undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

17
4,3 sur 5 étoiles
Destroyer (Resurrected)
Format: CDModifier
Prix:9,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

10 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 avril 2009
Sans s'être encore accordés la moindre pause, transportés par le succès spontané de leur album live et bien décidés à asseoir leur suprématie par la réalisation d'un nouveau disque, les Kiss entrent au Record Plant Studio de New York début 76. L'intention du groupe est claire, l'album doit être ambitieux et affirmer une fois pour toute autant le décor musical que l'imagerie liée aux personnages. Concept album oblige, c'est Bob Ezrin qui s'occupe de la production, tandis que Ken Kelly assure définitivement la mutation de nos quatre héros. Passé maître dans l'art de l'arrangement, Ezrin connaît toutes les ficelles et habille chaque composition d'attributs originaux ou dérangeants. Stimulé par de telles intentions, le rock'n'roll du Kiss se hisse en première classe expérimentale tout en continuant à nous faire croire aux sorcières par un design élaboré.

Pochette réussie, plus diversifié que ces prédécesseurs, Destroyer célèbre heavy et hard tout en sucrant son rock de miroirs aux alouettes. Disons-le tout de suite, si la surprise est de taille, le cadeau lui est capital pour toute une génération. Assumant sa variété en alliant la construction sans faille d'un Detroit Rock City au défrichement d'un Doom métal improbable avec God Of Thunder, l'album impose un niveau de créativité, de maturité inattendu. Détonant mélange où se font face refrains altiers et lignes de chants sombres, ce disque cultive originalité, comme une réelle maîtrise musicale pour un billet aller-retour au pays de l'imagination au pouvoir. Emportés par la fougue d'une basse impérieuse, fun et noirceur se font du coude sans jamais se jalouser. Quelle prouesse !

Evoluant à des années lumière des trois premiers albums, Destroyer n'oublie pas de se rappeler aux bons souvenirs de ce qui fait que l'on identifie immédiatement le Kiss de tout autre groupe. A savoir, l'efficacité d'une alternance de voix au sein d'un même morceau, le brio de subtils entrelacements de guitares glissant jusqu'au solo, sans oublier cette dose de superficialité venant confirmer, si besoin est, que ce qui nous est proposé au travers de cette aventure musicale est avant tout destiné à produire un show et lumière de tout premier ordre. Malgré quelques dissensions déjà apparues entre les membres du groupe, l'itinéraire de nos quatre super héros semble irrémédiablement tracé. Décisif, tout en assurant la promotion d'un heavy rock pluriel, Destroyer est un album indispensable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 25 août 2013
Revenons en 1976.
Kiss est depuis près d'un an, le groupe numéro 1 aux Etats-Unis, et ce, depuis la sortie de leur formidable album live Alive!, et l'explosion du tube Rock And Roll All Nite. La KissArmy, et les fans demandent un nouvel opus studio au quatuor masqué.
Ils font donc appel au géant Bob Ezrin, qui avait bossé avec des gars comme Alice Cooper ou Pink Floyd, et entrent en studio fin 1975.
Ils font un séjour assez court, mais d'une rare éfficacité : Destroyer voit le jour en mars 1976, et est certifié double-disque de platine (2 millions d'exemplaires écoulés) rien qu'avec les précommandes !
A titre indicatif, il est aujourd'hui certifié neuf fois disque de platine rien qu'aux Etats-Unis !
Bref, passons au contenu de l'album : il s'ouvre déjà sur la bombe fantastique Detroit Rock City, jouée depuis lors à chaque concert, ou presque, qui est devenue un classique du hard-rock, et qui a inspiré nombre de rockers depuis.
Puis on passe à King of The Nightime World, qui est vraiment bien travaillée et propose un refrain vraiment cool.
Que dire de God Of Thunder ? Ce tube très lourd chanté par notre bon vieux Gene Simmons, est en tout points parfait !
Puis s'en suit Great Expectations, chanson plus calme chantée par le Démon, qui montre toute l'étendue de son talent.
Flaming Youth, et Sweet Pain marquent l'apogée énergétique de l'album, et plongent l'auditeur dans un univers Kissien par excellence !
Shout it Out Loud... Quelle merveille musicale ! Un refrain entêtant, des couplets chantés par Stanley, et Simmons, et un riff de guitare myhtique : Respect.
La ballade Beth, chantée par le batteur, Peter Criss, est à ce jour l'un de plus grand succès de Kiss : numéro 3 aux Etats-Unis dès sa sortie, elle est certifiée triple-disque de platine en très peu de temps. Et cela se comprend : une chanson mielleuse, chantée avec brio. Personnellement, j'adère grave !
Et pour finir, la chanson rock Do You Love Me, clôture avec classe et punch, un album que l'on a pas fini d'écouter, et d'admirer.
Je suis fan de Kiss depuis toujours, et cet album est mon préféré, et le restera toujours. Ne pas l'écouter serait honnêtement une grave erreur. Je vous le conseille vivement.
En plus, en 1976, Kiss est au sommet de son art, que ce soit en studio, ou en live, et cet album et leur plus grand succès, car composé de chansons formidables. Un seul mot : RESPECT.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
100 PREMIERS RÉVISEURSle 30 juillet 2015
Quelqu'un m'avait offert le "Destroyer" de Kiss pour mon 13ème anniversaire, un des mes premiers vinyles que j'avais écouté, écouté et encore écouté jusqu'à le connaitre par coeur ! C'est sans doute l'un des meilleurs albums de Kiss, en tout cas l' un de ceux qui se sont le plus vendus avec le multi-platiné "Kiss Alive".

Des années plus tard, je suis tombé sur le CD "the remasters" de cet album que j'ai écouté en souvenir du bon vieux temps... et là grosse déception ! Le son était pitoyable ! Comme quoi il faut toujours se méfier des soi-disant remasterisations et faire confiance avant tout à ses z'oreilles. Les plaintes des fans ont du être nombreuses pour que le groupe se décide en 2012 à confier à Bob Erzin le soin de ressusciter leur album mythique. Le résultat, "Destroyer resurrected", est à la hauteur des espérances. On retrouve bien, intactes, les sensations qui avaient ébloui nos jeunes années : "Detroit Rock City", "Thunder of God", "Beth" ou "Do you love Me ?" sonnent à nouveau comme aux premiers jours et peut-être mieux encore ... En prime on a droit à un titre bonus, "Sweet Pain" dans une version alternative, pas mal, mais qui n'était pas franchement indispensable.

Du bon boulot !
77 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 mai 2009
"Destroyer" est un grand album de KISS, il est aussi un grand album de rock, et de Hard rock. Les chansons couvrent plusieurs styles différent, de la ballade mieilleuse de "Beth" au heavy lourd de "god of thunder", ce n'est pas pour rien que Kiss a continué à interpréter en concert les 2/3 de cet album. Stanley/Simmons n'ont jamais caché leur amour des Beatles, ils ont les moyens de rendre leur hard rock plus pop avec une production un peu léchée certes, d'y ajouter des orchestrations, etc ... L'ensemble des chansons pas toutes parfaites prises une à une rend cet album justement parfait dans la multiplicité des influences qui y règne. Un coup de maître.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
KISS (et le producteur de l'époque, Bob Ezrin) ressortent un des grands classiques du groupe dans une forme remastérisée et deux versions de "Sweet pain".
Evidemment, le son est excellent mais,honnêtement, il faut écouter l'album attentivement et au casque pour entendre de petites nuances ici ou là (davantage de guitare sur "Beth", par exemple).
Quant à "Sweet pain", elle apparait dans sa forme originelle puis dans une autre version, avec un solo de guitare différent.
A part ça, rien de bien nouveau sous le soleil : ceux qui adoraient "Destroyer" continueront et ceux qui le trouvaient moyen ne l'aimeront pas davantage.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 10 mai 2015
Evidement que j'aime cet album mythique, et surtout, je dois le dire, non sans un certain cynisme, grace a la propagande mise en place autour de ce disque obligatoirement genial depuis 1976; J'ai donc moi aussi succombe a l'idee de l'incontournabilite de cette rondelle mais en refusant toutefois depuis trop longtemps l'evidente verite volontairement enfouie au fond de moi et que je brule enfin a present d'exprimer Exhumons donc si vous le voulez bien pour cette occasion qui m'est donnee, cette verite toute crue qui a mon sens merite d'etre revelee et dont il m'arrive aussi parfois de douter tellement l'idee encore une fois ( fausse ? ) du chef d'oeuve est encre dans nos memoires collectives. A vrai dire, cet album est extrement surfait. Enlevez la luxueuse production de Bob Ezrin qui ne convient pas du tout a la musique du groupe et il reste quoi ? Certes quelques tubes bien calibres aux refrains facilement memorisables ( Shout It Out Loud, Do You Love Me, King Of The Night Time World... ) mais aussi quelques morceaux de remplissage ( Sweet Pain ) et une ballade batarde ( Great Expectation ) indigne du vampire Gene Simmons.On peut aussi infiniement regretter la pauvrete ( voire l'absence ) des solos d'Ace qui on le sait, s'est franchement pris la tete avec le producteur tyrant d'Alice Cooper et de Lou Reed freinant du coup on le sait ( ca fait maintenant partie de l'histoire ) largement l'inspiration et le travail du guitariste; A vrai dire, cet album a mon sens trop surestime m'a toujours laisse sur ma faim. En outrej.ai toujours pense que l'ordre des morceaux n'etait pas judicieux. Placer Sweet Pain et Shout It Out Loud juste apres King Of The Night Time World et Beth tout de suite apres God Of Thunder, terminer avec Flaming Youth ( qui aurait du etre un tube fabuleux jamais joue en concert ! ) et Do You Love Me aurait donne plus d'allure et de punch a l'album. Mais il ne s'agit la que de mon avis personnel qui en vaut certainement un autre. Le succes de Destroyer doit aussi beaucoup a la rampe de lancement que constituait le fantastique ALIVE sorti juste avant et de l'attente des fans qui en a decoule et confimee par le nombre incroyable des precommandes avant sa sortie. Voila, je me suis bien defoule a dire exactement ce que je pense de cet album relativement imparfait et peu honnete et surtout concu pour amadouer les radios de l'epoque, d'elargir encore un public sans cesse croissant ( mais peut-on vraimant en vouloir aux musiciens de souhaiter monter toujours plus haut ? ) 1976 etait l'annee de KISS et l'attraction du moment a voir absolument aux USA. Apres tout cela vous me demandez si j'aime vraimant Destroyer ? J'y suis bien oblige...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 15 février 2013
Un album que j'ai en vinyle et que je pensais bien acheter un jour ou l'autre en cd. En fait j'aime bien les albums studio, mais la quand j'ai reçu le cd et que je l'ai écouté pour la première fois en voiture..... dès le premier titre (detroit rock city)ça été la claque sonore! Le remaster est exxxxxcellent...à la fin de "detroit rock city" j'ai cru qu'une voiture m'avait percuté. Avec ce son l'album à une nouvelle jeunesse.
Il y a longtemps que je ne m'étais pas régalé comme ça à l'écoute d'un album....je le recommande.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
13 sur 17 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Confortés par le succès inattendu de Alive ! Kiss décide de retrouver le chemin des studios et de donner une dimension plus grande à leurs enregistrements. Ils délaissent leur producteur fétiche Eddie Krammer pour s'adjoindre les compétences d'un réalisateur connu pour ses arrangements musicaux particuliers, Bob Ezrin. A la première écoute de "Détroit Rock City", le ton est donné. Ezrin privilégie les sons rapportés comme l'ambiance d'un fast food, les sons d'un autoradio, le bruit des toles froissés ou les violons sirupeux un peu plus loin dans "Great Expectations". Le résultat est là, controversé par une partie des fans de Kiss, mais d'une grande maîtrise musicale. Bob Ezrin a domestiqué Kiss pour en faire un groupe d'envergure internationale. Détail amusant : le premier 45 tours "Détroit ROck City" sera exploité en radio pour la première fois mais sur sa face B, le slow langoureux de Peter Criis, "Beth", qui consacrera le quatuor. Un seul regret, qui a fait date dans l'histoire de "Destroyer" : Ace Frelhey a vu ses compositions personnelles rejetées par Bob Ezrin et lui en a gardé une amertume farouche lorsque les Kiss referont appel à Ezrin pour "Music From The Elder". C'est pour la promotion de "Destroyer" que les fameux shows de Kiss vont faire leur apparitions pour perdurer tout au long de leur carrière.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 27 juillet 2014
très bon album de kiss que j'avais en vinyle depuis sa sortie en 76 la avec un plus il est remastérisée et cd bon état impeccable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 3 novembre 2014
Très bon album de kiss ,l'un des meilleurs des années 70' produit par bob ezrin ....Une pure merveille à découvrire
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Hotter Than Hell
Hotter Than Hell de Kiss (CD - 2011)