undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Christian Gerhaher : Ferne Geliebte
Format: CDModifier
Prix:19,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Christian Gerhaher n'est ni un débutant ni un inconnu. Je me souviens notamment du superbe Lieder von Robert Schumann, qui demeure dans mon « top 5 » pour son Liederkreis op.39, de même que son Othmar schoeck notturno, multi récompensé. Relativement peu connu en France, il fait le bonheur des salles anglaises et allemandes. Il possède ce que j'appelle un baryton clair (ou léger) très agréable... Je connais mal son travail dans l'opéra et je serais très curieux de l'entendre dans le «Tannhauser» qu'il va donner à Berlin en décembre ou le «Pelleas» (Debussy) de Frankfort en novembre. (Je compte sur Mezzo !)
Le répertoire original de ce disque fait tout son intérêt et aussi ses limites : Les Altenberg lieder de Berg (version pianistique) et les lieds tirés par Schoenberg du "Das Buch der hängenden Gärten" s'adressent à un public déjà avancé dans l'exploration à la fois du lied et de la seconde école de Vienne.

Christian Gerhaher encadre ces partitions par Beethoven (je n'ai pas vu le sens de ce «sandwich»: voyage à Vienne?) avec une version du «An die ferne geliebte» et d'«Adelaïde». Il inclut aussi 3 lied de Haydn.
Un commentaire très intéressant (en anglais) de Christian Wildhagen et Gerhaher lui-même, les textes en allemand et en anglais, mais pas de traduction française (à retrouver dans l'excellente Anthologie du lied d'Hélène Cao - voir mon commentaire). Honte à Sony Classical !
Sur le fond, à présent :
- Bonne version d'«An die ferne geliebte», assez proche de celle de Dietrich Fischer Dieskau (dans Die Salzburger Liederabende (1956-1965)), mais Christian Gerhaher met plutôt l'accent sur la déploration que sur l'espoir(au contraire de DFD)
- «Adelaïde», bonne interprétation, mais la concurrence est énorme pour ces deux oeuvres
- Haydn : je connais mal ce répertoire dont la musique me semble plus illustrative et moins passionnante.
- Les «Altenberg lieder» sont magnifiques, mais plutôt assombris par le piano de Gerold Huber, et je n'en connais aucune version pianistique. Pour les versions orchestrales, voir les sublimes: Berg : Lulu-Suite - Altenberg-Lieder - 3 pièces pour orchestre, ou Jessye Norman/Boulez Sings Alban Berg , ou encore, même version: Pierre Boulez Edition: Berg, si l'on veut profiter d'excellentes versions des Frühe lieder, Der Wein, Wozzeck..
- Les lied du livre des jardins suspendus de Schoenberg sont très rarement enregistrés. Je n'en connaissais que la bonne version de: Brigitte Fassbaender : Lieder de Mahler, Schönberg et Milhaud (Lieder vol. 4), avec Aribert Reimann au piano. Pardon Brigitte, mais Gerhaher est encore meilleur (ou, peut-être ce répertoire convient mieux à une voix masculine?)

En somme, un contenu austère et une interprétation de très bonne qualité. Une rareté au disque que ne rateront pas les passionnés du lied.
1010 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 avril 2013
J'ai beaucoup de respect pour le commentateur précédent, mais il me faut différencier un peu. En effet, je suis d'un autre avis sur ce disque. Je trouve qu'il y a un fil thématique qui unit tous les oeuvres enregistrées: c'est le thème d'e l'amour frustré par les circonstances ou transcendé dans l'exil de la mort. Christina Gerhaher possède une technique vocale qui lui permet d'énoncer le texte sur la ligne de chant très doucement et sans emphase rhétorique, ce que Fischer-Dieskau ne peut ou ne veut pas toujours. Cela dit, Gerhaher nous montre qu'il peut aussi monter aux cimes du transport de passion ou du désespoir sans perdre le fil de cette ligne de chant, en particulier dans les oeuvres de Schoenberg et de Berg, qui sont ici des merveilles d'expression et de suggestion. Cela serait impossible sans le travail vraiment impressionant du pianiste, qui soutient le chanteur avec des intensités graduées tellement fines que les transitions s'effectuent quasiment sans que l'on les percoive - tout comme le chanteur lui-même. C'est vrai que l'oeuvre de Berg est ici réduit par la version pour piano - réduit à une squelette très parlante, que je préfère toutefois aux déclamations exaltées de grande dame (et sans vraiment posséder beaucoup de finesse dans la langue allemande) qu'on trouve chez Jessye Norman; en ce qui concerne la version orchestrale, je préfère la version de Halina Lukomska, également sous la direction de Pierre Boulez. Comme le commentateur précédent, je préfère la version de l'oeuvre de Schoenberg par Gerhaher à tous les autres que je connais: Jan de Gaetani (Nonesuch), Brigitte Fassbaender (indispensable tout de même) et Jennifer Lane (Naxos). - Je ne sais pas vraiment si Gerhaher donne trop d'emphase à la déploration dans An die ferne Geliebte, le premier grand cycle de lieder de l'histoire: à mon avis il le concoit comme moins exalté - et le texte parle de la "innere Pein" (la douleur intérieure) - c'est en effet cela que le chanteur dessine pour nous, mais il y a aussi des moments de légèreté et de transe, comme chez toutes les autres musiques. La version F-D avec Herta Klust est évidemment hors de toute critique, mais ma préférence est enfin pour la version de Heinrich Schlusnus, malgré un piano médiocrement capté.
Je m'excuse pour mon Français, qui est peut-être pas très idiomatique.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Mahler : Lieder
Mahler : Lieder de Gustav Mahler (CD - 2009)