undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles13
4,3 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:14,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 mai 2008
Ce n'est pas le meilleur album certes, mais là dedans on trouve trois perles, qui à elles seules justifient son achat: Black Napkins,The torture never stops et Zoot allures...Allez disons quatre avec Friendly little finger. Titres qui seront d'ailleurs repris sur les mutiples live en circulation sur le marché...Et puis la pochette est super, non?
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mars 2012
Zappa, drôle de bonhomme. Bourré de talent mais d'une prolixité décourageante, d'autant qu'à une musique par trop extravertie, il avait la fâcheuse habitude de mêler d'incongrus borborygmes, et un cortège de bruits en tous genres, souvent d'un goût douteux.
Cet album, découvert grâce au bon Ramone et à la générosité de son ami Fred, me paraît un des plus maitrisés de la carrière sinusoïdale du père des Mothers. L'extravagance est certes là, au détour de quelques vagissements féminins à la signification équivoque (The Torture Never Stops, Ms Pinky). Mais globalement c'est assez homogène et fluide. Presque reposant ! Pas trop de cuivre et une rythmique assagie qui s'écoule avec une certaine volupté. Outre les morceaux sus mentionnés plus haut, au feeling un peu sulfureux, on retient le beau blues décadent et stridulant de Black Napkins, les feulements feutrés de Find Her Finer, les trémulations jazz-rock de Friendly Little Finger, le Hard Rock lascif débité à la tonne de Wonderful Wino, la délicieuse digression guitaristique éponyme (Zoot Allures) et pour finir un pastiche baveux de disco, non dénué d'humour et de pêche (Disco Boy). Une perle dans le désordre...
11 commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 octobre 2013
Ce disque est magnifique et je dirais même génial bien qu'on mette ce mot à toutes les sauces. Bien sûr il comporte les inévitables morceaux qui ressemblent à des grosses blagues, mais même ceux-là sont bons ! 'Black Napkins' et 'The Torture Never Stops' sont EXCELLENTS (et on ne sait toujours pas si la dame gémit de douleur ou de plaisir). En tout cas, tout le plaisir est pour moi car c'est mon FZ préféré depuis 30 ans.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2013
Pour ceux qui ne connaissent pas encore pas Frank Zappa il suffit d'écouter "Black napkins" et vous comprendrez. Si vous aimez après vous pourrez enchaîner sans problème sur "Apostrophe (')", "One size fits all", "Over-nite sensation", "Roxy & else where", "Sheik yerbouti", "Shut up'n play yer guitar", "Tinsel town rebellion", "You are what you is " et les "Joe's Garage Acts I, II & III".
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Prévu pour être un nouveau double opus sur DisCreet Records, Zoot Allures finit simple et chez Warner Bros. La raison ? Un Zappa en bisbille avec son manager/cogérant du label déjà, une volonté d'ascèse, aussi ? Ce serait sans doute mal connaître un Frank toujours prompt à trop en faire (c'est aussi pour ça qu'on l'aime). Bref, album studio (avec un peu de live dedans comme d'habitude chez Zappa), Zoot Allures est surtout un quasi-album solo pour lui qui semble lui permettre de tester les musiciens de sa prochaine formation (pas celle qu'on voit sur la pochette où Patrick O'Hearn et Eddie Jobson sont bien présents alors qu'ils n'ont pas joué la moindre note sur l'opus) dans un contexte plus rock que à quoi Frank avait habitué son auditoire. Ce n'est pas à dire qu'on ait ici un album simpliste pour autant, ce serait mal connaître le bonhomme qui, forcément, glisse moult de ses idées étranges et iconoclastes dès Wind Up Workin' in a Gas Station qui aurait l'air presque normal s'il n'y avait la voix possédée de Davey Moiré. Et ça continue sur Black Napkins et The Torture Never Stops (le premier servant en quelque sorte d'intro au second) qui bluese bien mais toujours avec ce petit éclat dans l’œil, cette posture de sale gosse irrespectueux qui fait la différence. Alors certes, et la suite de l'album ne fait que le confirmer, ce Zappa là est notablement plus "focus" mais c'est un Zappa immédiatement reconnaissable malgré tout avec de vrais grands moments de transe (Friendly Little Finger et sa guitare tourbillonnante par exemple) et d'humour (parce qu'il ne doit jamais en être autrement sur un album du fameux moustachu qui est aussi un authentique rigolo). Tout ça ne fait peut-être pas de Zoot Allures le plus essentiel des albums d'un impressionnant catalogue, ça en fait, par contre, une excellente porte d'entrée à l'art du monsieur pour tout ceux qui ne sauraient pas trop par où commencer. Rien que pour ça, c'est un album utile, et aux fans de Zappa aussi qui n'y retrouveront pas leur chouchou typique mais bel et bien leur chouchou quand même qui, c'est bien connu, ne peut pas se tromper et réussit par conséquent son pari rock à lui. Recommandé... à toutes et à tous !

1. Wind Up Workin' in a Gas Station 2:29
2. Black Napkins 4:15
3. The Torture Never Stops 9:45
4. Ms. Pinky 3:40
5. Find Her Finer 4:07
6. Friendly Little Finger 4:17
7. Wonderful Wino 3:38
8. Zoot Allures 4:12
9. Disco Boy 5:11

Frank Zappa – guitar (all tracks), bass (1, 3–7, 9), lead vocals (1, 3, 4, 5, 7, 9), synthesizer (1, 4, 5, 9), keyboards (3, 5, 7, 9), director of recreational activities (3)
Terry Bozzio – drums (all tracks), backing vocals (5, 9)
&
Davey Moiré – lead vocals (1), backing vocals (1, 9), engineer
Andre Lewis – organ (2), vocals (2), backing vocals (5, 9)
Roy Estrada – bass (2), vocals (2), backing vocals (4, 5, 9), drone bass (6)
Napoleon Murphy Brock – vocals (2)
Ruth Underwood – synthesizer (4, 6, 7), marimba (6, 8)
Captain Beefheart – harmonica (4, 5)
Ruben Ladron de Guevara – backing vocals (5)
Ian Underwood – saxophone (6, 7)
Bruce Fowler – trombone (6, 7)
Sal Marquez – trumpet (6, 7)
Dave Parlato – bass (8)
Lu Ann Neil – harp (8)
Sparky Parker – backing vocals (9)
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voilà un excellent cru ( daté de 1976 ) à ne pas manquer dans la discographie monumentale de Zappa, sous le sceau d' un rock brut et potache à la fois. Les guitares de l' oncle Frank se font le plus acides possibles, soutenues par les pulsations binaires du très agité ( mais impeccable ) Terry Bozzio. A ce binôme de base se rajoutent les invités/copains de l' époque : Don Van Vliet alias Captain Beefheart, Roy Estrada, Ruth Underwood ou Napoleon Murphy Brock.

Les amateurs se régaleront de "Wondeful Wino", de l' instrumental "Friendly little finger" ( à la limite du hard-rock ) ou d' une version live bien trempée de "Black Napkins". La pression retombe quelque peu sur le morceau-titre, délectable car planant à souhait.
Mais le vrai morceau coup de poing de l' album reste l' inusable "The Torture Never Stop", grand classique zappa-esque repris maintes fois sur scène, présenté ici dans sa version studio. Ces 10 minutes de litanies salaces sur un groove lent et hypnotique constituent une véritable pièce d' anthologie ( on peut d' ailleurs se demander si Gainsbourg, recycleur de génie, ne s' en ait pas inspiré 13 ans plus tard pour "Love on the Beat"... ). L' album se termine de façon plus légère avec le délirant "Disco Boy".

Globalement homogène dans sa soif d' expérimentations sonores très rock n' roll, le disque n' en reste pas moins marqué par l' état d' esprit déjanté de l' oncle Frank. Les fans s' y retrouveront.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2014
Bonne musique et univers délirant, du pur Zappa tinté d'érotisme et de sensualité.
Plus une excellente prise de son - Rien que du plaisir !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 septembre 2015
Très bon album, avec, notamment, le terrible "The torture never stop"... et d'autres excellent morceaux ("Ther a big dilemn about my big ...)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 janvier 2001
Un être humain normalement constitué devrait posséder en cinq exemplaires au moins cet album étrange, sorti en pleine ère disco, et qui s'impose par des mélodies sorties de nulle part, des solos mélancoliques et quelques plagiats à mourir de rire. Zappa au sommet de son art.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 septembre 2007
Comment rester insensible à "black napkins" en prise live .Toute la magie du maître encore dévoilé dans ses soli qui t'emporte sur des chemins de traverse inconnus et sans fin . Ah Fank s'il y a un homme qui a allié poésie et musique c'est bien toi .Laissez vous guider mes fréres sur la voie de l'imagination et élevez vous au dessus de toute cette mélasse qu'on nous sert tous les jours (torture never stops). Alors zoot alors! ne vous laissez pas faire et réagissez bon dieu !!!!!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,88 €
14,99 €