Commentaires en ligne


6 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le crépuscule des dieux, 29 mai 2014
Par 
Werlings (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonie n° 8 (CD)
La huitième symphonie d'Anton Bruckner est une oeuvre sombre, exigeante, assez riche pour que chaque chef qui s'en empare puisse y imprimer la marque de sa propre personnalité. Et la lecture qui en est donnée est souvent fort différente.

Certes, comme toutes les autres symphonies de Bruckner, on pourra poser la question du choix de l'édition. Mais entre les accélérations fulgurantes d'un Furtwängler à Vienne en 1944 et la lenteur inspirée d'un Celibidache avec Munich, on pourra se tourner vers les chefs considérés comme des "brucknériens", tels Eugen Jochum ou Günter Wand. Il ne faudrait pas oublier alors Georg Tintner, Eliahu Inbal ou Stanislaw Skrowaczewski, et d'autres chefs qui méritent de retenir l'attention.

Et puis, voici Karajan. Après avoir été adulé, le grand chef autrichien aura été vilipendé. Trop lourd, trop germanique, trop attentif au bon son, trop tenté par la modernité de la technique, trop en rupture avec son orchestre de Berlin à la fin de sa carrière... Tout aura été dit. Loin de son intégrale avec Berlin, voici Karajan l'autrichien quelques mois avant sa mort, de retour à Vienne, avec un orchestre somptueux, dirigeant un autre autrichien, Bruckner. Bref, un retour aux sources, ou, comme dans la structure cyclique des symphonies romantiques, la réexposition finale du thème original.

Le résultat est magnifique. A l'opposé d'un Celibidache qui, suivant des voies diamétralement contraires, nous mène lentement vers l'infini, Karajan impose avec autorité une lecture envoûtante. Rapide (mais point trop), sous-tendue d'une tension permanente, cette interprétation s'impose par sa cohérence. D'ailleurs, disposer de cette symphonie sur un seul disque est très rare et le CD atteint la limite de ses capacités. Cette cohérence se retrouve dans l'équilibre entre les différents mouvements. Là où d'autres se démarquent par leur noirceur, une urgence démoniaque ou au contraire une retenue éthérée, Karajan s'impose par un sentiment d'évidence. On a beaucoup parlé du "phrasé" de Karajan : ici, on l'entend, et avec quel talent ! L'élan du premier mouvement, avec ce long crescendo initial ; le scherzo, inquiétant ; l'adagio, admirable sans être désespéré ; le final enfin, qui galope vers l'inconnu : Karajan impose son rythme, ses respirations. Quelle leçon !

Il serait illusoire de prétendre choisir une version définitive de cette symphonie ; mais s'il fallait en retenir une qui puisse être une porte d'entrée à cet univers grandiose, alors ce disque doit retenir l'attention. Il présente tous les atouts nécessaires : un orchestre magnifique, aux couleurs orchestrales riches et qui rendent justice à l'orchestration somptueuse du compositeur ; un chef qui, avec tout le métier qu'il a acquis, sait construire une cathédrale sonore cohérente en dégageant les lignes de force avec toutes les nuances utiles ; une prise de son pourtant récente (1988) et déjà numérique, mais pourtant restaurée.

Nous avons donc ici une leçon de direction, le testament d'un chef légendaire ; une version accessible d'une oeuvre difficile ; un orchestre somptueux magnifié par la technique. Bref, un grand disque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


18 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un sommet, 3 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonie n° 8 (CD)
Au depart je me suis dit encore un enregistrement de la 8 de bruckner par karajan enregistrement que je possede deja depuis longtemps.
Seulement ce cd est magique à plusieurs titres tout d'abord
1) par l'interpretation du chef à la fin de sa vie qui est un veritable testament
2) par le fait que l'oeuvre tient sur 1 seul cd de pres de 83 mn
3 par le remastering exceptionnel j'ai en effet realisé la comparaison avec l'enregistrement d'origine et vraiment le resultat est fabuleux
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un Must !, 14 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonie n° 8 (CD)
L'un des derniers enregistrements de Karajan et non des moindres puisqu'il revient sur un monument du post romantisme qu'il avait enregistré plusieurs fois. Avec l'orchestre philarmonique de Vienne et dans une prise de son numérique de très haut niveau, cette réalisation fait figure d'enregistrement de légende, même s'il on aurait aimé un peu plus de rapidité dans le scherzo, les autres mouvements sont proches de la perfection. Une oeuvre de l'ile déserte !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le testament de "Herr von K.", 21 octobre 2014
Par 
Gautier (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonie n° 8 (CD)
Après bien des errances, Karajan revient à l'essentiel: l'expression musicale, et c'est bouleversant. A aucun moment de ces 82 minutes de musique, prises en direct, l'émotion qui nous saisit ne se relâche, et, comme dans la 9ème de Mahler, on ne peut que rendre hommage à ce grand interprète, qui dévoile ici sa nature profonde de musicien.
Une expérience à vivre ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Karajan ..., 2 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonie n° 8 (CD)
What else?
Avec la 7e qu'il enregistra en avril 1989 , c'est le testament du grand chef autrichien , le témoignage d'un grand brucknerien , au coude à coude avec Jochum , Wand , Böhm et quelques autres.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Interprétation d'école, 13 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonie n° 8 (CD)
tres belle interpretation. Un modele du genre. Karajan en fin de carrière mais sans doute dans sa meilleur version. Le son est de grande qualité y compris sur des tres gros système hifi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Bruckner : Symphonie n° 8
Bruckner : Symphonie n° 8 de Anton Bruckner (CD - 2012)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit