undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
11
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
9
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:11,73 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ravi Shankar et Philip Glass se connaissaient depuis 1965. Ils se sont rencontrés à Paris quand Philip Glass, encore étudiant dans la classe de "Mademoiselle" Nadia Boulanger, eut l'occasiô de participer à l'enregistrement d'une musique de film "Chappacqua" dont le compositeur était Ravi Shankar. Pour Glass, cette rencontre avec la musique indienne fut une révélation, Shankar devenant en quelque sorte un nouveau maître.
Un peu moins de 25 ans plus tard, ils se retrouvés pour composer ensemble, et mélanger pour ainsi dire leurs musiques et leur rythmes, entre raga et minimalisme. Et le résultat est tout simplement sublime de beauté. Le dernier morceau notamment "Presbanti" est le summum de ce mélange. Ce morceau invite au calme. Une voix implore Dieu d'éloigner le malheur et de remplir nos cœurs d'amour et de paix. Ce disque est aussi une quête spirituelle.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2001
On decouvre dans cet album un melange de musique indienne et contemporaine delicieux. Le grand Ravi Shankar et Philip Glass s'unissent pour une creation unique et inoubliable. Laisser vous surprendre vous ne regreterrez pas le detour...
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juillet 2004
PEU DE GENS SE SOUVIENNENT QUE NOUS SOMMES DANS UNE CIVILISATION INDO EUROPENNE , que nos langues sont dérivées du sanskrit et que les douze régions de l'octave ( utilisées avec 22 intervales (shruti ) par octave sur deux octaves (avec 1 gamme montante et1 gamme descendante) ont donné , par des moines "ivres" et voyageurs , on le suppose , notre gamme à 12 notes (non tempérée ). L'encyclopédie des musiques sacrée de Labergerie ne ferait que confirmer l'effort de communication de ce disque remarquable , très musical et d'une très grande qualité artistique surtout de la part du pandit ravi Shankar( qui , il y a bien longtemps , avait avec lui un étudiant copiste : Philip Glass).Bien enregistré "passage" annonce la prochaine publication du très remaquable "ORION" commandé pour les JO d'athènes.Un grand bravo avec des musiciens en toute simplicité.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ravi Shankar, plus grand sitariste indien du monde, et Philip Glass, compositeur américain de musique contemporaine - minimaliste ou répétitive - ont en commun le goût du rythme, de la pulsation. Ils partagent cette envie de croiser les musiques, de croiser les influences.

Si cette "collaboration historique" (dixit Glass lui-même) s'est concrétisée dans cet album en 1988/90, la première rencontre entre les deux maîtres remontent à 1965. Glass reconnaîtra plus tard que la musique indienne l'a beaucoup influencé.

Le principe du CD est le croisement des compositeurs : un thème de l'un est arrangé par l'autre; c'est donc un véritable échange qui constituent ainsi des passages.

Offering : arrangement de Glass sur un thème de Shankar
Sadhanipa : arrangement de Shankar sur un thème de Glass
Channels and Winds : arrangement de Glass sur un thème de Shankar
Ragas in a minor Scale : arrangement de Shankar sur un thème de Glass
Meetings along the Edge : arrangement de Glass sur un thème de Shankar
Prashanti :arrangement de Shankar sur un thème de Glass

La notice nous livre quelques indications sur chaque oeuvre.

Je succombe à la tentation de vous livrer mon morceau préféré : Meetings along the Edge , pour son rythme entraînant, ses motifs récurrents, une montée en spirale.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2014
Au début je n'ai pas retrouvé l'ambiance du cithare et progressivement il arrive dans la composition et prend sa place complètement dans l'oeuvre.
J'aime cette musique répétitive qui me met dans un état second de profonde réception de la musique que j'apprécie beaucoup
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2011
J'ai découvert ce disque presque par hasard, en m'intéressant plus particulièrement à la musique de Philip Glass. Depuis maintenant presque 10 ans, je ne peux plus m'en passer... Il n'y a rien à redire, à mon avis: c'est à la fois raffiné, cérébral et terriblement envoûtant. Il fait incontestablement partie de mon petit panthéon à moi, offrant le meilleur de deux mondes. En fait, je le préfère à tout ce que je connais de Glass et de Ravi Shankar. Ecoutez-le au moins une fois en entier, je crois que vous n'aurez pas à le regretter!
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 août 2006
Croire que la seule réunion de deux monuments de la musique suffit à garantir les conditions suffisantes pour dégager une synergie ou que l'alchimie opère, serait bien évidement léger. Si le choix des protagonistes de jouer ensemble - et à fortiori de composer - n'émane pas des tréfonds de leurs âmes respectives, ou d'un désir mutuel sincère de joindre leurs talents au service d'un objectif commun, la musique qui naît de leur réunion est condamnée d'avance à la banalité, et le succès, à la précarité. De ce genre d'échecs, les rencontres enregistrées de Yehudi Menuhin avec Stéphane Grappelli sont parmi d'autres, des exemples frappants.

Mais Passages n'est pas une oeuvre composée par Philip Glass et Ravi Shankar, comme le suggère la page de couverture du CD. Passages est un ensemble de six pièces où l'interaction des deux compositeurs est tempérée par des règles: Elles consistent à ce que chacun des musiciens présente à l'autre une matière - une esquisse thématique sommaire - sur laquelle l'autre brode une composition de son savoir-faire. Ainsi, le CD contient deux pièces développées par Philip Glass sur un thème de Ravi Shankar, deux autres pièces où les rôles sont inversés, et enfin, deux pièces composées par chacun des musiciens séparément. Bien que le résultat soit inégal, la méfiance instaurée par ces règles a probablement contribué au succès - quoique relatif - de quelques unes des pièces de l'ensemble.

Mais la grande faille de cet ensemble réside dans son unité absente, ainsi que dans la frustration regrettable du paramètre temps (des pièces.) Certes, Ravi Shankar et Philp Glass ont défendu, chacun de son côté, la musique à répétition, une musique dans laquelle le déploiement temporel est un facteur essentiel à l'aboutissement. Mais ce qui semble être un point commun ne relève en fait, que de la simple dialectique. Car tandis que pour Philip Glass la répétitivité est un geste délibéré, un parti pris formel, un mode d'expression rythmique, la transcription obsessionnelle - et donc cérébrale - d'un langage très typiquement urbain, pour Ravi Shankar la répétition est une tradition rituelle, une pratique spirituelle à des fins méditatives, un conduit progressif vers un état d'envoûtement. Compte tenu de cette différence fondamentale, quelle explication peut encore justifier la présence de ces pièces sur un même support? Pourquoi un titre commun s'appliquerait-t-il à une unité qui n'en est pas une? Et pourquoi Passages ? Qu'est-ce qui explique la juxtaposition de ces pièces dans un ordre plutôt que dans un autre, alors qu'aucune progression n'est perceptible, ni sur le plan thématique, ni au niveau de la transcendance musicale?

A défaut de réponses, on peut toujours apprécier l'espièglerie du jeu de sitar dans "Sadhanipa" (plage 2), les très mélodieux et très joliment rythmés "Ragas in minor scale" (plage 4), et "Meetings along the edge" (plage 5), ainsi que "Prashanti" (plage 6) qui s'achève sur un très beau chant. Le tout est de pouvoir assumer l'idée qu'il s'agit là, d'un échantillonnage du savoir faire de chacun des deux protagonistes. Une sorte de compilation, plutôt qu'une oeuvre conceptuelle à part entière.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2012
Quand le compositeur phare de la fin du vingtième siècle américain rencontre le premier ambassadeur de la musique indienne en occident, ils nous donnent une musique brillante, profonde. Magique !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 octobre 2014
Lorsque l'on réunit deux grands artistes de la musiques d'aujourd'hui cela donne un superbe album beau et entêtant... Quelle chance de l'avoir retrouvé sur Amazon.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2015
Fabuleux, beau travail, bel équilibre entre les deux artistes. A écouter d urgence et à faire découvrir autour de vous.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)