undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
16
4,0 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:18,89 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 29 octobre 2012
Quand je lis une chronique, j'ai tout de suite envie de savoir où se situe son auteur au niveau de ses préférences vis à vis du groupe chroniqué, pour voir si ça me correspond ou pas.
Alors voilà : en ce qui me concerne, j'ai découvert Kamelot avec l'album "The Fourth Legacy" qui reste aujourd'hui pour moi ce qu'ils ont fait de meilleur. Bien sûr, j'ai également adoré les trois albums suivants ("Karma", "Epica" et "The Black Halo") qui ont fait de Kamelot l'un des meilleurs groupes du style. Puis la déception est arrivée avec "Ghost Opera" d'une part et, plus encore, avec le dernier album en date, "Poetry for the Poisoned" auquel je n'ai pas franchement accroché.
Patatras. Voilà comment un groupe qu'on adule se retrouve, en l'espace de deux albums, relégué au rang des groupes ordinaires. La flamme s'en est allée, l'inspiration semblait tarie... Les choses allant de mal en pis, nous avons appris le départ du chanteur emblématique du groupe, Roy Khan, remplacé dans un premier temps pour les concerts par Fabio Lione (Rhapsody of Fire). Glups... Là, ça sentait le sapin... Puis on a appris que le nouveau chanteur serait finalement un certain Tommy Karevik (Seventh Wonder), ouf !
Kamelot, en présentant son nouveau chanteur à la horde de fans que nous sommes, devait avant tout rassurer son public. Alors le groupe nous annonçait par la même occasion un retour vers les années "Karma" et "Black Halo", les albums qui ont le mieux marché. Bien pensé. Mais les paroles et les actes, parfois...
Sans plus attendre, voyons donc à quoi ressemble ce Kamelot new look, version 2012.

Et effectivement, l'écoute de "Silverthorn" nous ramène quelques années en arrière.
Ainsi, on retrouve l'intro symphonique, abandonnée depuis quatre albums. Un détail sans doute, mais qui en dit long sur la volonté du groupe de revenir aux fondamentaux.
Mais vouloir est une chose. Pouvoir en est une autre. Car, l'écoute de cet album terminé, je ne suis pas totalement convaincu.
En ce qui concerne le chant de Tommy Karevik, on n'est pas bien loin du mimétisme complet avec celui de son illustre prédécesseur. Déjà, physiquement, on ne peut pas s'empêcher de penser que la ressemblance a été cultivée. Mais là, c'est bluffant par moment. On a parfois tellement l'impression d'entendre Khan que c'est à se demander si ce n'est pas lui qui a enregistré les morceaux avant de s'en aller. Là encore, sur ce point, les fans vont forcément être rassurés, Tommy ne devrait avoir aucun mal à chanter le répertoire de Khan en concert. A un détail près et qui a son importance, j'en parle plus loin.
Et au niveau des compos, alors ?
Certes, "Silverthorn" est bien meilleur que ce que le groupe nous a proposé ces derniers temps mais honnêtement, on ne retrouve pas ici le Kamelot des grandes heures de gloire. Sans vouloir à tout prix chercher le futur classique du groupe parmi ces nouveaux morceaux, j'ai quand même du mal à y trouver un titre avec une durée de vie vraiment importante. Où sont donc passés des morceaux de la trempe de "Fourth Legacy", "Nights of Arabia", "Forever", "Wings of Despair", "March of Mephisto" ou "Across the Highlands" ?
Pourtant, l'album démarre plutôt bien avec la triplette "Sacrimony", "Ashes to Ashes" et "Torn". On se prend à rêver. Pas de doute, on revient à un type de compo qu'on l'on n'avait plus entendu depuis un moment et, sans que ce soit génial (c'est à dire du niveau des titres cités plus haut), c'est tout de même un bon départ. Un bon point d'ailleurs au titre d'ouverture, "Sacrimony", qui compile un peu tout le savoir-faire du groupe : quelques parties speed bienvenues, du chant féminin savamment distillé, de belles envolées mélodiques.
Mais "Song for Jolee", quatrième titre, est le premier faux-pas qui nous fait douter. Une ballade, pas affreuse entendons-nous bien, mais loin, très loin des meilleures du groupe. Si techniquement, on ne peut pas reprocher grand chose à Tommy Karevik, il est en revanche loin d'arriver à égaler l'émotion que faisait passer Khan sur ce genre de compo.
Et à partir de là, c'est un peu le chaud et froid. "Veritas" sur un tempo assez lourd ne parvient pas vraiment à réveiller l'intérêt. Je trouve que les parties chantées par la chanteuse tombent un peu comme un cheveu sur la soupe et le refrain, pourtant doté de gros choeurs, est brouillon.
"My Confession" est heureusement meilleur, le refrain est bien torché. Tout comme "Silverthorn", construit sur le même principe, bien connu chez Kamelot (couplets assez lents, refrains plus dynamiques), avec sa chorale d'enfants du meilleur effet qui donne une plus-value au morceau. Mais "Falling Like The Fahrenheit", malgré quelques beaux vocaux féminins, ne décolle pas et revient un peu à ce que le groupe proposait sur "Ghost Opera" : des titres pas mauvais, certes, mais pas vraiment marquants non plus. Je ne peux m'empêcher de penser que quelques morceaux avec un rythme plus soutenus seraient les bienvenus. Heureusement, "Solitaire" vient booster un peu les choses sur cette fin d'album et nous fait retrouver le sourire.
"Prodigal Son", le plus long titre de l'album, part sur de très bonnes bases avec son démarrage digne d'une messe funèbre. Mais je trouve la suite du titre assez plate, avant un réveil salvateur dans les deux dernières minutes. Trop tard. Enfin, "Continuum", sorte d'outro avec choeurs féminins laisse finalement un goût d'inachevé dans la bouche.

J'ai envie de croire que les meilleurs années Kamelot ne sont pas derrière le groupe mais ce nouvel album n'arrive pas vraiment à me rassurer à ce sujet. Le changement de chanteur est finalement assez anecdotique tant Tommy reste dans le même esprit que son prédécesseur. C'est au niveau des compos que j'ai du mal à me réjouir totalement. Est-ce que Kamelot sait encore écrire de grands morceaux comme ceux qui jalonnaient "The Fourth Legacy", "Karma", "Epica" ou "The Black Halo" ? J'en doute...
Et malgré tout cela, vous vous dites que, finalement, la note n'est pas mauvaise. Oui, car l'album est bon, meilleur que les deux précédents, les points positifs l'emportent sur les points négatifs et il rassurera certainement les fans. Mais j'attendais sûrement autre chose. Je dois être devenu difficile avec les groupes qui m'ont fait rêver...
Kamelot a marqué de précieux points avec "Silverthorn" mais n'est pas encore revenu sur le podium des meilleurs groupes du genre.
15 / 20

Retrouvez cette chronique (et d'autres) sur le site "auxportesdumetal.com".
11 commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 avril 2013
Même si les fans de Kamelot ne trouve pas cet album comme le meilleur,
c'est un très belle approche pour découvrir musicalement ce groupe.
Le coffret est somptueux : concept graphique, livret luxueux avec enfin une impression de textes qui respecte
le lecteur et évite d'avoir à recourir à une loupe pour décrypter, double Cd avec version instrumentale,
chapeau bas aux musiciens et à la production : de la très belle camelote ! j'achète !!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 novembre 2012
On ne va pas revenir sur le départ de Khan qui a bien sûr inquiété les fans de manière légitime.
Sur ce point, la prise de risque est minimale, Tommy le petit nouveau singe parfaitement le grand Roy, tout en apportant un peu de hargne (attention un peu hein !) bienvenue de temps à autres.
Pour la remise en question, on repassera, et c'est un peu dommage, mais au moins le ptit nouveau s'en tirera parfaitement en live.

C'est niveau composition que la surprise se situe contre toute attente.
Kamelot signe toujours des albums soignés, mais après 3 albums de haute volée (de Fourth Legacy à Black Halo, Karma étant un bon cran en dessous tout de même) il faut reconnaitre que le groupe était en roue libre.
Ghost Opera faisait illusion le temps des premières chansons, et Poetry for the poisoned peinait à accrocher dès le départ. Aucun hymne, aucun classique, malgré une exécution sans faille.

Silverthorn bénéficie bien sur de la médiocrité des ses prédecesseurs, mais pas seulement. Il est objectivement plus inspiré et globalement bon.
Les refrains accrocheurs sont de retour, la fougue également (le début de l'album m'évoque l'enchainement béni 4th legacy/silent godess) et plus appréciable encore, de vrais riffs de gratte et de soli attirent plus l'oreille que depuis un bon moment.
L'émotion n'est pas oublié, avec un "song for jolee" digne de la ballade "elizabeth".

La chronique fleuve avant la mienne détaille tout bien, je ne vais donc pas faire de redite, mais je confirme qu'en tant que fan de Kamelot déçu depuis un moment, cet album est une vraie bonne surprise !
33 commentaires| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mars 2013
Kamelot nous offre avec Silverthorn un album d'une grande efficacité. On y retrouve les ingrédients qui ont fait leur succès.
Des rythmes effrénés mêlés à de belles mélodies. Le remplacement de Khan au chant par Tommy Karevik redonne un coup de frais au groupe, même si je dois avouer que Khan me manque puisque je suis assez fan de son style de chant. Aucun regret par contre niveau musical puisque Tommy chante ici dans une tessiture similaire qui n'est pas pour me déplaire. Et pour les avoir vus en live un paquet de fois, y compris avec Tommy, c'est toujours aussi bon!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 avril 2016
SilverThorn est un concept album racontant la mort à la suite d’un tragique accident vue par ses frères jumeaux et surtout le deuil de Jolee (la fille que vous pouvez voir sur la pochette). Le clip Sacrimony (voir ci-dessous) raconte cette histoire.

Comme tout album subissant un changement de chanteur celui-ci fut adoré par les uns et détesté par les autres. Mais force est de constater que cette album est vraiment excellent et surtout dépasse largement son prédécesseur Poetry for the Poisoned.

Le triplet Sacrimony, Thorn et Ashes to Ashes est d’excellente facture. De plus des invités de marque tels que Elize Ryd (Amaranthe), Alissia Whitecluz (Arch Enemy, ex-The Agonist) viennent prêter main forte au groupe sur différents titres. Mais les invités ne s’arrêtent pas là, sur My Confession, le groupe de contre-bassiste Eklipse viennent apporter leur cordes pour parfaire ce morceaux.

Seule déception de l’album, le titre « Prodigal Son », qui est en fait découpé en trois morceaux et cela affaibli à mon sens un titre progressif qui aurait bien meilleur en une seule pièce, néanmoins cette pièce permet à Tommy de démontrer tout son talent vocal.

Silverthorn certe un album charnière dans la carrière du groupe mais qui selon moi l’a fait bien murir et sortir de ses chantiers battus, cela se confirmera plus tard sur le nouvel album Haven.

Retrouvez cette chronique et bien d'autres sur "wiracochametal.wordpress.com"
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mars 2013
Pour commencer le coffret est très beau , les feuillets , les photos , tous l'univers graphique en fais un objet magnifique a vous dégouter du téléchargement ( ce qui pour ma part est le cas depuis un petit moment déjà ...)
Après le départ de leur chanteur Roy Khan , il y avait fort a craindre pour l'avenir du groupe tellement il semblais improbable de le remplacer . Et bien avec tous le respect que j'ai pour lui , cela a été fais et bien fais . Un certain Tommy Karevik reprend bien haut le flambeau et redonne au passage un nouveau souffle au groupe qui commençais a manquer depuis la sortie du géniale "The Black Halo" .
Pour tous les amateurs d'un métal propre , mélodique et puissant , "Silverthorn" est sans conteste une des nouvelles référence du genre .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 novembre 2012
J'avais hâte de voir la prestation de Tommy, le nouveau chanteur de Kamelot ; que j'avais découvert pour ma part dans sa formation SEVENTH WONDER (un groupe que je ne connaissais pas et dont je suis complètement tomber amoureux…) et bien, sa prestation vocale en live est parfaitement réussi. Ce SILVERTHORN est un album réussi, même s'il n'égale pas the black halo, il remet KAMELOT à sa place, c'est a dire : UN TRES GRAND GROUPE. yeah !!!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mars 2013
Un album a conseiller à tous les fans de metal symphonique, du pur bonheur tout le long de l’écoute.
Kamelot au sommet de son art
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 décembre 2012
le dernier kamelot est vraiment très bon et malgrès le changement de chanteur , on y voit que du feu tellement le timbre de voix est indentique entre les 2 chanteurs !!
le coffret collector est tres jolie !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2012
Outre un excellent album, cette édition limitée est parfaite: poster, cd bonus, storybook pour moins de 20€... Sans parler du coffret qui est d'une grande beauté. Aucune raison de ne pas craquer dessus!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)