undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

  • Ambush
  • Commentaires client

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles3
3,0 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:21,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Un nouvel album de Tygers of Pan Tang (ou de ce qu'il en reste, à savoir le seul Robb Weir entouré d'un line-up peu ou prou inchangé depuis 2000 et la reformation du groupe) est toujours sujet à quelques doutes. Depuis longtemps en effet (la première moitié des années 80... Une paille !) le groupe n'a produit que succédané, approximations ou carrément trahisons de son son de référence. Mais cette fois, je le sentais bien. La production de Chris Tsangarides (responsable des meilleurs albums du groupe), l'artwork de Rodney Matthews... Tout ça ressemblait au vrai "truc"... Et puis non.

Pourtant ça part bien avec le prometteur Keeping Me Alive qui sonne proche de ce dont le groupe était capable au début des années 80 (si en un peu plus américanisé ici) mais la suite n'est hélas pas du même tonneau. Là où on espérait l'assemblage classique de hard rock à l'ancienne et de heavy metal poids-léger, on n'a la plupart du temps que scories de la scène hair metal/AOR de la seconde moitié des années 80.

Le premier problème vient en fait du vocaliste. L'italien Jacopo Mielle est le chanteur le moins remarquable qu'il m'ait été donné d'entendre depuis longtemps. Ok, il chante juste (la plupart du temps) mais manque de la puissance et de l'ampleur qu'on attend d'une nouvelle recrue. Qui plus est, il fait son truc dans un faux accent américain qui, petit à petit, devient si insupportable qu'on en est presque à vouloir lui fermer le clapet en le bourrant de pizza, na ! Oui, à ce point...

Et puis il y a les chansons et, boudiou !, quelle monotone sélection ! Le morceau d'ouverture, je vous l'ai déjà dit est (presque) excellent, Rock'n'Roll Dream est un énergique hard rocker à l'ancienne qui fonctionne plutôt bien, Burning Desire (qui m'a rappelé le groupe allemand Bonfire) est une power ballad bien troussée et, finalement, Speed (pas si speed, en fait), second meilleur titre de l'album (pas que ce soit dur) clot l'album en beauté nous rappelant enfin les Tygers of Pan Tang de notre jeunesse. Ca fait 4 sur 11. Le reste consiste en majorité d'un hard rock à l'américaine tout à fait quelconque et parfois, c'est pire (Man on Fire, pire titre de l'album, une sorte de faux Led Zep FMiné dont Great White ne voudrait pas même pour une face B).

Suis-je déçu ? Evidemment, et avec de bonnes raisons de l'être ! Pourtant j'avais été prévenu et Ambush (embuscade) en était bien une et porte donc son nom à merveille, vous pensiez avoir Crazy Nights, vous vous retrouvez avec Burning In The Shade (enfin, presque, le son Tsangarides ratrappe un peu le coup) ! Croyez-moi, tenez vous à l'écart de celui-ci.

1. Keeping Me Alive 5:27
2. These Eyes 4:10
3. One of a Kind 4:14
4. Rock & Roll Dream 4:06
5. She 4:49
6. Man on Fire 4:10
7. Play to Win 4:51
8. Burning Desire 4:56
9. Hey Suzie 4:18
10. Mr. Indispensable 4:22
11. Speed 3:42

Robb Weir: guitare
Craig Ellis: batterie
Deano: guitare
Jacopo Meille: chant
Gavin Gray: basse
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2015
Clairement, ce précurseur de la NWOBHM (renouveau de la scène hard-rock anglaise du début des années 80) est différent aujourd'hui. Le son est différent, moins brut, moins dans l'urgence, plus posé . . . néanmoins, cet album n'en reste pas moins un bon disque de hard rock mélodique.

Les riffs sont puissants, classiques certes, mais très agréables. Le chanteur me fait penser à Joey Tempest d'Europe, voix suffisamment puissante, contrairement à ce qu'on entend ici et là, le tout est bien ficelé, avec solos incisifs.

Cet album est ainsi bien meilleur que "The Cage", tournant Hard-FM du groupe lors de leur 4e album, après les 3 tueries que sont "Wild Cats", "Spellbound" et "Crazy Nights", leurs 3 premiers efforts. Autant, "on sentait sur "The Cage" que le groupe se forçait à prendre le virage FM obligatoire, selon eux, pour vendre plus de disques. Cela donnait un résultat insupportable, noyé dans les choeurs et les claviers.

Ici, le hard est naturellement mélodique et, je trouve, de bonne facture.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juin 2013
Bonnes chansons, dans la plus pure tradition "New wave of British Heavy Metal", une véritable madeleine de Proust pour tous ceux qui aimaient ce groupe au début des années 80.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)