undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles4
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:12,19 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 août 2014
Dernière participation ABADO /PIRES avant le décès de celui ci
A NE PAS MANQUER
INDISPENSABLE POUR MÉLOMANES AVERTIS
CORDIALEMENT
PHA
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 décembre 2014
Il me semble avoir déjà avoir donné réception de cet article. C'est égal, il mérite 5 étoiles. A bientôt. Proserpine
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 17 septembre 2012
Il y a, à mon avis, des pianistes qui semblent avoir trouvé un parfait équilibre dans les concertos de Mozart. Autrefois, il y avait Clara Haskil, admirable mozartienne, dont j'ai écouté il y a peu l'enrégistrement mythique du Jeunehomme de Prades en compagnie du non moins légendaire Pablo Casals (il faisait partie d'un double album qui accompagnait Diapason de juillet/août 2012). Ce qu'elle faisait dans ses enrégistrements nombreux des concertos de Mozart, qu'ils aient été enrégistrés en studio ou sur le vif, c'était l'évidence.
Ensuite, dans les années 70, il y a eu la célèbre intégrale de Murray Perahia, qui aurait pu passer pour le fils spirituel de Haskil. D'aucuns l'ont accusé de jouer un Mozart trop embelli ou enjolivé, mais j'ai toujours admiré la finesse et l'esprit de musique de chambre du pianiste américain.
Une autre pianiste qui joue Mozart depuis bien longtemps est la Portugaise Maria Joao Pires. Dans les années 70, elle a enrégistré une dizaine de concertos avec des orchestres pas très connus, ainsi qu'une intégrale, très prisée et à juste titre des sonates pour piano du même compositeur, parue d'abord chez Denon, puis reprise par Brillant Classics qu'on peut encore se procurer pour un prix plus que modeste. Elle a entrepris une nouvelle intégrale après avoir été prise sous contrat par la DG, tout aussi admirable que la précédente.
Heureusement, la DG a aussi enrégistré plusieurs concertos sous la direction de Claudio Abbado. Les disques des concertos nos 14 et 26, puis des numéros 17 et 21 sont à chérir et comptent parmi les plus belles interprétations dans une discographie saturée. Ce que j'ai dit à propos de Haskil, on peut le dire sur Pires aussi.
La pianiste a le don de ne pas jouer un Mozart uniquement "fin" ou "gracieux", il y a aussi ce qui est bien difficile à mettre en mots, car indicible, "le revers des notes" , l'autre côté Mozart, une douce nostalgie (surtout dans no 27, concerto automnal et doucement amère) ou proprement tragique (dans le ré mineur évidemment). Nous constatons que Pires n'a jamais besoin de se forcer ou d'élever la voix, car elle dit ou joue juste. Et qu'est-ce qu'il est difficile de réussir cette simplicité de toucher et de conception! Pires est admirablement soutenue par l'ami de longue date Claudio Abbado avec l'Orchestre Mozart. Pour moi, c'est Mozart comme je voudrais l'entendre, plus encore, ce disque pique ma curiosité, car il fait qu'on en veut plus.... Pires a annoncé sa retraite de la scène d'ici quelques années, qu'elle permette qu'on l'enrégistre de nouveau....
33 commentaires|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voilà sauf erreur (je vérifie dans ma discothèque) le troisième CD qu'il font ensemble, notre cher Abbado (qui a beaucoup enregistré aussi ça avec Serkin) et notre adorée Pires (pianiste si chère à mon coeur que je crois en posséder pratiquement tous les disques). Cela dit, ce nouvel enregistrement n'a pas eu très bonne presse, et ne mérite pourtant pas tant d'indignité. Encore que personnellement, je dois reconnaître qu'il m'a déçu. Il aurait pu sortir il y a dix ou vingt ans tant cela ronronne trop classique et un peu ennuyeux, du genre concert vedette à Pleyel que recommande - vu à la télé! - Eve Rugieri pour la bonne bourge... Comme si par exemple la nouvelle intégrale Zacharias n'avait jamais existée... Une autre grande mozartienne se fourvoit un peu pareillement, c'est curieux, dans ses derniers "remakes" de concertos : Mitsuko Uchida, que pourtant pareillement j'adore ordinairement. Mais bon, pour ceux qui n'en démordront pas et fulmineront à mon encontre misérable l'accusation de lèse-majesté(s), disons que voilà, sur un créneau archi-rabâché, un disque que bon c'est pas mal. (Je pense, sans doute un peu sévèrement, à ce mot terrible de Menuhin envers Karajan avec lequel il avait pourtant tenu à jouer après guerre : c'est somptueux mais il ne se passe rien).
44 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

15,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)