undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:8,68 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 août 2012
La musique est étonnante, dynamique, variée, écrite dans un style minimaliste. Musique à la fois sérieuse et d'un humour distancié. La fille du compositeur est au piano. Le formidable Antoni Wit est à la direction. Un petit bijou, justement récompensé par un Choc de Classica.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 octobre 2012
Un remarquable disque Gorecki, très homogène malgré des dates de composition s'étalant sur 20 ans. Gorecki excelle à creuser le son et lui donner de la profondeur, derrière une apparence euphonique. La musique dégage parfois une puissance foudroyante, la simplicité des ostinatos finissant par atteindre un impact inhabituel comme dans le concerto pour clavecin retranscrit içi pour le piano.
Mais le disque vaut surtout pour les deux oeuvres des années quate vingt dix, le Concerto-cantate et le Little Requiem, habités par une présence mystérieuse : comme Pärt ou Kanchelli, mais avec une densité bien à lui, Gorecki sait nous atteindre avec peu de notes, en sachant moduler les couleurs de l'orchestre avec art.
L'interprétation, avec notamment la fille du compositeur au piano, est digne de toutes éloges par sa concentration et son impact, bien aidée par une prise de son superbement étagée.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 17 septembre 2012
Gorecki disparu en 2010 ne jouit pas de la même popularité que son contemporain, toujours vivant, Penderecki. Fort heureusement, le chef polonais Antoni Wit, soutenu par Naxos qui s'est fait pour politique de tirer de l'ombre bien des chefs-d'oeuvre inconnus ou oubliés, a visiblement entrepris tant un enregistrement intégral de Penderecki (fort brillant - voir mes commentaires) que de Gorecki.

Ce disque à prix d'ami constitue une véritable aubaine que tout amateur de musique classique se doit de posséder d'autant qu'il rassemble soit des premiers enregistrements mondiaux soit des relatives raretés. Il nous donne en outre à entendre des oeuvres très caractéristiques du compositeur. Son style est fait d'une écriture qui se base sur des clusters à partir desquels des séquences répétitives sont énoncées avec de subtiles variations qui font avancer l'oeuvre. Souvent, l'effectif est restreint et les oeuvres commencent dans un style extrêmement dépouillé (requiem et concerto-cantata) au rythme très lent pour donner lieu à une brutale explosion avant que de revenir aux clusters initiaux et se terminer à l'image de la façon dont elles ont commencé.

Le requiem est ainsi une pièce pour seize instruments avec piano qui commence avec des sons de cloche, quelques notes égrenées de piano pour donner lieu à des développements des solistes instrumentistes dans une tonalité générale d'une grande sobriété dans laquelle vient s'insérer une surprenante et décalée polka délurée qui nous rappelle la brièveté des joies sur terre. Le concerto-cantata enregistré ici pour la première fois est une oeuvre alternant séquences mélancoliques avec des surgissements explosifs et pleins d'énergie. La flûte y joue un rôle soliste de tout premier plan avec des modulations d'orchestre d'une grande variété. La flûtiste Carol Wincenc fut d'ailleurs la créatrice de l'oeuvre en Novembre 92.

Le concerto pour clavecin et orchestre, donné ici dans sa version piano et interprété (comme pour le requiem) par la fille du compositeur, fut écrit en l'honneur de d'Elisabeth Chojnacka. L'oeuvre, très courte, repose là encore sur des clusters de cordes à l'unisson accompagnés au piano dans un mouvement extrêmement vif avant que d'évoluer, dans sa deuxième partie, dans un formalisme plus classique. Enfin, les trois danses qui concluent ce brillant CD sont des oeuvres tirées du folklore facilement approchables et très tonales.

Entouré par des solistes de tout premier plan et connaissant intimement les oeuvres, Antoni Wit nous livre une série d'interprétations du même acabit que ses Penderecki qui font déjà date. Comme toujours pour ces enregistrements avec le grand chef polonais, Naxos soigne particulièrement sa prise de son. Du coup, nous voici avec un disque de référence et sans doute pour très longtemps !
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,68 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)