undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles94
4,0 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:10,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« De rouille et d'os » raconte une histoire d'amour intense et atypique. Dans sa construction, le Jacques Audiard fait immédiatement pensé à une œuvre précédente du même réalisateur : même relation complexe entre un marginal et une jeune femme fragilisée par un handicap (jambes amputées dans l'un, surdité dans l'autre). Dans les deux long-métrage, la violence la plus extrême (les combats de boxe illégaux) côtoie d'ailleurs la forme enfouie de tendresse qui peine à s'affirmer.

« De rouille et d'os » se focalise sur la rencontre de deux êtres perdus. Handicapée par la perte de ses jambes, Marie (Marion Cotillard), trouve l'énergie de renaître au contact de la force tranquille d'Ali (Matthieu Schoenaerts) qui aborde la vie sans trop se poser de questions, ni même prendre le temps de s'occuper de son jeune fils Sam (Armand Verdure). Marie aimait qu'on la regarde, qu'on la désire, ce fût le cas lors de sa première rencontre avec Ali. Dans les premiers plans où apparaît Marie, ce sont justement ses jambes qui apparaissent à l'écran, dans la boîte de nuit, puis dans la voiture avec laquelle Ali la raccompagne chez elle. Ali ne modifie pas son regard sur Marie après qu'elle ait perdu ses jambes : elle reste pour lui là même. Sans nier son handicap, celui-ci l'indiffère. Mais de cette relation simple et directe, peut-il naître une histoire plus « civilisée » et attentionnée, une véritable histoire d'amour ?

Audiard film ses deux personnages principaux avec beaucoup de tendresse. Il se concentre sur leurs gestes et leurs regards (les dialogues sont brefs et passent au second plan, à part la discussion entre Marie et Ali après qu'il l'ait laissée seule dans une soirée pour sortir avec une autre fille). Marion Cotillard et plus encore Mathieu Schoenaerts porte le film grâce à une interprétation sobre et merveilleuse. La lumière, les rayons de soleil, les éblouissements jouent également un rôle important dans ce film qui trouve son épilogue dramatique dans un paysage glacé. Au bout du compte, le film s'avère une sorte de chasse au trésor dans un univers hostile, un monde cruel et sans pitié, dans lequel il existe néanmoins un chemin étroit pour se sauver l'autre et se sauver soi-même.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après un Prophète Jacques Audiard vient d'ajouter un nouveau diamant brut à sa filmographie. Une toile de maître portée par d'immenses comédiens et d'épatants seconds rôles. Scénario, Mise en scène, photographie, tout est au diapason d'une écriture d'une puissance sans équivalent dans le paysage cinématographique Français. Pas un plan, pas une scène qui ne sonne juste et fort. Chaque Dialogue, chaque regard cogne, mais avec une "tendresse" bouleversante. Délivrée de tout pathos l'émotion submerge rapidement ce chemin d'amour violent, cruel, drôle, parfois cru mais toujours lumineux. De quoi tenir le spectateur par les tripes de la première à la dernière image. Voilà, le constat s'impose. Aprés l'écrasant Prophète Audiard n'a rien perdu de sa force mais il est ici littéralement touché par la grâce. A l'image d'un Ken Loach cet immense réalisateur laisse entrer ici quelque chose de "la vraie vie". Authentiques également sont Mathias Schoenaerts, colosse au regard d'enfant perdu, et Marion Cotillard, brûlant à grandes flammes. Ces amants magnifiques s'abandonnent corps et âme au génie d'un Jacques Audiard au sommet de son Art. Un bonheur n'arrivant jamais seul le transfert Blu Ray est une véritable démo technique. Mille bravos et Merci! Du fond du coeur.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 10 novembre 2012
Une semi-réussite, laissant un goût quelque peu amer sur le palais. "De rouille et d'os" vaut surtout par le parcours d'Ali (exceptionnel Mathias Schoenaerts), brute épaisse pas bien méchante, pas bien maline, free-fighter exceptionnel mais complètement déconnecté des autres comme de lui-même, et qui cheminera lentement vers la lumière à coups de poings sanglants dans la glace (la vraie grande scène du film), guidé par un sherpa un peu spécial : une éleveuse d'orques qui ressemble beaucoup à Marion Cotillard et qui se fera bouffer les gambettes par le gros mammifère bicolore (référence un peu easy au capitaine Achab de Moby Dick, et on passera sur la métaphore de l'éleveuse de grosse bête qui finira par dompter son orque... mention spéciale, tout de même, aux parfaites retouches numériques de l'amputation, les meilleures vues à ce jour).

Sorti de là, le film a un peu de mal à trouver sa voie. Beaucoup de manipulation du public par le drame facile (misère sociale, amputation, etc), même s'il est bien filmé. Rien d'exceptionnel, ni sur le handicap, ni sur la relation ambiguë des deux amputés (elle de ses jambes, et lui de son coeur), étrange mélange de délicatesse humaine et de baise animale qui aurait pu être creusé. Audiard est encore loin des frères Dardenne et son film, s'échinant à dessiner des personnages et leur parcours cabossés, s'ampute lui aussi, mais de toute transcendance morale ou spirituelle, et stagne dans la "chronique sociale et humaine" qu'on connaît déjà si bien. Le film parvient in extremis à nous faire accéder à l'émotion, mais au prix d'un long labeur et de pas mal d'artifices. Les deux brillants acteurs sauvent le film de bien des lacunes, mais hélas ne peuvent rien contre une fin qui tombe un peu à plat.

"De rouille et d'os" s'inscrit ainsi dans cette longue lignée de films qui nous touchent... sans nous marquer. Et c'est un peu dommage.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2012
Un film qui prend aux tripes , à la gorge, sans en faire trop, sans insister sur les détails pourtant...un film centré sur les personnages,juste sur leur être profond, sans dialogues superflus, sans artifices. Ils sont juste eux, ils sont justes là. Ils sont justes ensemble et leurs destins d'écorchés se croisent. Des images très belles, des acteurs sublimes. Marion Cotillard est au naturel, elle se fond dans son rôle si bien qu'on oublie la Marion qu'on connaît et elle s'efface au profit de son personnage. Film pour ceux qui ont le goût du cinéma à la française. Bravo, et j'ai passé un bon moment de cinéma.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2013
C'est une histoire forte, il s'y passe si souvent des moments douloureux que les moments de joie sont comme des respirations, ressortent avec force et relief. Matthias Schoenearts joue la brute aveugle, aveugle des conséquences de ses actes, de leur portée, c'est un personnage comme on en croise peu, en général ce type là gagne tout dans les films d'action par exemple où on en croise beaucoup, des mecs qui pensent avec leur poing et pas vraiment avec leur tête. Ce qu'il y a d'extraordinaire ici, c'est justement sa totale absence de jugement, un peu comme son personnage de Bullhead, Matthias c'est un acteur échappé de l'action movie, et qui fait des films d'auteur. Il est « opé » comme pourrait dire JC Vandamme, « opé » pour faire des tas de trucs mauvais ou bien, il ne fait pas la différence, et ce il décontenance Marion Cotillard, qui suite à un accident de travail, elle est dresseuse d'orque, va perdre deux jambes : qu'elle soit dresseuse et lui une bête sombre, ils étaient faits pour se rencontrer. Elle aime sans doute en lui ce qu'elle aimait dans son métier : ce voisinage de la force brutale et animale des orques. L'inanité affective avec laquelle il prend les choses, lui permet de réaliser des actes de véritable bravoure, il est dans le concret, dans la pratique, dans le matériel. Il fallait oser filmer un père qui se conduise de façon si peu attentive et affective avec son enfant. Le titre est très beau « de rouille et d'os », une histoire de rouille et d'os, de jambes métalliques et de poings pulvérisés.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le dernier (Jacques) Audiard verse cette fois-ci complètement dans le film social tel qu’on les affectionne tant en France. Très souvent, c’est pénible et prêchi-prêcha, fait pour pleurer dans les chaumières et inciter à voter à gauche. Heureusement, le parti pris de réalisateur n’est pas celui d’un voyeur moralisateur, mais celui d’un contemplatif. Il suit ses deux protagonistes, tous deux blessés (l’une ne peut plus marcher, l’autre ne sait pas aimer), et vont, chacun avec l’aide de l’autre, surmonter leur handicap respectif.

C’est filmé de manière très naturaliste, sans fard, parfois caméra sur l’épaule, et pourtant de manière très maîtrisée. Ca peut plaire, ça peut agacer. En outre, il y a quelques longueurs et quelques répétitions, mais pas au point d’en regarder sa montre. Marion Cotillard est, une fois de plus, exceptionnelle (et nous confirme que son Oscar pour La môme n’était pas un accident). Matthias Schoenaerts est très attachant en brute épaisse, à la fois attentionné et égoïste, à la fois adulte et immature.
Attention aux âmes sensibles : il y a de nombreuses scènes de sexe, plutôt explicites, et de nombreuses scènes de boxe, bien violentes. Cette brutalité avec le spectateur est le miroir de la brutalité des personnages. Elle sert à nous rapprocher d’eux, elle augmente l’empathie nécessaire dans ce type de films, et n’est donc, à ce titre, en rien gratuite.

Pas mal du tout, dans son registre.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J AI AIME MAIS SUIS RESTE UN PEU SUR MA FAIM A LA FIN...UN SENTIMENT D INACHEVE UNE SORTE DE CONTE DE FEES MODERNE AVEC HISTOIRE TRES DURE ET HAPPY END + UNE BONNE ADAPTATION ET DE BONS ACTEURS...MAIS ...CELA SEMBLE UN PEU TROP *TOO MUCH* POUR VRAIMENT Y CROIRE A FOND...DOMMAGE.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2014
Un film magnifique, à la fois noir et solaire, qui a eu l'avantage de me surprendre même dans mon jugement : je commençais à m'ennuyer au deuxième acte, au moment où il enchaîne les matchs et les rendez-vous sexe avec elle, et presque à m'étonner du succès du film...Mais le troisième acte est survenu, reboostant mon intérêt, avec un climax à couper le souffle (et à broyer les os de la main)...
Les images sont sublimes, la lumière exceptionnelle. Les acteurs sont parfaits. Contrairement à beaucoup de commentaires que j'ai lus, je n'ai pas trouvé que ce film montrait "trop de violence" ou "trop de sexe", (et pourtant je suis une âme sensible), il ne faut pas exagérer ! Cela pourrait éventuellement freiner certains spectateurs et ce serait dommage. Maintenant, si c'est de voir une personne handicapée avoir une relation sexuelle qui a choqué certains, alors ça c'est autre chose. Et je crois que l'un des propos du film est justement de déciller les yeux des gens sur une des réalités du sexe.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2013
Certainement pas le meilleur Audiard (De battre mon coeur s'est arrêté ou Un prophête sont tout de même au dessus), mais toujours du cinéma de qualité, bien au dessus de la moyenne
une superbe direction d'acteurs, des dialogues très fins, une image soignée (notamment pendant les combats à mains nus) et un petit message d'espoir dans un film très noir
Destiné à ceux que le cinéma français ne rebute pas et qui restent exigeants en terme de qualité
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2013
Une histoire sur l' amour du métier, le regard sur l' handicap qui fait toujours un peu peur, la lutte de cette femme pour garder le droit de vivre comme tout le monde et sur une rencontre étonnante entre deux personnes que l'on n' imaginait pas pouvoir se comprendre tant ils sont différents... et pourtant!!!!!.
Marion Cotillard est étonnante de sensibilité et ses films sont toujours proches de la vie courante... beaucoup d 'humanisme.Dgidgi
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,49 €