undrgrnd Cliquez ici Baby Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles63
4,0 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-10 sur 19 commentaires(5 étoiles). Afficher tous les commentaires
le 30 janvier 2012
Ce livre est formidable, au milieu du XIX siècle, Narcisse Pelletier, un jeune matelot vendéen, est abandonné sur une plage d'Australie. Attaqué par les indigènes, son équipage est reparti sans se soucier de lui... Dix sept ans plus tard, un navire anglais le retrouve : il vit nu, tatoué a oublié son nom....Que s'est il passé durant ces dix-sept années?
Octave de Vallombrun, homme providentiel, rend compte, dans des lettres adressées à son supérieur, de la tâche qu'il s'est fixé : comprendre ce qu'a vécu cet homme...!
Ce qui est intéressant, c'est que l'auteur s'intéresse à la double personnalité du personnage, c'est un roman bien construit, remarquable!
0Commentaire21 sur 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En publiant "Ce qu'il advint du sauvage blanc" début 2012, François Garde, haut fonctionnaire né en 1959, s'est imposé comme un écrivain majeur. Récompensée par huit prix littéraires, dont le Goncourt du premier roman, son ouvrage porte haut les couleurs du roman d'aventures.

"Je m'appelle Narcisse Pelletier, de Saint-Gilles en Vendée. Je suis matelot sur la goélette Saint-Paul".
Tirée d'une histoire vraie, l'auteur va romancer l'incroyable destin de ce jeune marin, abandonné sur la côte nord-est de l'Australie.
Narcisse, recueilli et adopté par les "Sauvages" (Aborigènes), va progressivement effacer ses origines pour devenir "Le sauvage blanc".
Alors, quand 18 ans plus tard Octave de Vallombrun le ramène à la "Civilisation", c'est un choc immense.

Une oeuvre forte qui balaie les thèmes de la supposée supériorité du Blanc sur le sauvage; du bonheur; de l'éducation, de la difficulté d'appartenir (ou d'assimiler) 2 cultures radicalement différentes.
Un roman intelligent, poignant, servi par une écriture magistrale.
Un véritable chef-d'oeuvre !
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2012
Tiens, un Goncourt! Et pas n'importe lequel, celui du Premier Roman. Si on ne sait pas toujours à quel saint se vouer - Sainte Thérèse Jornet e Ibars, patronne des vieillards et des maisons de retraite? - avec les livres plébiscités par cette assemblée de (vieux) sages, Ce qu'il advint du sauvage blanc est une véritable pépite.

L'auteur, François Garde, s'inspire d'une histoire vraie; celle de Narcisse Pelletier, abandonné sur la côte nord-est de l'Australie par son équipage. Il y vivra dix-sept ans parmi les "sauvages" avant d'être ramené à la civilisation. Fait réel, certes, mais l'écrivain a eu l'intelligence et le talent de développer le côté fictif de l'histoire: la vie de Narcisse parmi les aborigènes, la psychologie des personnages, la tension palpable entre deux cultures qui échouent à se comprendre.

L'écriture est fluide et travaillée. Les deux récits, celui de la vie de Narcisse après son abandon, et celui d'Octave de Vallombrun, gentilhomme de la Société de géographie chargé de la ramener à bon port (dans tous les sens du terme), donnent une vraie profondeur à l'histoire. Roman d'aventure, traité d'anthropologie, merveilleux texte sur l'identité, la différence, l'apprentissage, l'acceptation de l'autre. Bref, un vrai Goncourt comme on les aime.

D'autres critiques: [...]
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 novembre 2015
« Ce qu’il advint du sauvage blanc ». Le savons-nous vraiment après lecture de ce livre ? Il aurait aussi pu s’appeler « ce qu’il advint du matelot Narcisse Pelletier ». Par deux fois, cet homme vivra un choc dans sa vie. Par deux fois, il sera immergé dans une culture inconnue. Apprend-on vraiment de son expérience parmi les tribus sauvages ? La réponse est non. L’auteur n’a pas choisi de s’étendre sur les us et coutumes de la vie chez les sauvages mais il a préféré mettre l’accent sur le choc culturel qu’est le passage d’un monde à l’autre, de celui civilisé à celui sauvage et inverse. Dommage ! Nous n’entrons pas dans la psychologie du personnage mais voyons son évolution à travers Octave de Vallombrum. Il est difficile de concevoir que Narcisse Pelletier ait perdu toute connexion à son ancienne vie puisque au cours des différents chapitres, il répète qu’il est « Narcisse Pelletier, matelot la goélette Saint Paul». C’est un belle œuvre mais il reste un vide à combler, afin de combler le lecteur avide de connaitre l'histoire de Narcisse.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 février 2012
Ce qu'il advint du sauvage blanc est le premier ouvrage d'un auteur qui promet beaucoup : un récit rudement bien maitrisé (boule de suspens au fond de la gorge assurée dès les premières lignes), une langue élégante... Non, très élégante, un rythme alterné "Amgo sur l'île" et "Narcisse ré-apprenant le monde civilisé" qui développe le sujet harmonieusement...

J'ai savouré cette lecture que je recommande chaleureusement.

Savoir, en plus, qu'elle est tirée d'une histoire vraie la rend encore plus poignante.
On comprend tellement qu' Octave s'attache à Narcisse et mette en oeuvre tous les moyens possibles pour saisir ce que ce dernier a vécu sur cette île ! qu'il veuille percer ce mystère et apporter son aide à cet homme !
Mais on comprend aussi tellement Narcisse qui met lui aussi tous les moyens possibles pour oublier, ranger les deux parties de sa vie, tenter de les faire cohabiter !
0Commentaire12 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2012
J'ai trouvé ce livre passionnant, bien écrit, qui nous relate une histoire vraie.
Les personnages sont attachants et cette histoire situe trés bien l'état d'esprit de l'époque. Elle peut être le départ de réflexions sur nos vies actuelles.
Je le recommande à tous, jeunes et moins jeunes!
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2012
Ce livre m'a littéralement enchanté, même si je n'aurais pas forcément aimé être à la place de ce pauvre marin, lamentablement abandonné sur une île du Pacifique. L'aventure pour lui démarrait et allait durer 17 ans plus un long retour et une acclimatation plus longue encore. Remarquablement écrit, ce qui n'est toujours pas le cas dans de nombreux récits, cela fait la seconde richesse de ce roman palpitant. Tiré d'une histoire vraie, l'auteur a réalisé un roman d'une rare qualité.
0Commentaire8 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 janvier 2014
Roman passionnant, bien documenté. Le XVIIIème siècle et sa fièvre de nouvelles découvertes ; le livre de François GARDE nous les retransmet parfaitement. Et la vie au sein d'une tribu aborigène d'Australie ; le livre nous y plonge totalement. J'ai passé un très bon moment en lisant ce roman.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juillet 2012
Réel plaisir de lecture pour ce livre dont il ne faut pas lire les résumés qui l'apparentent à un pseudo questionnement culturaliste : "le sauvage n'est pas celui qu'on croit". Ce livre est beaucoup plus complexe. Seul bémol, la dernière partie du roman est un peu bâclée.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2012
19ème siècle: Un marin abandonné sur une île habitée du pacifique, retrouvé des années plus tard. Une belle histoire qui laisse à réfléchir sur nos moeurs, les idées préconcues, et la soit disant supériorité de l'homme blanc.
A lire
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus