undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles4
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:18,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 août 2012
"Le Privé" (The Long goodbye) sort en 1973. Il s'agit à l'époque d'une tentative pour le réalisateur Robert Altman de proposer une interprétation naturaliste des romans de Raymond Chandler. Le célèbre détective (fictif) "Phillip Marlowe", autrefois immortalisé par Humphrey Bogart, devient ainsi une sorte de "Monsieur tout le monde" en la personne de l'acteur Elliott Gould, et les événements de l'histoire sont racontés en temps quasi réel.
Paradoxalement, le temps n'ayant pas épargné le film du point de vue du style, le naturalisme voulu au départ a aujourd'hui disparu aux dépends d'un kitsch inhérent aux techniques de l'époque. Mais l'œuvre préserve tout de même son originalité.
Ainsi, bien au delà d'une simple "detective story", le film est avant tout une satyre sociale. Altman se sert de l'archétype du privé pour lui opposer une Amérique ayant complètement mutée depuis l'âge d'or d'Hollywood (le récit se déroule à Los Angeles), dans une totale perte de repères. Marlowe va opérer une quête initiatique vers une issue fatale où seront exterminées toutes les valeurs classiques auxquelles il croit encore.
Dans la forme, le réalisateur, toujours plus intéressé par les motivations profondes des personnages que par l'intrigue réelle de l'histoire, reste fidèle à son habitude : Le scénario n'est écrit que dans les grandes lignes et se réduit à une simple armature pour l'action, permettant aux acteurs d'improviser la plus-part des dialogues. En découle une impression surréaliste, ainsi qu'une étrange tonalité, presque "domestique", néanmoins contrebalancée par la performance bluffante de certains acteurs, Sterling Hayden en tête.

Attention, cette apparente vacuité ne doit pas occulter l'impressionnant regroupement de talents qui s'affairent au générique. Le script de départ, directement adapté d'une nouvelle de Chandler, est rédigé par Leigh Brackett, une des plus brillantes scénaristes de l'histoire du cinéma, à qui l'on doit, entre autres, Le Grand sommeil,Rio Bravo ou encore L'Empire Contre Attaque ! La dame parvient à préserver l'esprit de l'écrivain, et ce malgré la personnalité du réalisateur !
La musique, qui ne laisse entendre qu'une seule et unique mélodie interprétée de plusieurs manières différentes selon les scènes du film, est composée par John Williams. Oui, vous lisez bien, le compositeur attitré de Steven Spielberg (et de "Star Wars"). La chanson titre, "The Long Goodbye" (toujours sur la même mélodie), est composée par Williams sur des paroles de Johnny Mercer. Et les passages à la tonalité la plus jazz sont interprétés par le "Dave Grusin quintet". Rien que ça !!!
Pour l'anecdote, Arnold Schwarzenegger apparaît dans un de ses premiers rôles.

Le film restranscrit particulièrement bien l'ambiance nonchalante et dilettante telle qu'elle existait dans les pays occidentaux à la fin des "trente glorieuses" et qui aboutira bientôt à l'époque "disco". Dans ce sens, on peut le rapprocher de "Elle (10)" de Blake Edwards, au niveau du parfum et de l'atmosphère.
Cette version blu-ray devait enfin permettre aux spectateurs de visionner le film dans une copie meilleure que celles qui ont été diffusées sur les chaînes satellites depuis quelques années (au son catastrophique). Hélas, trois fois hélas, la restauration a été effectuée par dessus la jambe et l'image n'a pas été nettoyée, le spectateur retrouvant les mêmes tâches que sur les anciennes copies. Les scènes de jour sont assez lumineuses et contrastée mais, en revanche, toutes les scènes de nuit sont calamiteuses, noyées sous une granularité extrême et des ombres délavées. Quant à la version française, aucune remastérisation n'a été faite et le son mono est affreux.
Toutefois, il fallait que l'image ne soit pas trop lisse, car le parti-pris du réalisateur de filmer sans esthétisme racoleur s'accompagne également d'un grain un peu poisseux, parfaitement représentatif des films de la première moitié des années 70.
33 commentaires|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour commencer, il est dommage que la copie proposée n'ait pas été nettoyée, car elle est constellée de points blancs sans intermittence (ce qui s'avère gênant à la longue), certains étant particulièrement persistants.

Sur le fond, le transfert est trop souvent moyen. Si les scènes de jour sont très jolies, avec une belle définition et des noirs profonds appuyés par un contraste bien géré, les scènes de nuit sont majoritairement peu agréables à l'oeil. On note lors de celles-ci une montée de grain extrême couplée à une chute de la profondeur des noirs, créant une image délavée, et simplement fort peu jolie.
De plus, ces scènes présentent aussi des fluctuations de luminosité, voire parfois un virement des noirs vers les bleus.

Le résultat est globalement décevant, car il y aurait certainement eu matière à mieux faire, mais on peut supposer que l'absence d'un budget conséquent à empêcher une vrai restauration d'avoir lieu. Du potentiel, donc, mais clairement inexploité.

La piste son VO s'en sort un peu mieux que l'image, mais là aussi, tout n'est pas rose.
Si elle possède une clarté dans les dialogues et un dynamisme parfois surprenant, de nombreuses scènes ont un souffle par dessus les dialogues créant une sensation désagréable à l'oreille. Ce phénomène n'est pas constant, mais est récurrent (environ 6 séquences sur l'ensemble du film).

A noter, d'un point de vue purement technique, la différence d'encodage entre la VO et la VF : la VO est proposée en mono avec une piste basée sur du DTS mi-débit, alors que la VF est en 2.0 avec un DTS plein débit comme base.

Image : 7/10
Son (VO) : 7.5/10
Film : 9/10
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 octobre 2015
Il n'y a rien d'autre à ajouter... Pas assez connu, dommage, mais grand chef-d'oeuvre qui devrait sérieusement fait parti de classique célèbre au grand public ! Soyez curieux, et courez ventre à terre le (re)voir !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juillet 2013
Un chef d'oeuvre. Eliott Gould grandiose. Suspense, humour, scénario passionnant. Tout y est. A recommander sans hésiter.Je n'ai plus rien à dire.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

35,00 €
10,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)