undrgrnd Cliquez ici Toys Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles1
3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:11,42 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Evocation est un groupe suédois que je découvre à l'occasion de la sortie de cet album, leur quatrième en plus de vingt ans d'existence.

Il faut savoir que la bande à Vesa Kenttäkumpu avait sorti deux démos au début des années 90 et avait splitté suite à des différends en matière d'orientation musicale en 1993 pour se reformer plus de dix ans après avec un line-up quasi identique.
Au début de leur carrière, ils étaient considérés comme la parfaite synthèse entre les scènes de Göteborg et de Stockholm, entre death mélodique et brutal avec une touche evil tout à fait délectable.

Depuis leur reformation, ils ont sorti des albums très régulièrement sur le label Cyclone Empire, tous de bonne facture d'après ce que j'ai pu en écouter.

Pour cet "Illusions of Grandeur", on note un grand nombre de changements:
-déjà une pochette très colorée par rapport aux précédentes, magnifique au demeurant ; il s'agit pourtant de l’œuvre du même artiste que pour leur précédent "Apocalyptic", Michał "Xaay" Loranc
-le label n'est plus Cyclone Empire, mais Century Media ; du gros poisson pour le coup, ils ont d'ailleurs sorti également dans la foulée une compilation de leurs vieux morceaux
-la production est assurée non plus par Vesa mais par Roberto Laghi, qui a produit notamment Diablo Swing Orchestra et les derniers In Flames
-changement mineur, un nouveau bassiste.

Musicalement, et c'est là que réside le plus gros changement à mon avis, ils penchent désormais davantage du côté mélodique que du côté affreux, sale et méchant. Disparue complètement, la touche evil.
Certes, je ne suis pas un fan de la première heure et je n'ai même pas suivi le groupe depuis sa reformation. Mais étant un inconditionnel du death old school suédois, j'ai comme l'impression que le groupe s'est dénaturé: pas complètement mélodique, pas franchement progressif mais peu s'en faut, plus très agressif, le résultat est vraiment mi figue mi raisin, trop lisse et surtout sans saveur.
Evocation apparaît comme un combo standard de death suédois moderne. Un peu comme s'ils visaient un autre public que sur leurs précédentes réalisations.
Au demeurant, ce disque est bien fichu et plaira sûrement aux amateurs d'Amon Amarth -le chanteur Johan Hegg figure sur "Into Submission" d'ailleurs- et des derniers In Flames. Mais ce n'est plus assez gras pour les "puristes" comme votre serviteur.

Du coup, je conseille à ceux qui préfèrent comme moi le death suédois de jadis d'opter plutôt pour la compilation "Evoked from Demonic Depths - The Early Years" ; ils y trouveront probablement plus leur compte.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus