Commentaires en ligne 


44 évaluations
5 étoiles:
 (29)
4 étoiles:
 (8)
3 étoiles:
 (4)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


27 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le chef d'oeuvre d'un grand Nobel
Albert Camus est au sommet de son art. Ce livre-ci devrait à tout prix être lu dans toutes les écoles. C'est un hymne au courage, à l'abnégation et à l'entraide. C'est la découverte des caractères qui se révèlent lorsqu'une ville entière est mise en quarantaine alors que la mort rode à chaque...
Publié le 11 février 2009 par PH.DV

versus
18 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une Algérie sans Arabe...
J'ai lu La Peste de Camus très jeune (15 ans), et j'ai eu envie d'y revenir, n'en ayant conservé qu'un souvenir lointain et embrumé (les années ont passé...).
C'est évidemment un grand roman, très bien écrit, très bien construit, très prenant, et même angoissant par moment. On a dit que...
Publié le 26 avril 2010 par Jean Savy


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

27 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le chef d'oeuvre d'un grand Nobel, 11 février 2009
Par 
PH.DV (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Peste (Poche)
Albert Camus est au sommet de son art. Ce livre-ci devrait à tout prix être lu dans toutes les écoles. C'est un hymne au courage, à l'abnégation et à l'entraide. C'est la découverte des caractères qui se révèlent lorsqu'une ville entière est mise en quarantaine alors que la mort rode à chaque coin des rues. La peste bubonique sévit à Oran dans les années 40 et le docteur Rieux, personnage central de l'histoire, va se battre contre la maladie malgré son propre desespoir, la maladie (qui n'est pas la peste) de sa femme. A travers ses personnages, Camus nous dévoilent tous les sentiments humains, totatement exacerbés à cause de la maladie devenue épidémie et qui sème la mort partout.
Ce livre, tellement passionnant, je l'ai commencé le matin et achevé l'après-midi même ! C'est l'excellence de l'écriture et le travail des personnages qui en fait un chef d'oeuvre. Camus est immense et nous le démontre. C'est bien plus que 5/5 sur amazon que vaut ce livre. D'ailleurs, si Camus a reçu le Nobel, c'est bien parce que La Peste, comme l'Etranger sont des livres indispensables à la littérature.
Surtout, n'ayez pas peur de lire Camus : les plus grands écrivains sont les plus passionnants, les plus clairs, et finalement les plus faciles à lire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


60 internautes sur 65 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Peste soit de la fatalité..., 2 décembre 2004
Par 
Esteban Miro (Triel-sur-Seine, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : La peste (Poche)
Albert CAMUS
La Peste
Titre : Peste soit de la fatalité...
Sans conteste le plus grand roman d'Albert Camus, La Peste est un hymne au courage et à l'humanité. Fort d'un prix Nobel de la littérature, l'auteur français se démarquait alors de ses contemporains, se hissant à la droite des écrivains les plus audacieux, tels qu'André Malraux ou Jean-Paul Sartre. Publié en 1947, la Peste connut un véritable raz-de-marée : 161 000 exemplaires vendus dans les deux premières années et plus de 5 millions depuis.
Nous sommes à Oran, durant les années 1940. Le docteur Rieux découvre avec un étonnement plus stoïque qu'horrifié que la ville est touchée par une terrible épidémie mortelle : la peste. Les autorités prennent des mesures de sécurité et Oran se met en quarantaine : personne n'entre, personne n'en sort non plus... Rapidement impuissant face à l'étendue meurtrière de la maladie, Rieux s'entoure d'hommes de foi qui résisteront corps et âme contre le fléau. Parmi eux, Rambert, journaliste parisien, qui n'a pourtant qu'une idée en tête : fuir ; Grand, fonctionnaire appliqué, dont la seule crainte est la stérilité de l'écrivain qui se découvre ; Paneloux, le prêtre qui voit en la maladie un châtiment divin ; et Tarrou, homme torturé mais au cœur immense. Chaque jour ébranlés par l'injustice de l'épidémie, ils puiseront leur force dans leur amitié et feront preuve d'un rare courage et d'une grande détermination, ce, jusqu'à la fin... quelle qu'elle soit.
Evidente allégorie du nazisme, les protagonistes, qui se sont engagés dans une résistance sans faille, seront confrontés à la folie meurtrière, à l'égarement et la peur dans le stade (qu'on imagine en camp de concentration d'où s'élève une effrayante fumée...), l'impossibilité de quitter la ville, le difficile ravitaillement et les profiteurs... Le livre est d'autant plus fort qu'il se lit tel un roman, où l'on suit l'évolution de cette terrible maladie tout en imaginant ce qu'ont pu vivre les générations précédentes... On regrettera toutefois l'absence gênante des femmes (qu'on sait pourtant particulièrement courageuse dans ce contexte), et les digressions parfois légèrement adolescentes de l'homme qui ne parvient à trouver le sens de sa vie. Un immense classique, cependant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


18 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une Algérie sans Arabe..., 26 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : La peste (Poche)
J'ai lu La Peste de Camus très jeune (15 ans), et j'ai eu envie d'y revenir, n'en ayant conservé qu'un souvenir lointain et embrumé (les années ont passé...).
C'est évidemment un grand roman, très bien écrit, très bien construit, très prenant, et même angoissant par moment. On a dit que c'était une allusion (au) ou une parabole du nazisme (l'action se passe en 1940). C'est fort possible, mais même si le lecteur ne pense pas à cet aspect des choses, ce roman n'en reste pas moins un grand livre.
Cependant, j'avoue que quelque chose a trotté dans ma tête tout au long de la lecture, une gêne insidieuse que je n'avais pas ressentie dans ma jeunesse. Car quoi ! On se trouve à Oran en 1940, et on a beau chercher dans tous les coins et recoins du livre, il n'y a pas un seul algérien, que des européens ! A croire que les algériens ont envahi leur propre pays quand ils ont réclamé l'indépendance de celui-ci. C'est stupéfiant.
Et on se reprend à penser à la position de Camus pendant la guerre d'Algérie ; floue, vague, ambigüe, pas vraiment du bon côté, et on comprend mieux pourquoi : la vision de Camus de l'Algérie, c'est un monde entre soi, entre européen, sans arabe.
Triste, mais quel excellent écrivain...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Et si on lisait ces livres qu on rechignait à ouvrir à l école ?, 19 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : La peste (Broché)
J avais peur de lire ce livre qui restait sur mon étagère depuis des années . Je pensais que j aurais décroché dès le début à cause de mon manque de vocabulaire ou des tournures de phrase alambiquées.
Finalement je me suis lancé, la lecture est limpide ,les descriptions que fait camus de ses personnages sont très réalistes. La précisions des mots choisis est juste chirurgicale.
Génial
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une fresque dans une ville pestiférée, 10 octobre 2013
Par 
Daniel Roux - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Peste (Poche)
Classique de la littérature, cet ouvrage nous plonge dans l'univers chaud, lent et angoissant d'une ville touchée par la peste. Au sein de ce grand huis clos qu'est devenue la ville barricadée, la vie continue tant bien quel mal.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Descriptif génial !, 9 octobre 2012
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La peste (Poche)
Merci pour cette édition ! le choix est judicieux de combiner les deux éditions qui se complètent et ont une approche différente ! Merci pour les conseils !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 découverte, 1 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : La peste (Poche)
Je n'avais jamais lu cet ouvrage , mêm au lycée et je l'ai découvert .
en livre de poche un peu jauni , mais pas endommagé , ce fut un réel plaisir .
Et quelle belle littérature .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1.0 étoiles sur 5 Très déçu, 26 mars 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Peste (Poche)
Albert Camus est un immense écrivain philosophe, et je suis mal à l'aise en écrivant une critique très négative sur ce livre. Mais bien sûr les grands auteurs, ceux qui osent innover, ont droit à l'erreur... Camus est né en 1913, il a publié "La peste" en 1947, période difficile comme chacun sait. Plutôt que de rédiger des mémoires sur la guerre telle qu'il l'a vécue, mais en manquant sans doute de recul, il a préféré écrire un roman qui décrit la vie des habitants dans une ville où sévit une grave épidémie de peste, cette maladie étant pour l'auteur un fléau comparable à un autre : la guerre. Ce livre est écrit sous forme de chroniques qui suivent jour après jour l'évolution de la situation sanitaire, et parallèlement celle de la psychologie des habitants de la ville. Malheureusement, j'ai trouvé ce livre extrêmement pénible à lire, et vraiment pas convaincant ; une métaphore qui s'éternise, ça ne peut pas fonctionner... Le lecteur est placé dans une situation schizophrénique, il est condamné à chercher en permanence l'analogie qu'il faut établir ente "Peste brune" et Peste tout court... Ça devient vite fastidieux. J'ajouterai qu'objectivement le style de Camus est ici très quelconque et ne sait pas susciter l'émotion. À ce sujet, Camus fait intervenir à plusieurs reprises un personnage qui lui aussi écrit un roman, et qui, de caractère perfectionniste, passe des heures à chercher à améliorer son style, et de ce fait ne parvient pas à avancer dans son projet. De là à justifier que la qualité du style est problème secondaire ? Bref, pour moi, ce roman est un faux-pas dans l'oeuvre de Camus. "Last but not the least", étant quelque peu impressionné par la lecture de ce livre considéré comme fondamental, j'ai choisi une édition destinée aux candidats qui se présentent au baccalauréat, et qui donne des conseils de lecture. Quelle n'a pas été ma surprise de constater qu'il n'est pas expliqué clairement que "La Peste" est une fiction, et qu'il n'y a jamais eu d'épidémie de peste à Oran dans les années 40... C'est très regrettable, car Camus s'est employé à faire le maximum pour que le lecteur ait l'impression que cette épidémie a réellement eu lieu. Un lecteur non averti peut très bien retenir de cette lecture que cette épidémie a vraiment existé. D'ailleurs... quelques cas isolés de peste ont été détectés en 1945 dans la banlieue d'Oran, et ce fait divers aurait donné à Camus l'idée de la trame de son roman. J'ajoute que pendant cette pénible lecture, je n'ai pas cessé de penser aux malheureux élèves qui ont dû étudier cette oeuvre, et aussi à leurs professeurs qui ont très probablement connu des périodes de découragement.......
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un classique, 15 mars 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Peste (Poche)
Un classique, à lire, que j'ai pris pour mes études.
Les fiches intégrés au livre sur l'auteur et l'histoire permettent d'y voir plus clair
(car l'oeuvre en elle même peut paraitre indigeste parfois..) mais au final, les fiches aident vraiment.

Pour les épreuves du BAC ce livre est parfaitement adapté.. ! A acheté les yeux fermés.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Le combat avec le Mal (l’ignorance et la religion), 23 février 2014
Par 
Luc REYNAERT (Beernem, Belgium) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Peste (Poche)
Rarement des idées philosophiques et une vision sur la condition humaine ont été si brillamment défendues et illustrées dans une œuvre romanesque, comme dans ‘La Peste’ d’Albert Camus.

La lutte de Sisyphe
Pour Albert Camus, la peste symbolise l’abstraction, la non-vie, tout ce qui s’oppose au bonheur de l’homme : ‘cette espèce de lutte morve entre le bonheur de chaque homme et les abstractions de la peste.’ Cette lutte est l’équivalent de la tâche absurde de Sisyphe : ‘dans la sensation de ce cœur le docteur trouvait le seul soulagement de ces journées écrasantes. C’est pourquoi il s’en réjouissait.’ En d’autres termes, Sisyphe est heureux.

L’être humain et le Mal (l’ignorance)
Pour le héros d’Albert Camus, le docteur Rieu, ‘il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser.’ Mais, ‘la bonne volonté peut faire autant de dégâts que la méchanceté, si elle n’est pas éclairée.’ ‘Le vice le plus désespérant étant celui de l’ignorance qui croit tout savoir et qui autorise alors à tuer.’
La tâche de chaque homme est d’être un révolté (‘Je dis seulement qu’il y a sur cette terre des fléaux et des victimes et qu’il faut refuser d’être avec le fléau’) et non ‘pas de devenir un pestiféré, et c’est là ce qui peut, seul, nous faire espérer la paix.’

La peste = la religion = l’ignorance organisée
Une des pestes, un des fléaux pour l’humanité est la religion, ici le christianisme, l’ignorance organisée.
Le docteur Rieu résume parfaitement le noyau du débat en une phrase : ‘si un prêtre consulte un médecin, il y a contradiction.’
Pour Albert Camus, religion égale fatalisme, ou dans les mots du prêtre :’peut-être devons-nous aimer ce que nous ne pouvons pas comprendre?’ La réponse du médecin est on ne peut plus claire: ’Non, je me fais une autre idée de l’amour. Et je refuserai jusqu'à la mort d’aimer cette création où des enfants sont torturés.’

Commentaire
Ce roman magistral est d’une actualité brûlante. Aujourd’hui, l’ignorance (la peste) est institutionnalisée. Elle est répandue massivement par l’intermédiaire des médias, monopolisés par les puissances de l’argent, tellement conspuées par Albert Camus. Cette ignorance est véhiculée par les longs bras de ces puissances, dans les coulisses par les services secrets et ouvertement par des journalistes muselés. Où sont les Albert Camus d’aujourd’hui ?

Chaque homme et chaque femme de bonne volonté devrait (re)lire un des plus grands romans de tous les temps, le chef-d’œuvre inoubliable d’un authentique lauréat du Prix Nobel.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xad90d3e4)

Ce produit

La Peste
La Peste de Albert Camus
EUR 6,49
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit