undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

14
4,0 sur 5 étoiles
La Dernière piste
Format: DVDModifier
Prix:12,50 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 mai 2013
Oregon, 1845. Un convoi de braves pionniers cheminent péniblement sous un soleil de plomb. Ils sont perdus, malgré ce que leur affirme l'homme sensé leur servir de guide. Il a réussit à les convaincre de quitter le convoi principal des pionniers pour leur faire gagner du temps en les faisant passer par une autre piste...Mais le manque d'eau et la fatigue les fait douter du sérieux de leur guide...

L'avantage de ce film est de nous montrer les réalités que devaient être les conditions de vie de ces gens qui osaient quitter leur pays, leurs familles et leurs proches dans l'espoir d'une vie meilleur.

Je vous le conseille, même si la fin nous laisse un peu sur notre soif...
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
« La dernière piste » est un western atypique et minimaliste. Le film suit les traces de trois familles de pionniers et de leur guide, le trappeur Stephen Meek (un personnage qui a réellement existé), sur les pistes de Haut désert de l'Orégon.

En quête d'un raccourci, dans cette zone aride et montagneuse, les familles se rendent progressivement compte que leur guide a très largement exagéré ses connaissances de la région et que, bien qu'il se refuse à l'avouer, il les a perdu son chemin vers la « terre promise » tant désirée. La recherche d'un point d'eau, la rencontre avec un Indien Païute dont on espère qu'il pourrait aider à trouver une source bouleverse les rapports de force au sein de cette toute petite communauté gagnée par le doute. Les hommes tentent de jouer leur rôle, les femmes, et notamment Emily (Michelle Williams), font également entendre leurs voix, et leurs choix.

Le film, tourné à l'ancienne en format 1/3, se révèle très vite angoissant. Perdus dans l'immensité de paysages sauvages mais sans vie, les pionniers sont un peu comme les héros du « Gerry » de Gus Van Sant : ils errent dans un monde hostile et leur errance est tout le sujet du film. « La dernière piste » ré-explore ainsi d'une manière sobre et réaliste un des grands mythes de l'Amérique. La réalisation fait de son côté preuve d'une grande maîtrise. Intense et immersif, le film de Kelly Reichart offre un regard original sur la migration vers l'ouest des colons américains. Il s'agit d'une piste à suivre, avec fascination, pour les passionnés du Far West.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 14 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 juillet 2012
La réalisatrice de wendy et lucy(2009) s attache a la psychologie des personnages plus qu a l action qui est le moteur essentiel de tous bons westerns.Tourne au format académie 1.33,le film est visuelement splendide est a le mérite de faire revivre les bons vieux westerns des années début 50 sans toutefois les surpasser (dans le genre westerns convois l un des chefs d oeuvres restera toujours convoi de femmes de william wellman)mais l ambiance est la est le choix des comédiens est parfait.Inspiré d un fait réel survenu en 1845 ou un convoi de trois famille s engage au travers d un désert avec l aide d un trappeur et qui se perdra en cours de route ne devant leur survie qu a la présence d un pisteur indien qui attise la haine du groupe.A noter que dans la réalité le convoi etait en fait composé de plus d une centaine de caravanes . Un récit sur l incompréhension entre les individus a voir pour tout amateurs de westerns .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 25 février 2015
C'est un western dans sa définition et ses personnages mais le film est un ovni (objet VISUEL non identifié !). Un film sans musique où seuls les bruits font office de bande sonore en dehors des rares dialogues ! Et pourtant le film a une densité surprenante, c'est un film fait avec de petits moyens mais des acteurs de TV pros (Michelle Willians - la blonde de Dawson, Will Patton - the Agency, Bruce Greenwood - l'homme de Nulle Part et surtout Rod Rondeaux qui interprète l'indien sans nom). Ce western est ultra réaliste voir presque une docu-fiction qui permet de saisir les souffrances physiques et psychologiques qu'ont endurés ces pionniers de l'ouest trop souvent idéalisés dans les westerns traditionnels. C'est un film à voir aux côtés de classiques comme Little Big Man et Un homme nommé Cheval. Et la surprise est qu'il date de 2012 ! L'édition dvd est de toute beauté est pour cause filmé en numérique très probablement et le petit making of permet de saisir l'aventure qu'a vécu toute l'équipe au milieu de ces magnifiques et désertiques paysages. Je ne dévoile rien de l'histoire car il vaut mieux la découvrir mais attention ne cherchez pas d'action, c'est plutôt psychologique et le final est ouvert.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 septembre 2012
Kelly Reichardt continue sur sa lancée, après Old Jod, et Wendy & Lucy. Que du bon, du cinéma un peu à l'ancienne, avec des sentiments sincères. Peu de références (en tout cas pas au point de devenir le principal intérêt du film comme chez un certain Quentin T.), pas d'ironie, pas d'humour débile. A voir et à revoir pour se laisser imprégner par le rythme de cette oeuvre à la beauté certes un tantinet austère mais toujours fascinante.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 17 décembre 2014
Un excellent film qui retrace la vie de plusieurs familles se déplaçant dans l'Orégon pour trouver l'endroit
rêvé pour s'installer et commencer une nouvelle vie. Bien entendu ce voyage s'avère très difficile dans
une contrée désertique, de plus avec un guide qui n'est pas ce qu'espérait ce groupe d'immigrants ! Ce
"Western" n'est pas ce qu'on espérait car l'action est lente, et cette pérégrination se déroule sans coups
de feu, ni actions violentes avec des images de toute beauté et de longs plans fixes qui peuvent heurter,
d'autant qu'il a été tourné dans un format "carré" 1.33 ! Il faut savoir que l'image est en Haute définition
avec une qualité irréprochable alors que ce film est édité sur DVD, un produit exceptionnel qui aurait
mérité une édition plus somptueuse dans un Digibook avec BD et DVD, et un livret inclus à l'intérieur !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Meek's Cutoff / La dernière piste est la troisième collaboration de la cinéaste Kelly Reichardt avec l'écrivain Jon Raymond. Old Joy et Wendy & Lucy, tous deux développés à partir de nouvelles de Raymond (Livability: Stories /Wendy & Lucy) montraient que l'aptitude qu'a Raymond de capter l'absence de direction des 'vies minuscules' dans les Etats-Unis contemporains trouvait à s'épanouir sous la caméra de Reichardt. Non exempts des affèteries du cinéma 'indé' américain mettant sa pauvreté et sa radicalité en bandoulière, ces films avaient assez de qualités pour que l'on ne soit pas irrité par elles (en particulier Wendy & Lucy, porté par la très captivante interprétation de Michelle Williams).

Changement de lieu et de temps, mais aussi d'échelle, avec ce Meek's Cutoff (littéralement, Le Raccourci de Meek : voir description ci-dessus pour comprendre le lien avec le récit). Faut-il pour autant croire que Kelly Reichardt a réalisé là un western à l'ancienne? Pas vraiment. Bien sûr, on retrouvera dans ce film quelques traits définitoires de certains westerns, et en particulier des films de pionniers. Mais Meek' Cutoff, avare de paroles et de rebondissements, cherche trop à être ascétique et à aller à l'encontre des stéréotypes pour être considéré comme traditionnel. Disons que s'il s'agit bien d'un film de l'ouest, au sens où l'on voit des pionniers chercher à se rendre vers leur terre promise pour s'y installer et prospérer, s'il poursuit une tradition - celle représentée par l'admirable Convoi de femmes de William Wellman, par exemple - on ne peut véritablement qualifier ce film de western, en tout cas au sens où l'on entend ce terme le plus souvent.

Plus proche d'une quête à ciel ouvert, avec ses personnages perdus dans une immensité peu accueillante, La dernière piste aurait pu s'intituler 'Pistes qui ne mènent nulle part'. Kelly Reichardt et Jon Raymond ont de toute évidence cherché à être rigoureux : historiquement - donner le sens de quelle épreuve pouvait représenter ces trajets, au but aléatoire et possiblement vains - et dans la peinture de leurs personnages - pas d'excès de parlotte dramatisée pour ces hommes et ces femmes qui étaient sans doute des êtres de peu de mots, dont les dialogues tournent autour du but à atteindre et du meilleur trajet pour y arriver. Je ne veux pas signifier par là que ce film ne contient aucun récit dramatisé, mais pour éviter les déconvenues, mieux vaut assurer que celui-ci, s'il existe bien, se fait au rythme d'un trajet en chariot couvert, avec des épisodes qui sont plus des micro-événements que des rebondissements majeurs.

Une fois cela posé, il faut savoir que ce film n'est pas que le récit peu dramatisé d'une quête devenue existentielle par la force des choses. Par le dialogue, même parcimonieux, plus d'une mention rappelle ce qu'était l'esprit pionnier et ce que représentait la volonté d'aller mettre en valeur une terre nouvelle, ainsi que les motivations religieuses qui les sous-tendaient. Le fait que ce soit le point de vue des femmes qui prédomine renforce la tension entre la clarté des raisons pour lesquelles le trajet se fait (trouver la terre promise, mettre en valeur ce que le Seigneur met à disposition) et les ignorances qui le rendent dangereux et compliqué - Kelly Reichardt dit d'ailleurs qu'elle a choisi le 'format carré' pour épouser la vision restreinte de ses personnages (coiffe des femmes lorsqu'elles marchent à l'extérieur, ouverture du chariot) et les enfermer dans un paysage pourtant ouvert à perte de vue. L'intérêt du film se trouve bien dans le fait qu'il concilie cette quête existentielle et la peinture du quotidien des pionniers sur la Frontière, mais aussi qu'il fait affleurer quelques-uns des soubassements (religieux, mythiques, philosophiques) de la conquête de l'Ouest, le plus souvent dans la façon dont ils étaient reflétés dans l'expérience des pionniers mais pas uniquement. Evidemment, la deuxième partie du film finit par changer quelque peu la perspective en introduisant le personnage de l'Autre, en la personne d'un Indien captif dont le regard perçant interroge la validité de la présence de ces intrus, et qui modifie les relations au sein du groupe.

Si je peux parfaitement comprendre que l'on trouve que tout à sa volonté de revisiter le genre, de retourner certains clichés, et d'imposer au 'film en costumes' un régime minceur, Kelly Reichardt finit par vider son film de substance - reproche majeur qui lui a été fait - je trouve pour ma part assez admirable ce point de vue et ce traitement rigoureux des fondements historico-mythiques de l'Amérique. Le point de vue féminin, prédominant comme je l'ai dit, ne verse jamais dans la tentation de la relecture inversée. Plus généralement, l'intelligence du script tient au fait que, venant après les films des années 70 et 80 qui revisitaient en profondeur les mythes pour les pervertir ou les renverser (cf. les films de Robert Altman comme John McCabe, ou La Porte du Paradis de Michael Cimino), il ne cherche pas à prendre le contrepied de qui a été fait au préalable. Il en fait moins, autrement, et l'on peut évidemment reprocher à Kelly Reichardt son manque d'ambition ou de vision, mais je pense quant à moins que dans les limites fixées par les auteurs - limites également dues à l'économie du film, sans aucun doute - ce qu'il fait, il le fait bien ; il évoque plus que ce qu'il montre effectivement, dépassant le cadre imparti et ouvrant sur d'autres horizons. Sans chercher à faire de chaque plan un tableau, Kelly Reichardt capte par des variations de lumière la beauté du paysage, et sait y inscrire ses personnages. Par ailleurs, sans trouver que l'interprétation soit particulièrement exaltante, chaque acteur est adéquat, de Michelle Williams à Paul Dano (le pasteur de There Will Be Blood) en pionniers courageux et dépassés, à Bruce Greenwood (un des acteurs fétiches d'Atom Egoyan) en homme de la Frontière vantard.

L'édition Studio Canal propose une VF et une VOSTF (2.0 et 5.1). Surtout, le master proposé restitue assez bien les couleurs de l'image (tournée en HD). Celle-ci manque peut-être un peu de piqué par rapport à la copie que j'avais vue en salle, ce qui se remarque en particulier pendant les scènes de nuit, mais si tous les masters dvd étaient comme celui-là, on ne se plaindrait pas. Le film ayant été tourné au format 'carré' 1.33, les larges barres noires imposées à gauche et à droite sont tout à fait normales, pas la peine de passer du temps à essayer de corriger cela sur votre écran. Le seul supplément est un making-of de 9', à peu près sans intérêt (à part de voir les acteurs marcher à côté de leur chariot avec juste à l'arrière-plan un avion). Reste que cette édition sort directement à petit prix, et que c'est une très bonne nouvelle. Sans doute ne croient-ils que modérément à la réussite commerciale de ce dvd, mais espérons que leur décision aidera certaines personnes à tenter l'aventure de ce film qui, s'il n'est pas à proprement parler palpitant, vaut que l'on épouse son âpreté et son rythme. Je connais des spectateurs qui, peu enclins à se laisser fasciner par ce genre de cinéma 'lo-fi' - c'est d'ailleurs loin d'être toujours mon cas - ont trouvé là une beauté singulière qui les a conquis.

4,5 étoiles.

NB Ceux qui préféreraient un western récent lui aussi contemplatif mais tout de même relativement plus traditionnel (et plus violent) peuvent se porter sur l'excellent film australien The Proposition de John Hillcoat, qui date de 2005 et a enfin droit à une édition dvd française (voir mon commentaire).
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Après le western muet, classique, crépusculaire, spaghetti, révisionniste, voici le western indépendant. On trouvera dans ce film tous les traits typiques du cinéma indépendant américain. Par exemple, la lenteur. Mais on y trouve aussi les thématiques propres à tout bon western, revisité ici dans un style qui peut surprendre, voire ennuyer. Dans des décors splendides, bénéficiant d'une telle belle photo, le film se laisse finalement apprécier. Un film qui ne me fera pas oublier John Ford, mais qui est une tentative intéressante de faire un western.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 17 décembre 2013
Un rythme lent, un conte philosophique qui met en scène des femmes courageuses et attachantes dans une épopée de conquête de l'Ouest. De belles images.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 6 janvier 2014
J'ai apprecié l'ambiance et les petits détails, mais c'est tout ce qu'il y avait! ils ne se sont pas foulés sur le scenario ni sur la fin!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Sur le territoire des Comanches
Sur le territoire des Comanches de Maureen O'Hara (DVD - 2014)
EUR 7,55

Le Grand Silence
Le Grand Silence de Jean-Louis Trintignant (DVD - 2008)
EUR 12,50

Le Gardien des esprits
Le Gardien des esprits de Richard Harris (DVD - 2011)
EUR 11,55