undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles34
4,1 sur 5 étoiles
Format: CDModifier
Prix:7,01 €+ 2,49 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

100 PREMIERS RÉVISEURSle 30 août 2012
With us until you’re Dead est le 9e album studio du groupe (en comptant la BO de Michel Vaillant et pour deux Controlling Crowds). On peut évidemment mesurer toute l’évolution du groupe britannique depuis le trip-hop Londinium jusqu’à ce nouvel album difficilement classable, en passant par le rock progressif de You’re all look the same to me.

Ce nouvel album oscille entre continuité et renouvellement, sans que l’on sache bien ce qui l’emporte. Dans la continuité, d’abord, on retrouve les chanteurs qui officient depuis Lights, en remplacement de Craig Walker : Pollard Berrier, Dave Penney et Mary Q. Depuis Londinium, Archive n’a cessé de renouveler ses chanteurs, et on a l’impression que cette fois, la bonne formule a été trouvée, car tous les trois sont excellents. Pollard Berrier en particulier qui pousse sa voix comme jamais (Twisting) et qui commence l’album presque a capella sur le très beaux Wiped out. Avec quand même une nouvelle venue (le renouvellement), Holly Martin qui apporte sa voix chaude et légèrement soul sur deux titres, en contraste avec celle plus claire de May Q.

Au titre de la continuité, on retrouve bien sûr ce qui fait le succès du groupe depuis les origines : un travail minutieux sur les textures sonores, tissées par couches successives de synthé, de bidouillages électroniques et de guitares. On ne retrouve pas cependant les morceaux épiques qui s’étiraient sur plus de 10 minutes, construits sur des thèmes mélodiques répétés à l’infini, avec montées en puissance progressives, technique qui avait atteint son paroxysme dans le titre Lights, sur l’album du même nom.

En revanche, on retrouve ces ballades douces, et un peu sucrées, parfois un peu plates qui s’intercalent entre deux morceaux plus puissants, et qui ne sont pas toujours les plus grandes réussites du groupe (Calm down, Things going on, malgré la très belle voix de Mary Q. sur ces trémolos de claviers électriques bien reconnaissables maintenant, Rise qui clôt l’album d’une manière un peu ennuyeuse, sur fond de cordes).

Le renouvellement vient principalement de la tonalité générale de l’album plus sombre que jamais (même si la musique d’Archive n’a jamais respiré la franche gaieté), et particulièrement agressive, avec des rythmiques électroniques tonitruantes (Conflict, qui se termine sur des accords en trémolos de cordes oppressants) qui se marient parfois étrangement avec la douceur du thème (sur la coda de Violently, avec Holly Martin au chant), agrémenté de guitares et de programmings rugueux (Twisting).

Et il faut reconnaître que, avec Wiped out, ces titres figurent parmi les meilleurs de l’album. On ajoutera à la liste l’excellent Hatchet, chanté par Holly Martin, de facture un peu plus classique, un rock très entraînant et agressif là encore.

Quelques mots sur la prise de son qui a été dénoncée dans les commentaires précédents. Il est vrai que les sons paraissent par moment saturés ou parasités par des grésillements. J’ai l’impression que c’est un effet voulu, qui me rappelle la même sensation désagréable que j’avais ressentie à l’écoute de Finding it so hard, sur You’re all look the same to me. En réalité, ils ne sont pas omniprésents, pas si gênants que ça et participent à l’ambiance générale.

Un bon cru, donc pour ce nouvel opus, même s’il ne s’agit pas du meilleur album du groupe, With us until you’re Dead reste très intéressant.
0Commentaire23 sur 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 septembre 2012
Alors oui c'est vrai, archive perd de plus en plus son coté trip hop, et leur univers s'oriente vers le rock/electro progressif. Tournant largement emprunté par controlling crowds. Et c'est d'ailleurs pour cela que de nombreux "fans" se retrouvent perdu dans un univers qui ne leur correspond pas. Pour ma part controlling crowds a été une révolution, j'adorais leur coté trip hop mais je préfère largement leur coté floydien qui ressort vraiment dans controlling avec de nombreux morceaux digne d'un pink floyd.
L'évolution d'archive me fait penser à radiohead, qui a tourné le dos a ses fans les plus rock pour offrir des compositions moins commerciales mais tout aussi intéressantes. Et c'est exactement ce que je ressens a l'écoute du dernier album. Cet album est moins facile d'accés(hormis stick me in my heart). C'est pourtant un grand album d'archive. Le son est excellent et ce meme sur mon ensemble 5.1, comme radiohead, phil spector le son est riche, saturé et proche du wall of sound. Ce qui va choquer plus d'un fan qui se demandent certainement pourquoi leur chaine connait des problemes. Bien sur il n'en est rien et le 'bordel' dévoile au fur et a mesure des compostions originales et noires(coté largement accentué par les cris, les distorsions présente tout au long de l'album comme si les vers avaient déjà commencer à se nourrir de nos corps putrides.
Hormis stick me in my heart, il n'y a pas vraiment de ritournelle facilement retenable et c'est tant mieux, car cet album ne verse pas dans le commercial et au contraire présente un aspect conceptuel/mortel plus qu'interressant.
Enfin voila j'adore....
0Commentaire6 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2012
Le nouveau Archive, au titre quelque peu énigmatique, est surprenant car bien plus orienté electro que ses prédécesseurs, comme le montrait déjà le premier extrait Violently.
Dans l'ensemble les morceaux sont plutôt "courts" (enfin pour du Archive...) mais restent accompagnés d'envolées mélodiques toujours aussi implacables.
L'arrivée d'une 4e chanteuse est sympa car elle a une très belle voix, mais n'apporte pas forcément grand chose dans la mesure où elle ne chante que sur deux morceaux, elle fait plus "guest" que membre à part entière.
A voir au fur et à mesure des écoutes, après tout je n'avais pas trop apprécié Controlling Crowds au début, maintenant je le considère comme un des meilleurs albums d'Archive.
0Commentaire5 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 septembre 2012
D'abord le son : il est exceptionnel et l'ingé français a fait des merveilles. EVIDEMMENT que chaque crachotement, chaque saturation fait partie du job, tout comme le bourdonnement flippant de Interlace... c'est justement la superposition d'un son très pur (sur les voix de femmes par exemple) et du grain de beaucoup de parties qui créé ce déséquilibre cher à Archive. Le groupe cherche (il l'a confirmé en interview) à créer cette alternance de confort et d'inconfort, qui est à la base d'Archive (on pourrait dire la même chose de King Crimson). Stick me in my Heart juste après Interlace le démontre. Archive a dépassé depuis longtemps le stade du disque propre et confortable à écouter; si vous voulez du cristal, "Take My Head" fera l'affaire ! Mais on en est plus là...
Sur la musique maintenant : on tient le digne successeur du meilleur Archive à ce jour, Controlling Crowds (première partie). Je fais le pari qui pourrait choquer que WUUYD le dépassera sur la durée en terme de "multi écoutabilité". Certes, "Again" et "CC" sont plus flatteurs à l'oreille, plus immédiats. Et je parle là de ce que je met tout en haut de mon échelle dans la musique. Mais WUUYD possède une densité, un foisonnement, qui me semble encore moins inépuisables. Il y a plus d'invention, plus de risque, plus de tout dans WWUYD - plus de maturité.
Tout le monde ne sera pas d'accord : mais pour moi, ce disque est peut être le meilleur du groupe - pas le plus facile, mais le plus durable, j'en ai la conviction. Je le mets à côté de "RED" de King Crimson.
22 commentaires7 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 septembre 2012
Quelques commentaires sur le produit pour les fans de vinyle. C'est une version 2 x LP 180g, qui contient également une version CD dudit album. Pas mal du tout!
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 octobre 2012
Chaque écoute est une plongée dans un univers électro-progressif imprégné d'émotions ! c'est ainsi que je défini le son "Archive", et une fois de plus c'est réussi, cet album se veut un compromis intéressant entre le son progressif, devenu leur marque de fabrique (même si aucun morceau ne dépasse ici les sept minutes) et une force de frappe electro bien mise en valeur. S'il semble compliqué de mettre en évidence un ou plusieurs véritables singles, l'ensemble se révèle d'une homogénéité évidente ! la petite surprise en plus,la présence d'une voix féminine, ca surprend, mais on s'habitue d'ailleurs j'adore "vilently" ! Est ce que le morceau aurait meilleur avec la voix Darius Keeler ? en tout cas, je suis comblée en écoutant Stick In My Heart...
J'attends le 19/11 avec impatience de pouvoir les voir-écouter sur scène !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 août 2013
Cet album, comme tous les autres, m'a encore surpris. Ils changent, évoluent, innovent, surprennent. Je les suis depuis plusieurs années maintenant, en albums et concerts, et chaque fois c'est différent et j'adhère/j'adore toujours.
Cet album m'a surpris au debut, j'attendais beaucoup plus d'instrumental comme sur les précédents, et la c'est plutot lyrique, des voix à l'état pures, envoûtantes. Une nouvelle chanteuse excellente en concert aussi !!) et très belle de surcroit, voix très complémentaire à Maria, ma préférée. Aujourd'hui Archive ne sont pas moins de 5 chanteurs avec tous des voix et styles différents. 2 femmes, 3 hommes.
Les mélodies tournent et reviennent dans la tête.
Je le savoure toujours un peu plus à chaque écoute.
Bravo.
Et le must, c'est toujours en concert....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 octobre 2012
C'est un album qui doit s'apprivoiser, un peu comme leurs précédents "Controlling Crowds" et "Controlling Crowds Part IV", avec qui il partage le même son. D'ailleurs, Archive semble enfin avoir trouvé son créneau. On retrouve les mêmes refrains un peu lancinants à la première écoute, mais qui dévoilent une certaine mélancolie au final, les mêmes pianos électriques saturés, la même façon de chanter un peu lointaine qui nous force à tendre l'oreille. Il faut du temps pour apprécier le travail effectué sur cet album, assez beau finalement, même si on peut regretter l'énergie d'un "Lights" ou l'efficacté d'un "Noise". Pas de "tube" ici, juste l'oeuvre de passionnés qui continuent d'inventer un univers qui nous tarde déjà d'explorer à nouveau.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 août 2012
A réception du colis contenant l'album vinyle, on a la bonne surprise de voir que cette version contient également la version CD, ce qui n'est pas précisé dans le détail du produit.
C'est toujours une bonne idée qui ne coûte pas grand chose et ça permet d'économiser un téléchargement pour pouvoir le mettre sur tout support.
0Commentaire4 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 septembre 2012
J'avoue avoir mis du temps à me faire à ce nouvel album, certains titres sont assez déroutants pour les fans des toutes premières heures, mais il y a encore des titres planant avec la "griffe" Archive. On sent qu'il y a un peu plus de volonté commerciale depuis 1 ou 2 albums, et donc un peu moins de "folie" et de son à la "Pink Floyd" qui me font décoller à chaque lecture ! Mais de bonnes chose malgré tout, à voir et confirmer en concert, avec cette nouvelle chanteuse et toujours la délicieuse Maria Q
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles