undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles7
3,7 sur 5 étoiles
Format: Album vinyle|Modifier
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

L'album débute par une surprise : une reprise du "Hey hey my my" de Neil Young. Iconoclaste et splendide. Chromatics nous avait habitué aux relectures, notamment sur "In the city".
Sur les morceaux suivants, on constate que le groupe a accéléré le rythme, qui se fait moins nonchalant. On est plus proche de la new wave que les dernières sorties du groupe.
Avec "Lady" (5) (dont la version originale très "vocoderisée" figurait sur le EP "In the city") et "These streets will never look the same" (6), on retrouve l'atmosphère de l'album précédent "Night drive", et de quelle manière : nous quittons alors le monde commun pour découvrir la coolitude absolue !
Le long et très bel instrumental "Broken mirrors" (7) permet de reprendre ses esprits ; trop d'émotion nuit à l'équilibre. Une ballade romantique ("Candy" (8)) et revoilà un autre instru de haut vol ("The eleventh hour" (9)), débutant par des cordes avant de se clore sur une boucle électronique minimale en mode mineur.

Malheureusement, à partir de "Running from the sun" (10), les choses se gâtent... gravement. Les compositions apparaissent généralement en roue libre. Ce "Running from the sun", en particulier, deuxième morceau au vocoder (c'est trop) est mièvre voire complaisant ; les morceaux suivant sont anodins, ce qui n'empêche pas certains d'être agréables ("Birds of paradise" (12), "At your door" (14) ou "The river" (16)). L'alchimie qui permettait à l'album "Night drive" et à une partie de celui-ci d'atteindre souvent des sommets est absente de cette seconde partie d'album.

Finalement, cette déception finale ne doit pas faire oublier la première partie de l'album. Sur 16 morceaux et 77 minutes, en demeurent respectivement 9 et 43 (et des miettes : les pistes 12, 14 et 16 déjà évoquées) ; soit l'équivalent d'un très bon album. De quoi mériter quatre étoiles selon la vision optimiste du verre à moitié plein. En effet, puisque le verre est grand, on se console. On ne peut que regretter que le groupe n'ait pas su faire le tri et nous proposer un verre plus petit mais plein...

(Krik, amazon.fr, 23/05/12)
11 commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 août 2012
Cinq ans après Night Drive, Chromatics dément l'appellation réductrice d'Italo Disco avec ce long périple mélancolique et dansant. Un minimalisme envoûtant transcendé par la voix cotonneuse de Ruth Radelet qui nous susurre des mots de désamour. Un des sommets de l'année 2012.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dans ce nouveau millénaire, combien de groupes rock universellement salués pour leur premier album se sont ensuite, sinon "vautrés", du moins signalés par des disques insipides ? Je n'écris pas de noms ici (pour ne pas m'attirer les votes négatifs des fanatiques...) mais vous qui me lisez en aurez sans doute quelques uns en tête.
Avec les très célébrés Chromatics, dont c'est ici le 4è album depuis leur fondation en 2001, nous échappons heureusement à ce "syndrome".
Sous une élégante pochette cartonnée, on trouve 16 titres d'inspiration diverse mais tous avec le même son électro-rock minimal, sensible mais un peu glacé, propre à ce groupe de Portland (Oregon).
En introduction figure une reprise du 'Hey Hey, My My (Into The Black) (Album Version)' de Neil Young, dont Kurt Cobain avait cité un couplet des paroles dans sa "suicide note". Young a d'ailleurs récemment révélé que cela l'avait beaucoup troublé. A la suite de ce double hommage, on trouve une rencontre entre New Order et The JAMC (2è plage), un "Glitter beat" (4è plage), un beat disco à la Metro Area / DFA Records (5è) du début de ce siècle, une ambiance "Space Disco" (6è), du John Carpenter (7è) etc. etc.
Peut-être un peu long avec ses 77' 34", 'Kill For Love' reste un excellent album de Dream Pop Intelligente, à écouter en circulant en automobile, de nuit, sur les grands axes désertés d'une grande ville nord-américaine à la manière du 'Passenger' d'Iggy Pop.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Très attendu depuis le fondateur Night Drive de 2007, cet album du groupe électro de l'Oregon, produit par le label chic "Italians do it better" ne peut que laisser un petit sentiment d'insatisfaction. Après un prologue inutile (une reprise assez faiblarde du Hey Hey My My de Neil Young), le groupe délivre de majestueuses compositions alliant la douce mélancolie née de la voix maigrelette mais expressive de Ruth Radelet à l'efficacité d'une production parvenue à son point de stabilité : beats percutants, synthés gentiment 80es, variété des arrangements. Et puis le fil s'effiloche, le niveau des compositions chutant dramatiquement jusqu'à la fin du disque - quand certaines d'entre elles ne sont même que remplissage. Quelle idée de faire un album de 70 mns quand une sélection resserrée à 40 mns aurait valu aux groupes des lauriers plus brillants encore que ceux qu'a reçus l'album. De ce fait, celui-ci semble fait pour la lecture sur ipod (fonction liste de lecture intelligente). A vous alors le bonheur d'écouter en boucle Kill for love, Back from the grave ou Lady, magnifiques et éternelles réussites.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2012
Avec Bloom de Beach House, Ce Kill For Love des Chromatics, marquent les deux galettes les plus écoutées en 2012. Cet album est un incontournable. Si vous avez aimé l'univers musical du film Drive, ou avez entendu parler du label "Italians Do It Better", alors foncez dessus !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2015
J'aime beaucoup cet album, mais comme sur le précédent, Night Drive, Chromatics a jugé bon de rajouter sur une grande partie des morceaux un effet crépitements/pops façon vieux vinyles de mauvaise qualité...

Franchement, pourquoi ???

Ça ne rajoute pas de cachet au morceau, ça ne fait que gâcher un son qui est très agréable à la base !

Donc ça me fait mal de le dire, mais album a éviter.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 août 2012
Malheureusement pas de quoi fouetter un chat, pas encore trouvé le disque de l'année. Sympathique mais sans plus. J'ai déjà oublié cet album. Peut etre dans 6 mois j'apprécierai plus, à suivre.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

52,76 €
20,25 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)