Commentaires en ligne


 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


136 internautes sur 141 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Comme ça, c'est fait !
Enfin ! Même si ça semblait une évidence, trouver une édition complète des enregistrements de JS Bach par Glenn Gould était devenu impossible depuis des lustres. Cette parution monumentale et plus que soignée est donc (plus que) bienvenue.
Entendons-nous bien : le binôme "Bach + Gould", ça fait partie des lieux communs un peu trop...
Publié le 21 septembre 2012 par georges nuyssen

versus
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Qualité sonore des CDs très discutable
Pour lever toute éventuelle arrière pensée, je suis très heureux d'avoir cette "complète bach collection" et je l'écoute quotidiennement avec grand plaisir.
Certains ici ont déjà dit l'essentiel sur les aspects positifs et négatifs de cette collection.
Personnellement, j'ajouterai que la...
Publié il y a 8 mois par LEO


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

136 internautes sur 141 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Comme ça, c'est fait !, 21 septembre 2012
Par 
georges nuyssen (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Glenn Gould Bach Edition (CD)
Enfin ! Même si ça semblait une évidence, trouver une édition complète des enregistrements de JS Bach par Glenn Gould était devenu impossible depuis des lustres. Cette parution monumentale et plus que soignée est donc (plus que) bienvenue.
Entendons-nous bien : le binôme "Bach + Gould", ça fait partie des lieux communs un peu trop rabâchés de l'histoire de la musique enregistrée, et chacun peut avoir sa propre (ou sale) "opinion" sur la pertinence et la validité des options du pianiste canadien appliquées à l'oeuvre pour clavier de JSB. Il ne s'agit pas ici d'en discuter, disons simplement qu'un interprète reconnu comme un génie (au sens d'un champion d'échecs ou d'un grand mathématicien ou d'un chamane) qui a passé les 40 dernières années de sa courte vie à étudier, jouer, enregistrer cette oeuvre avec précision, amour, obsession, a forcément laissé une empreinte de quelque intérêt, n'est-il pas ? Alors, devant une telle somme de vie, d'art et de talent, les "opinions", on s'en fout.
Signalons juste, pour les étourdis, que le choix instrumental de Gould n'est pas neutre. Bach au piano, d'accord, mais pas n'importe quel piano : un Steinway d'avant-guerre - nommé "CD318" - customisé, reconditionné, bridé, transformé, affiné jusqu'à en faire le vecteur unique d'une conception à la fois authentique et moderne de ce corpus. Absence de legato, lisibilité extrême, phrasés et tempos (tant pis pour les tempi) non orthodoxes mais jamais figés, quelques caractéristiques qui disent que l'interprète est un créateur, même lorsqu'il s'efface derrière le texte (plus ou moins sacré) qu'il restitue.
Et là-dessus la constance et la fidélité d'une maison de disques, 27 parutions en 25 ans à peine, c'était le bon temps (?), avec une qualité de prise de son remarquable et remarquablement adaptée aux choix du musicien.

Angoisse : qu'est-ce que ça peut donner en 2012 quand l'industrie mourante prétend republier le tout de manière ostensiblement "intégrale". Humain, trop humain, on attend des merveilles, mais on sait qu'on peut craindre le pire (ex. le pauvre Alfred Deller chez Vanguard, ô douleur infinie !). Fin du suspense, les choses étant ce qu'elles sont, on est ici à peu près au mieux de ce qu'on pouvait espérer... Ce qui est déjà très bien !
Le contenant d'abord : une splendide boîte bleue, solide et toilée, recèle un vrai livre relié (192 pages) et 44 galettes (38 CD + 6 DVD) en pochettes cartonnées façon répliques de vinyles d'un assez bel effet. Par rapport aux précédentes parutions des séries "Original Jacket Collection", ces pochettes sont un tout petit peu plus fines, légèrement recadrées, et globalement mieux imprimées (contrastes, couleurs), c'est pas trop mal.
Le livre contient une introduction inédite en français (6 pages), l'essentiel des textes d'accompagnement des originaux (très intéressants mais en anglais), le détail technique (programme, dates, lieux) de chaque disque et de sublimes photos panoramiques de la star entre 1955 et 1980 qui mériteraient à elles seules une exposition tant elles rendent grâce à un pays, une discipline, un homme, du grand art. Tout cela est très bien mis en pages et imprimé. Rien à dire ? Si, deux remarques : d'une part, quelques erreurs dans dans les timings et infos des plages sur quelques derniers volumes (rien de grave) et d'autre part une énervante absence d'index général des oeuvres, particulièrement cruelle compte tenu du choix éditorial de l'intégrale.

Car il faut bien en arriver au contenu musical. Dans un tel projet, qui consiste à publier l'ensemble du travail d'une vie consacrée à enregistrer la musique d'un compositeur, deux options sont possibles : soit on essaie de produire une édition "raisonnée", en jouant sur la chronologie des sessions, le catalogue des oeuvres, les différents genres, etc., en recomposant des programmes rationnels disque par disque, soit on choisit une option plus "passionnelle" (ou affective) en republiant à l'identique TOUS les disques produits à l'époque, tel quels, sans se soucier des éventuels doublons ou des incohérences de programmes dues aux contraintes d'alors. C'est cette deuxième option qui a été choisie, elle est plus "facile" car son apparence objective stoppe toute contestation, et finalement assez juste car elle suit le cheminement effectif de l'artiste. Evidemment ça entraîne quelques désagréments, des doublons (le même enregistrement de la même oeuvre qu'on retrouve plusieurs fois : concerto BWV 1056, Toccata BWV 914), deux Beethoven - inutiles dans ce contexte - qui traînent là car il faut respecter les 33T d'origine, des cycles un peu éparpillés (pour reconstruire l'intégrale des Partitas ou du Clavier bien tempéré, il faut voyager !), etc., mais rien n'est vraiment contrariant face à la joie d'affronter ce monument brut et si riche. De plus, une dizaine de disques de raretés (plus ou moins essentielles) vient compléter la besace bien chargée.

Techniquement, une première écoute semble confirmer que le mastering est de qualité et ne trahit pas les excellentes prises de son Columbia en mono comme en stéréo. Artistiquement, je le répète, Gould dans Bach, c'est au-delà du bien et du mal, ça existe, c'est tout. Que celui qui aura passé un demi-siècle dans le culte et l'étude des partitions de JSB et qui aura usé ses doigts sur un clavier en conséquence se permette d'émettre un avis. Point.
Sur le répertoire, Glenn Gould, qui est mort relativement jeune, n'a pas eu le temps de tout enregistrer. Quelques dizaines de numéros de "BWV" manquent à son travail mais l'essentiel de l'oeuvre pour clavier de JSB est documenté ici, Partitas, Toccatas, Suites anglaises et françaises, concertos, sonates (musique de chambre), Inventions, Fugues et préludes divers, les deux Livres du "Clavier...", etc., jusqu'à l'Art de la Fugue (en partie, et à l'orgue ! avec aussi des prises inédites au piano). Et il y a le cas des Variations Goldberg. On connaît l'histoire, deux versions qui sont l'alpha et l'oméga du Bach Gouldien, son tout premier disque (1955), et son tout dernier (1981), des millions d'exemplaires diffusés, et surtout deux visions aussi différentes que possibles et aussi valides l'une que l'autre. Et bien ici, en plus, on a droit à un "précédent" de 1954, à un Live autrichien de 1959, aux chutes de studio de la mythique session de 1955, à un bidouillage stéréo (c'était l'époque) fait en 1968 à partir de l'original, et même à une interview tardive sur le sujet (50 minutes quand même), soit 7 CD consacrés aux emblématiques Variations. C'est trop, je sais, mais ça me rend heureux et je n'y peux rien.

Ah oui, il y a aussi les 6 DVD, c'est très séduisant mais franchement, malgré le talent de Bruno Monsaingeon et l'intérêt des documents de la TV canadienne, c'est plutôt dans les pistes sonores des CD que se situe la grandeur de cette oeuvre commune Bach/Gould. Dans un tel accomplissement, la rencontre sans limite entre deux créateurs à travers les siècles, l'image est en trop, forcément.

Cette boîte - à petit prix - est donc bien un objet commercial (réussi) mais c'est aussi plus que cela : une joie, un trésor, un mystère !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


20 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Gould is Bach!, 8 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Glenn Gould Bach Edition (CD)
Il est probablement inutile de revenir sur le génie de Glenn Gould et notamment concernant ses interprétations des œuvres de Jean-Sébastien Bach.
Par ailleurs, Bruno Monsaingeon, geek canadien à lunettes et chemise à carreaux, s'en charge très bien dans trois films ici présents en DVD. Il traite d'abord de l'éternelle question de l'instrument, le piano de Glenn Gould, en chantonnant à tue-tête quelques thèmes de Bach que les deux copains connaissent par cœur. D'ailleurs, Gould coupe court à toute controverse autour de ce piano, que quelques conservateurs auront longtemps eu du mal à accepter, par le désintérêt de Bach pour le timbre au profit de la structure de ses pièces. Les deux compères peuvent ainsi continuer à entonner gaiement tels des saoûlards leurs refrains érudits favoris. Un autre film est quant à lui consacré à l'art de la fugue, référence évidente au chef d'œuvre de fin de vie de Bach mais aussi finalement à l'ensemble de son œuvre puisque l'imitation est au cœur de celle-ci et peut-être davantage quand elle se destine au clavier. Le dernier de ces trois films présente l'enregistrement de 1981 des variations Goldberg, œuvre maîtresse de la vie de Gould, qui aura commencé sa carrière par une version fougueuse, rapide et exaltée en 1955 et qui l'aura terminée en 1981, chant du cygne recueilli, magnifique et transcendé filmé ici par Monsaingeon.
Ces trois films sont accessibles avec des sous-titres en français, qui peuvent nous aider largement à comprendre les discours du Maître. En revanche, trois autres DVD, qui réunissent les apparitions de Gould à la CBC, télévision canadienne, ne sont disponibles qu'en version originale. On y entend cependant surtout la musique d'un Gould qui joue seul au piano, ou avec Yehudi Menuhin au violon (dans les célèbres versions des sonates pour violon et clavier), ou encore au clavecin! Comme quoi, Gould, qui avait pris un temps considérable pour mettre au point son modèle de piano chez Steinway n'était pas si têtu.
Pour le reste, cette belle boîte revêtue d'un tissu bleu à motif de chaise percée est accompagnée d'une belle reliure qui est bien plus qu'un simple livret. Une belle introduction traduite en français et en allemand précède le tracklisting des 38 disques de l'objet. Les pochettes de chaque disque y sont reproduites ainsi que les liner notes originales, souvent de la main de Gould lui-même, qui quant à elles, restent dans la langue de Shakespeare sans quoi ce bon pavé de presque 200 pages deviendrait un vrai dictionnaire.
Les disques enfin, sont des répliques exactes des LP. Et même si on a probablement déjà chez soi au moins les Goldberg de 81, les concertos et peut-être un coffret réunissant les deux livres du clavier bien tempéré, on savourera chacun des autres enregistrements comme autant de friandises: les partitas, les suites françaises et anglaises, les sonates pour violon et clavier, violoncelle et clavier, le concerto italien, quelques toccatas, les inventions à deux et trois voix ou même quelques œuvres plus rares comme le concerto d'après Marcello dont le mouvement lent ferait pleurer même le plus dur des brigands. On trouve également puisqu'il y a tout, quelques chutes d'enregistrements en studio, des entretiens en anglais avec quelques musicologues érudits (que nous n'écouterons probablement jamais), un monologue de Gould en allemand sur Bachrrrr (celui-ci, c'est sûr, on ne l'écoutera pas) mais aussi quelques enregistrements live (une version des Goldberg à Salzbourg en 59, les inventions à trois voix prises en 57 à Moscou) ou une version des Goldberg de 54, la fantaisie chromatique en ré mineur que Gould détestait tant bien qu'il en donne une version merveilleuse. On peut aussi trouver quelques compilations des enregistrements présents sur d'autres disques, ou même deux concertos pour piano de Beethoven qui ne dénotent pas tant le Columbia Symphony Orchestra sonne sous la baguette de Bernstein ou de Vladimir Golschman.
En somme, si le prix peut en repousser quelques uns, l'objet représente une somme indépassable et indispensable à toute bonne discothèque!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Indispensable mais..., 31 décembre 2012
Par 
EB (Bretagne) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Glenn Gould Bach Edition (CD)
Arrivant après la bataille (puisque plein de commentaires ont déjà fait le travail avant moi), je ne vais pas y aller de mes dithyrambes sur Gould jouant Bach... Comme beaucoup, je suis ravi par ce coffret, et suis très heureux qu'on me l'ait offert... L'intelligence musicale supérieure du pianiste le plus controversé de l'histoire me fascine depuis des décennies, et je ne vais pas essayer de convaincre les allergiques à son jeu du bonheur que donnent les disques de Gould... Un tel coffret était indispensable et vient combler une attente enfin satisfaite.
Je souhaite juste faire état de petites critiques que j'espère utiles sur cette édition intégrale. En effet, si l'objet est beau, si les enregistrements me semblent rendre justice aux originaux (ça sonne bien), la conception matérielle de la chose me fait avoir quelques regrets :

- le parti pris très en vogue de "faire analogique" dans la présentation, reproduisant à l'identique les pochettes des éditions vinyle originales, et dans l'ordre de leur parution, s'il est charmant et donne un petit goût d'authenticité tout en cultivant un effet de mode "vintage" conforme au fétichisme ambiant, a le défaut de diviser par 6 la taille d'origine, ce qui implique que les caractères des textes au dos des pochettes sont eux aussi divisés par 6, les rendant illisibles sans loupe, même, je pense, avec une bonne vue, d'autant qu'à cette taille-là, ils ont une mauvaise définition... Dommage. Bien sûr, c'est ce texte qui est repris dans le livret (mais j'y reviendrai), mais alors pourquoi l'avoir laissé au dos des pochettes au lieu d'y mettre un "track listing" clair ?
- Du coup, sur la plupart des galettes (elles aussi affublées d'un aspect vinyle), on a seulement 30 à 40 minutes de musique, soit la moitié de ce qu'on peut mettre sur un CD, doublant inutilement le nombre de CD du coffret, et augmentant donc son coût, évidemment...
- le livre/livret fourni avec, de bien belle qualité et broché, et comportant de belles photos imprimées avec soin, présente lui aussi quelques inconvénients : d'abord, son format rectangulaire, pas calqué sur les CD, a nécessité de faire un coffret pouvant le contenir, ce qui a agrandi la largeur du coffret d'un bon tiers, puisque la surface horizontale du coffret fait celle du livre rangé à plat, et l'espace vide, pas occupé par les CD, est comblé par du vulgaire carton blanc, là où, tant qu'à faire, on aurait aimé, quitte à occuper cet espace inutile et assumer le fétichisme de ce genre d'édition, voir placer des documents inédits supplémentaires, un ou deux gadgets "collector", tant qu'on y est... Bref, les disques occupent moins des deux tiers du coffret, et le livre venant se mettre au-dessus, ça nous donne une boîte de 22cm de large, 15 cm de profondeur, et surtout 16 cm de haut, ce qui, chez un mélomane organisé qui a des meubles conçus pour accueillir les CD, pose un problème technique que je n'ai pas encore résolu : où ranger ce truc aux proportions inusitées, et trop gros ? Pour le moment, je n'ai pas trouvé de solution (inutile de me proposer de m'en débarrasser, je vous vois venir...). Au moins, les énormes coffrets Brilliant Classics respectent le format CD...
- autre critique mesquine et bassement matérielle sur le beau livret qui accompagne cette édition, avec un très beau papier épais, mat et lisse, qui ne comporte pas moins de 192 pages : si le texte de présentation générale est en trois langues, dont le français, en revanche, les commentaires de chaque disque sont uniquement en anglais, se contentant de reprendre à l'identique le texte au dos des pochettes. Pas grave tant qu'il ne s'agit que des "track listing", que tout le monde comprend, mais ceux qui ne maîtrisent pas bien l'anglais ne peuvent donc pas profiter vraiment des commentaires souvent intéressants sur l’œuvre ou l'interprète... Bien sûr, on peut penser que beaucoup de mélomanes lisent assez facilement l'anglais. C'est globalement mon cas, mais je constate que l'anglais des commentaires n'est pas forcément l'anglais international si répandu et à la portée d'à peu près tout le monde aujourd'hui : il n'est en effet pas rare de trouver ici un style soutenu, nécessitant la connaissance d'un certain nombre de tournures idiomatiques... Une traduction aurait été bienvenue... Or, à l'époque des éditions originales, on n'hésitait pas à adapter la langue des livrets aux marchés de destination selon les pays... Et ça revenait pourtant plus cher alors... Pourquoi ne l'a-t-on pas fait ici ? Les joies d'un marché mondialisé où on ne s'embête plus à adapter le produit à la demande...
- Enfin, les pochettes des CD reproduisant les originales sont conçues comme elles, et comportent donc sur le dos les références des disques. C'est donc ces dos qui sont apparents quand on ouvre le coffret et qu'on veut choisir... Très bien, mais ce coffret s'ouvrant par le dessus, ça signifie que les pochettes ont les fesses en l'air, si je peux me permettre cette hardiesse... Or, à votre avis, de quel côté de la pochette est l'ouverture pour saisir le CD ? Comme pour un vinyle, à l'opposé, bien sûr... A ben oui, mais alors, quand on prend la pochette pour la sortir du coffret, ça veut dire que l'ouverture est à l'opposé, en-dessous, vers le fond de la boîte ? Oui, c'est exactement ça, et si vous ne pincez pas assez la pochette pour bloquer en même temps le CD qu'elle contient, et bien le CD glisse, sort de sa pochette, et tombe dans le coffret, et vous retirez une pochette vide, à condition que le CD ne tombe pas un peu plus tard, quand votre main n'est plus au-dessus de la boîte... Astucieux, non ?
- Dernier petit détail matériel agaçant : les pochettes doubles, accueillant donc deux CD, sont ouvertes non pas sur l'extérieur, mais vers l'intérieur, au pli central de la pochette ouverte, contrairement à une double pochette d'édition vinyle, ce qui oblige à une gymnastique délicate pour aller chercher chacune des deux galettes, avec les doigts, en tirant bien, car elles ne sortent pas toutes seules en glissant, et en essayant de ne pas tordre la pochette... Je sais que ça n'embarrasse que les mélomanes maniaques, mais je sais aussi que nous ne sommes pas rares dans cette communauté, et que les petits inconvénients évoqués vont en faire sourire quelques-uns... Et, tant qu'à copier les pochettes originales, pourquoi ne pas en avoir respecté le système d'ouverture ?
Bon, j'avoue, j’ergote, mais ça n'est quand même pas très futé...

Quelques remarques sur le contenu, maintenant :

- on aurait pu nous épargner la version "stéréophonisée" en 68 des Goldberg (CD 14), qui sonne moins bien que l'enregistrement de 55... Avec cette mouture absolument sans intérêt, ça fait tout de même 5 CD du coffret consacrés à ces variations (4 versions plus ce truc inutile) ...
- Je passe sur le CD 35, livrant une interview de Gould de 54 minutes, ainsi que sur le 37, où figure une discussion sur les Goldberg, pour évoquer plus incongru et cette fois totalement inutile : le CD 36, où l'on entend Gould dire en allemand un commentaire sur son travail et sur la musique de Bach, dont on trouve la traduction en anglais dans le livret ! Gould parlait allemand, c'est sûrement bon à savoir, mais bon... Et le CD dure 17 minutes.
- Le dernier CD du coffret vaut aussi son pesant de cacahuètes : des bouts de prises loupées où l'on entend Gould commencer à jouer puis s'arrêter, parler, et ainsi de suite... On ne l'entend pas chantonner dans les toilettes du studio, mais si ça existe, faut l'ajouter à la prochaine édition...
- Enfin, parlons des DVD. En ce qui me concerne, je les trouve très intéressants, mais il faut tout de même remarquer que, allez savoir pourquoi, les trois premiers, où Gould parle à plusieurs reprises, ne sont pas sous-titrés, alors que les 3 autres le sont... Négligence ?

Voilà, j'ai fini de faire le ronchon, et tout ça ne m'empêche pas de me délecter des bijoux rangés dans ce coffret, mais ces défauts mis bout à bout me donnent vraiment l'impression d'une opération commerciale pas pensée avec tout le soin souhaitable... Coffret pas pratique, surdimensionné, disposition des CD discutable, livret unilingue réservé aux anglophones, quelques documents sans intérêt, des sous-titres manquants, le tout pouvant tenir sur presque 2 fois moins de galettes... En supposant le coffret mieux conçu, moins "luxueux" (le luxe ici ne consiste que dans un habillage tissu et le livret, point barre), et le tout reporté sur 25 galettes maximum, ça aurait sûrement permis de rendre heureux beaucoup plus de mélomanes encore, notamment les désargentés, car je pense que tout ça aurait très bien pu ne coûter que 40 ou 50 euros...

Mais patientez : avec un peu de chance, si le support CD ne meurt pas dans les années qui viennent (c'est pas gagné), une édition économique, dans un boîtier ordinaire, sans livret, juste avec le "track listing", sera peut-être achetable deux fois moins cher...

C'est ce qui justifie les 4 étoiles, étant entendu que le contenu discographique en vaut plus de 5...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Parfait!, 12 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Glenn Gould Bach Edition (CD)
Cette compilation est exceptionnelle tant par son contenu que par la beauté du coffret. Gould est Bach, je me repasse en boucle les 4 premiers CD sans me lasser et surtout en conservant le meilleur pour la suite. Je me suis offert ce coffret de peur que personne n'y pense il est extraordinaire par la joie qu'il procure et je le recommande à tous. Et aussi à ceux qui ne connaissent pas Bach si bien que cela... A mon tour je l'offrirai sans hésiter pour les fêtes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 la référence, 13 octobre 2014
Par 
dumbo "raganist" (paris, france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Glenn Gould Bach Edition (CD)
Superbe coffret, très bien fini qui contient l'oeuvre du maitre dans l'interprétation de Bach. Alors certes, on peut ne pas aimer gould et son toucher si particulier mais il est impossible de ne pas reconnaitre que c'est un génie! et ce coffret lui rend hommage, à mon avis il était nécessaire! je dis bravo!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique, 6 novembre 2012
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Glenn Gould Bach Edition (CD)
Un beau coffret qui donne l'occasion de découvrir un maître absolu de Bach. Plus je l'écoute, plus je l'aime. Parfois très austère, voire aride, mais toujours sous tension. Et dans les mouvements, quelle tendresse. Etonnement dans ce coffret Bach il y a un concerto de Beethoven. Je ne l'avais jamais entendu dans ce répertoire, et bien c'est grandiose. Il faut écouter ça.

Sinon, l'objet discographique en lui-même est superbement réalisé. Un achat indispensable dans la discothèque
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Qualité sonore des CDs très discutable, 17 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Glenn Gould Bach Edition (CD)
Pour lever toute éventuelle arrière pensée, je suis très heureux d'avoir cette "complète bach collection" et je l'écoute quotidiennement avec grand plaisir.
Certains ici ont déjà dit l'essentiel sur les aspects positifs et négatifs de cette collection.
Personnellement, j'ajouterai que la qualité sonore des Cds est pour certains (pas tous) de piètre qualité.
Le plus mauvais étant le CD1 sur les goldberg variations de 1955 en mono recording.
Il y a un effet de souffle en bruit de fond absolument détestable. Je sais que ça fait 60 ans mais il se trouve que j'ai déjà cet enregistrement de 1955 et que celui-ci n'a pas cet effet de souffle. C'est donc possible d'avoir un bon enregistrement.
D'autres CDs ont également cet effet de souffle dans une moindre mesure. Le CD7 "The well tempered clavier" par exemple.
Bon, je me répète, très heureux d'avoir cette collection mais ça aurait pu être un produit de bien meilleure qualité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1.0 étoiles sur 5 On aurait dû joindre une paire de jumelles à ce coffret!, 18 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Glenn Gould Bach Edition (CD)
J'ai acheté ce coffret car j'admire Glenn Gould et ses interprétations de Bach. Je trouvai bien de voir rassembler sous la forme d'une édition intégrale cette œuvre. Hélas c'est inexploitable, ce qui est inscrit sur les disques lest en caractères microscopiques, c'est illisible. C'est se moquer des acheteurs; je suis sûr que les éditeurs l'avait remarqué.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 monument !, 11 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Glenn Gould Bach Edition (CD)
Que rajouter aux avis bien plus et bien mieux motivés : pianiste il y a très longtemps, je trouvais Bach plutôt rasoir ; erreur de jeunesse.
Maintenant, il m'apparaît comme Le Musicien essentiel sans qui la musique postérieure et même actuelle ne serait pas ce qu'elle sera./ Et si Gould lui a consacré toute une vie de recherche, il paraît difficile aux virtuoses suivants d'envisager s'attaquer à ce monument.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 quel pied, 15 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Glenn Gould Bach Edition (CD)
Je n'ai pas encore épuisé toutes les joies que ce coffret peut m'offrir. Je suis inconditionnelle de Gould et Bach me comble. Alors les deux réunis!je ne m'en lasse jamais. Il y a des trésors dans ce coffret et les 2DVD ne gâchent rien.
Envoi gratuit avec "Premium" et sur Amazon dès la sortie. On ne peut pas demander mieux
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Glenn Gould Bach Edition
Glenn Gould Bach Edition de Jean-Sebastien Bach (CD - 2012)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit