undrgrnd Cliquez ici Toys Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles6
4,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:27,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Plus de 30 ans aprés son intégrale Francois Couperin, Blandine Verlet revient à ce compositeur avec une vision renouveléé plus mûrie et apaisée, un jeu moins vif et tranchant mais aussi plus directement évocateur qu'auparavant (son intégrale est également évocatrice mais moins évidente que celle-ci) et un clavecin Hemsch 1751 plus doux, riche et résonant (en partie du fait de la prise de son "bartholomesque" mais pas seulement).

Alors que 30 ans auparavant, on pouvait avoir l'impression que Verlet prenait le contre-pied rebelle du classicisme et de la méticulosité des versions antérieures de Scott Ross et de Kenneth Gilbert, ce double album semble sceller la réconciliation avec une vision plus classique l'oeuvre de Couperin plus en recherche d'équilibre et de finesse à base de micro-retards qu'en quête de phrasés décapants et innovants.

Bien que les fantômes de scott ross et de kenneth gilbert (pardon pour ce dernier qui est bel et bien vivant) rodent autour de cette version, la vision murie de Verlet est éminement singulière. Elle n'a pas l'obsession de la mesure marquée par des basses extrêmement présentes comme parfois chez Ross et ne tombe jamais dans une sorte de perfection tellement facile qu'elle devient uniforme et lassante sur la durée comme chez Kenneth Gilbert. En fait, je ne connais pas réllement de version à la fois aussi sereine et colorée que celle-ci. Par exemple, l'anthologie de Blandine Rannou sur un clavecin et une prise de son assez similaire, ne soutient à mon avis pas la comparaison avec Verlet. Même verdict impitoyable pour les récentes anthologies de Frederick Haas (Livres 1 & 2 et Livres 3 & 4) sur le même clavecin Hemsch 1751, même si les facons de jouer sont trop différentes pour être réellement comparées.

Le seul équivalent dans cet art des micro-retards au sein d'un flux musical naturel est peut-être l'approche de Violaine Cochard (peut-être la meilleures interprète de couperin au sein de la jeune génération) bien que les clavecins et les prises de son divergentes produisent des ambiances différentes (plus vivante mais moins colorée pour Cochard). Je conseille à cet ègard l'écoute comparative du 7eme ordre de Violaine Cochard avec le même ordre qui débute ce double album de Verlet.

Comparé au jeu de Cochard, le jeu de Verlet peut paraître lent ou hésitant à certains moments, mais la vision ici présentée est tellement assurée que ces apparentes hésitations ne font que rendre le discours plus humble et humain. Quant aux tempos mesurés, ils sont parfois nécessaires pour rendre le discours lisible compte tenu de la réverbération naturelle, de la tessiture du clavecin et des partis pris de la prise de son.

Sans pour antant pouvoir affirmer que c'est le meilleur album Couperin de tous les temps, ce double album est à recommander pour tous les amateurs de Francois Couperin et pourra aussi séduire des auditeurs non initiés du fait de son caractère naturellement chantant et accueillant.
1010 commentaires|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mai 2012
je suis sévère mais pourquoi cette dernière édition, "nouvelle", mais beaucoup moins jeune que les versions antérieures? Elle ne "remplace" en aucun cas les versions antérieures, en particulier pour les ordres 7 et 8 :
- le Hemsch est un splendide clavecin, bien enregistré, mais il ne remplacera jamais le suave et noble Gilbert Des Ruisseaux, plein de nuances exquises
- il n'y a pas dans le jeu de Blandine Verlet l'exquise fraîcheur et l'enthousiasme et la poésie créative et baroque qu'il y avait dans la version précédente
- et que dire de cet hideux portait en couverture!
Pour moi, la version antérieure est à rééditer, en disques séparés pour permettre à l'amateur de choisir les ordres qu'il préfère.
Mais il est aussi sûr que Blandine Verlet est toujours l'artiste qu'elle a été (son enregistrement de l'ordre 7 le prouve), et que l'idéal serait qu'elle réenregistre tout en restant elle-même (la nouvelle version de l'ordre 8 est complètement, disons-le, avachie) et en utilisant les instruments adéquats (le Des Ruisseaux ou le Donzelague), le Hemsch étant de facture trop tardive!
99 commentaires|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2012
Un très bon cd, parce que:

1) Tout le Septième Ordre est parfait, mieux que le précédent enregistrement de Verlet qui remonte il y a 35 ans. Les temps d'aujourd'hui ont doublé, et pour le bénéfice de la musique. Même le Huitième Ordre est bon, mais avec des hauts et des bas: la meilleur Raphaèle que j'ai jamais entendu, et l'une des pires Ausoniènes, scannée por un rythme comme de marche militaire. Les derniers Ordres sont également très agréables et lents, tandis que la première exécution des mêmes n'avais pas convaincu la critique. Ces temps-ci plus sereins glorifient la musique de Couperin, et récupérent sa fraîcheur.

2) Le choix de l'instrument est excellent, le Hemsch 1751 est second seulement à un autre clavecin cher a Verlet: le Ruckers 1624 de Colmar.

3) En France ont critiqué la couverture de l'album. Je donne plus d'importance au contenu musical.

4) Je considère Spieth, Rousset et Moroney (Plectra) supérieures à Verlet, qui, toutefois, avec Scott Ross, participe de ce quintet merveilleux des grands interprètes de Couperin.
44 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 février 2013
Certes, le compositeur est raffiné, inspiré, nuances et reflets..
Alors, l'interprétation au clavecin de Blandine VERLET se rend si évidente, immense : c'est un monde qui vient à nous et ce ne sont que délices cristallins et fluidités ondoyantes....
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 janvier 2013
Je connais de longue date les disques de Blandine Verlet, en particulier pour Couperin. Ce dernier disque est remarquable, d'autant qu'il ne répète pas à l'identique certains enregistrements antérieurs mais propose parfois de nouvelles interprétations.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2013
Voici un disque qui me réchauffe le coeur depuis plusieurs mois. Je ne me lasse pas de ce compagnon dont le chant orné sonne avec profondeur et naturel.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)