur la vie de Brandon. Celui-ci sera déchiré entre son vœu de perpétuer son mode de vie individualiste et son désir, dernier germe de pudeur sans doute, de le dissimuler à sa sœur.

Il y a plus d’un niveau de lecture dans Shame, et il n’y assurément pas lieu de s’arrêter à celui du visuel très cru adopté par McQueen, où les séquences de sexe épurées de toute émotion – à l’exception d’une et qui tourne en fiasco – sont le visage déshumanisé d’une conception hédoniste du sexe perçu uniquement comme instrument de plaisir immédiat et sans lendemain. Si le visuel est parfois proche d’un graphisme pornographique, le ton en est cependant bien éloigné : le réalisme cru de certaines scènes n’est que le pendant physique du vide angoissant de l’âme du protagoniste. L’acte physique mis en scène est conforme à celui qui l’exécute : il est rapide, déshumanisé, hermétique à tout désir d’engagement, et ne percevant l’amour que comme passion inutile n’amenant à terme qu’une vacuité inéluctable. Le sexe est montré tel qu’il est conçu : immédiat, brutal, simple produit de consommation qui ne perdure que le temps du plaisir qu’il procure. Ce qui n’est que suggéré, cependant, mais laissé habilement à l’imaginaire du spectateur, est le processus sociétal d’individualisme croissant qui en est la cause, paradoxe récurrent des grandes mégapoles modernes, qui produisent un isolement physique accru induisant une déshumanisation et un hédonisme stérile, où la seule consommation tient lieu de spiritualité et d’affect. Shame n’est pas un film d’un abord aisé, mais il mérite de se laisser voir en se laissant habiter de l’émotion particulière et du rythme narratif voulus par l’auteur. Le caractère humain du film réside précisément dans cette volonté de dépeindre la cohérence nue d’un personnage dont l'atypisme n'est cependant pas une vue de l’esprit. On n’en ressort pas indemne.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2014
J'ai acheté ce film pour Michael Fassbender que j'ai découvert dans "Prometheus" de Ridley Scott, puis dans "X-men : Le commencement" où il n'avait pas du tout la même tête, et où il était sérieusement craquant et talentueux... J'ai revu "Inglorious Bastards" de Tarantino où je l'avais raté (enfin en mémoire, pas le film !)... Encore une tête différente... Et puis, quelque chose s'est produit : comment un acteur peut-il être aussi bon ?? Euh... talentueux ! ;-) !! Donc, j'ai trouvé ce film de Steve McQueen, SHAME qui avait fait beaucoup parler de lui... Le réalisateur Britannique a reçu l'Oscar 2014 du meilleur film pour "Twelve Years a Slave" dans lequel, Michael Fassbender, acteur Allemand par son papa et Irlandais par sa maman y joue également.
Pour revenir à SHAME, le sujet est scabreux : addiction au sexe et inceste... MAIS le film est ABSOLUMENT envoutant ! La réalisation de Steve McQueen extraordinaire et... la performance de Michael Fassbender, HALLUCINANTE !!!! Quant à la bande son musicale, magnifique... J'ai Adoré ce film, pour tout ça !! Bien sûr, il peut choquer mais perso, je l'ai regardé trois fois de suite et je le regarderai encore et encore... Ce film m'a particulièrement marquée...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 novembre 2014
L'amour comme une maladie. Une addiction qui coupe le héros, Brandon, du monde. Incapable de mêler l'acte sexuel aux sentiments, il erre dans une nuit de débauche sans fin, vide de sens, mais si facile d'accès. Une addiction honteuse vis-à-vis de la société, on note pourtant toute l'hypocrisie de celle-ci : il est tellement facile de consommer sans modération.

Interprété magistralement par tous les acteurs, on regrettera cependant quelques longueurs. Celle quand Sissi chante "New York, New York" : une chanteuse qui ne décolle pas, un frère incapable d'extérioriser ces sentiments, le spectateur n'a pas besoin de 10 minutes de chanson pour comprendre où veut en venir le réalisateur. La scène encore où Brandon entraine Marianne dans une chambre d'hôtel grand luxe mais ne parviendra pas à dépasser le cap de préliminaires, incapable qu'il est de se projeter dans une relation "classique" avec une femme.

Plus dramatique, Steve Mc Queen se pose ici en observateur neutre : la conclusion n'offre aucune solution, aucune réelle prise de conscience du problème. D'ailleurs, finalement, on en vient à se demander si Brandon a vraiment un problème. Volonté du réalisateur ?
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 décembre 2013
Je trouvais le sujet très intéressant et pourtant je me suis ennuyé au point de ne pas aller jusqu'au bout. Et pourtant, l'amour passionnel et impossible entre le frère et la sœur à quelque chose de poignant. Je suis surpris que les commentaires soient centrés quasi exclusivement sur la conduite addictive qui n'est qu'une résultante, que la partie visible de l'iceberg de ce que vivent le(s) personnage(s). Même s'il y a beaucoup de scène de sexe, c'est très loin d'être un film érotique, bien au contraire, il est même fait de telle manière qu'il est à vous dégouter de l'érotisme et des relations sexuelles. En revanche, ce film rend parfaitement compte de la désespérance qui peut résulter d'un amour impossible générant une frustration tellement intolérable que la vie devient invivable pour les deux protagonistes. En dehors, rien n'existe plus, cet amour est tellement imprégnée chez ces deux là qu'aucune séparation n'est possible quelque soit la distance géographique ou la pseudo-indifférence ; il en résulte que les autres n'existent pas, ce ne sont que des marionnettes, des objets à consommer. Dans cet amour passionné et exclusif, à la vie à la mort, il n'y a pas de place pour aimer quelqu'un d'autre, ce serait l'infidélité suprême, une haute trahison à l'Être aimé.
Peut-être que je ne suis pas allé jusqu'au bout car contaminé par l'ennui de la vie que vive ces personnages, le vide existentiel. Si c'est cela, un jour ou mon moral sera inatteignable, je le regarderais de nouveau afin de vérifier si mon premier ennui résulte d'un magnifique sujet maltraité ou bien tellement bien traité que les personnages m'ont fait vivre de l'intérieur leur ennui/vide sidéral.
0Commentaire3 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,21 €
10,89 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)
  -  
Shame: Shift from low self-esteem to empowering self-acceptance