undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Baby Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

5
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Kempff : Poet am Klavier
Prix:14,16 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

11 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Dans sa collection de coffrets à petit prix basés sur de enregistrements tombés dans le domaine public, Membran nous propose ici quelques perles mono signées Wilhelm Kempff. Le fleuron de ce coffret est bien entendu l'intégrale des Concertos de Beethoven réalisée en 1953 avec Paul van Kempen à la tête du Berliner Philharmoniker: ni plus ni moins que l'une des meilleures intégrales jamais enregistrées, un indispensable de la discographie beethovénienne devenu difficile à trouver ces dernières années, et qui justifie déjà à lui seul l'achat de ce coffret.

L'occasion aussi de retrouver les Concertos de Mozart captés avant les quatre opus stéréo avec Leitner, à commencer par les n°9 K271 "Jeunehomme" et n°15 K450, captés en 1953 avec Karl Münchinger et l'Orchestre de Chambre de Stuttgart. Evidemment le style de Münchinger a vieilli et ne ravira sans doute pas tout le monde, mais le toucher de Kempff est réellement merveilleux, et il fait ici honneur à ses galons de poête du clavier. Même qualité digitale exceptionnelle dans le Concerto n°20 K.466 avec cette fois Karajan et ses Berliners (une version magnifique enregistrée en 1956, déjà parue chez Audite). Enfin, pour le clin d'oeil, précisons que le Concerto n°4 op.58 est bien celui de Beethoven et non pas de Mozart comme indiqué par erreur sur la pochette ! ;)

En complément de ces Concertos, on trouvera notamment quelques-unes des Sonates de la première intégrale de Kempff, laquelle brillait par son absence dans le coffret "intégrale" des enregisrements solos Decca/DG paru voici quelques mois. On regrettera d'ailleurs de n'avoir ici que quelques sonates et non pas cette fameuse intégrale (toujours disponible chez DG, ou encore chez Regis, mais à prix fluctuant). On devra donc se contenter ici (mais aussi se délecter) des Sonates n°8 op.13 (captée en 1953 et 1956), 14 op.27/2 (1956), 21 op.53 "Waldstein", 23 op.57 "Appassionata", 26 op.81a et 31 (des captations de 1951).

Enfin, trois disques encore reprenant des Concertos bien connus de ces années cinquante :
- le Concerto op.54 de Schumann, avec le LSO et Josef Krips (1953), une version superbe, avec plus de fougue que dans la seconde captation stéréo de Kempff (avec Kubelik), mais avec toujours ces couleurs particulières qui confèrent à son Schumann une inimitable aura intimiste;
- le Concerto n°1 op.15 de Brahms, Franz Konwitschny conduisant la Staatskapelle de Dresde en 1957, une version remarquable de cohérence et de souffle épique;
- le Concerto n°1 op.20 de Liszt, en 1954 avec le LSO d'Anatole Fistoulari; un enregistrement captivant et plus qu'honorable mais qui ne va pas bousculer les sommets dans ce répertoire (Kempff aura bien d'autres choses à dire dans les extraits des Années de Pélerinage qu'il enregistrera plus tard pour DG).

Les compléments nous offrent les 4 Ballades op.10 de Brahms (en 1953), avec un sens infaillible de la demi-teinte brahmsienne, à mon sens l'une des grandes versions disponibles); et quelques pièces de Chopin captées en 1958 (Ballade n°3 op.47, Fantaisie op.49, Fantaisie-Impromptu op.66, Berceuse op.57, Berceuse op.60), dans une interprétation hors normes voire déroutante, mais néanmoins passionnante (même si ce n'est pas forcément dans ce répertoire que l'on ira chercher les sommets du maître allemand).

Véritable héritier de la grande tradition germanique du clavier, Wilhelm Kempff restera à la postérité comme l'un des chantres du piano, cultivant l'art du dépouillement, de la nuance et du raffinement, l'art de la sérénité aussi, et bien sûr celui de l'intelligence. Il est enregistré ici au sommet de ses moyens pianistiques, et nonobstant ses quelques défauts, avec ses captations incontournables et son prix, si vous ne possédez pas encore ces enregistrements ce coffret pourrait bien être une affaire en or...
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 janvier 2013
Grande compilation de cet inoubliable poète du clavier. Tout y est précieux, malgré l'orchestre de Stuttgart avec un Muenchinger un peu daté, mais on appréciera particulièrement le retour des concertos de Beethoven avec van Kempen, version à mon avis plus aboutie que la version stereo avec Leitner, et les quelques sonates de Beethoven dans leur version mono des années 50, dont on aimerait retrouver l'intégrale.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 13 juin 2015
Je connaissais de réputation l'intégrale des concertos de Beethoven Kempf 51:/53 mais ne l'avais jamais entendue :Grandiose et idée baroque le chef d'orchestre me semble opérer la synthèse Furtwangler /Toscanini. Kempf est transcendé par le chef .GRANDIOSE et de plus le son est excellent.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 juillet 2013
un toucher hors pair.. ce coffret devrait réjouir les plus réticents..
un bemol pourtaz,t la direction pour certaines oeuvres n'est pas à la hauteur de l'intrepreye-concerto Schumann par exemple
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 janvier 2014
La mono peut parfois surclasser largement la stéréo, ces artistes célèbres resteront à jamais dans nos mémoires: Kempff, Haskil, Szell, Kubelik, Szigeti... sur l'Olympe de la musique. Des interprétations à collectionner.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé