Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Into the Wild 1830, 19 janvier 2014
Par 
Damien Coullon (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Quinze jours dans le désert (Poche)
Voyage au bout de la civilisation en 1830. Au-delà des dernières bourgades de quelques maisons, au-delà des maisons de pionniers isolées dans la forêt, jusque dans les territoires indiens des grands lacs. Tocqueville a eu la chance d’arriver au moment de la naissance de la nation Américaine, quand les Français et les Anglais présents sur place se sentent encore réellement Européens (cf p.77-78), comme le Normand que rencontre Tocqueville au bout de son trajet à Saginaw.

Tocqueville éprouve un mélange d’admiration froide, sans complaisance, et de rejet, de mise à distance, à tel point qu’on ne parvient pas trop à savoir de qui des Américains et des Indiens Tocqueville se sent le plus proche.

D’un côté, il voit une nation tendue vers un but, dans une marche en avant implacable :
« Nation de conquérants qui se soumet à mener la vie sauvage sans jamais se laisser entraîner par ses douceurs, qui n’aime de la civilisation et des lumières que ce qu’elles ont d’utile au bien-être et qui s’enfonce dans les solitudes de l’Amérique avec une hache et des journaux ; peuple qui, comme tous les grands peuples, n’a qu’une pensée, et qui marche à l’acquisition des richesses, but unique de ses travaux, avec une persévérance et un mépris de la vie, qu’on pourrait appeler de l’héroïsme si ce nom convenait à autre chose qu’à la vertu. »

D’un autre côté, on suspecte une once de romantisme dans sa vision des Indiens (« Couché sur son manteau au milieu de la fumée de sa hutte, l’Indien regarde avec mépris la demeure commode de l’Européen ; pour lui, il se complaît avec orgueil dans sa misère, et son cœur se gonfle et s’élève aux images de son indépendance barbare. Il sourit amèrement en nous voyant tourmenter notre vie pour acquérir des richesses inutiles. Ce que nous appelons industrie, il l’appelle sujétion honteuse. ») ; même s’il met très justement le doigt sur l’hypocrisie et parfois l’inhumanité du traitement des Indiens par les Américains :
« Au milieu de cette société si policée, si prude, si pédante de moralité et de vertu, on rencontre une insensibilité complète, une sorte d’égoïsme, froid et implacable lorsqu’il s’agit des indigènes de l’Amérique. […] Ce monde-ci nous appartient, ajoutaient-ils. Dieu, en refusant à ses premiers habitants la faculté de se civiliser les a destinés par avance à une destruction inévitable.
Satisfait de son raisonnement, l’Américain s’en va au temple où il entend un ministre de l’Evangile lui répéter que les hommes sont frères et que l’Etre éternel les a tous faits sur le même modèle, leur a donné à tous le devoir de se secourir.»

On ne sait pas à quel point Tocqueville embellit son voyage, mais on ne peut qu’admirer son récit et apprécier la chance de voir l’esprit des pionniers américains comme si on y était, décrits avec un recul encore plus frappant 200 ans après les faits.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Extraordinaire, 17 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Quinze jours dans le désert (Poche)
Un must-have absolu! Le style et l'histoire vous emporteront pendant la petite centaine de pages dans un autre monde, une Amérique vide, loin des métropoles qui ne dorment jamais. Tocqueville arrive à faire ressentir à son lecteur un sentiment d'oppression et d’émerveillement causé par l'immensité vide, il nous prend avec lui dans son parcours vers le bord de l'humanité analysant ces pionniers vivant à la limite du monde. A ce prix là, ne vous refusez pas le voyage!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 3) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Du rêve., 30 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Quinze jours dans le désert (Poche)
Qualité du livre parfaite.
Il ira rejoindre mes futures lectures sur les rayons de ma bibliothèque.
Et dès que j'aurai quelques heures tranquilles... je l'avalerai !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Quinze jours dans le désert
Quinze jours dans le désert de Alexis de Tocqueville
EUR 4,99
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit