undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles4
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Tiens, excellente réédition pas chère. Gould au summum, évidemment, dans la musique élisabéthaine. Dire que j'ai acheté ça les yeux de la tête dans un coffret nippon en... 1988, ça ne nous rajeunit pas! Pour les fanatiques, son autre CD ASIN : B0000028NB fait doublon presque en entier, mais avec en dernière plage un petit supplément de Sweelinck (la fantaisie chromatique). En outre, du même, au festival de Salzburg en 1959, on trouve une fantaisie originellement pour orgue (CD Frequenz Glenn Gould in Salzburg, ASIN : B000024QF2, en photo au moins sur Amazon Allemagne). Enfin, toujours par Gould, quatre morceaux de Gibbons sur un CD Music and Arts, Glenn Gould Broadcast Recital December 1968 (introuvable sur les sites Amazon, avec sonates de Haydn et Hindemith, CD 659).

Codicille, je signale l'intégrale du clavier de Gibbons, par le pianiste (hélas, moins génial que Gould, loin de là!) Daniel-Ben Pienaar, double CD ASIN : B000W043UQ.
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2013
Je connais ce disque en version VINYL depuis sa sortie. Un choix apparemment très personnel des morceaux, on sent Glenn Gould habité et particulièrement inspiré. La musique de Gibbons et Byrd convainc par sa pureté, simplicité, honnêteté. J'ai dû l'écouter cent fois au moins, toujours il me met de très bonne humeur.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 novembre 2013
Le disque consacré aux virginalistes anglais est une merveille. Le second est plus documentaire : trois sonates de Scarlatti qui témoignent de l'incompréhension de Gould, ou peut-être de son agacement pour l'attrait que vouaient à Scarlatti les Horowitz et autres virtuoses néoaméricains. Quant aux suites de Haendel, Gould les exécute sur un clavecin pire que ceux de Landowska. Ceci dit, c'est un album d'un vrai musicien, pas une babiole à dédaigner.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 avril 2015
En fait, c'est moi le coupable ! Coupable de ne pas avoir tout exploré avant mon achat. J'aurais alors vu que les suite de Haendel étaient jouées au clavecin, et sur un clavecin "préparé", c'est à dire avec une sonorité... détestable ! Ceci avait d'ailleurs été signalé, j'avis négligé la remarque.

Donc, ne m'en veuillez pas, ces suites...

Par contre, toute la partie élisabéthaine de l' album atteint la perfection, Gould s'y montre précis et inspiré.
Bravo !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,00 €
19,00 €